Livres
540 879
Membres
571 852

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par CrystalM 2020-10-09T22:45:02+02:00

Chapitre 1

— Je t’envie tellement, gémit Zélie derrière le rideau.

Dans la cabine d’essayage, j’ajustai le haut d’un bikini vert amande autour de ma poitrine. Le tissu épousait parfaitement mes formes, mais les bretelles cisaillaient mes épaules. Je pivotai, vérifiant ma silhouette dans le miroir, avant d’esquisser un sourire devant cette scène improbable : pendant que les haut-parleurs du magasin déversaient la bande-son de saison – Mariah Carey succédait à Michael Bublé – j’étais en pleine séance d’essayage de maillots de bain, lesquels avaient été relégués au fond du magasin au profit des pyjamas en coton bio et des chaussettes épaisses vertes et rouges.

Cette fois, Simon avait fait fort et j’exultais déjà en songeant à notre semaine de farniente au soleil.

— Tu m’enverras une carte postale ? continua mon amie.

— Ce truc ne va pas, soupirai-je.

Zélie écarta le rideau et passa sa tête pour vérifier mes dires. Elle fit la moue, me confirmant que je n’avais pas fait le bon choix. Ce haut de maillot était très seyant… mais il était bien trop sage pour une semaine de vacances à la Barbade. Simon et moi ne nous étions pas vus depuis deux mois : j’avais en tête des retrouvailles à la fois romantiques et sensuelles.

— Tu devrais essayer le triangle. Beaucoup plus sexy !

Ma collègue et amie referma le rideau, me laissant me changer. Le maillot vert amande finit à mes pieds, pendant que je me saisissais d’un haut rouge vif. Sur ma peau pâle, le tissu tranchait. Je rassemblai mon épaisse chevelure sur le haut de ma tête et la maintins avec une épingle à chignon. Les mains sur les hanches, je vérifiai mon reflet : le maillot laissait apparaître la courbe de ma poitrine, tout en restant bien en place.

— Beaucoup mieux, commenta Zélie. Et il ne risque pas d’encombrer ta valise !

Par le miroir interposé, nous échangeâmes un sourire. Zélie et moi étions amies depuis mon premier jour chez Pepper Team. Elle m’avait accueillie, m’avait aidée à comprendre mes premiers dossiers, et, surtout, elle m’avait présenté Simon. Le souvenir de cette première rencontre, banale, me tira un sourire. Il lui avait fallu plusieurs tentatives avant que j’accepte un dîner, et encore plus de persévérance pour que je l’accepte dans ma vie. Il avait été patient et doux et avait rendu notre histoire simple et facile.

— À quelle heure atterrit son avion ? demanda mon amie.

— Demain à 16 heures. On passe la nuit sur Paris et on repart pour la Barbade dès le lendemain.

— Il était où, cette fois ? Berlin ?

— Prague. Il devait recevoir des candidats pour la succursale d’Europe de l’Est, expliquai-je avec fierté. Je vais prendre le rouge. De toute façon, ce n’est pas comme si j’avais l’embarras du choix.

Zélie referma le rideau, mais poursuivit la conversation. Je remis une tenue de saison, enfilant mon pull épais blanc à torsades et libérant mes cheveux châtains pour enfoncer un bonnet sur ma tête.

— Ne compte pas sur moi pour te plaindre, râla Zélie. Tu vas partir au soleil, pendant que nous, pauvres humains célibataires, devons subir le froid sibérien à Paris.

— On part juste dix jours, lui fis-je remarquer tout en sortant de la cabine.

— Dix jours où je dois me farcir les ultimes préparatifs de la soirée des généreux donateurs des musées de France.

— Bienfaiteurs, pas donateurs, la corrigeai-je. Et, de toute façon, je ne suis pas chargée de cette soirée, donc mes vacances ne changent rien.

— Bien sûr que si ! À qui vais-je pouvoir me plaindre des accès dictatoriaux de Christophe ? Et avec qui vais-je aller boire un verre chez Julian ?

Nous nous dirigeâmes vers la caisse du magasin, slalomant entre les idées cadeaux – des chaussons duveteux et des nuisettes affriolantes – et les clients prévoyants. À quatre semaines de Noël, j’estimais avoir encore un peu de marge avant de me lancer dans mes achats.

— Et surtout, qui va me rassurer dans les toilettes quand je tenterai de dompter ma chevelure ? demanda Zélie, en tentant d’enfoncer ses mèches crépues dans un béret blanc en laine.

— Tu survivras, assurai-je. Dix jours, Zélie, dix jours seulement.

— Tu as vraiment de la chance, soupira-t-elle.

— Tu sais, tu peux être dans un avion dans moins de trois heures et dans un transat d’ici demain matin.

— Ce n’est pas ce que je veux dire. Les vacances ne sont… qu’un détail. Mais, Juliette, tu rencontres Simon, fleurs, rendez-vous romantiques, premier baiser sur le pont Alexandre III, week-end à Deauville et maintenant la Barbade.

Zélie avait consciencieusement résumé mon histoire avec Simon, énumérant chaque étape avec une précision comptable. Tout était vrai. Simon était adorable, Chapitre 1

— Je t’envie tellement, gémit Zélie derrière le rideau.

Dans la cabine d’essayage, j’ajustai le haut d’un bikini vert amande autour de ma poitrine. Le tissu épousait parfaitement mes formes, mais les bretelles cisaillaient mes épaules. Je pivotai, vérifiant ma silhouette dans le miroir, avant d’esquisser un sourire devant cette scène improbable : pendant que les haut-parleurs du magasin déversaient la bande-son de saison – Mariah Carey succédait à Michael Bublé – j’étais en pleine séance d’essayage de maillots de bain, lesquels avaient été relégués au fond du magasin au profit des pyjamas en coton bio et des chaussettes épaisses vertes et rouges.

Cette fois, Simon avait fait fort et j’exultais déjà en songeant à notre semaine de farniente au soleil.

— Tu m’enverras une carte postale ? continua mon amie.

— Ce truc ne va pas, soupirai-je.

Zélie écarta le rideau et passa sa tête pour vérifier mes dires. Elle fit la moue, me confirmant que je n’avais pas fait le bon choix. Ce haut de maillot était très seyant… mais il était bien trop sage pour une semaine de vacances à la Barbade. Simon et moi ne nous étions pas vus depuis deux mois : j’avais en tête des retrouvailles à la fois romantiques et sensuelles.

— Tu devrais essayer le triangle. Beaucoup plus sexy !

Ma collègue et amie referma le rideau, me laissant me changer. Le maillot vert amande finit à mes pieds, pendant que je me saisissais d’un haut rouge vif. Sur ma peau pâle, le tissu tranchait. Je rassemblai mon épaisse chevelure sur le haut de ma tête et la maintins avec une épingle à chignon. Les mains sur les hanches, je vérifiai mon reflet : le maillot laissait apparaître la courbe de ma poitrine, tout en restant bien en place.

— Beaucoup mieux, commenta Zélie. Et il ne risque pas d’encombrer ta valise !

Par le miroir interposé, nous échangeâmes un sourire. Zélie et moi étions amies depuis mon premier jour chez Pepper Team. Elle m’avait accueillie, m’avait aidée à comprendre mes premiers dossiers, et, surtout, elle m’avait présenté Simon. Le souvenir de cette première rencontre, banale, me tira un sourire. Il lui avait fallu plusieurs tentatives avant que j’accepte un dîner, et encore plus de persévérance pour que je l’accepte dans ma vie. Il avait été patient et doux et avait rendu notre histoire simple et facile.

— À quelle heure atterrit son avion ? demanda mon amie.

— Demain à 16 heures. On passe la nuit sur Paris et on repart pour la Barbade dès le lendemain.

— Il était où, cette fois ? Berlin ?

— Prague. Il devait recevoir des candidats pour la succursale d’Europe de l’Est, expliquai-je avec fierté. Je vais prendre le rouge. De toute façon, ce n’est pas comme si j’avais l’embarras du choix.

Zélie referma le rideau, mais poursuivit la conversation. Je remis une tenue de saison, enfilant mon pull épais blanc à torsades et libérant mes cheveux châtains pour enfoncer un bonnet sur ma tête.

— Ne compte pas sur moi pour te plaindre, râla Zélie. Tu vas partir au soleil, pendant que nous, pauvres humains célibataires, devons subir le froid sibérien à Paris.

— On part juste dix jours, lui fis-je remarquer tout en sortant de la cabine.

— Dix jours où je dois me farcir les ultimes préparatifs de la soirée des généreux donateurs des musées de France.

— Bienfaiteurs, pas donateurs, la corrigeai-je. Et, de toute façon, je ne suis pas chargée de cette soirée, donc mes vacances ne changent rien.

— Bien sûr que si ! À qui vais-je pouvoir me plaindre des accès dictatoriaux de Christophe ? Et avec qui vais-je aller boire un verre chez Julian ?

Nous nous dirigeâmes vers la caisse du magasin, slalomant entre les idées cadeaux – des chaussons duveteux et des nuisettes affriolantes – et les clients prévoyants. À quatre semaines de Noël, j’estimais avoir encore un peu de marge avant de me lancer dans mes achats.

— Et surtout, qui va me rassurer dans les toilettes quand je tenterai de dompter ma chevelure ? demanda Zélie, en tentant d’enfoncer ses mèches crépues dans un béret blanc en laine.

— Tu survivras, assurai-je. Dix jours, Zélie, dix jours seulement.

— Tu as vraiment de la chance, soupira-t-elle.

— Tu sais, tu peux être dans un avion dans moins de trois heures et dans un transat d’ici demain matin.

— Ce n’est pas ce que je veux dire. Les vacances ne sont… qu’un détail. Mais, Juliette, tu rencontres Simon, fleurs, rendez-vous romantiques, premier baiser sur le pont Alexandre III, week-end à Deauville et maintenant la Barbade.

Zélie avait consciencieusement résumé mon histoire avec Simon, énumérant chaque étape avec une précision comptable. Tout était vrai. Simon était adorable, prévenant, élégant. Il avait tout fait dans les règles, faisant preuve de romantisme à chaque étape que nous franchissions. Il me rassurait et me soutenait. Un sourire rêveur orna mes lèvres : la Barbade marquerait un nouveau tournant dans notre relation.

— C’est vrai, j’ai de la chance.

Pour me séduire, Simon avait mis toutes les chances de son côté : il riait de mes blagues, il était attentionné et avait été très patient. Pendant un temps, j’avais envisagé qu’il se lasse, que sa patience et sa prévenance finiraient par s’effriter. Mais il s’était accroché et avait fini par cocher toutes les cases du petit-ami idéal.

Source : kobo.com

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-12-17T20:49:24+01:00

- Commençons par le plus simple : qu'est-ce que tu veux manger ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-12-17T20:49:02+01:00

- A quoi penses-tu ? demanda-t-il.

- On ne lutte pas contre l'univers.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-12-17T20:48:21+01:00

- Tu as dix ans de libres devant toi ? Parce que c'est au moins ce qu'il va te falloir !

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2020-12-17T20:47:57+01:00

- Pour moi, c'est normal et naturel. Et je serai très heureux que cela le devienne aussi pour toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lm58 2020-11-13T08:56:44+01:00

-Je reste.

Un large sourire éclaira son visage et cela suffit à étouffer mes derniers doutes. Il me contemplait comme si je comptais plus que tout, comme si j'étais le centre de son univers.

Je caressais son visage de mes mains, émue et bouleversée.

- A quoi penses- tu ?

- On ne lutte pas contre l'univers.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2020-10-20T18:52:39+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)J’avais Juliette et tout était parfait, aligné et génial. Parce qu’elle faisait battre mon cœur plus fort que n’importe quelle musique, parce qu’elle était celle qui m’avait montré que la vie pouvait encore être belle et douce et parce que, définitivement, on ne luttait pas contre l’univers.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2020-10-20T18:51:53+02:00

Spoiler(cliquez pour révéler)Parce que je savais maintenant qu’il n’y avait aucune chance pour que j’oublie Juliette, et qu’il était inconcevable que je la laisse quitter ma vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2020-10-20T18:51:35+02:00

Le quelque chose entre deux… je l’aime beaucoup. On devrait essayer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2020-10-20T18:50:32+02:00

— Je ne partirai pas, répéta-t-il ses yeux rivés aux miens. Je veux te réchauffer les mains pendant encore quelque temps. Et faire des sapins. Et t’embrasser, avec ou sans concours. Je vais évidemment demander à Gloria d’éviter de te vomir dessus.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode