Livres
439 795
Membres
369 759

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:35:20+01:00

Il arrive toujours un moment où nos guerres, comme nos histoires, s'achèvent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par DML12 2015-04-30T16:13:59+02:00

« - Crois-moi, c'est autre chose. Quelque chose de magique.

Il prononça ses mots avec tant de sérieux que je cessai de rire.

- Tu penses que la magie existe, toi ? demandai-je, sincèrement étonnée.

- Tout existe, dit-il. Il suffit de savoir regarder au -delà des apparences. »

P.232

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:33:20+01:00

Tu crois qu'il faut toujours perdre une part de soi pour que la vie continue ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:24:43+01:00

Il m'apprit à respecter le temps de la douleur et de la peine, puis à leur tourner le dos.

-Laisse tout ça derrière toi, Tsell. Si tu emportes ton chagrin, il t'empêchera d'avancer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Heavenrock 2015-10-21T19:26:20+02:00

Ce jour-là, au bord du fleuve, Bo et Hama se firent une promesse folle : tant qu'ils seraient vivants, ils ne se quitteraient plus jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:35:03+01:00

Quand j’étais petit, un garçon du village m’avait prêté son vélo. Je m’entraînais à en faire sans les mains. Je suis tombé pas mal de fois! Mais finalement, j’ai compris comment garder l’équilibre et j’y suis arrivé. Nous aussi, on va tomber. On aura des bosses et des bleus. Mais on trouvera le bon équilibre. Je crois qu’on peut aimer sans les mains.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:34:15+01:00

Mais ce jour-là, dans ce carré de cimetière, j'ai peut-être senti que la mort et la vie n'allaient pas l'une sans l'autre. Et que rien ni personne ne saurait les séparer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alice_dck 2015-01-01T16:33:35+01:00

Il faut accepter de ne pas savoir. Sans quoi, on reste persuadé qu'on n'a besoin de personne, et on n'apprend rien du tout. Tu comprends ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Framb0ise 2017-03-08T11:39:51+01:00

Ses bras m'enveloppèrent, et très naturellement, il posa ses lèvres sur les miennes.

Ce fut doux et léger, comme une caresse du vent.

Lumineux comme l'aube sur la mer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par DML12 2015-04-30T16:17:13+02:00

« - Tu as l'air encore plus jolie que tu ne l'étais déjà, finit-il par lâcher.

C'était la première fois qu'un garçon de mon âge me faisait un compliment pareil. Mon coeur jaillit de ma cage thoracique pour faire un double alto, et j'eus peur qu'il vienne s'écraser à mes pieds.

Ne trouvant rien de mieux à dire, je dis :

- Toi aussi, Vigg, tu es joli.

Il se mit à rire et son rire s'envola. Il monta entre les murailles, vers le ciel, avant d'éclater à l'air libre, comme une bulle. Je levai la tête. Au-dessus de nous, entre la crêtes des falaises, les étoiles pâlissaient. Sans nous en rendre compte, nous venions de passer la nuit ensemble. Notre première nuit.

-Il faut vraiment rentrer, dis-je en songeant à la traversée et à je ne sais quelle catastrophe qui m'attendait à la maison.

- Oui, tu as raison, dit Vigg en remettant son sac sur son dos.

Il saisit ma main. Mais avant de se mettre en marche, il m'attira contre lui.

-Tu crois à la magie, maintenant ? me demanda-t-il.

Je sentais son coeur contre le mien. À cet instant, j'étais prête à croire n'importe quoi.

- La première fois que je t'ai vue, murmura-t-il, ton sourire m'a transpercé la poitrine. Pire que si tu m'avais tiré dessus à bout portant.

Ses bras m'enveloppèrent et très naturellement, il posa ses lèvres sur les miennes. »

P.240

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode