Livres
528 632
Membres
548 781

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Taranys : Mes envies

Le Dernier Drae, Tome 3 : La Couronne noire Le Dernier Drae, Tome 3 : La Couronne noire
Raye Wagner    Kelly St Clare   
Bonjour,
Je n arrive pas à trouver la date de sortie en France pour ce 3ème tome, est ce que quelqu un aurait une info svp ?

par Julie-519
Chasseuse de vampires, Tome 13 : Archangel's Sun Chasseuse de vampires, Tome 13 : Archangel's Sun
Nalini Singh   
Nalini Singh a écrit sur Facebook que le livre devrait sortir en novembre 2020 en anglais et que l'histoire n'est ni sur Elena/Raphael ni sur un des Sept.

par nekokuro
Throne of Glass, Tome 6 : Tower of Dawn Throne of Glass, Tome 6 : Tower of Dawn
Sarah J. Maas   
«"Get. Up." Her mouth tightened. "You want to die in this war so badly, then get up."»

*contient des spoilers des tomes précédents*

Donnez-moi un ruk, un wyvern, ou n'importe quoi! Je peux même y aller avec mes petites jambes. Mais laissez-moi aller me battre aux côtés de mes bébés! (Oui, je viens d'entrer dans la catégorie des petites fangirls hystériques qui disent 'mes bébés' en parlant des personnages qu'elles adorent et je me sens parfaitement à l'aise avec l'idée.)

Je pourrais littéralement écrire mille pages sur Tower of Dawn et ça ne serait jamais assez pour réussir à évoquer tous les sentiments et toutes les foutues émotions qui me sont passées dessus comme de violentes vagues durant ma lecture. Et puis en même temps, je n'ai pas assez de mots et je n'arrive même pas à faire le tri dans mes pensées.

Je l'ai déjà dit dans quelques reviews auparavant (j'aime me répéter) mais à chaque fois que je lis un roman (et surtout un roman de SJM), j'ouvre un traitement de texte dans lequel je note toutes mes réactions, toutes les scènes qui m'ont marquées, les citations, toutes informations intéressantes, etc... Si en général, je finis avec maximum cinq pages de brouillon qui m'aident ensuite à écrire ma review, pour le coup j'ai fini avec douze pages. Autrement dit, je ne sais pas si j'ai passé plus de temps à lire ToD ou à écrire tout et n'importe quoi sur mon foutu traitement de texte...

•Pour ceux qui auraient loupé le mémo, Tower of Dawn suit l'histoire de Chaol durant Empire of Storms (tome 5). À la fin de Queen of Shadows (tome 4), Chaol se retrouvait incapable de se servir de ses jambes. Lui et Nesryn ont donc fait route jusqu'au Continent du Sud pour trouver un guérisseur en mesure de redonner à Chaol toute sa mobilité. Mais en plus de cela, Nesryn et Chaol doivent tout mettre en œuvre pour convaincre la famille qui règne sur le Contient du Sud de se joindre à la guerre contre Erawan.

Je dois bien l'admettre; je ne m'attendais pas à autant aimer Tower of Dawn. Quand j'ai appris en même temps que tout le reste des lecteurs de SJM que le dernier tome était repoussé à 2018 et que cette année on aurait le droit à l'histoire de Chaol, j'étais un peu blasée. J'avais envie de retrouver Manon, Aelin, Elide, Dorian, Aedion... Pas Chaol et Nesryn. Cependant, je crois qu'il est temps que je cesse de sous-estimer Sarah puisqu'à chaque fois je finis sur le cul.

J'ai adoré Tower of Dawn. Pour un tas de raisons (que j'exposerais tout au long de cette review, of course). Mais globalement, ToD est un roman qui mélange parfaitement action, mystère, fantasy, romance, et un tas de petites autres choses irrésistibles.•

•L'univers de la saga me plait toujours autant. Et puis Sarah J. Maas ne manque jamais de quelques révélations croustillantes.

·Même sur un autre contient, les valgs ne sont jamais bien loin. SJM partage avec nous des petites infos sur nos vieux copains qui m'ont comblée de joie. À savoir comment ils sont arrivés dans le monde d'Aelin, pourquoi, etc... Et très honnêtement, si Erawan n'était pas le méchant de l'histoire, je crois que j'aurais un énorme crush sur lui.·

·C'est la même chose du côté des guérisseurs de la Torre. On découvre leur origines, le fonctionnement de la Torre, et on apprend quelques petites choses concernant les pouvoirs qu'ils détiennent. En tout cas, Sarah J. Maas m'en a dit suffisamment pour que je les aime quoi qu'il arrive.·

·On découvre un nouveau peuple: les Kaghanate (si je ne me trompe pas). Ces gars-là sont un mélange entre les indiens d'Amérique et les Dothraki. Clairement, ils ont la classe et ils sont badass.

Parmi les Kaghanate il y a les Rukhin (mon peuple de cœur). Ce sont des hommes et des femmes qui montent des ruks. Un ruk c'est un aigle qui vole... Wait. What? Je voulais dire un aigle géant. (Bien-sûr qu'il vole!) Et je n'ai qu'une question: Est-ce que je peux en avoir un moi aussi? Un bébé ruk, pour Noël. (Non, je ne pense absolument pas déjà à Noël...)·

PS: Je suis la seule à avoir hâte de découvrir la rencontre entre Kadara et Abraxos?•

•Ce n'est pas nouveau. La plume de Sarah J. Maas réussit toujours à m'emporter. Quoi qu'elle écrive, elle parvient toujours à faire de mon être une boule d'émotions prête à exploser en un millier de petites larmes. Sérieusement, je crois que je n'ai jamais passé autant de temps à essayer de ne pas pleurer comme un bébé.

En clair, Sarah J. Maas sait comment faire réagir le lecteur, comment l'immerger dans le récit.•

•Les personnages de Sarah J. Maas font partie des meilleurs, à mon humble avis. Je ne peux jamais m'empêcher de les aimer. Et si je suis bien heureuse de retrouver des têtes familières, je suis toujours partante pour de nouveaux venus. Comment résister à ces femmes fortes et badass? Ou à ces hommes super sexy avec leur genre guerrier romantique? Honnêtement, ma sexualité en prend un coup. ^^

·Sartaq, omg. Dès qu'il est apparu dans l'histoire, j'ai su. J'ai su qu'il volerait mon cœur et que je ne pourrais pas faire autrement qu'être à fond sur son personnage. Que voulez-vous? Il est parfait.·

·Chaol m'a vraiment plu dans ce tome. C'est un personnage que j'ai toujours adoré, c'est vrai. Il aura éternellement une énorme place dans mon cœur, c'est vrai. Mais son comportement dans Queen of Shadows m'avait un peu déçue. Et c'est pourquoi j'avais un peu peur de Tower of Dawn. Cependant, en lisant ce tome, j'ai non seulement découvert une nouvelle facette de Chaol que j'ai adoré mais j'ai aussi retrouvé un peu de celui qu'il était au début, le personnage qui m'avait rendue folle durant les premiers tomes de la saga.

Dans ce tome, je me suis rendue compte que j'avais un peu oublié que Chaol avait des sentiments. Ce n'est pas quelqu'un qui aime les partager, il préfère les enfermer et les oublier dans un coin. Tower of Dawn m'a fait comprendre son comportement, m'a fait réalisé que j'avais sous-estimer ses sentiments, et m'a mené à l'aimer à nouveau pleinement.·

·Si personne ne veut de Kashin, je suis preneuse! Parce qu'il est super mignon, il me donne envie de lui faire des câlins pour l'éternité. Et c'est sérieusement un personnage que j'espérais retrouver dans le prochain tome. De plus, il mérite d'être pleinement heureux avec quelqu'un de fait pour lui. Et je ne peux pas m'empêcher d'espérer que quelque part au nord, ce quelqu'un l'attend sans même le savoir. (Pourquoi pas?)·

·Je ne suis pas conte l'idée de jeter Arghun du haut d'une montagne. Aussi sexy sont côté mauvais puisse-t-il être, il m'a insupporté tout au long du roman. Lui et ses espions à la noix! Lui et son sourire arrogant. Lui et tout ce qui fait qu'il est... lui! Ahrrr!·

·Concernant Hasar, je suis partagée. Il y a une part de moi qui l'aime bien parce qu'au moins on ne peut pas dire qu'elle n'a pas de caractère. Et il y a une autre part de ma personne qui avait aussi envie de la pousser dans une piscine. Et de la noyer. (Comprendra qui pourra.)·

·Mon petit cerveau n'avait pas tilté en lisant le résumé mais mes chers amis, nous avons déjà eu l'occasion de rencontre Yrene Towers auparavant. Et pour ceux qui seraient en train de chercher dans leurs souvenirs, la novella The Assassin and The Healer, ça vous dit quelque chose? Eh oui, dans The Assassin's Blade, SJM nous présentait une petite guérisseuse qui croisait le chemin de Celaena. Eh bien, cette guérisseuse c'est Yrene!!!!

Du coup, j'étais d'autant plus emballée à l'idée de découvrir ce personnage. The Assassin and The Healer n'est pas une nouvelle assez longue pour que j'ai pu me faire un réel avis sur son personnage (au moment où je l'avais lu) mais j'ai adoré voir que sa rencontre avec Celaena a eu un énorme impact sur sa vie. Ça m'a rendue nostalgique.

"For wherever you need to go -and then some. The world needs more healers."

Bref. J'ai adoré Yrene. C'est une jeune femme forte, pleine de courage et d'espoir. Elle a une réelle volonté d'aider ceux qui en ont besoin. Elle est adorable, et en même temps elle a du caractère. Elle sait ce qu'elle veut et elle n'a pas peur d'aller là où son cœur la porte.·

·Borte... mon héroïne. Tout simplement.·

·J'ai eu le coup de foudre pour Yeran. Ce qui signifie que j'ai besoin de le voir d'avantage à l'avenir. Please!·

·Sincèrement, au départ, j'étais persuadée que je n'aimerai pas Falkan. Et puis j'ai découvert son histoire qui m'a touchée en plein cœur. Au final, c'est un personnage que j'aime beaucoup, auquel je me suis attachée à ma grande surprise. [spoiler]Le fait qu'il soit l'oncle de Lysandra et qu'il l'ait cherché pendant des années, waouh ça m'a émue. Et quand il a pleuré en apprenant qu'il allait enfin la retrouver, je ne vous dit même pas.[/spoiler]·

·Il faut vraiment que je vous parle de Maeve. Le mystère se lève autour de ce personnage. On découvre un point important du passé de la reine des salopes Faes. Et la révélation que nous fait Sarah J. Maas m'a laissé sur le cul. [spoiler]Maeve est en vérité une reine valg! OMFG.[/spoiler]·

·Je tiens juste à vous dire que je suis amoureuse de Shen. Et que c'est grave le personnage qui mérite sa propre histoire. ♥·

+ big up aux mentions d'Aelin, Dorian, Rowan, Manon... ^^•
[spoiler]++ Nehemia *pleure toutes les larmes de son corps*[/spoiler]

•La romance chez Sarah J. Maas c'est une plaisante douleur. C'est comme se laisser porter par le vent. Sarah J. Maas a une facilité pour écrire ses romances qui m'hypnotise. Et ma liste de ships s'allonge quoi que je fasse pour y résister.

·Yrene & Kashin· L'histoire entre ces deux-là est une histoire à sens unique. Yrene ne voit Kashin que comme un ami alors que lui a définitivement un énorme faible pour elle. Ce qui m’attriste vraiment pour le gentil garçon qu'il est. Mais je pense qu'à un certain moment dans l'histoire il se fait une raison et réalise qu'il y a sûrement quelqu'un pour lui quelque part... au nord, par exemple. (Je ne me déferait pas de cette idée, sorry.)

·Yrene & Chaol· Je crois que mon pauvre petit cœur les a aimé dès leur rencontre. Parce qu'ils ne sont pas tombés amoureux l'un de l'autre à la seconde où ils se sont rencontrés et parce que leur histoire n'est pas aussi simple qu'il paraît. Mais au final, je trouve qu'ils forment un bon couple. Ils se complètement à la perfection et ils sont en harmonie l'un avec l'autre. [spoiler]On a encore loupé un mariage.[/spoiler]

·Chaol & Nesryn· Je crois qu'à un moment j'ai shippé Chaol et Nesryn. Mais dès le début de Tower of Dawn, j'ai sentie que c'était le calme plat entre eux. On aurait dit que s'ils avaient un jour eu des sentiments l'un pour l'autre, ils les avaient jeté par-dessus bord durant leur voyage jusqu'à Antica. Mais au final, même s'ils ont eu du mal à l'admettre, je pense qu'ils savaient tous les deux qu'ils pouvaient essayer aussi fort qu'ils voulaient, ça ne marcherait pas entre eux. On ne peut pas vraiment dire qu'ils soient sur la même longueur d'onde.

·Nesryn & Sartaq· C'était mignon tout plein. Honnêtement, je ne sais pas quoi dire ce couple hormis le fait que j'ai vraiment bien aimé l'alchimie qui passe doucement entre eux. C'était écrit.

·Borte & Yeran· Ces deux-là, je suis fan. Quoi qu'il y ait entre eux, c'est palpable. Je ne savais jamais s'ils allaient se jeter l'un sur l'autre pour s'étrangler ou pour s'embrasser à pleine bouche. ^^

·Hasar & Reina· Je ne les ship pas spécialement. Mais je suis super heureuse que Sarah J. Maas ait intégré une romance f/f à Throne of Glass.•

•La fin m'a tuée. Elle était parfaite, bien-sûr. Mais tout-de-même, je suis morte à chaque mot lu. [spoiler] 1. Chaol est à deux doigts de mourir. Toutes les guérisseuses s'unissent donc pour le sauver. Et Yrene accepte un marcher; la vie de Chaol sera à présent liée à la sienne. Ils partagent une vie, en soit. Mais Chaol est à nouveau blessé au niveau de la colonne vertébrale et ne peut pas être "guéri". Mais avec la magie d'Yrene et le fait que leur vies soient liées, tant que les pouvoirs de Yrene sont à leur maximum, il peut marcher normalement. Quand ils ne le sont pas, il perd de sa mobilité et doit se servir du fauteuil. De plus, quand l'un mourra, l'autre mourra aussi. Together.

2. Quand les guérisseuses s'unissent pour sauver Chaol, elles guérissent la cicatrice qu'Aelin lui a laissé sur la joue la nuit de la mort de Nehemia. *je vais pleurer*

3. Les Khaganate s'allient finalement à Aelin et Dorian. Du coup, Maeve et Erawan ont du soucis à se faire vu tous les alliés qu'ont maintenant nos deux bébés.

4. Fireheart.[/spoiler]

•En conclusion, je vais avoir du mal à m'en remettre. Et attendre le dernier tome va être une torture. Je suis partagée entre l'envie de l'avoir maintenant et celle de ne jamais l'avoir. Parce qu'ensuite ça sera terminé. Et ça, je ne suis pas sûre que mon petit être puisse le supporter. C'est le genre de saga, d'histoire, qui a l'air tellement infinie!

En plus, je sens que mes bébés vont morflés.•

«I will cherish it always, no matter what may befall the world. No matter the oceans, or mountains, or forests in the way.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/10/02/tower-of-dawn-sarah-j-maas-2/

par Sheo
Throne Of Glass 7 : Kingdom of Ash Throne Of Glass 7 : Kingdom of Ash
Sarah J. Maas   
Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/kingdom-of-ash-sarah-j-maas/

Ma notation: 3/5

C’est quand même vexant lorsque l’auteure de l’une de tes séries préférées se casse la figure, tête la première, sur un final qui inspirait l’apothéose. Je m’attendais à beaucoup de choses, mais wow, pas à ce que ça dégouline de mièvreries et de facilités scénaristiques! Kingdom of Ash n’a rien de l’ingéniosité de ses prédécesseurs. Oubliez les coups montés d’Aelin. Oubliez les scènes d’action de dingue. Oubliez les révélations de tarés. Oubliez les émotions. OUBLIEZ TOUT.

Ça me fait mal au coeur de dire ça, mais en presque mille pages, il ne s’est rien passé de palpitant. C’était tellement mou que j’aurais du mal à vous citer une scène d’action digne de ce nom… En plus de ça, la progression de l’histoire était d’une extrême lenteur, j’avais beau tourner les pages, je n’en voyais jamais l’avancement! Les personnages ne font que voyager, braver la nature, sans qu’une seule action ne se produise! Il n’y avait aucun danger, aucune aventure.

[spoiler]C’est notamment le cas de la libération d’Aelin. C’était très long. Pendant un bon quart du livre, Rowan, Gavriel, Lorcan et Elide sont à la recherche d’Aelin. Normal, ça aurait été trop facile sinon! Sauf qu’Aelin parvient à se sauver toute seule. Certes, grâce aux rumeurs de l’existence d’un collier Valg, mais toute seule quand même. Quel était l’intérêt de nous faire croire à une évasion de dingue alors que l’héroïne allait se débrouiller par elle-même? J’ai l’impression que toutes ces pages avec les quatre personnages n’ont servi à rien, sinon à faire plus de pages…[/spoiler]

Ne parlons même pas de l’overdose de romance, j’ai bien cru que j’allais y rester. Il ne se passe pas un instant sans que l’auteure ne nous rappelle que Rowan et Aelin sont des mates. MATES, MATES, MATES. C’est exaspérant, et ça montre surtout que leur relation n’est plus basée sur les sentiments mais sur le concept de mates. Croyez-moi, je les adorais dans Heir of Fire, ils étaient si sublimes, surtout en carranam. Mais là, c’est comme si le concept de mating bond était la seule chose qui les liait. On ne parle plus d’amour, mais de mates. Je n’aime pas ça du tout!

Le nombre de couples se veut également frustrant et ridicule. L’auteure veut à tout prix caser ses personnages les uns avec les autres alors qu’ils n’ont même pas pris le temps de se connaître. Je ne vois même plus la différence entre ces couples, ils se forment tous de la même manière, et toujours avec cette idée de mates... Baah. Pourquoi un amour devrait-il toujours être réciproqué par un autre protagoniste? Pourquoi faut-il obligatoirement être mates pour qu’un amour soit reconnu?

[spoiler]Lorcan et Elide seraient mates. Aedion et Lysandra seraient mates. Ilias et Ansel seraient attirés l’un par l’autre. Je vais finir par m’arracher les cheveux.[/spoiler]

Au niveau des protagonistes, Aedion peut prendre un aller simple pour l’enfer. C’est un héros que j’avais apprécié dans les tomes précédents, mais alors là? Mon dieu, si je pouvais le pousser d’une falaise de mes propres mains… La manière dont il humilie et rabaisse Lysandra m’a énervée. Vous savez à quoi ça m’a fait penser? Au comportement d’un mec frustré qui n’allait pas tarder à battre sa femme. J’espérais vraiment que l’auteure mette fin à cette relation malsaine.

Par contre, je me suis délectée des chapitres dédiés à Manon et Dorian, ils ont évolué positivement! Contrairement aux autres, ils se consacrent pleinement à leurs missions et n’hésitent pas à faire des sacrifices. Manon laisse entrevoir ses faiblesses et sa part d’humanité, mais aussi sa détermination et son courage. Quand à Dorian, je suis juste bluffée! Il est si loin du prince égoïste et frivole, il est impitoyable et rusé. Il embrasse ses pouvoirs et se surpasse! Wouhou

[spoiler]Puis, honnêtement, je trouve que leur relation est la plus intéressante. Ils ont commencé à se fréquenter sexuellement pour finalement développer des sentiments amoureux complexes. C’est le seul couple qui se démarque! J’aime beaucoup aussi le fait qu’ils respectent la liberté de l’autre: Dorian veut que Manon reste libre d’un mariage arrangé qui serait pour elle une prison, et Manon fait confiance aux capacités de Dorian d’accomplir seul sa mission.[/spoiler]

Côté intrigue, je suis outrée par les facilités scénaristiques… C’est scandaleux. Si auparavant on avait des personnages capables de concocter des plans de fous, on se retrouve actuellement avec des coïncidences et des réussites hasardeuses! Certains personnages font des trucs en espérant que les autres comprendront: un protagoniste tente un truc, il ne sait pas ce qu’il fait mais il espère que ses amis agiront dans son sens. Mais en même temps, il le fait sans savoir si les autres comprendront, tout en espérant qu’ils feront ce qu’ils feront. OK. Sinon, y a un truc qui s’appelle la communication.

[spoiler]Je fais surtout référence au moment où Aelin souhaite piéger Erawan. Alors que ce dernier et Maeve arrivent en vue d’anéantir Terrasen, Aelin se met en travers afin de laisser aux autres le temps d’évacuer. Cependant, en s’interposant, elle souhaite que l’un de ses amis comprenne son message et fasse le nécessaire pour que Yrene se débarrasse enfin d’Erawan. Comme par hasard, Elide comprend son intention et fait ce qu’il faut, là où il faut, avec qui il faut. Elle a compris tout ça alors qu’ils n’en avaient jamais discuté avant. C’est trop pratique.[/spoiler]

[spoiler]Je pense aussi que Sarah J. Maas a fait une erreur avec le cadenas qu’Aelin était censée produire à travers son sacrifice. J’ai le sentiment que l’auteure voulait se débarrasser de ce moment afin de donner une fin heureuse à ses personnages, mais c’était mal pensé, je trouve. Car c’est le genre de bombe à retardement qu’on attend pour la fin, là où les ennemis ont été vaincus et où il faut réaliser un ultime sacrifice. En décidant de forger le cadenas avant la mort d’Erawan, le suspense a été levé. On sait qu’Aelin va survivre jusqu’à la fin…[/spoiler]

[spoiler]Ainsi, c’est une intrigue bâtie depuis le second opus autour des Wyrdkeys et du Cadenas qui s’envole en fumée en l’espace de quelques instants. Pourquoi ne pas se servir de leur magie au point où ils en étaient? Ce qui me gêne dans tout ça, c’est que l’auteure n’a cessé de monter en intensité en nous faisant croire que les clés étaient des pièces maîtresses quant à l’éradication d’Erawan, alors qu’en fait, leur rôle a été limité. C’est déconcertant.[/spoiler]

[spoiler]Franchement, Dorian et Aelin avec plus qu’un brin de pouvoir chacun? C’est beaucoup moins impressionnant. J’aurais préféré qu’ils se mettent à deux pour détruire Erawan, ça me paraissait plus logique que ce sacrifice nul qui ne m’aura fait vivre aucune émotion. « Sacrifice nul » puisque l’un se fait remplacer par son père tandis que l’autre revient à la vie… Au final, les deux plus grands détenteurs de magie ne sont plus que de vulgaires coquilles molles.[/spoiler]

[spoiler]D’ailleurs, en parlant d’Erawan, j’ai été déçue par la facilité avec laquelle les protagonistes sont parvenus à le tuer. En tant que Prince Valg, il était censé être plus intelligent et plus difficile à abattre… Sans compter qu’il se cache tout au long du livre. Il laisse son armée faire tout le travail et lui ne fait rien… C’est ça le grand ennemi? Quelle blague...[/spoiler]

[spoiler]Et ses six Princesses Valg qui ont envahi les corps des kharankui, on n’en parle pas non plus? Je croyais qu’on allait avoir des combats de malade avec ça, moi… Bah non, on n’en entendra plus jamais parler. C’est encore mieux que du David Copperfield, LOL[/spoiler]

[spoiler]Finalement, je me sens trompée par l’auteure qui place Maeve comme le grand méchant, alors qu’elle avait bien insisté sur la menace que représentait Erawan. Rappelons quand même que si Dorian avait tué Maeve lorsqu’il en avait eu l’occasion, ça aurait épargné bien des dégâts. C’est pour ça que je ne comprends en rien les choix de l’auteure, le Dorian actuel aurait éliminé Maeve sans broncher. Il a bien tué son père, non?[/spoiler]

[spoiler]Et si cela m’avait déjà bien déçue, je considère encore plus improbable le fait que tous les amis d’Aelin deviennent des rois et des reines: Nesryn devient l’impératrice d’Antica, Dorian devient le roi d’Adarlan, Manon devient la reine des sorcières, Aelin occupe le trône de Terrasen et de la partie Est de Doranelle, Sellene gouverne l’Ouest de Doranelle, Chaol dirige Anielle car il est la Main du Roi, Lysandra contrôle Cavaderre, Elide commande Perranth…[/spoiler]

[spoiler]Bref, ils sont tous vivants, ils sont tous beaux, ils ont tous les pouvoirs.[/spoiler]

[spoiler]Et le meilleure pour la fin: Darrow le têtu qui change subitement d’avis et couronne notre Aelin Reine de Terrasen parce que Evangeline lui a parlé de ses rêves de gosse… Euh… Ça ne vaut plus le coup de commenter. WELCOME TO BISOUNOURSLAND ![/spoiler]

[spoiler]Mes uniques moments d’émotion, c’était quand j’ai cru que Abraxos allait mourir et lorsque les Thirteen se sont sacrifiées. J’ai pleuré car je tenais vraiment à eux! J’ai été si triste pour Manon qui, encore une fois, est la seule à réellement donner dans cette histoire. Rien que pour ces deux passages, Manon et Dorian, j’ai attribué trois étoiles à cet opus.[/spoiler]

[spoiler]Le passage où Aelin voit Rhysand et Feyre durant sa traversée des mondes était plutôt cool.[/spoiler]

A part ça, j’aurais voulu que l’implication des alliés soit plus creusée. On ne les voit pas beaucoup et servent essentiellement de pâtée pour chats (soit de sacrifices aux Valg parce qu’il ne faut surtout pas toucher aux amis d’Aelin). Je m’attendais à des retrouvailles plus émouvantes et à des combats plus badass et collectifs. La déception passe mal!

Je pense avoir tout dit, je ressors mécontente de cette lecture. C’est du gâchis. Ma volonté n’est pas de cracher sur cette série dont j’ai aimé chaque tome antérieur à celui-ci, mais il faut être honnête!
An Enchantment of Ravens An Enchantment of Ravens
Margaret Rogerson   
Je viens juste de terminer ce livre et que dire si ce n'est que j'ai adoré !

Bien qu'il soit court, An Enchantment of Ravens plonge le lecteur dans un univers de Faes très bien écrit et très enchanteur. Içi, il n'est pas question de Faes séduisants mais de créateurs se cachant sous un glamour à l'apparence humaine.
L’héroïne est très attachante et il est très facile de se voir en elle. Rook, lui, est adorable et rafraîchissant. Exemple ? Il ne comprend pas la moitié des émotions humaines et cela donne parfois des situations très comiques.
Le style d'écriture est agréable et l'auteur a une façon très poétique de décrire les paysages et surtout les forêts. En parlant de forêt, j'ai trouvé que l'univers était très bien travaillé. Sans même avoir visité la totalité de ce monde, j'ai eu l'impression d'avoir fait le tour, d'avoir tout compris et de ne pas avoir de manque.
Le fait que Rogerson ait joué sur des Faes à l'apparence monstrueuse est aussi une vraie bouffée d'air frais et peut être la plus grosse raison de mon amour pour ce petit bijou.
Enfin, je dirais que la fin est très satisfaisante toute en laissant place à l'imagination et, qui sait, une possible suite ?

P.S: Pour ceux intéressés, la couverture est de Charlie Bowater et je conseille fortement à tous les fans de Sarah J Maas d'aller voir son tumblr puisqu'elle a fait énormément de fan arts de ses séries.

par Pixma33
Nevernight, Tome 1 : N'oublie jamais Nevernight, Tome 1 : N'oublie jamais
Jay Kristoff   
«Never fear. Never flinch. And never, ever forget.»

Nevernight n'a pas été écrit pour les âmes sensibles. Et heureusement pour ma petite personne, je n'en suis pas une. Il aurait vraiment été regrettable de passer à côté d'une telle perle.

Je peux être vulgaire? Jay Kristoff ne se prive pas alors je crois que ce commentaire peut être vulgaire. Histoire d'être un minimum à sa hauteur?

OK.

Alors.

ARRH!

Je n'y arrive pas. Je ne trouve pas un gros mot qui soit à la hauteur de Nevernight. ^^

Vous avez remarqué que je ne sais pas quoi dire, n'est-ce pas?

Nevernight est une tuerie.

Littéralement.

Et bien-sûr, moi âme insensible, j'ai adoré!!!!

Résumé de Nevernight en une longue phrase mais une phrase quand-même:
Mia veut venger sa famille et pour cela rien de mieux que d'intégrer le Poudlard des assassins (The Red Church), où les cours donnés sont différents de ceux que Harry Potter suivait mais tout aussi fascinants, si vous aimez prendre des bains de sang. ;)

Alors? Vous êtes tentés?

Oui, donc, Nevernight est sanglant. Et pas que! Jay Kristoff n'a eu peur de rien en écrivant ce roman.

Et on l'en remercie de tout notre cœur parce que c'est SPLENDIDE.

D'ailleurs, en parlant de Jay Kirstoff et de Nevernight, cette plume!! OMFG.

Bien que j'ai eu besoin d'une cinquantaine de pages pour m'y adapter, je ne peux nier que cet auteur a une plume de dingue et qui mérite vraiment d'être lue.

Alors pour vous expliquer un peu, Jay Kristoff est un professionnel de la description parfaite. C'est-à-dire qu'il va vous donner absolument (ab-so-lu-ment) tous (tous!) les éléments dont vous avez besoin pour visualiser une scène, un personnage, ou autre avec des mots triés sur le volet sans que le tout soit lourd et d'un ennui insupportable.

Sa plume a parfois un côté poétique, ce qui est assez délirant dans un roman où trancher des gorges est un passe-temps. C'est intense, aucun problème pour ressentir les émotions des personnages ou l'atmosphère du moment. Pff! Je ne sais même pas quoi vous dire qui puisse vous faire comprendre mon amour pour sa plume.

...

Maintenant que j'y pense.

À la page 16 de ma copie (signée par l'auteur, j'en fais ma nouvelle fierté♥) j'ai écrit (détendez-vous, je l'ai écrit sur un post-it que j'ai ensuite collé à la page) «Ces mots s'immiscent en vous comme un froid glacial que vous accueillez à bras ouverts.» Oui 1. je me sentais d'humeur à écrire une phrase soit-disant super profonde, et 2. je n'étais qu'à la page 16 et j'aimais déjà Nevernight. Si ça ce n'est pas un coup de cœur! ♥

De manière générale, Nevernight est un roman bien complet.

→ Le scénario est addictif, cohérent, et imprévisible. L'auteur ne nous donne pas une seconde pour nous ennuyer, les rebondissements et retournements de situations sont bien présents et j'en passe. Autant dire que ça vaut carrément la découverte.

→ Le world building est intéressant et ne laisse la place à aucune question sans réponse. J'ai beaucoup aimé ce que j'en ai découvert. Et c'est peut-être bête mais j'adore le fait qu'il y ait trois soleils et que le temps passe autrement - j'admets que je pourrais pas l'expliquer mais si vous avez lu Nevernight vous comprenez sûrement où je veux en venir. Et si vous ne vous êtes toujours pas lancé et donc que vous ne voyez pas où je veux en venir, eh bien vous n'avez qu'à aller lire Nevernight. ;)

The Red Church est un endroit qui m'a fascinée. Honnêtement, je ne suis pas sûre que j'y mettrai les pieds, pas pour tout l'or du monde, mais si jamais vous avez le goût du danger (et le mot est faible), TRC pourrait être votre prochaine destination de vacances!

Avant de me lancer dans les personnages, je veux parler romance. Si vous êtes un romantique ou si au moins vous cherchez une romance, Nevernight n'est pas fait pour vous. Je veux dire, concernant Mia et Tric, il y a bien des sentiments entre eux mais ils n'y pensent pratiquement pas et n'en parlent pas du tout entre eux. Ce n'est une romance à proprement parler. En gros, ils couchent ensemble, rien de plus. Du sexe, donc.

Cela dit, je suis bien heureuse qu'il n'y ait pas de romance à proprement parler et que nos personnages s'en tiennent au sexe. Hello, ce sont des assassins; ils tranchent des gorges comme vous vous feriez une partie de bonne paye (qui joue encore à la bonne paye?). Alors honnêtement, la romance ferait tâche dans le décor. Alors que le sexe, ça leur donne un côté humain mais pas assez pour qu'on se dise qu'ils ont un putain de cœur qui bat dans leur poitrine. Vous voyez où je veux en venir?

Maintenant, passons aux personnages que j'ai tout bonnement adoré! Autant les méchants que les... est-ce qu'on vraiment parler de gentils? Non parce que c'est pas que je tienne absolument à vous le rappeler mais ILS TRANCHENT DES GORGES. Ils sont dans une "école" où on apprend à tuer, à séduire pour tuer, à empoisonner, etc. Donc. Disons qu'il y a les méchants et ceux qui sont gentils à la manière Nevernight, OK?

Bref, tout ça pour dire que je les ai trouvé géniaux. Qu'ils fassent partie des personnages principaux ou secondaires.

Je me dois, en premier lieu, de parler de Mister Kindly. Parce que ce chat-qui-n'en-est-pas-un est l'amour de ma vie. Je vous jure s'il était humain, je lui demanderai de m'épouser. Si, à ce point!

OMFG il ferait un humain super sexy dans le genre sombre et mystérieux... Je suis prise de regrets, là.

Mister Kindly (le-chat-qui-n'en-est-pas-un) est génial, vous l'avez compris. Et SURTOUT il a une répartie que j'adooooooooooooooooore! meow

Mia. Mia. Mia.
J'ai adoré Mia. Quelle surprise! Elle n'est pas véritablement méchante. Mais en vue des circonstances qui l'ont amenées jusque-là on ne pas non plus prétendre que c'est un ange.

Cela dit, je l'ai trouvé badass, intelligente, et un brin attachante. Chacune de ses réactions, de ses actions, de ses pensées, etc. était en accord avec l'image que je me faisais d'elle avant de me lancer dans Nevernight. C'est une adolescente (16 ans) qui n'a pas froid aux yeux et qui ne recule devant aucun obstacle.

Ah, Tric. Lui aussi il est génial et une part de moi aurait aimé le voir encore plus. [spoiler]Malheureusement on n'en aura pas l'occasion puisqu'il est MORT. *pleure toutes les larmes de son corps.*En tout cas, c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé découvrir et qui a su me plaire dès sa première apparition.[/spoiler]

Concrètement, chaque personnage m'a laissé une impression différente mais chacun est mortel. Tiens, tiens. #pasfaitexprès

[spoiler]Cependant, il y a un personnage plus que les autres que j'aurais aimé découvrir d'avantage parce qu'il m'a marqué lors de ses apparitions; c'est Lord Cassius/The Black Prince/Lord of Blades. OMG. Je ne sais pas pourquoi mais du peu qu'on peut voir de lui dans Nevernight, je suis sa fan numéro 1. Et sa mort m'a donné les larmes aux yeux![/spoiler]

Bref, je crois que vous avez compris mon avis sur les personnages.

Arrivée moins d'une cinquantaine de pages de la fin, mon cœur a morflé. Jay Kristoff nous offre une fin explosive avec de nouveaux rebondissements, des révélations, etc. Et même si les centaines de pages précédentes semblaient nous y préparer, je doute qu'on puisse être prêt pour un tel final!

C'est donc une excellente conclusion avec un arrière goût de torture; j'avais envie de tuer des personnages fictifs et en même temps j'étais tentée d'aller me rouler en boule dans mon lit sous ma couverture et attendre jusqu'à ce que je m'en sois totalement remise. Ce qui prendra du temps.

En conclusion, Nevernight est un gros coup de cœur. Ou un bon coup de poignard. À voir. Je ne sais pas ce que ça fait de moi mais j'ai adoré. ;)

Bien-sûr, inutile de préciser que si vous êtes sensible à la violence, au sexe, ou quoi que ce soit dans le genre, je ne vous conseille pas de lire ce roman. En revanche si aucun de cela ne vous dérange, foncez!

Une dernière précision, si vous n'êtes pas un habitué des lectures VO (dans le cas présent l'anglais), inutile de commencer l'expérience par Nevernight. Ou du moins, je ne vous le conseille pas. Il faut avoir un très bon vocabulaire autrement, on se perd dans les descriptions, etc. Après bien-sûr, ce n'est qu'un conseil.

Maintenant, je n'ai qu'à attendre Septembre prochain pour Godsgrave. Juste assez de temps pour m'y préparer!

«When all is blood, blood is all.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/03/nevernight-jay-kristoff/

par Sheo
The Near Witch The Near Witch
Victoria Schwab   
“Fear is a strange thing,” he used to say. “It has the power to make people close their eyes, turn away. Nothing good grows out of fear.”

Peut être bien que cette review va être longue et tordue et pour cela je m’excuse d’avance ! . Je suis donc entrain d’écrire à 01:45 pour vous citer mon coup de coeur The Near Witch écrit par la queen de la fantaisie Victoria Schawb . Ayant déjà lu en début d’année ASOM qui fut un jolie roman et une belle découverte j’avais hâte de poursuivre ma découverte de la plume de cette talentueuse autrice et c’est grâce à ma chère Lu que j’ai pu le faire ( d’ailleurs je te remercie si tu passes ici ! ) : Mais de quoi parle The Near Witch ?

Résumer :

The Near Witch is only an old story told to frighten children.

If the wind calls at night, you must not listen. The wind is lonely, and always looking for company.

And there are no strangers in the town of Near.

These are the truths that Lexi has heard all her life.

But when an actual stranger-a boy who seems to fade like smoke-appears outside her home on the moor at night, she knows that at least one of these sayings is no longer true.

The next night, the children of Near start disappearing from their beds, and the mysterious boy falls under suspicion. Still, he insists on helping Lexi search for them. Something tells her she can trust him.

As the hunt for the children intensifies, so does Lexi’s need to know-about the witch that just might be more than a bedtime story, about the wind that seems to speak through the walls at night, and about the history of this nameless boy.

Part fairy tale, part love story, Victoria Schwab’s debut novel is entirely original yet achingly familiar: a song you heard long ago, a whisper carried by the wind, and a dream you won’t soon forget

○○○○○○○○○

Victoria S. nous plonge donc dans un récit au coeur du lande et du village de Near ou à travers Lexi nous suivons les mystérieuses disparations des enfants la nuit . A travers un folklore bien présent et des légendes ancestrales , Victoria sait nous tenir en haleine !

Le premier point à souligner est la richesse de l’univers qu’elle à façonnée , à travers le mythe de la sorcière de Near , des chansons et des rituels ancrés dans les traditions et les moeurs nous voyageons .Je me suis retrouvée comme une enfant à noël , à découvrir des lieux baignait de magie et de secret. Des endroits fascinants ou je me serai volontiers perdu au clair de lune ! Le lande est un endroit captivant et si l’on devait le comparé à un endroit sur terre je citerai sans hésiter l’Ecosse ! ( un lieu remplis de verdures , des couleurs incroyables une faune digne des contes de fées ! ) . Je pense qu’il y a des lieux qui resterons encore pour longtemps dans ma mémoire comme le cottage des « two sister’s witchs » ou encore la fameuse et sinistre forêt ! en passant par la chambre de lexi !

Encore une fois nous retrouvons non pas des Antari mais des sorciers ! Je mais souvent la barre haute avec les êtres dotés de pouvoirs surnaturels et je dois dire qu’elle à su respecter mes attentes ! A travers les quelques sorciers du livres nous avons à la fois : la traditionnelle sorcière ( bon sans le chapeau pointu ! ) , et le sorcier 2.0 ! Le fait de voir différentes sortes de magie et notamment celle des éléments est un point fort !

“Everything seems different at night. Defined. Beyond the window, the world is full of shadows, all pressed together in harsh relief, somehow sharper than they ever were in daylight.Sounds seem sharper,too, at night. A whistle. A crack. A child’s whisper.”

Comme dans tous ses romans ! ( je m’avance mais j’en suis convaincue ) Victoria à l’art de nous donner des personnages riches et complexes à la fois profonds et tous si différents ! J’ai tellement apprécié la détermination et le courage de Lexi qui bien que têtu ferai n’importe quoi pour résoudre l’énigme d’un mythe et des disparitions ! Wren la petite soeur de lexi fut un réel rayon de bonheur de douceur et d’innocence un peut comme Elain pour acotar j’ai adoré ce personnage ! et sa relation avec sa grande soeur ! Je ne peux citer se livre sans parler des Witchs Sister’s : Magda & Dreska ! et elles sont whaouuue ! franchement si je devais choisir sans hésiter elles sont mes chouchoutes! ( et quand on sait que on à une référence à Kell…..-dead- ) ! Bon je pourrai encore parler de: Tyler , l’oncle Otto, le conseil des anciens ou encore la mère de Lexi ( juste génial ) mais ça serai long je conclurai donc la phase des personnages en citant les deux points essentiels : Cole ! notre mystérieux étranger accuser de bien des délits et qui nous réserve des beaux moments ! et celle qui hante les esprits et fait semer le doute : the first near witch ! )

C’est donc bien qu’un livre court un roman digne d’intérêt ! Je sais que beaucoup préférent ses autres oeuvres ! Mais tous bon fan de notre queen doit lire ce premier roman ( si je ne me trompe ! ) !

Vous voulez un univers magique , poétique , et sombre ? Des légendes , des grains de folies et des moments de frissons ? Alors The Near Witch vous attends !

« The wind song has be come simply a song ,clear and articulate , as if made by an instrument instead of the air .It is all a perfect dream. »

♥♥♥♥♥/5 ( COUP DE COEUR ! DIAMANT )

par Cressy
Monsters of Verity, tome 1 : This Savage Song Monsters of Verity, tome 1 : This Savage Song
Victoria Schwab   
«I live in a world where shadows have teeth.»

YES!! Enfin, enfin!!! Un livre sans romance. Autant vous prévenir tout de suite. Ces derniers temps j'ai un GROS problème de romance. Je les trouve insipides ou au moins je trouve toujours quelque chose qui me déplait.

Eh bien avec This Savage Song le problème est vite réglé: pas de romance donc pas de Louan qui joue la rabat-joie.

Ou presque.

Bref, je tenais à commencer par ça. Et maintenant je vais vous expliquer pourquoi selon moi This Savage Song mérite largement son 9/10 mais pourquoi je ne lui ai pas donné la note maximale. (Parce que j'ai envie. De vous le dire, pas de lui donner la note maximale.)

∇ This Savage Song est un roman de Victoria Schwab ou l'auteure de la trilogie Shade of Magic, donc c'est déjà un excellent point dans la mesure où cette trilogie est une tuerie!

∇ "Sin City PLUS Romeo and Juliet MINUS romance PLUS monsters."

Kate est humaine, August est un monstre. Ils vivent à Verity, un territoire divisé en deux - le nord est dirigé par Callum Harker le père de Kate et le sud est dirigé par Henry Flynn le père adoptif d'August. Concrètement, les deux adolescents ne devraient pas avoir la moindre chance de se connaître dans la mesure où ils sont "ennemis" et pourtant ils vont se lier d'une amitié interdite.

Donc clairement, c'est bel et bien Roméo & Juliette sauf qu'au lieu de vivre un amour impossible et déprimant, Kate et August vont vivre une amitié pour le moins inattendue et interdite dans un monde où les monstres naissent de véritables actes de violence (des actes criminels quoi) (littéralement, sérieux) et où les humains ne sortent plus à la nuit tombée dans l'espoir de ne jamais avoir à faire face à l'un d'eux.

Une lecture d'enfer, quoi.

∇ Premier point que j'ai adoré: les personnages. Sérieusement, je crois que je vais tomber amoureuse de chaque personnage que cette auteure décidera de créer.

Δ Kate est géniale. Au début on dirait juste une adolescente rebelle qui se prend pour la princesse de la délinquance. Mais en vérité il y a une part d'elle qui essaie d'être la fille de son père (qui n'est pourtant pas franchement un modèle à suivre), et elle se retrouve à être mi-monstre mi-humain (au sens figuré du terme, techniquement elle est totalement humaine). En tout cas, je l'ai trouvé badass, déterminée, et loin d'être stupide.

Δ August est un monstre qui a un véritable désire d'être humain. D'autant plus qu'il appartient à l'espèce - les Sunai qui justement ressemblent à peu de choses près aux humains.

Je l'ai trouvé vraiment intéressant à découvrir et au final c'est un personnage que j'ai adoré. Tout bêtement.

Δ Kate et August cherchent tous les deux le bon équilibre entre leur côté humain et leur côté monstre. Cela fait d'eux des personnages imparfaits donc réalistes, et attachants d'une manière qui leur est propre.

∇ This Savage Song est donc un roman qui met en avant l'amitié entre deux personnages et autant dire que j'ai adoré le duo que propose Victoria Schwab. C'est aussi plutôt rafraîchissant de découvrir un roman où il n'y a pas de sentiment amoureux entre les protagonistes. Ça change un peu de ce qu'on a l'habitude de voir et qui ne nous surprend plus.

∇ Il y a donc DES MONSTRES dans ce bouquin. J'adooooooooooooooore les monstres et ayant adorer ceux de This Savage Song, je me dois d'en parler.

Il y a trois espèces de monstres, ce qui n'est ni trop ni trop peu. Ça nous permet de bien retenir qui fait quoi et de ne pas finir avec une tonne d'informations qu'on ne saurait plus placer.

Δ Les Corsai ou si les ombres avaient des dents. Ils se nourrissent de chair et d'os. Et naissent d'actes violents.

Δ Les Malchai ou ceux qui ressemblent plutôt à des cadavres. Ils se nourrissent de sang mais ne sont pas des vampires. Ouais. Les Malchai naissent de meurtres. Sympa, n'est-ce pas?

Δ Les Sunai sont plus rares puisqu'ils naissent d'horribles moments (les massacres par exemple), et ils ressemblent à des humains. Ils se nourrissent des âmes des pêcheurs (meurtriers, etc) et ont besoin de la musique pour ça - August se sert d'un violon. La musique qu'ils font est lié à ce qu'ils ont entendu lors de leur naissance. Ou un truc comme ça.

Bref, tout ça pour dire que je les adore. Ils sont un peu inquiétants (quand-même) mais je suis fan. Et puis j'aime beaucoup l'idée de comment ils viennent au monde. Je trouve que ça dégage une certaine classe. ;)

∇ L'univers qu'a créé Victoria Schwab est tout simplement fascinant et assez complet. Il a un vrai petit côté sombre, dystopique, mais croyez-le ou non, je me sentais comme chez moi! Ou au moins depuis notre pauvre petit monde en sécurité depuis ma terrasse au soleil, je m'y sentais comme chez moi. ^^

∇ Je n'ai rien de spécial à dire sur la plume de Victoria Schwab. Je l'aime beaucoup, c'est tout. Elle est fluide et entraînante. Et puis, il est toujours très simple de visualiser les scènes dont elle parle. C'est ce qui s'appelle écrire avec un talent naturel. En plus, elle sait mettre en place l'atmosphère de l'histoire à la perfection.

∇ Alors pourquoi ne pas avoir donné 10/10 à cette lecture si tout semble m'avoir plu? Eh bien, même s'il est vrai que tout m'a plu. Il y a tout-de-même un léger détail que je trouve sincèrement dommage. Ce détail n'a pas gâché ma lecture mais quand-même. L'intrigue. Δ L'intrigue. L'intrigue. L'intrigue. Ce n'était pas vraiment une intrigue de dingue et ce n'est pas comme si le tout était bourré d'action. Ça ne me dérange pas. Mais parfois j'avais l'impression qu'il n'y avait simplement pas d'intrigue. Au final, je ne suis toujours pas sûre qu'il y en ait véritablement une. Enfin si, mais... AHR!!!! Je n'arrive pas à expliquer mon de vue. Mais si vous avez lu ce roman, vous comprenez peut-être où je veux en venir. Disons que c'était une intrigue assez simple dans le fond et pas spécialement toujours mise en avant. VOILÀ.

∇ En conclusion, Victoria Schwab a signé un autre diamant brute dont j'ai hâte de découvrir la suite. J'ai trouvé cette lecture fascinante et addictive, ce qui me pousse officiellement à me dire qu'il faut VRAIMENT que je lise Vicious cette auteure.

This Savage Song est le roman qui vous prouvera qu'être un monstre ne fait pas forcément de vous une personne monstrueuse et qu'un être humain peut renfermer un monstre. (OK, j'avais écrit mieux sur mon brouillon mais je l'ai supprimé par erreur et du coup, c'est tout ce que vous aurez. ^^)

«Corsai, Corsai,
tooth and claw,
Shadow and bone
will eat you raw.
Malchai, Malchai,
sharp and sly,
Smile and bite
and drink you dry.
Sunai, Sunai,
eyes like coal,
Sing you a song
and steal your soul.
Monsters, monsters,
big and small,
They're gonna come
and eat you all.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/17/this-savage-song-victoria-schwab/

par Sheo
The Cursebreakers, Tome 1 : A Curse So Dark and Lonely The Cursebreakers, Tome 1 : A Curse So Dark and Lonely
Brigid Kemmerer   
Mon Dieu ! Ce livre est une pépite... Les personnages, la revisite du conte de la Belle et la Bête, le sens de l'humour de l'auteur, la structure du roman, TOUT est absolument génial et bien construit pour qu'on puisse s'immerger pleinement dans l'univers d'Emberfall. J'ai tellement hâte de lire la suite et de tous les retrouver !
Emmurées Emmurées
Alex Bell   
Un petit roman qui paye pas de mine comme ça mais dont on ressort chamboulé avec une nouvelle phobie : celle des poupées en porcelaine !
Super bouquin ! Très peu de livres peuvent se vanter de m'avoir réellement mise mal à l'aise ou de m'avoir effrayée. Celui-ci y est parvenu à ma grande surprise, impossible de le lire le soir.
L'ambiance est glauque, angoissante, presque sale et c'est vraiment bien fait, nous y sommes dans cette maison, avec ces jeunes et leur père, tous mystérieux et inquiétants.
Dès le début de l'histoire on sait que quelque chose ne va pas, que quelque chose cloche et l'horreur va crescendo c'est electrisant, a faire se dresser les poils sur vos bras et les petits cheveux sur votre nuque. Grisant !
Je ne peux que le conseiller à ceux qui aiment se faire peur ou qui cherche une histoire à lire pour le soir d'halloween, vous n'en ressortirez pas indemnes !

par Elywenne

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode