Livres
469 803
Membres
437 598

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Cela fait un moment que je repousse l'échéance d'écrire ce commentaire, mais le moment est venu. Je ne pouvais pas y échapper. Comme je ne pouvais pas me permettre de ne pas terminer Tara Duncan, je ne peux pas m'empêcher d'écrire ce commentaire. Ainsi, la boucle est bouclée. Il était temps ! (Quoique, avec le second cycle... Mais j'y reviendrais plus tard) Je préviens : J'ai beaucoup de choses à dire sur ce tome. Des choses qui seront déplaisantes pour certains. Si vous n'y tenez pas, ne lisez pas ce commentaire. Je me doute que ce que je vais dire ne va pas plaire du tout à certaines personnes, mais j'y tiens. Et grande nouvelle : La liberté d'expression existe, et je ne compte pas m'en priver, quitte à en froisser certains. Commençons.

Tout d'abord, le texte en lui-même. Je l'avais déjà remarqué auparavant, mais cela ne s'est pas arrangé : Des tournures de phrase maladroites, des phrases trop longues qui perdent le fil, … Il y a un grand nombre d'indications qui laissent une impression de brouillon. Un exemple : « Tara réprima un aaaaah ». Autant utiliser le terme « cri », non ? Je chipote mais, ça donne réellement une sensation de brouillon, de lire une fan-fiction, et non un livre. Cela ne fait pas du tout sérieux.

On peut noter aussi l'ajout de détails parfaitement inutiles, sur les tenues extraordinairement sexy de Tara (N'oublions pas, surtout), entre autre. « magnifique yeux bleus », etc, comme si on nous le rabâchait pas depuis douze tomes, déjà.

Je ne sais pas vous, mais en lisant ce livre, j'avais la nette impression que c'était écrit … comme si on s'exprimait à l'oral. C'est une spécificité de l'écriture de Sophie, certes, mais pas plaisante pour autant. Après douze tomes, après que les personnages aient évolué et soient devenus adultes, on peut s'attendre à autre chose. Certes, dans les discussions entre les personnages, il faut rester réalistes, c'est des jeunes, je suis d'accord avec ça – Mais pour le reste du texte ? Non. C'est un LIVRE (Je me répète, soit), on s'attend à tout autre chose !

Venons-en aux personnages … Autrement dit, la partie la plus longue et polémique. Tout ce que j'ai relevé, je vais l'indiquer sous balise SPOILER, mais je vais écrire un résumé pour ceux qui n'auraient pas lu ce tome : Les personnages adoptent des comportements totalement illogiques, incohérents avec leur personnalité. Robin ? Cal ? Si si, vous voyez de quoi je parle. Tellement qu'ils me sont devenus imbuvables. Pour moi, c'est devenu réellement n'importe quoi. Magister ? Antagoniste charismatique, nuancé et réel ? Un « méchant » totalement raté et ridicule, je ne suis même pas sûre qu'il effraierait des enfants. Selemba ? Vampyr dangereuse et impitoyable ? Les hormones l'ont rendue folle. Les personnages évoluant autour de Tara ? Leur évolution est déplorable, catastrophique, triste même. Oui, je regrette ceux des premiers tomes … Tara ? N'EN PARLONS PAS. Le reste ne vaut pas mieux. Mais ce n'est que mon avis.

Ce livre est rempli d'incohérences, à plusieurs niveaux. Par exemple, il y a une scène qui m'a bien fait rire... jaune. A la page 245, Mourmur qui utilise l'expression « CQFD ». Genre. Un. Savant. Autremondien. Utiliserait une expression pareille. Bien sûûûr. (Le « hot » de Mara aussi, si vous pouvez m'en expliquer l'origine, j'aimerais bien... Une autremondienne devrait plutôt utiliser les expressions de son peuple non ?)

Ah, autre chose : On sait tous ici que les personnages de cet univers sont beaux. Si si, ne nous leurrons pas. Ils sont TOUS beaux (ou presque). Chose très réaliste, n'est-ce pas ? Vous aimeriez vivre dans un monde rempli de jolies personnes ? Ca mérite réflexion … En attendant, je vais développer :

Spoiler(cliquez pour révéler)- En parlant de beauté, à chaque apparition d'Archange, on a droit à un paragraphe complet sur son extraordinaire beauté. Comme si on ne le savait pas depuis le temps. (Mais ce n'est pas le seul, ne le blâmons pas...)

Archange qui drague (ENCORE) Tara, de manière insistante et lourde (Quel est l'intérêt, franchement ? A part nous rappeler le fait que Tara est extraordinaire et belle et que tout le monde l'aime ? Ouh, attention, j'ai dis ce qu'il ne fallait pas). Et comme si cela ne suffisait pas, Robin est encore sous son charme... Bah oui, comment pourrait-il en être autrement ?

Ce ne sont pas les seuls à adopter un comportement incohérent. Eleanora … Je l'aimais vraiment bien... Avant. J'avais vraiment l'impression d'avoir à faire à un tout autre personnage, qui n'a rien à voir. C'est comme si Sophie s'était éclaté à détruire ce personnage et à le remodeler de manière totalement opposée (et nulle, aussi). (Et le fait qu'elle râle parce que Tara lui aurait « volé » Cal … On repassera, hein, sans commentaire ….)

- En parlant de Sanhexia … Expliquez moi la raison de son ajout aux membres de l'équipe en mission. C'est juste Inutile et illogique. Sa raison personnelle, sa motivation ? Suivre Demierus et le draguer. Quel personnage pathétique, creux et inintéressant. Mais ce n'est pas le seul.

En parlant de personnages ridicules (Et il y en a!), celui qui remporte la palme est bien entendu... Magister ! Franchement, la scène où Magister cherche à enlever Mourmur est d'un ridicule sans nom. Il laisse ses amis et Tara échanger des banalités juste devant lui, normal, comme s'ils prenaient le thé ensemble. Trouvez-moi la logique là-dedans. Sérieusement ! A chaque fois où il apparaît, on ne le prend jamais au sérieux (Et je comprend pourquoi... Cela doit être le pire « méchant » que j'ai rencontré …), ses ennemis n'hésitent pas à plaisanter et à discuter tranquillement à côté de lui sans le moindre souci, et Magister ne réagit qu'à peine. J'appuie mes propos : C'est le pire antagoniste que j'ai pu croisé dans un livre, il n'est pas du tout construit, ni réaliste, ni cohérent. Et sachant que cette série repose quand même en partie sur l'affrontement entre Tara et Magister … Pas étonnant que cela se casse la gueule littéralement, au vu de ces deux personnages … (SELON MOI, je précise)

Et Tara. Bah oui, je ne peux pas faire un commentaire sans parler de Tara. Tara, gentille Tara, qui ne veut pas tuer le Magister figé, parce que « c'est mal de tuer quelqu'un sans défense » …. OMGOMGOMG. Sériously ? Il est censé te faire les pires crasses, essayer de tuer tes amis et toi, s'opposer à toi et te compliquer les choses toute ta vie (ou presque), être un salopard fini et un meurtrier, MAIS on le laisse en vie parce que c'est maaaal. Putain, dans un contexte de guerre, vous allez me faire croire ça ? Tara a déjà tué, pourquoi maintenant ses valeurs morales se réveillent ? Mais voyons, c'est le personnage principal, la gentille, la par-faite (Oups je l'ai dis!) Tara, c'est normal... Dieu que je déteste ce personnage.

Et cette fameuse Tara comprend certaines choses (En étant la seule, hein), MAIS n'en informe personne et préfère agir de suite. C'est la seule à tout comprendre, évidemment. (Oh, oui, d'autres fois non, mais c'est tellement pas crédible et visible à 200km que l'auteur a essayé de rectifier le tir, il suffit de voir la différence entre ce volume et le volume précédent et les critiques qui ont été faites. Vous verrez, certaines choses qui étaient reprochées ont été modifiées dans ce tome, ce qui n'est pas plus mal en vérité, mais j'y reviendrais)

Continuons dans les incohérences. La reine (A QUEEN) des elfes qui vient voir Tara pour régler un problème... Il n'y a vraiment que dans Tara Duncan qu'on peut rencontrer ce genre d'énormité rigolote. En plus, la Tara ne flanchit pas et ne montre pas sa peur, han, trop forte la Tara !

Ah, et j'ai adoré le coup du : « ça aurait pu être toi Tara ! », juste après la mort de la reine. Je reconnais, beaucoup d'attaques sont dirigées contre elle. MAIS C'EST LA REINE BORDEL. Elle est beaucoup plus importante ! Et genre il faut croire OBLIGATOIREMENT que la cible soit Tara ! Bah oui. C'est elle la plus importante, suis-je bête ... (D'ailleurs, la scène de la mort de la reine est vraiment drôle, avec la réaction des personnages ...)

Petite Tara qui pleure la mort du garde … Et en parallèle, les centaines de morts causés par sa faute dans l'Invasion Fantôme ne lui causait aucun tourment. La logique ? Oh mais elle s'est enfuie depuis longtemps j'vous signale.

Poursuivons sur Tara, tant qu'on est partis. Les préoccupations de Tara sont vraiment infantiles (Quelques minutes à peine, elle pleurait la perte du garde, la reine des elfes est morte dans son palais, donc complications avec les elfes, vient d'apprendre que Daril est vivant, mais se préoccupe du fait que Cal soit effrayé de l'embrasser …) J'adore l'ordre de ses priorités et la logique de ce personnage, vraiment, j'en suis fan.

P 133 « Tara rosit. Elle avait eu du bol, c'était tout » Et modeste. « Du bol » ? Bah ça lui arrive très très souvent, hein. Voire tout le temps. Ne le niez pas : Vous croisez souvent quelqu'un dans la rue qui s'est fait ressuscité, qui a été handicapé et est de nouveau sur pied ? Présentez-le moi alors. C'est plus qu'avoir du bol. « Mais c'est magique ! » … Sans commentaire.

Parlons de la scène où Tara se redresse et où Cal l'admire. L'intérêt de cette scène ? Souligner sa grande beauté (On l'avait oublié) et faire une tentative d'humour. Humour très limite, au passage.

J'en ai terminé pour les personnages. Ce ne sont pas les seules choses à relever, mais on ne peut pas tout décrire. Je parlais d'humour, un peu plus haut : Je riais vraiment, dans les premiers tomes, j'adorais l'humour de ces bouquins, mais maintenant... C'est d'une LOURDEUR sans nom. Exemples :

Spoiler(cliquez pour révéler) Réaction de Mourmur face à la demande de bébé de Heagle, le passage avec Sanhexia à la page 123.

Ce n'est vraiment plus ce que c'était. J'avais espéré que le côté « jeunesse » s'améliore, en adéquation avec l'évolution des personnages, mais... Non, ce qui créé un véritable décalage. Et niveau lourdeur, cela ne s'arrange pas avec Tara et Cal … Dans les passages où ils apparaissent ensembles et seuls (le plus souvent), on ne fait qu'insister sur le fait qu'ils veuillent coucher mais ne peuvent pas. Ca se résume à ça les relations amoureuses de jeunesse ? Waouh. Quel beau couple, quelle relation approfondie, maîtrisée, plaisante et réelle... J'a-do-re. On s'en doutait : Si les personnages ne sont pas plaisants, les couples ne peuvent pas plaîre (En général, je parle). Pour moi, c'est le cas ici.

Il y a un dernier point sur lequel j'aimerais insister. Je cite Mara, à la page 176 (ce n'est pas un spoiler) : « Mais c'est ce que les gens aiment chez Tara. Elle est humaine. Elle fait des erreurs. Elle patauge. Elle s'en sort. Elle est comme tout le monde » Dîtes moi que vous avez compris. Non, si, peut-être ? Je vais éclairer : On croirait entendre la voix de l'auteur, qui essaye de se justifier des reproches qu'on peut faire au personnage de Tara, à savoir, d'être parfait. Tara peut recevoir beaucoup de qualificatif, mais pas d'être humaine. Selon mon opinion, Tara n'est pas du tout un personnage nuancé, ni construit, juste idéalisé au possible. Bien sûr, on glisse deux ou trois défauts, pour faire « genre », mais le résultat demeure le même. Elle fait des erreurs, ouaip. Mais s'en sort toujours. « Elle est comme tout le monde ? » Certes, dans la vie réelle, on rencontre tous des problèmes et on s'en sort plus ou moins. Mais Tara n'est PAS comme tout le monde. Comment peut-on croire que ce personnage a une véracité constructive ? Elle est belle, intelligente, forte, puissante, douée, maligne, talentueuse, drôle, taquine, indépendante, admirée, aimée, désirée, possède un familier unique, des capacités extraordinaires, héritière d'un Empire, … Et j'en passe. A part ça, elle est têtue et impulsive. Hmm. « Comme tout le monde », vous dîtes. Pardonnez-moi mon scepticisme, mais Tara reste un personnage mary-sue. Et Mara (Mara est l'intermédiaire préférée de l'auteur, visiblement) qui décrit Tara comme « Naîve, crédule et gentille ». Waouh, c'est les seuls défauts qu'elle lui a trouvées ? Venant de sa sœur en plus ? Ca veut tout dire, moi j'dis. (Et on peut supprimer le « Naïve » et « Crédule », à mon avis).

Il ne faut pas croire. J'adorais Tara Duncan, il y a de cela quelques années. Peut-être était-ce lié au fait que j'ai grandi, mûri, que mes attentes soient devenues plus exigeantes, mais en tout cas, cette série de livres a été celle qui m'a le plus déçu. Plus on avance dans l'histoire, plus cela se dégrade. Les personnages perdent de leur saveur, évoluent de manière déplorable et deviennent incohérents, irréels et imbuvables. Magister qui peut être élu pire «Méchant », et Tara la meilleure Mary-Sue de l'univers. L'intrigue ? Cela ne casse pas trois pattes à un canard, vraiment. L'originalité de Tara Duncan, qu'on vante souvent ? Moi je dis : Il suffit de regarder les prénoms. « Drrr », « Bouh », « Gul Gulgul » … Très recherchés. Ne parlons pas des « Vampyrs » ou des « Piqqq ». Un conseil : Changer l'orthographe d'un mot pour faire semblant d'être original n'est pas toujours efficace.

Et ce qu'on attendait le plus, après douze tomes, ne vient tout simplement pas. A croire qu'on s'est foutu de ma gueule pendant tout ce temps. Résultat ? J'ai perdu totalement mon temps avec Tara Duncan, qui n'en valait définitivement plus la peine à la fin. Je termine Tara Duncan avec un goût amer dans la bouche, très amer. Malgré tout, ce n'est pas le cas de tout le monde, tant mieux, j'ai envie de dire, heureusement pour l'auteur. Mais ça n'a pas marché avec moi. Et je ne recommanderais jamais cette série, au contraire. Tout simplement parce que je suis honnête avec mon ressenti, et que ce dernier est PERSONNEL. Je ne prétend pas avoir un avis universel. Je suis juste une ancienne fan terriblement déçue et amère.

H.S : Lire le deuxième cycle ? Certainement pas, je ne vais pas continuer ce massacre.

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode