Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Syl-So : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Trois secrets Trois secrets
Randy Susan Meyers   
D’une manière dont je ne m’y attendais pas, j’ai été assez déçue. Je pensais qu’il y aurait des rebondissements, des crises, des couples qui se brisent et qui se forment, des problèmes qui sont impossibles à surmonter, mais dans ce roman … tout ce qu’on a, c’est la vie de trois personnes qui se croisent autour d’un enfant. Le roman est bien écrit, je n’ai pas eu de difficulté à enchaîner les chapitres, mais parfois j’avais besoin d’une pause pour pouvoir m’y remettre, parce que le débit était lent. En bref, ce n’est pas un mauvais roman, seulement un reflet de la vie, dans lequel les gens sont vraiment trop sympathiques pour ce qui est vraiment. Je ne connais pas beaucoup de couples qui survivent à l’infidélité ou aux autres révélations qu’il y a eu dans ce roman (ce n’est pas parce que je n’en connais pas que ça n’existe pas), mais voilà, ça m’a déçue de ne pas voir de rebondissements.
Entre mes mains le bonheur se faufile Entre mes mains le bonheur se faufile
Agnès Martin-Lugand   
J'aime beaucoup le lancement du roman...cette revanche de l 'héroïne sur les conventions sociales et la volonté néfaste de sa famille. Son talent pour la couture est indéniable, elle est enfin reconnue pour son savoir-faire. Elle réalise son rêve, c'est fantastique ! Elle progresse et est très vite repérée...la confrontation avec son époux, et entre les deux mondes où elle évolue (entourage de base peu intéressé par son devenir et nouvelle vie trépidante) c'est bien décrit. Pour le mari...je m'y attendais...et j'espérais qu'elle quitte l'environnement étriqué et monotone qu'elle côtoyait de puis toujours. Je n'ai juste pas saisit l'utilité de l'accélération subite de la toute dernière partie du roman. On a l'impression d'un déroulement à vitesse constante...et tout à coup « le train est dans une pente et il n'a plus de frein !!! » (oui vraiment c'est ce que j'ai ressentit). On bascule dans des actes et paroles violentes, des révélations malsaines sur des protagonistes et même la disparition de l'un ! Oo Euh... « What the Cut » ?! (Coucou Antoine!^^) Donc j'ai préféré la partie normale...à celle qui bascule dans la surenchère et la facilité (tiens PAN toi y t'arrive ça...ainsi c'est la fête pour les autres, ils sont heureux!)...trop bâclée à mon goût cette fin...^^'

par Hanayu
Je sais pas Je sais pas
Barbara Abel   
Au vu des nombreuses et élogieuses critiques concernant les romans de Barbara Abel, j’ai eu envie de découvrir cette auteure que je ne connaissais pas. J’ai donc choisi son tout dernier, à la couverture attirante et dont le synopsis a fini par harponner l’amatrice de thriller psychologique que je suis.

La veille d’une sortie scolaire, la petite Emma est témoin d’une scène : elle voit sa mère embrasser un autre homme que son père. Camille, la mère, sous le choc, n’aborde pas le sujet avec elle et espère que, compte-tenu de son jeune âge, celle-ci n’ait pas conscience de la gravité du geste.

La journée de la sortie scolaire touchant à sa fin, Emma disparait dans la forêt, juste avant le retour à l’école. Certains adultes partent à sa recherche mais, sans succès, contactent la police et les parents. A leur grand soulagement, la petite réapparait mais Mylène, l’institutrice de la fillette, ne revient pas. Que s’est-il passé dans la forêt ? Alors qu'à son retour Emma porte le foulard de sa maîtresse, ni la police, ni les parents n’obtiendront comme réponse de la fillette qu’un "Je sais pas". La panique s’empare alors de Camille qui craint que la fillette divulgue à tout moment la vérité à son père et que, de ce fait, son couple explose. Mais elle ne peut s’empêcher de se poser certaines questions : sa fille de cinq ans a-t-elle un rôle dans la disparition de l’institutrice ? Ne sait-elle réellement rien ou bien cherche-t-elle à se venger et à punir sa mère ? Mais alors, pourquoi s’en prendre à sa maitresse ? Si tel est le cas, peut-elle être reconnue coupable par la justice ? Dès le départ, un malaise s’installe. Les heures qui suivent la disparition de Mylène deviennent de plus en plus angoissantes, tant pour Camille, la mère de la petite Emma, que pour le père de la jeune institutrice, qui la menace – et pour cause, c’est lui l’amant. Jusqu’où une mère est prête à aller pour protéger son enfant et préserver sa vie de famille telle qu’elle l’était avant ce tragique évènement ?

Une institutrice pas apprécié de ses petits élèves. Une fillette au visage d’ange, réellement innocente "qui ne sait pas" ou vraie manipulatrice. Une mère de famille qui perd pied dans la crainte de la divulgation de sa trahison et qui, dans le doute, veut protéger sa fille. Un père vraiment imbu de sa personne. La police qui hésite entre disparition inquiétante ou volontaire. Un autre père qui s’inquiète et cherche sa fille, car le temps presse, elle n'a pas eu sa dose d'insuline…


Un suspense omniprésent, une ambiante oppressante, des doutes et des questions pour tous les personnages qui amènent à ce leitmotiv tout au long de l’histoire "Je sais pas". Une fin scotchante tant dans le dénouement de l’affaire, le devenir du couple et le sort de la petite Emma…

par anginho
On la trouvait plutôt jolie On la trouvait plutôt jolie
Michel Bussi   
Epoustouflant, inattendu, captivant sont les premiers qualificatifs qui me viennent à l’esprit pour décrire ce nouveau roman. Michel Bussi, maitre incontesté du suspense et du retournement de situation, m’a une nouvelle fois conquise avec son écriture.

Leyli Maal touche enfin au but. Immigrée malienne, arrivée à Marseille quelques années plus tôt, elle a obtenu la nationalité française récemment et s’autorise enfin à rêver d’un avenir meilleur. Maman de trois enfants, Bamby, Alpha et Tidiane, elle se tue à la tâche et vient enfin de décrocher un CDI qui lui donne l’espoir de quitter son logement trop petit pour un appartement suffisamment grand pour elle et ses enfants. Mais la vie n’a jamais fait de cadeau à Leyli. Et cette fois encore, elle va se charger de lui mettre des bâtons dans les roues. Sa fille ainée, Bamby, est soupçonnée de meurtres et son plus grand fils, Alpha est lui aussi inquiété par la police. Décidément, rien ne va. Le cauchemar de Leyli prendra-t-il fin un jour ? Peut-elle prétendre à une vie de bonheur avec ses enfants ou faut-il qu’à chaque fois que le destin vienne mettre son grain de sable et enraye la machine ?

L’écriture de Michel Bussi c’est comme le bon vin, elle se bonifie avec le temps. Chaque nouveau roman est meilleur que le précédent. Bien que j’aie lu tous ses romans, je n’arrive toujours pas à entrer dans son esprit. En général, chaque auteur à son style et au bout d’un certain nombre de livres lus, on commence à en comprendre les rouages et la manière de penser pour deviner là où il souhaite amener le lecteur. Mais avec Michel Bussi, impossible. Jusqu’ici, le suspense a été total du début à la fin. Encore ici, je n’ai rien vu venir. Et pourtant, quand on connait la fin, on se dit que c’était évident, que nombre de petits détails nous ont mis sur la piste. Mais malgré tout, je me suis laissé prendre au piège. De la première à la dernière page, j’ai été transportée par l’histoire de Leyli Maal, cette immigrée qui se bat au quotidien pour un avenir meilleur.
Encore une fois, le suspense est à son comble. Pas un suspense haletant et oppressant, non. C’est plutôt comme un envoutement. Quelque chose d’intrigant qui vous pousse à chercher le point de détail qui va faire basculer l’histoire. Franchement, j’adore.
J’aime aussi la capacité de l’auteur a intégré des notes de légèreté à l’histoire avec quelques touches d’humour ou des moments anecdotiques. Les chapitres de l’histoire passée de Leyli sont peut-être les plus poignants de tout le livre. Ils mettent à la fois en lumière l’horreur vécue pas les immigrés clandestins mais apportent aussi un éclairage sur le reste de l’histoire. Tout découle finalement de ce passé sombre et difficile. Les évènements présents ne sont finalement que la conséquence du passé.
Ce roman m’a fait ressentir beaucoup d’émotions : de l’admiration, de la tristesse, de la joie, de la peur aussi. Une palette de sentiments riche, parfois contradictoires.
Sans compter les personnages qui sont tous plus attachants les uns que les autres et qui offrent du coup, une dimension encore plus envoutante à l’histoire.
Ce nouveau roman est bel et bien un coup de cœur pour moi. Il me tarde d’être à l’an prochain et de pouvoir me plonger dans la lecture du prochain roman de l’auteur.
Dog Médecine Dog Médecine
Julie Barton   
Coup de cœur ! Ce livre est une merveille.

Avant toute chose je veux remercier les Éditions Belfond ainsi que NetGalley pour ce Service Presse bouleversant. Dog Médecine c’est l’histoire de Julie, 22 ans, qui un soir s’est effondrée sur le sol de son appartement totalement submergée par des idées dépréciatives et suicidaires, incapable de réagir. Par chance, elle a réussi à joindre sa mère qui aussitôt a pris la route pour venir la chercher. Jusqu’à ce que sa dépression soit diagnostiquée, tous se sentent désarmés et ne savent pas trop comment l’aider. La jeune femme va se battre pour s’en sortir mais n’y parviendra réellement qu’après l’adoption d’un adorable chiot golden retriever. Immédiatement c’est le coup de foudre entre Bunker et Julie. Tous deux, aidés de psychiatres vont entamer un long chemin de reconstruction.

Merci à Julie Barton pour ce témoignage d’espoir et à sa famille qui a autorisé sa publication. L’auteur a un véritable talent pour nous faire partager les pensées qui l’animent. On ressent tout son désespoir, son mal-être et cette terrible incapacité à s’en sortir malgré l’aide de ses proches. La réaction des parents dans le passé est difficilement compréhensible : très présents à leur fille sauf dans le cas des violences exercées par son frère devant lesquelles ils sont complètement dépassés et ne savent comment réagir. Julie Barton est une enfant rêveuse, pleine de magie. Ses descriptions de la Nature, des animaux sont empreintes de poésie. Son frère l’a totalement démolie et pas que physiquement ce qui a entraîné une relation malsaine avec les hommes qui avaient toute latitude de la traiter comme une serpillère.

Le parallèle qu’elle établit entre tous ces jours où elle ne trouve le soulagement que dans l’hypersomnie et les premiers jours de chiot de Bunker est saisissant. J’ai été bouleversée par son récit de la vie et de la mort des différents chiens qui ont partagé sa vie durant son enfance dans sa famille. Sa rencontre avec Bunker est poignante et il se révèle un magnifique éducateur de vie. Grâce à lui, nous assistons à la difficile reconstruction de Julie toujours à la merci d’une rechute. C’est particulièrement dramatique lorsqu’elle rencontre un homme bien qu’elle peut aimer et qui l’aime et qu’elle cède à ses réflexes autodestructeurs.

Julie Barton dans ce livre nous montre ce qu’est la dépression, une maladie encore trop souvent considérée comme honteuse et dont on parle peu. Elle nous révèle également l’importance d’être soutenue par la famille, les amis mais aussi par des professionnels de la santé et des médicaments qui aujourd’hui ont faits leurs preuves. Et puis elle rend un hommage touchant à nos animaux dits de compagnie dont l’amour sans faille nous aide sur ce chemin difficile. Je crois que je me souviendrai longtemps de Bunker. La zoothérapie encore bien trop décriée commence à être étudiée sérieusement.

Un livre courageux et plein d’espoir qui peut aider non seulement ceux qui souffrent de dépression mais aussi ceux qui les entourent. Un livre à mettre entre toutes les mains.

par Goewin
Alors voilà : Les 1001 vies des urgences Alors voilà : Les 1001 vies des urgences
Baptiste Beaulieu   
Alors voilà, je suis étudiante en première année médecine. Parfois, c'est dur, c'est trop difficile et on n'en veut plus... Et puis, je tombe sur le nouvel article du blog de Baptiste Beaulieu. Là, je pleure, je ris, j'esquisse un sourire mais surtout quoiqu'il y ait raconté, que ce soit drôle ou même triste, j'en ressort toujours complètement remotivée. Ses mots résonnent tellement en moi qu'ils me remettent d'aplomb et au boulot. Grâce à lui, l'envie de continuer est là. C'est tout simple mais c'est un style qui me plait, fluide et toujours tellement enjoué qu'on aimerait bien le lui piquer. On ne peut trouver de livre plus vivant et qui donne une telle envie de vivre.
Alors voilà, je veux tout simplement dire que ce livre est génial et que son blog l'est tout autant, qu'il n'y raconte pas des histoires sombres d'hôpitaux mais des histoires pleines d'espérance et de bonne humeur qui donnent envie de sourire et de nous dire que, oui, la vie est belle...
Agatha Raisin enquête, Tome 4 : Randonnée mortelle Agatha Raisin enquête, Tome 4 : Randonnée mortelle
M. C. Beaton   
Agatha et James nous offrent une fois de plus une enquête rocambolesque dans la campagne anglaise.
Le hasard faisant bien les choses, Agatha va pouvoir se rapprocher de James Lacey pour mener à terme l enquête criminelle.
Encore de l humour à l anglaise que j apprécie vraiment.
Seul petit bémol, ce tome est trop court à mon goût. Néanmoins ça n impacte pas la qualité narrative et l intrigue.
68 Année Zéro 68 Année Zéro
Paule Du Bouchet   
Une perle au milieu d'un chaos naïf, déterminé et novateur.
Daringham Hall, Tome 1 : L'héritier Daringham Hall, Tome 1 : L'héritier
Kathryn Taylor   
Je ne sais pas pourquoi mais je m’attendais à lire un roman historique, mais pas du tout on est bien dans une romance contemporaine.

Kate est une jeune vétérinaire, c’est une femme indépendante qui a dès son plus jeune âge manqué d’amour, mais la famille Camden a toujours su être présente pour elle, c’est auprès d’eux qu’elle s’est construite, elle les considère comme sa famille.
Ben, lui a grandi sans père, quand des années après la mort de sa mère il entame des recherches sur sa famille, il décide de reprendre ce qui lui va de droit, il entame donc une procédure pour récupérer Daringham Hall, ce projet il ne le fait pas pour la gloire ni pour l’héritage, il cherche juste à venger sa mère.

Kate va frapper Ben à la tête sans penser au danger, prise de remord elle va s’occuper de lui et l’aider à retrouver la mémoire. L’attirance qu’elle ressent pour l’homme qui habite sous son toit la perturbe, elle a peur de souffrir, une fois la mémoire retrouvée sera-t-il comme maintenant ?st si il était marié ? Beaucoup de questions auxquelles elle n’aura pas tout de suite de réponses. Ben quant à lui a complètement oublié pourquoi il se trouve dans cette petite ville, il ne se rappelle de rien, qui il est ? que fait-il ? C’est le trou noir. Grâce à Kate, il va se faire accepter par les habitants de la ville ainsi que les Camden qui vont rapidement le prendre sous leur aile, lui aussi est très attiré par Kate, la simplicité de la jeune femme ainsi que sa gentillesse l’ont touché.

Entre eux, une complicité va rapidement s’installer, Kate a beau lutter, l’attirance est trop grande. Ce qu’ils vivent est très beau, on sent bien qu’ils sont très attachés l’un à l’autre, on appréhende le moment où Ben va retrouver la mémoire, où il va se rappeler ce qu’il est venu faire ici et sa réaction quand il va se souvenir des Camden et de la relation qu’entretient Kate avec la famille qu’il hait le plus au monde.

Les deux personnages principaux ont une vie bien différente : Kate ne vit que pour son travail, Ben est dans les affaire, il a lui aussi une vie bien remplie, tous deux sont diamétralement opposés, ont une manière de vivre à l’opposé de l’autre mais en même temps ils sont tellement complémentaire. On circule d’une personne à l’autre aussi bien dans la tête de nos deux personnage principaux que des personnes qui les entourent, je ne suis pas perdue une seule seconde dans tout ce mélange de lieux et de protagonistes bien au contraire, chaque passage apporte le petit plus qui fait qu’on a l’impression de regarder une série télé et de partager chaque moment important avec celui qui est en train de le vivre.

Une histoire où l’on mélange romance et rancœur, beaucoup de rebondissements vont avoir lieu et pas seulement entre Kate et Ben, la famille Camden va devoir se remettre d’un choc tout aussi dur que la possible perte de leur domaine. On sent que d’autre secret vont venir perturber leur vie. J’ai vraiment hâte de connaitre la suite, je ne m’attendais à me fondre autant dans cette histoire et à apprécier autant cette lecture.

http://www.livresavie.com/daringham-hall-lheritier-de-kathryn-taylor/#more-8860

par Natoche
Un clafoutis aux tomates cerises Un clafoutis aux tomates cerises
Véronique De Bure   
Ce livre est un vrai chef-d'œuvre. On vit avec Jeanne, une vieille dame de quatre-vingt dix ans, la dernière année de sa vie. Elle raconte avec humour et tendresse son passé et son présent. Autour d'elle son entourage se rétrécit petit à petit. J'ai passé un excellent moment.

par sentikelt