Livres
486 071
Membres
475 865

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Sur les chemins noirs



Description ajoutée par ceinwyn79 2016-09-13T06:48:30+02:00

Résumé

2014. "L'année avait été rude. Je m'étais cassé la gueule d'un toit où je faisais le pitre. J'étais tombé du rebord de la nuit, m'étais écrasé sur la Terre. Il avait suffit de huit mètres pour me briser les côtes, les vertèbres, le crâne. J'étais tombé sur un tas d'os. Je regretterais longtemps cette chute parce que je disposais jusqu'alors d'une machine physique qui m'autorisait à vivre en surchauffe.

Pour moi, une noble existence ressemblait aux écrans de contrôle des camions sibériens : tous les voyants d'alerte sont au rouge mais la machine taille sa route. La grande santé ? Elle menait au désastre, j'avais pris cinquante ans en dix mètres. A l'hôpital, tout m'avait souri. Le système de santé français a ceci de merveilleux qu'il ne vous place jamais devant vos responsabilités. On ne m'avait rien reproché, on m'avait sauvé.

La médecine de fine pointe, la sollicitude des infirmières, l'amour de mes proches, la lecture de Villon-le-punk, tout cela m'avait soigné. Un arbre par la fenêtre m'avait insufflé sa joie vibrante et quatre mois plus tard j'étais dehors, bancal, le corps en peine, avec le sang d'un autre dans les veines, le crâne enfoncé, le ventre paralysé, les poumons cicatrisés, la colonne cloutée de vis et le visage difforme.

La vie allait moins swinguer. Il fallait à présent me montrer fidèle au serment de mes nuits de pitié. Corseté dans un lit étroit, je m'étais dit à voix presque haute : "si je m'en sors, je traverse la France à pied". Je m'étais vu sur les chemins de pierre ! Je voulais m'en aller par les chemins cachés, flanqués de haies, par les sous-bois de ronces et les pistes à ornières reliant les villages abandonnés.

Il existait encore une géographie de traverse pour peu que l'on lise les cartes, que l'on accepte le détour et force les passages. Loin des routes, il existait une France ombreuse protégée du vacarme, épargnée par l'aménagement qui est la pollution du mystère. Une campagne du silence, du sorbier et de la chouette effraie. Des motifs pour courir la campagne, j'aurais pu en aligner des dizaines. Me seriner par exemple que j'avais passé vingt ans à courir le monde entre Oulan- Bator et Valparaiso et qu'il était absurde de connaître Samarcande alors qu'il y avait l'Indre- et-Loire.

Mais la vraie raison de cette fuite à travers champs, je la tenais serrée sous la forme d'un papier froissé, au fond de mon sac..." Avec cette traversée à pied de la France réalisée entre août et novembre 2015, Sylvain Tesson part à la rencontre d'un pays sauvage, bizarre et méconnu. C'est aussi l'occasion d'une reconquête intérieure après le terrible accident qui a failli lui coûter la vie en août 2014.

Le voici donc en route, par les petits chemins que plus personne n'emprunte, en route vers ces vastes territoires non connectés, qui ont miraculeusement échappé aux assauts de l'urbanisme et de la technologie, mais qui apparaissent sous sa plume habités par une vie ardente, turbulente et fascinante.

Afficher en entier

Classement en biblio - 83 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par carroue 2017-12-31T16:57:09+01:00

Gallimard : p 34

"Certains hommes espérait entrer dans l'Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaître dans la géographie."

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Virgile 2017-08-17T16:05:41+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Abyssos 2019-03-23T14:55:59+01:00
Or

Tout commence par une chute qui aurait dû être mortelle et une survie qui relève certainement du miracle. Qui dit chute, dit convalescence. Sa convalescence, Sylvain Tesson a décidé de la mener à pieds, « dans un pays si proche dont [il] ignorait les replis » et nous convie sur les chemins oubliés de France.

Ici, l’intrépide voyageur connu de tous, s’efface pour laisser place au géographe, à l’historien, au politicien parfois, mais surtout à l’Humain. Hanté par la mort récente de sa mère, obnubilé par son corps meurtri et affaibli, Sylvain Tesson part à la quête de ce qu’il a appelé les « chemins noirs », 250 bassins de vie recensés comme des zones d’hyper ruralité.

Du Mercantour au Cotentin en passant par les monts sombres du Cantal, l’auteur expose ses découvertes, ses surprises, ses rencontres avec des paysans, ses marches avec des collègues, le tout baigné par une plume riche, lumineuse et poétique.

Si tout le monde n’accrochera pas à ce curieux et subtil mélange entre émotionnel et géographie de l’histoire, le tout parfois terni par des idées politiques et des pensées pessimistes malvenues, c’est précisément cet ensemble, très libre dans le fond, qui fait la force et le caractère original de ce récit. Sylvain Tesson nous invite à vivre cette aventure avec lui mais il reste le seul maître à bord de ce qu’il vit et raconte. Pas toujours lumineux, pas toujours sombre, son périple nous narre l'Histoire d'une France qui a bien changé.

Au final, la prouesse de ce livre, c’est qu’on a le sentiment d’être dans les bagages de Tesson, d’abord parce que ce n’est pas l’écrivain mais l’homme qui parle : sa dose d’humanisme établit une proximité avec le lecteur. Mais aussi et surtout parce que le panorama est si complet que l’on a réellement l’impression d’avoir effectué ce voyage d’environ 75 jours, en l'espace de seulement 170 pages.

Encore une fois, il y avait certainement plus à dire mais Sylvain Tesson a jugé, certainement à raison, de taire certaines parties de son voyage au profit d’autres pour ne soumettre qu’une sélection qui rend justice à la beauté de ce périple, cathartique pour lui mais aussi pour les lecteurs en besoin d'évasion.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LauCrazy 2018-07-23T10:49:29+02:00
Argent

Prenez la route aux côtés de Sylvain Tesson pour parcourir la France, en faire un constat plutôt triste, se reconstruire aussi. Ce livre amène un questionnement sur le développement de la France, sur l'endroit où l'on veut vivre et la catégorie à laquelle on veut appartenir.

Un beau livre qui vous donnera envie d'aller marcher sur les chemins français.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nausicaah 2018-05-05T15:49:19+02:00
Pas apprécié

Sur les chemins noirs, un "carnet de voyage" et de reconstruction, basé sur l'histoire de son écrivain, en route pour une traversée de la France suite à un grave accident.

Cependant, si le livre promet une balade dans les paysages français, une redécouverte de nos campagnes, montagnes et coins perdus, ceux-ci sont largement passés au second plan, pour avoir un tout autre récit. En effet, j'en retire de se livre que l'auteur passe son temps à se plaindre et à juger les autres, de manière parfois très déconcertante. De plus, l'écriture n'aide en rien, l'utilisation de mots compliqués juste pour "faire intellectuel" rend le roman moins lisible et augmente l'impression d'un ton hautain et supérieur tout au long du livre. Des livres écrits avec moins de vocabulaires peuvent être beaucoup plus intéressants que ce livre-ci écrit de manière alambiquée pour un effet de style (?).

Première lecture de cet auteur, ce n'est absolument pas mon genre, le livre m'a été très difficile à finir, ayant toujours l'impression que tout allait mal, que tout était mauvais et que l'auteur passait son temps à se plaindre et à prendre tout le monde de haut.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par iletristan 2018-03-21T11:29:10+01:00
Argent

Sylvain Tesson est tombé d’un toit, chat perché épris de boisson qui a perdu l’équilibre. Ramassé vivant mais en morceaux, le voilà immobilisé, livré aux bons soins des médecins. Dans la solitude de sa chambre, une idée germe : s’il s’en sort, il foulera à nouveau les chemins, ceux de son pays, les chemins oubliés, ceux de la France rurale.

Alors qu’on lui propose une rééducation sur tapis roulant, il préfère s’en aller sac au dos, une carte IGN au 1/25 000ème mentionnant à coup de petits traits noirs les chemins qui faisaient la route des marcheurs d’antan : les chemins noirs. Il traversera la France en l’espace de quelques mois. Partant du Mercantour pour arriver à la pointe du Cotentin, il cheminera parmi les villages abandonnés, les pâturages oubliés, les sentiers mangés par le remembrement. Cette déambulation parfois hasardeuse se heurte à l’impossibilité d’éviter l’empiétement des cités sur la campagne : rond-point, voie rapide, pont, berge aménagée. L’urbanisation est partout.

Pérégrination introspective, Sylvain Tesson réfléchit à ce qui avait fait sa vie jusqu’alors quand le corps n’était pas un obstacle. Dans la rencontre des gens de campagne où le dialogue se livre au minimum, il prend conscience que ce n’est pas l’activisme qui fait la vie mais plutôt la contemplation. Au détour d’un chemin, dans l’onde d’un lac, il convoque l’image de sa mère décédée. Dans le silence où il s’enfonce, il quitte le dispositif qui veut bannir l’hyper-ruralité, et qui le considère comme une malédiction et non comme une grâce.

“Ces tracés en étoile et ces lignes piquetées étaient des sentiers ruraux, des pistes pastorales fixées par le cadastre, des accès pour les services forestiers, des appuis de lisières, des viae antiques à peine entretenues, parfois privées, souvent laissées à la circulation des bêtes. La carte entière se veinait de ces artères. C’étaient mes chemins noirs. Ils ouvraient sur l’échappée, ils étaient oubliés, le silence y régnait, on n’y croisait personne et parfois la broussaille se refermait aussitôt après le passage. Certains hommes espéraient entrer dans l’Histoire. Nous étions quelques-uns à préférer disparaître dans la géographie.”

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Poljack 2018-02-17T15:40:47+01:00
Or

Mon avis :

Sur les chemins noirs, c’est le carnet de route d’un homme en reconstruction, après une chute d’un toit qui a failli lui être fatale. À de fastidieux exercices de rééducation dans un hôpital, Silvain Tesson préfère une vraie et longue marche, un voyage à pied depuis le Mercantour, au sud-est, jusqu’à la pointe du Contentin, au nord-ouest. Pour ce périple, il choisit de traverser les zones rurales les moins habitées, selon un récent rapport sur l’aménagement des campagnes françaises, en suivant les chemins marqués de petits traits noirs sur les cartes IGN.

Lorsqu’il entame son parcours, il ne sait pas s’il tiendra jusqu’au bout ni si la guérison escomptée sera au rendez-vous. Au troisième jour, épuisé, il se demande même « quel intérêt à hisser ce corps en loques jusqu’au nord d’un pays en ruine ? » Qu’importe ! Lui qui a voyagé partout dans le monde, escaladé des montagnes et des églises, traversé des steppes et des déserts traînera son corps meurtri par les sentiers oubliés des campagnes abandonnées.

Chemin faisant, ses pas l’entraîneront sur une autre voie, vers une réflexion sur sa propre vie, son rapport aux choses qui l’entourent, mais aussi sur l’évolution de notre société et les choix parfois monstrueux que le progrès nous impose. Cette escapade sur les chemins noirs deviendra une parenthèse, un moyen de sortir du monde, une forme de clandestinité spirituelle où il est permis de s’abandonner à vivre, dans ces lieux où « personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre. »

Bien qu’émanant d’un éternel « wanderer », l’écriture de Sylvain Tesson possède l’intensité, la densité de ceux qui sont solidement reliés à la terre. Quelque chose qui tient à la fois du minéral, pour la force brute de sa pensée, et du végétal, de la sève, pour sa richesse nourrissante. Ces voyages n’ont jamais été de simples balades touristiques, mais ont toujours été accompagnés d’un cheminement intérieur ; avec Sur les chemins noirs, il ne déroge pas à la règle, mais d’être passé si près de la mort a apporté une nouvelle nuance à sa palette, une pensée plus recentrée, peut-être, mais toujours traversée d’un souffle puissant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par carroue 2018-01-02T19:22:25+01:00
Argent

Sylvain Tesson nous fait parcourir avec lui ces chemins noirs.

Nous le suivons dans ses réflexions sur notre monde, l'essentiel de la vie...

Un texte court mais plein de bon sens, de volonté...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par stoufnie 2017-11-08T09:22:27+01:00
Argent

Sur les chemins noirs raconte une traversée à pied de notre beau pays.

Sylvain Tesson est un écrivain voyageur. Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, il a cette particularité de vivre, et de faire vivre, ses périples sous forme de livres-recueil. Celui-ci se passe juste après son accident. Il a fait une chute d’un toit et après de longs mois d’hospitalisation, il a décidé que sa rééducation passerait par la traversée de la France.

je voulais m’en aller par les chemins cachés, bordés de haies, par les sous-bois de ronces et les pistes à ornières reliant les villages abandonnés. Il y avait encore une géographie de traverse pour peu qu’on lise les cartes, que l’on accepte le détour et force les passages. Loin des routes, il existait une France ombreuse protégée du vacarme, épargnée par l’aménagement qui est la pollution du mystère. Une campagne du silence, du sorbier et de la chouette effraie.

Image associée

Les livres de Sylvain Tesson sont toujours très riches. Riche en rencontre humaine. Riche en citation. Riche de la culture générale de l’auteur. Si bien que ces romans, soit vous les trouvez barbants soit vous en sortez un peu plus éclairé dans certains domaines.

Ici, il aborde la politique, l’agriculture, la géographie et bien d’autres choses. Et lui qui nous a habitués au froid avec son attachement avec la Russie et la Sibérie, nous fait regarder des paysages que nous connaissons d’un œil différent.

Un voyage dans nos campagnes, mais surtout entre les mots de l’auteur.

https://lesciblesdunelectriceavisee.wordpress.com/2017/11/08/sur-les-chemins-noirs-sylvain-tesson/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par malice13 2017-10-20T16:40:58+02:00
Or

Partir sur les chemins noirs, à la recherche de ses propres chemins noirs... Sylvain Tesson nous invite à un formidable cheminement, à la fois à travers les magnifiques paysages français et à travers ses chemins intérieurs.

"Se rééduquer? Cela commençait par ficher le camp." "Je fis les premiers pas en pensant que si je réussissais cette traversée de France, ce serait une rémission."

L'appel de la nature pour se ressourcer et se guérir, de maux physiques mais aussi d'interrogations profondes...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sentaro 2017-05-06T12:39:58+02:00
Diamant

Sylvain Tesson m'a offert, avec ce livre, un formidable cadeau : il m'a emmené "en aventure" avec lui. Non pas à l'autre bout du monde, là où je n'irai jamais, mais à deux pas de chez moi. Dans la France des chemins noirs que je ne soupçonnais même pas. Avec lui - j'allais presque écrire - en lui, j'ai partagé ses luttes, ses doutes, ses interrogations, ses découvertes, ses rencontres et ses émerveillements. Le soir, au bivouac, j'ai ressenti ses douleurs et ses joies.

Loin du simple récit de voyage factuel, qui fini par devenir ennuyant, c'est le livre de la maturité. La plume de Sylvain Tesson, toujours aussi fluide et agréable, mais apaisée, est une invite à la réflexion et à l'action. Cependant, attention, car à peine refermé, ce livre donne envie de se saisir de ses affaires et de (re)partir. Un grand bonheur de lecture que je recommande à tout le monde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par yohanan 2017-03-24T17:05:31+01:00
Bronze

Ce livre est une voie à travers la France des Alpes-Maritime au Cotentin mais plus que le récit d'une marche c'est aussi une démarche poétique que nous livre Sylvain Tesson. Le grand aventurier après un accident décide de parcourir les " chemins noirs".

Afficher en entier

Dates de sortie

Sur les chemins noirs

  • France : 2016-10-13 (Français)
  • France : 2019-02-07 - Poche (Français)

Activité récente

nathlr l'ajoute dans sa biblio or
2020-01-05T16:57:34+01:00
Ben-17 le place en liste or
2019-11-05T21:49:26+01:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 83
Commentaires 14
Extraits 18
Evaluations 18
Note globale 7.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode