Livres
446 905
Membres
386 709

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle plongea ses yeux bleus dans les yeux dorés et le monde exxtérieur disparut.

Elle se pencha, évita la joue et posa ses lèvres sur les lèvres de Sylver.

Il fut tellement surpris qu'il en resta totalement immobile, incrédules. Ce n'était pas unbaiser d'amour, car Tara n'était pas encore amoureuse de Sylver. Pas encore du moins. C'était un baiser d'une tendresse inouïs. Qui lui fit venir les larmes aux yeux. Elle n'avait pas hésité. Elle v'avait pas eu peur. [ ...]

Non. Elle toucha son coeur à jamais.

_Tara ?

Une voix incrédule fit se redresser la jeune fille.

Quelqu'un se précipitait vers elle. Elle vacilla. Ce n'était pas possilbe! Incapable de se relever, la nausée au bord des lèvres, elle leva les yeux. Vers un visage inoubliable. Elle plongea dans des yeux de cristal.

Robin.

Afficher en entier

Tara ne reagit pas. Elle regarda Cal. En fait, non, il était devant elle alors elle percevait sa présence, c'était tout. Il aurait pu être un arbre, un fauteuil, un krakdent. Elle s'en fichait. Sa joue la cuisait, mais elle s'en fichait.

En face d'elle, le garçon ferma les yeux, comme si il attendait que la jeune fille le transforme en crapaud. Si elle n'avait pas été aussi désespéré, tara aurait pu en rire. Ou être en colère. Oui, elle aurait pu le transformer en ver de terre, histoire de lui apprendre à la frapper.

Mais elle n'en fit rien. Tout lui était indifférent. Elle flottait dans un épais brouillard de culpabilité, de chagrin. Et de regrets. Plus rien ne comptait. Robin était mort. Sans cesse elle vivait et revivait ses derniers instants. Ce qu'elle aurait pu faire, comment changer le destin. Le film passait en boucle.

Et c'était un film d'horreur.

Afficher en entier

-J'ai discute avec un dieu, haleta Tara en s'efforcant de moderer sa course pour qu'Angelica puisse suivre le mouvement.

-Un quoi ?

-Un dieu, un de ceux des Edrakins. Sylver digera l'information.

-Et alors ?

-Ca s'est mal passe. Je crois qu'il est fache.

Afficher en entier

Angelica ouvrit des yeux ronds.

-Les humais ne te suffisaient pas, finit-elle pas ricaner, a motie courber pour reprendre son souffle, tu es passee au stade superieur, c'est ca, l'Heritiere ? Maintenant tu affrontes des dieux ? Qu'est ce que tu planifies apres ? Hein ? Parce qu'au niveau ennemi, la, tu vas te retrouver un peu a court ! Au dessus des dieux, y a plus grand-chose !

Afficher en entier

Pendant des jours et des jours, Tara refusa tout. De manger. De se laver. De parler

Elle ne faisait que dormir et pleurer.

Après l'avoir trouvée en train de sangloter en serrant sa click dans sa main au point de se faire saigner, Cal la lui confisqua purement et simplement. Le gadget avait été créé pour lui permettre de communiquer avec Robin, ils la portaient tous les deux en boucle d'oreille. Aujourd'hui, l'objet de quartz et de métal lui rappelait trop celui qu'elle avait perdu.

Cal, désespéré, dut s'occuper d'elle. Elle s'agrippait au manteau de Robin comme si c'était une partie d'elle. Elle refusait de s'en séparer. Cal laissait aux Elémentaires le soin de la laver et de la sécher, et la sécher, et la changeline, son extraordinaire entité garde-robe-armurier, le soin de la vêtir et de la dévêtir.

Il était un garçon, quand même, et manipuler le corps d'une jeune fille nue était tout simplement au dessus de ces forces.

Afficher en entier

Tara sentit une legere inquietude l'envahir.

-hrrrmmm, dis-moi,Xendiar, demanda-t-elle d'une petite voix, c'est quoi la peine a Omois pour avoir mis AutreMonde a feu et a sang, normalement ?

Xandiar ne repondit pas et lui fit signe de sortir.

L'inquietude de Tara s'accentua.

-Allez, dis-moi. Ce n'est pas... ce n'est pas un truc terrible genre... couic ?

Elle mima une lame passée sur son cou.

Afficher en entier

Au bout d'un moment, Angelica demanda d'une voix faible :

- Est-ce que quelqu'un a compris ce qui s'etait passé ?

- Il y a eu des trompettes, dit Sylver, dut on peu rassuré de celui qui se demande s'il n'a pas un peu forcé sur l'apéritif

- Et ensuite un feu d'artifice, renchérit Tara du ton tout aussi incertain de celle qui se demande A) si elle a eu des hallucination et B) si elle ne ferait pas mieux de s'acheter de bonnes lunettes.

- Et des éclairs et du tonnerre, remarqua Angelica d'un ton fatigué.

- Tres spectaculaire.

- Tu as entendu ce que la demone a dit ?

Tara faillit hocher la tetemais se ravisa. Elle avait l'impression que son crane allait se detacher d'un instant a l'autre.

- Oui, elle a dit qu'elle etait envoyer par Magister, mais j'avais deja trouve le tout tres bizarre avant sa declaration, hein.

- Hum, et qu'elle s'appelait Xoara quelque chose, rencherit Sylver qui, lui, l'impression que ses dents avaient une folle envie de quitter sa machoire.

- Quelqu'un sait pourquoi elle a hurlé si fort ?

- Ben, il y avait tellement de bruit a cause du tonnerre, du feu d'artifice et des trompettes, qu'elle n'avait pas tellement le choix. Dommage pour elle, les fleurs l'ont vissée direct. C'est a peu pres a ce moment-la que mes tympans ont éclaté.

- Tes tympans ont éclaté ? demanda Sylver, tres inquiet, mais...

- Non, non, dit Tara, c'etaitune boutade, mes tympans n'ont rien...enfin , juste trés mal, mais c'est tout.

Angelica et Sylver la regarderent d'un air curieux, Puis Angelica posa LA question :

- Et tu as une idée de la raison pour laquelle Magister t'a envoyé une demone pour tr tuer avec des trompettes et un feu d'artifice ?

- Et le tonnerre, Angelica, n'oublie pas le tonnerre, ajouta gravement Sylver.

Il y eut un instant de silence.

Ils se regarderent. Angelica tenta de resister, mais ce fut plus fort qu'elle. Ils éclaterent de rire. A s'en rouler par terre. Pliés en quatre, les larme coulant sur leur joues, ils etaient au milieu d'une foret qui risquait d'avoir leur peau d'un instant a l'autre, mais ils etaient incapables de s'arreter. Chaque fois que l'un d'entre eux tentait de reprendre son soufle, les autres hoquetaient : "Et le tonnerre, n'oublie pas le tonnerre !"

Tara crut qu'elle n'arriverait jamais a cesser de rire. (...) chapitre 16 Angelica ou lorsqu'on est dans un milieu vraiment hostile il est plus prudent de garder les mains dans ses poches... sous peine de les perdre betement.

Afficher en entier

Elle plongea ses yeux bleus dans les yeux dorés et le monde exxtérieur disparut.

Elle se pencha, évita la joue et posa ses lèvres sur les lèvres de Sylver.

Il fut tellement surpris qu'il en resta totalement immobile, incrédules. Ce n'était pas unbaiser d'amour, car Tara n'était pas encore amoureuse de Sylver. Pas encore du moins. C'était un baiser d'une tendresse inouïs. Qui lui fit venir les larmes aux yeux. Elle n'avait pas hésité. Elle v'avait pas eu peur. [ ...]

Non. Elle toucha son coeur à jamais.

_Tara ?

Une voix incrédule fit se redresser la jeune fille.

Quelqu'un se précipitait vers elle. Elle vacilla. Ce n'était pas possilbe! Incapable de se relever, la nausée au bord des lèvres, elle leva les yeux. Vers un visage inoubliable. Elle plongea dans des yeux de cristal.

Robin.

Afficher en entier

un énorme choeur de trompette éclata, surchargeant les fleurs qui s'etaient ouvertes en grand pour absorber le plus de bruit possible.

En meme temps, des eclairs, du tonnere et un feu d'artifice tonnerent tandis qu'une monstrueuse démone se materialisait au-dessus d'eux, indifferentes aux anti-transmitus. Elle hurlait si fort que sa voix couvrit meme les trompettes et le tonnerre :

-Moi xoarachivanridrovulatrévil, demone du cinquieme cercle, envoyée par magister, je te comdamne, tara duncan, à mo...

Elle n'eut pas le temp de terminer sa phrase.

Les fleur en totale surchage, dechargere toute la violence du son sur xoara, les edrakin et la foret.

Ils eurent juste le temp de voir l'expression ahurie de xoara avant qu'elle ne soit annihilée par la violance du choc.

Tous se qui se trouvait sur une distance de 20 metres fut proprement rasé, y compris la majorité des fleurs qui exploserent

Des morceaux de demone , de trompette et d'edrakin se mirent a pleuvoir un peu partout.

Afficher en entier

Utilisant sa force de loup pour basculer le lourd couvercle, il fit tomber avec un bruit sourd qui résonna dans toute la salle.

Devant lui, le corps haï de Magister reposait, son masque bien en placesur son visage.

Il leva son pignard.

Sylver, les larmes coulant sur son visage, baissa la tête, incapable de regarder la mise à mort de son père.

-Attend, hurla Tara, attend!

-Quoi ?

-Regarde ! Sa poitrine ! Il respire!

-Et alors ?

-Réfléchis, si nous avons détruit son esprit et que son corps n'est pas encore réparé, comment se fait-il que celui-ci respire ?

-Je ne sais pas, gronda Fabrice qui voulait en finir. Peut-être qu'il lui a jeté un sort ?

(...)

-Respire ! dit-elle à Fabrice. Sens-le. tu as un odorat de loup, bien plus puissant que celui des humains. Tansforme-toi et sens-le.

Fabrice fronça les sourcils, mais obéit.

Dès qu'il fut sous sa forme de loup, il se pencha et huma d'une longue inspiration. Ses yeux s'écarquillèrent.

-par le sang de mes ancètre, bredouilla-t-il, ce n'est pas Magister. La vache, ça sent comme... comme le perfum de l'impératrice ! tu sais, le machin avec la lavande et la fleur d'ylingouli ylingouli.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode