Livres
481 964
Membres
468 304

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Cal resta à ses cotés. Avec tant d'amour, d'admiration et de parfaite sérénité dans ses yeux gris, que cela brisa le coeur de Mara. Ce fut à ce moment là qu'elle comprit. Cal aimait tellement Tara que mourir à ses cotés ne le préoccupait pas. Ce qu'il voulait, c'était être avec elle. Et c'était tout. Mara mesura à quel point elle avait été ridicule, mesquine, jalouse et stupide. Elle laissa couler une larme. Et se jura qu'un jour, elle trouverait un garçon qui l'aimerait et la regarderait exactement comme Cal regardait Tara en ce moment.

Afficher en entier

Tara et Cal p.168

Elle perçût une présence derrière elle. Se retourna. C'était Cal. Il se pencha et lui murmura au creux de l'oreille:

"Pour toi. À jamais." Puis avec son célèbre sourire en coin, il sortit lui aussi.

Afficher en entier

Sonnée par sa déclaration, Tara finit par demander, avant de se perdre complètement dans les yeux gris qui la fixaient.

- Qu'est ce que tu veux de moi, Cal ?

- Ca, répondit Cal.

Et il l'embrassa.

Très doux au début, alors que les lèvres de Tara cédaient sous on insistance, son baiser se fit vite plus sauvage. Cela fit comme un feu d'artifice dans l'esprit de Tara. Il ne l'embrassait pas, il la dévorait. Comme on déguste une glace, il dégustait sa bouche et lui procurait des sensations incroyables.

Il pressait son corps contre le sien, comme une urgence, comme un besoin. Puis avant de perdre totalement le contrôle, il la relâcha.

Afficher en entier

Passages pas très importants pour l'histoire mais assez intéressants....d'une certaine façon ^^ :

-------------------------------------------------------------------------------

" Elle ferma les yeux. Comme toujours, elle se retrouvait prise entre le marteau et l'enclume.

- Parfois, dit-elle, j'aimerais redevenir une petite fille. Sans responsabilités, sans terreur, sans dilemme.

Elle rouvrit les yeux et rencontra le regard brillant de Cal. Qui n'était pas d'accord.

- Moi, je te préfère en grande fille, dit-il avec tout un monde de sous-entendus dans sa voix. Beaucoup, beaucoup, plus intéressant. Quoique, j'avoue, j'aimerais bien jouer à la poupée avec toi. Ou au docteur ? Non ? ça ne t'intéresserait pas ?

Tara ne put s'empêcher de rire. Il arrivait toujours à désamorcer son angoisse. Ce devait être une sorte de don.

- Bon sang, grommela Fafnir, trouvez-vous une chambre et qu'on en finisse avec cette tension sexuelle entre vous, ça commence à me faire friser les cheveux, tous ça !"

-------------------------------------------------------------------------------

" Cal la regarda, puis écarta la fente de la robe de Tara, la remontant pour dénuder sa cuisse nue, ses mains chaudes autour de l'attache de la dague. Tara eut un peu de mal à respirer, mais qu'est-ce qu'il..."

Afficher en entier

Ils se posèrent. Rouvrirent les yeux. Tara vit Cal et se précipita dans ses bras. Cela apaisa le Voleur qui venait d'avoir la peur de sa jeune vie.

- Jamais, tu m'entends, fit-il d'une voix tremblante, jamais tu ne recommences un truc pareil. Je n'ai pas envie de faire une crise cardiaque à mon âge, sérieux.

Afficher en entier

"-Cal, je suis tellement désolée !

Le jeune homme la regarda d'un air surpris.

-Désolée ? Mais pourquoi ? Ce n'est rien à côté des risques que je prend tous les jours dans le cadre de mon métier, Tara, idem pour toi dans l'exercice du tien. Nous avons choisi, ou avons été choisis et nous l'avons assumé. Ne sois pas désolée, parce que tu n'y es pour rien, pas plus que Robin a mon avis. (Son ton changea radicalement.) Je peux avoir un baiser ? Non mais je demande parce que si je bouge pour te le voler, j'ai quatre-vingts chances sur cent de rater ta bouche.

Tara rit de nouveau et se pencha vers le voleur. Elle l'embrassa avec douceur et tendresse, même si très rapidement leur baiser devint netement plus brûlant. Cal gémit lorsqu'elle s'appuya involontairement sur sa poitrine encor douloureuse et Tara sursauta, navrée.

-Oh là là, je suis désolée, je t'ai fait mal ?

-Certainement pas, répondit fermement Cal. Et arrête de t'excuser. Deux fois en dix minutes, c'est deux fois de trop. Va te coucher avant que je ne bousille tous les efforts du chaman pour me remettre sur pied. Tu es une tentation vivante, tu devrais être interdite !

Tara se leva avec un ravissant sourire après l'avoir embrassé une dernière fois. Elle aimait bien être une tentation vivante. Elle trouvait cela très amusant en fait."

Afficher en entier

Tara respira profondément afin de détendre son ventre qui se nouait.

- Je vois. Donc tu as piégé la plate forme où ils [les démons] vont arriver?

-Non, répondit calmement Lisbeth, ils pourraient le détecter. Nous avons trouvé mieux: c'est toute la planète qui est piègée.

Tara en resta bouche bée.

-Tu...tu veux faire exploser une planète?

-Non.

-Ah, je préf...

-On va la faire imploser.

Afficher en entier

"Moi, je te préfère en grande fille, dit-il avec tout un monde de sous entendus dans sa voix. Beaucoup , beaucoup plus intéressant. Quoique, j'avoue, j'aimerais bien jouer à la poupée avec toi. ou au docteur? Non? ça ne t'interesserait pas?"

Afficher en entier

Tara laissa échapper un cri et prenant les gardes par surprise bondit en avant,les mains déjà illuminées d'un feu mortel .

Car le salon était dévasté.

Et un corps ensanglanté gisait au milieu d'une bien trop grande flaque de sang.

Cal

Afficher en entier

- Et vous êtes ?

Le garçon rougit.

- Oh, pardon ! Je suis un gnome.

Moineau écarquilla les yeux. Mais qu'est-ce qu'il racontait, le type, là ? Les gnomes mesuraient une trentaine de centimètres et étaient bleus. Il ressemblait autant à un gnome qu'une fleur de tatchoum à une licorne.

- Je m'appelle Glubl Gulbluble. J'arrive de Santivor, j'accompagne l'ambassadeur des D...

Il s'esclaffa, regardant derrière Moineau.

- Euh, je crois que votre amie vient de renverser son goblet sur mon ambassadeur.

Moineau se retourna, surprise. Il désignait un gros pot de fleur aux verdoyants branchages. On avait servit de l'alcool à Tara et elle détestait ça, mais comme c'était la production de l'un des prétendants et qu'il avait expliqué que c'était une liqueur unique et très rare, elle avait essayé de s'en débarrasser discrètement.

En le vidant dans le pot de l'abassadeur de Santivor, planète exclusivement peuplée par des plantes intelligentes, les Diseurs. Sauf que celui-ci ne ressemblait pas du tout à un Diseur.

Il ressemblait vraiment à une plante de pot.

Glubl se précipita dès que la plante se mit à bourdonner, car tous télépathes et se nourissant de lumière et d'eau, les Santivoriens n'avaient pas de bouche. Cependant, ils étaient capables - Moineau ne savait pas très bien comment - d'émettre des espèces de sons sifflants ou très sourds par les petits trous qui leur servaient de nez et vu... ou plutôt entendu... ceux qu'il émettait en ce moment précis, il n'avais pas l'air content. Du tout.

Moineau suivit Glubl. Elle croyait que seul les gnomes bleus pouvaient "entendre" les pensées des Santivoriens, mais si Glubl était effectivement un gnome déguisé en humain, il devait en être capable aussi.

Le gnome géant qui ne ressemblait pas à un gnome s'inclina devant Tara, rouge comme une pivoine, qui, les yeux écarquillés, n'arrivait pas à croire qu'elle s'était mise dans une telle situation.

Cela frôlait carrément l'incident diplomatique...

Soudain le pot de fleurs géant bascula, tout en bourdonnant comme une sorte d'abeille géante, marron et... marron. Affolée, Tara se précipita, tandis que Moineau tentait de maîtriser le méchant fou rire qui menaçait de la déborder. Avec l'aide de Glubl et de son amie, la jeune fille blonde redressa le Diseur. Qui agitait furieusement ses branchages.

Soudain, Glubl éclata de rire. Tara, stupéfaite, se tourna vers lui.

- Qu'est... Oh là là, je suis désolée, balbutia-t-elle... Dites-lui, hein, que je suis désolée... Mais alors, désolée de chez désolée... Où est-ce que j'en étais, moi ? Ah oui, qu'est-ce que le très digne représentant de la planète Santivor a dit ?

- Qu'il est complétement bourré. Enfin, il a dit qu'il avait les racines engourdies et que ses bourgeons bourdonnaient de béatitude, mais la traduction veut à peu près dire ça. Il est bourré.

- Pardon ?

- Mais il adore ça.

- Pardon ?

- Oui, il n'y a pas d'alcool sur Santivor, l'idée ne leur est pas venue de faire macérer des fruits, après tout, ce sont des végétaux eux aussi, intelligents, certes, mais des végétaux quand même, donc jamais l'un d'entre eux n'a eu l'occasion d'en goûter, ou plutôt d'en absorber par les racines. Votre Altesse Impériale, je crois bien que vous venez de convertir toute une civilisation aux joies de l'alcoolisme !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode