Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Taiis : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Delirium, Tome 3 : Requiem Delirium, Tome 3 : Requiem
Lauren Oliver   
Juste quatre mots : Faites tomber les murs

par laura31
Delirium, Tome 2 : Pandemonium Delirium, Tome 2 : Pandemonium
Lauren Oliver   
http://wandering-world.skyrock.com/3074076381-Delirium-Tome-2-Pandemonium.html

Je viens juste de finir Pandemonium... Et ouaw. J'en suis encore tout retourné. Complètement chamboulé. J'ai attendu ce roman une année et un mois. Et ça y est. Le voyage est terminé. J'en veux plus. Encore et toujours plus. Plus, plus, plus. La suite de Delirium est tout aussi captivante que le premier opus. Plus. Plus. Plus. Je suis déjà en manque des mots de Lauren Oliver. De ses magnifiques expressions. De ses phrases qui m'ont brûlé les veines et ont fait frissonner ma peau. Je sors d'un brouillard épais et merveilleux. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.
Je sens que je vais vraiment avoir du mal à écrire mon avis. Pandemonium nous offre tellement d'émotions, tellement de sentiments, qu'on en ressort complètement abasourdis. Une nouvelle fois, l'auteure parvient à nous embarquer avec Lena dans un monde dystopique aussi horrible et atroce que passionnant et déchirant. On a les jambes qui flageolent, la respiration coupée, les yeux qui piquent. Les sensations de bonheur infini et de détresse intense jouent à nous faire souffrir à tour de rôle. On a l'impression que tout va bien, alors qu'on sait pertinemment que quelque chose cloche. On se blesse. On ouvre notre âme au monde poignant de Pandemonium. On souffre. Et on en redemande. Plus. Plus. Plus.
Le roman est divisé en plusieurs parties qui nous ramènent alternativement dans l'"avant" et "maintenant". Ainsi, nous découvrons comment Lena a évolué après la fin terrible de Delirium. Nous vivons avec elle ce qu'elle qualifie comme sa "renaissance". Nous découvrons un tout nouveau personnage. La Lena naïve et innocente du premier opus a complètement disparu. Un peu à la façon d'Hunger Games, Pandemonium n'hésite pas à refléter les failles et les cicatrices du protagoniste principal. La douleur et la peine sont définitivement ancrées dans le coeur de Lena. A tout jamais. Mais elle doit avancer. Continuer. Encore. Toujours.
Nous traversons dans les deux époques des moments très, très forts. Très durs psychologiquement, aussi bien pour nous que pour notre chère Lena. En pénétrant dans la Nature, elle va devoir affronter sa décision de quitter le monde des "Invulnérables". Mais, désormais, elle est forte. Déterminée. Forgée par son passé. Alors elle va réussir à s'en sortir. Enfin, elle va également recevoir l'aide importante d'une constellation de nouveaux personnages : Raven, Sarah, Tack, Blue, et j'en passe. Chaque nouvelle personne a un rôle bien précis dans cet opus : nous faire rire, nous émouvoir, nous faire pleurer, nous faire vibrer. Bref, on passe par une foultitude d'émotions tout au long de notre lecture. Mais c'est essentiellement dans l'"avant" que nous apprenons à les connaître, à s'attacher à eux, puis à éprouver de la tristesse.
A l'inverse, dans le monde de "maintenant", nous nous concentrons sur Lena. Le monde dystopique de la trilogie nous est, cette fois, exposé en profondeur. La révolte est complètement en place, et ça se sent. L'action est beaucoup plus présente dans ce second tome. Le chaos règne, l'adrénaline et le suspense vont crescendo. On s'agrippe aux pages du roman, les mains moites, pour parvenir à tenir le coup. Comme Lena, on se cramponne à quelques lueurs d'espoir, à nos rêves les plus fous.
Mais ce n'est pas tout. Car Pandemonium, bien que l'on aurait pu penser le contraire, regorge également de passion et d'amour. Oui, un nouveau personnage masculin va faire son entrée dans la vie de Lena. Et ce personnage, c'est Julian. Le fils du créateur de l'APASD, une association qui vise à supprimer le plus rapidement possible le deliria, la maladie de l'amour. Comment, pourquoi, à cause de qui ? Je vous laisse le découvrir. Mais comme je le disais, l'action est omniprésente. Préparez-vous donc à vivre les montagnes russes côté sentiments grâce à Julian.
Ce nouveau héros n'est pas comparable à Alex, mais je dois bien reconnaître que je l'apprécie grandement. Il représente parfaitement ce que la société de l'univers dystopique de Delirium veut nous faire comprendre : il gobe bêtement tout ce qu'on lui raconte, a peur d'approcher Lena, d'être contaminé par l'amour. Autant de choses qui m'ont rappelé mon addiction pour le premier opus de cette trilogie inoubliable, et qui m'ont permis de tomber amoureux de Pandemonium.
Rien que de repenser à tout ce qu'on traverse dans le roman, j'ai des palpitations. Tout est, une nouvelle fois, parfait. Lauren Oliver arrive à toucher l'endroit le plus profond de nos être. Nous émouvoir au plus haut point, c'est définitivement son truc. Elle sait nous renvoyer la dure difficulté qu'est celle de se battre pour ses rêves à la figure par le biais de mots et d'expressions saisissantes. Mais elle nous transmet sans cesse le même message : par amour, rien ne peut nous arrêter. Et c'est cela que je retiendrais du roman. Aussi bien grâce à la détermination de Lena que grâce aux instants palpitants, prenants, exaltés et profonds qu'elle va vivre avec Julian.
Nous sommes donc plongés dans un univers envoûtant, qui ne cesse de nous hanter et nous fasciner à la fois. L'aventure que vivent nos deux héros nous coupe le souffle et nous consume de l'intérieur. Jusqu'à la fin. Jusqu'à la dernière page, qui, elle, m'a laissé... Haletant. Écoutez-moi bien : ne lisez surtout pas la dernière ligne du roman si vous ne voulez pas vous faire spoiler. Car... Ouaw. Nous apprenons, enfin, ce qui est arrivé à Alex. Et, je vous préviens, c'est du très, très, très lourd. Je veux la suite. Sur-le-champ. Je ne sais réellement pas comment je vais faire pour attendre Requiem. Cette impatience, je vais la vivre comme une vraie torture.
En définitif, et je pense que vous l'aurez compris, Pandemonium est un roman brutal et extraordinaire, qui nous envoie autant d'espérances et de certitudes que de peines et de souffrances. On termine ce magnifique ouvrage les larmes aux yeux, avec un désir familier : une fois le livre refermé, on en redemande. Plus. Plus. Plus. Encore. Et toujours. Plus.

par Jordan
Delirium, Tome 1 : Delirium Delirium, Tome 1 : Delirium
Lauren Oliver   
Wahou, Wahou et re-Wahou!
Que dire? Un livre magique? Magnifique?
Au début il faut s'accrocher car il y a plein de choses à comprendre: la Procédure, leur mode de vie (au moindre écart de conduite: coups de matraque), la famille de Lena...
Les personnages sont attachants mais je regrette un peu que Grace ne soit pas plus présente... Alex est encore un de ces garcon trop beau et trop parfait =)
Pendant qu'on lis le livre on ne se rends pas compte à quel point on aime et quand on le pose on se dit "Mince, je l'ai déjà fini !!"
Vivement le tome 2 car cette fin nous laisse un peu sur notre faim =)

par Rachel
Les Nombrils, tome 4 : Duel de belles Les Nombrils, tome 4 : Duel de belles
Maryse Dubuc    Delaf   
j'aime les 4 tomes, mais dans celui là, je suis heureuse de voir Karine se bébattre et faire tout pour devenir la femme forte qu'elle essaye d'être mais empêché par Vicki.
Heureuse que tout se fini bien pour elle.
C'est un tome qui reste drôle malgrés les mesaventures de Karine. Je pense qu'après ce tome si on se trouve encore au lycée on le voit autrement et si on l'a quitté depuis longtemps on se remet un petit peu en question ...
Les Nombrils, tome 5 : Un couple d'enfer Les Nombrils, tome 5 : Un couple d'enfer
Maryse Dubuc    Delaf   
Génial!!!! Karine cherche toujours qui elle est , Jenny est toujours aussi bete, Vicky toujours aussi cruelle ( meme si ses plans ratent toujours), quand t a Albin.... dans le tome 4 il paraissait gentil mais la.... il entraine Karine du coté obscur de la force....

par Keirah
Les Nombrils, tome 6 : Un été trop mortel Les Nombrils, tome 6 : Un été trop mortel
Delaf    Maryse Dubuc   
Ce tome est fabuleux ! J'ai pris tellement de plaisir à la lire, c'est incroyable comme Delaf et Dubuc s'améliorent de tomes en tomes ! Les 2 ou 3 premiers n'ont je trouve rien à voir avec les derniers. Au début, c'était juste deux bombes et une moche. Et quelques histoires rigolotes autour d'elles. Maintenant, il ya une telle recherche des personnages, un scénario beaucoup plus intense, une évolution époustouflante de l'histoire et des personnages ! Ce tome m'a plus que comblée. Je ne lis plus les Nombrils pour me divertir, je le vis, ce qui signifie que cette BD est enfin rentrée dans mes préférées.
Les Nombrils, tome 2 : Sale temps pour les moches Les Nombrils, tome 2 : Sale temps pour les moches
Maryse Dubuc    Delaf   
J'adore cette BD!!!
Les personnages sont tp drôles et l'histoire est vraiment marante ;)
bon moment garanti =D
Les Nombrils, tome 3 : Les liens de l'amitié Les Nombrils, tome 3 : Les liens de l'amitié
Maryse Dubuc    Delaf   
C'est vrai que franchement, je plains Karine! Mais c'est un bd très drôle. Et je détèste Mélanie!

par avril96
Les Nombrils, tome 1 : Pour qui tu te prends ? Les Nombrils, tome 1 : Pour qui tu te prends ?
Maryse Dubuc    Delaf   
chaque chute est excellente !!! Jenny et Vicky sont de vraies peste mais c'est encore plus marrant comme ça ... pauvres karine !

par cam16
Les Aventures de Tintin, Tome 23 : Tintin et les Picaros Les Aventures de Tintin, Tome 23 : Tintin et les Picaros
Hergé   
LE dernier Tintin qui nous laisse un p'tit goût amer, car notre héros change, mais il n'est plus ou de moins en moins le héros qui grâce, à son action va rétablir l'ordre et la justice, il se trouve de plus en plus confronté au monde que nous connaissons et se retrouve souvent désemparé, voir inefficace devant les méchants! On sent un Hergé désabusé, qui milite beaucoup plus que dans ces premiers albums et réalise au crépuscule de sa vie, l'inanité de "certaines bonnes actions". quel dur constat. C'est sans doute ce qui ressort si fortement dans cet album et qui fait qu'il nous laisse cette sensation désagréable d'avoir perdu notre héros aussi bien physiquement, qu'intellectuellement... Fin.

par cathardy7