Livres
446 740
Membres
386 268

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Pourquoi moi ? finit-il par gémir. J'étais plutôt peinard, Premier sortcelier, futur Voleur Patenté, bien au chaud au château. Je bossais un peu, mangeais beaucoup, pourrissais la vie d'Angelica, bref, c'était le belle vie. Et depuis qu'on connaît Tara, j'ai dû mourrir une demi-douzaine de fois, ce monde n'arrête pas d'être au bord de la catastrophe et je passe mon temps à essayer de le sauver et ma peau aussi, accessoirement !

Afficher en entier

Le petit voleur questionna d'un air rusé:

-Tara aura aussi droit à la clef de la chambre du trésor ? Non, parce que Manitou pourrait s'occuper de la cuisine, Moineau du protocole, Robin et Fafnir de vos guerriers, Fabrice des affaires courantes et moi de tout cet or, de ces joyaux et autres objets précieux en attendant votre retour

L'impératrice éclata d'un rire franc, chassant le malaise qui l'étreignait.

-Donner la clef de nos trésors au meilleur des Voleurs ? Je ne suis pas folle. Mais merci pour ta proposition désintéressée.

Chapitre XV: Les démons de Magister pages 146/147

Afficher en entier

-Laissez-moi dix minutes pour me préparer.

-Alors rendez-vous devant la porte de l'infirmerie dans une demi-heure !

-Chem ! J'ai dit dix minutes pas trente !

-Dame je crois certes à la magie mais pas aux miracles

Dialogue entre Selena et Maître Chem (Chapitre VII: Medelus page 69)

Afficher en entier

-Qu'est-ce que ce son horrible ? interrogea l'un d'eux, d'une voix blanche.

-Le cri de ta mère lorsqu'elle t'a vu à la naissance... blagua, goguenard, le second.

Afficher en entier

Extrait I :

Chapitre XX : Réduite !

Soudain une voix câline s'éleva dans la brume.

- C'est un poète terrien qui a écrit cet hymne à la beauté, Charles Baudelaire. Laisser moi, belle Charm, vous en réciter quelque vers. Hrrrmmm hrrrmmm :

"Viens-tu du ciel profond ou sors-tu de l'abîme,

Ô Beauté ? ton regard, infernal et divin,

Verse confusément le bienfait et le crime,

Et l'on peut pour cela te comparer au vin.

Tu contiens dans ton oeil le ouchant et l'aurore ;

Tu répands des parfums comme un soir orageux ;

Tes baisers sont un philtre et ta bouche une amphore

Qui font le héros lâche et l'enfant... euuuuh, l'enfant..."

Manifestement, le dragon avait un trou de mémoire, car sa voix diminua jusqu'à s'éteindre tandis qu'il cherchait le bon mot.

- Baveux ? suggéra Cal d'un voix forte qui fit un écho, Peureux ? Bleu ?

...

- "Qui font le héros lâche et l'enfant courageux", termina hargneusement Maitre Chem. Par Demiderus, on ne peut pas avoir un instant de tranquillité dans ce palais ? [...]

- Eh bien, gronda-t-il, dis-moi ce que tu veux !

Robin déroula la couverture dont il avait enveloppé Tara afin de la protéger du regard curieux des courtisants et présenta l'enfant. Maitre Chem haussa un sourcil mouillé.

- C'est un bébé, constata-t-il sobrement.

Cal ne put résister.

- Non, c'est dingue ! On se demandait justement quellesorte d'anmal cela pouvait être. On aurait dû deviner. Vous êtes forts, vous les dragons, y a pas à dire.

L'imprudent faillit terminer sous forme de brochette bien cuite.

Extrait II :

- Jeune ? Maitre Chem ? Eh bien ! C'est quoi, vieux, pour vous ?

La réponse tomba, implacable.

- A moins de cent mille ans, on est encore jeune chez nous.

Les adolescents regardèrent le dragon d'un autre oeil.

(Tome 3 : page 214 à 216)

Afficher en entier

- C'est un bébé, constata-t-il sobrement.

Cal ne put résister.

- Non, c'est dingue ! On se demandait justement quelle sorte d'animal cela pouvait être. On aurait dû deviner. Vous êtes forts, vous les dragons, y a pas à dire.

Afficher en entier

Dame Auxia, la brume cousine de l'impératrice et gouvernante du palais, et maître Chem se levèrent en même temps, descendirent de la tribune et s'avancèrent vers Tara. Dame Auxia fut légèrement plus rapide ; elle s'apprêtait a dépasser le vieux dragon lorsque celui ci farça le pas. Dame Auxia accéléra, maître Chem également. Eberlués, Tara et ses amis virent les deux représentants officiels se mettre à courirdans leur direction. Soudain, le vieux mage tendit en ricannant la jambe devant lui.

Afficher en entier

- Mainenant...maintenant, il faut...que je vous dise.Magiter.Je sais qui est Magister !

Tara écarquilla les yeux.

- Comment ?

- J'avais perdu mon odorat en tombant dans un champ d'astophèles, murmura-t-il. Mais je l'ai enfin retrouvé. Et j'ai reconnu son odeur. C'est...

Le souffle lui manqua.

Afficher en entier

- Tara,tu es sûre de toi ? s'inquiéta Manitou qui se demandait distraitement si les chiens aussi pouvaient avoir des poils blancs à force de se faire du souci. Se battre contre Magister est une chose. Mener une véritable guerre en est une autre !

Tara se planta devant son labrador d'arrière-grand-père.

- Sais-tu ce que me rabâche l'Impératrice depuis un an ?

- Euuuh, non, répondit-il, impressionné par l' attitude décidée de Tara.

- Elle me dit que le pouvoir s'exerce en solitaire. On a des conseillers, des amis, des parents, des ministres pour prendre leur avis. Mais au final, on choisit toujours seul. Ou alors on est pas capable de diriger un empire. Autant se reconvertir dans la production de carottes au fin fond de la Krasalvie orientale. Alors oui je suis sûre. Je ne laisserai pas Magister user de chantage et de kidnapping pour obtenir ce qu'il veut. En plus, il vient de commettre une grave erreur. En un an, l'Impérator m'a fait ingurgiter des quantités de manuels militaires, nous avons travaillés sur les terrains de simulation avec différentes armées, je ne suis donc pas totalement démunie face à ce type de menace. Et la dernière fois, j'ai gagné, b... !

Afficher en entier

-Voici Mul Mar Tag Kullog ! indiqua Trendir avec une certaine emphase.

-Mul Mar ... dites donc, c'est un peu long comme nom, observa Cal, encore ému par la beauté de la montagne.

Le Saltarens eut un petit rire.

-En fait, cette appellation provient d'un quipropo. Il y a de cela des centaines d'années, un explorateur sortcelier, en quête des sources du fleuve t' sil qui traverse notre pays, réussit à échapper aux vers. Parvenu dans un village de la forêt, de l'autre de la montagne, et après avoir persuadé ses habitants qu'il n'était pas comestible, il leur demanda, e, désignant la montagne: "Et cela, c'est quoi ? -Mul mar tar kullog !" répondirent-ils. Il crut que c'était le nom du massif et l'enregistra comme tel sur la carte.

Cal, sans en comprendre la raison, voyait bien que le félin était hilare.

-Et alors ?

-Eh bien, leur réponse signifiait: " ça, c'est une montagne, imbécile !"

Chapitre XXV: le Grand Cacha page 289

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode