Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Syrion : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Guide de survie en territoire zombie Guide de survie en territoire zombie
Max Brooks   
Un guide de survie en cas d'invasion par des zombies... Voilà un livre indispensable pour tous ceux qui souhaitent s'en sortir lorsqu'ils arriveront!
Malgré le côté décalé, j'ai quand même appris certaines choses (parfois utiles, souvent amusantes...).
Enfin n'oubliez pas une chose si ça devait se produire: trouvez un endroit familier... Sécurisé... Et où l'on peut fumer... Tous au Winchester!!

par Kaël
Si par une nuit d'hiver un voyageur Si par une nuit d'hiver un voyageur
Italo Calvino   
Très étrange lecture que ce roman de Calvino...

Dans ce roman, le personnage principal c'est vous en tant que lecteur...
D'où une narration particulière à la deuxième personne du singulier...

Et globalement, l'histoire est une suite de lectures interrompues...
Vous commencez à lire un roman, et au moment où vous commencez à accrocher à l'histoire, vous voilà interrompus...
Quand vous pensez pouvoir continuer cette lecture, il s'avère que ce que vous pensiez la suite est un nouveau roman qui n'a rien à voir avec le précédent...

Roman à considérer comme un exercice de stylé un peu comme pourrait l'écrire un Queneau ou un Ionesco...

Lecture distrayante et un intéressante quoiqu'un peu déstabilisante...

par Ertiammot
Désert Désert
Jean-Marie Gustave Le Clézio   
Je l'ai lu car il etait inscrit sur les conseil de lecture pour lea premiere. Je n'i pas adore, mais il ne m'a pas deplu non plu, a sa maniere. Il y a une certaine poesie dans l'ecriture qui rend la lecture agreable.

par Mondaye
Le Désert des Tartares Le Désert des Tartares
Dino Buzzati   
Je pense que pour apprécier toute la force de ce livre, il faut avoir avoir vécu un peu, avoir eu le temps de penser et rêver, avoir vu ses rêves s'estomper dans les méandres du temps... Et la clepsydre se vide inexorablement...
J'ai simplement été fasciner par cette histoire. Pourquoi ? Justement parce qu'il n'y a pas d'histoire. Juste un homme, Giovanni Drogo qui attend l’indicible, l'acte héroïque, la guerre qui fera basculer sa vie en un destin à la hauteur de ce qu'il s'imagine être. Mais il ne se passe rien. Il faudrait (le héros), ils (les autres du fort, nous autres aussi dans nos vies réelles...) voudraient, tous, changer d'horizon, partir vers autres destins, s'imaginer ailleurs... être comme tous le monde, semblable à eux tous qui ont des "vies conformes" des "vies normales"...
Mais il y a ce désert, cette frontière à protégée comme une vocation, la force de la routine, de la sécurité d'habitudes bien orchestrées, la résignation, les luttes que l'on abandonnent... Nous nous complaisons tous dans ce temps qui passe.
Derrière la ville, sa famille, l'amour... Une femme, des enfants, des soirées mondaines, la reconnaissance sociale, l'argent, une maitresse...
Devant le dessert, sans route pour vous guider, pour vous emmener. Le jour où cette roue arrive enfin, où les batailles s'annoncent il est trop tard ! Le héros s’aperçoit qu'il n'est pas prêt, qu'il a perdu les luttes et que c'est une autre route qui s'ouvre devant lui, qu'il n'a pas vu sortir des brumes du nord, dans sa longue vue. Sur cette route, il y a maintenant un autre ennemi qui l'attends et dont personne n'est jamais revenu vainqueur : la mort !

En somme, c'est un peu de nous... En tout cas, c'est un peu de moi !

par RMarMat
Le Chevalier inexistant Le Chevalier inexistant
Italo Calvino   
J'adore les romans d'Italo Calvino ! Les côté loufoque et fantastique pour faire rire et réfléchir. Le chevalier inexistant est mon préféré avec Le Baron perché. Sans oublier le Vicomte pourfendu...
Germinal Germinal
Émile Zola   
Émile Zola est un génie des mots, qui n'est pas à la porté de tout lecteur. Je suis contente d'avoir pu apprécier ce livre, car il aide vraiment à comprendre beaucoup de choses sur l'histoire.

par Zélyie
Les Villes invisibles Les Villes invisibles
Italo Calvino   
" L'enfer des vivants n'est pas chose à venir ; s'il y en a un, c'est celui qui est déjà là, l'enfer que nous habitons tous les jours, que nous formons d'être ensemble. Il y a deux façons de ne pas en souffrir. La première réussit aisément à la plupart : accepter l'enfer, en devenir une part au point de ne plus le voir. La seconde est risquée et elle demande une attention, un apprentissage, continuels : chercher et savoir reconnaître qui et quoi, au milieu de l'enfer, n'est pas l'enfer, et le faire durer, et lui faire de la place. "

par Pilgriim
Le Joueur d'échecs Le Joueur d'échecs
Stefan Zweig   
un livre magistral...
on se laisse emporter par le récit du 'joueur', par la description de la manière dont il en est arrivé là...
Zweig explore les limites et les dépassements du cerveau humain; au final on ne sait même plus si on doit plaindre ou envier cet homme!

par victoire
Le Sentier des nids d'araignées Le Sentier des nids d'araignées
Italo Calvino   
Durant la période de l'occupation allemande et de la guérilla des partisans italiens contre les Allemands et les fascistes (septembre 1943 - avril 1945), un revolver volé à l'un des « clients » de sa sœur entraînera Pino, ce gavroche impénitent et mal aimé, dans une suite d'aventures extraordinaires qui le mèneront au maquis, dans une région indéterminée de la Riviera ligurienne. Il y fera la connaissance de personnages étonnants : Loup Rouge, le Marle, les quatre beaux-frères calabrais (le Duc, le Marquis, le Comte, le Baron), Pelle et enfin Cousin, le tueur du détachement, le grand, le gros, l'impitoyable, le gentil Cousin qui deviendra son ami et à qui il révélera le secret des « nids d'araignée ».

À vingt et un ans (en 1944), Italo Calvino écrit son premier roman inspiré de ses propres souvenirs et expériences dans la Résistance. Publié en 1947 en Italie et traduit en français qu'en 1978, cette œuvre de jeunesse est bien différente des allégories et des contes surréels de sa maturité. Il raconte le parcours initiatique de Pino, un môme de dix ou onze ans, un peu paumé, résistant malgré lui. C'est une perspective néo-réaliste, une histoire vue d'en bas à travers les yeux de Pino qui ne redevient enfant que lorsqu'il contemple émerveillé des nids d'araignées tapissant la cavité d'un sentier. Pino fait penser au Gavroche de Victor Hugo. Mais tandis que Gavroche doué d'une maturité précoce domine un peu son environnement, Pino reste l'enfant ingénu. Il ressent la solitude, le manque d'affection et l'incertitude. Il pleure, il hurle sa détresse. Il n'y a donc ni jugement moral, ni distinction entre le bien et le mal, ni perspective historique. Sur une toile de fond bien triste, l’auteur pose justement cette douloureuse question : devient-on résistant par choix ou la vie décide-t-elle pour vous ? Il semble ici que le destin ait fait beaucoup pour Pino, doué pour les quolibets acerbes et les réparties juteuses, car il finira par rentrer sain et sauf à son village. Calvino maintient sa distance par la sobriété du langage et une approche existentielle. « Mais l’histoire est faite de petits gestes anonymes », n’est-ce pas ?



par anonyme
Magellan Magellan
Stefan Zweig   

Magellan, l'homme qui a cru en un projet fou et qui à force de courage et d'abnégation est parvenu à entrer dans l'histoire comme celui qui a découvert le trait d'union entre l'Atlantique et le Pacifique.
Derrière cette légendaire découverte se cache dessins politiques,ignorances, croyances ou encore trahisons.
Alors au delà de cette quête on découvre l'homme posé et réfléchi qui doit faire face à mille défis pour parvenir à son but.
Stefan Zweig vous fait monter à bord de la Victoria pour vivre ce périple au premier rang.
Les anecdotes sont légions, les évènements dépeints et expliqués dans le détail.
Aussi, à la fin de ce récit vous aurez vous aussi fait le tour du monde.
Si Stefan Zweig nous livre parfaitement le personnage, il n'oublie pas de nous plonger dans le contexte.
La religion, la politique, les inconnues du moment, les égos de chacun tout y est analysé et livré afin d'installer au mieux le lecteur dans l'époque.
Chacun dans cette épopée tente d'être le porte-drapeau, celui qui sera reconnu en cas de réussite.
C'est bien là toute la nature humaine.
Embarquez donc pour ce tout premier tour du monde, sans GPS, sans cartes, seules les étoiles vous guident et la conviction inébranlable d'un homme.
Bonne Lecture.

par Gambit