Livres
472 926
Membres
446 253

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Teleny



Description ajoutée par Santo 2013-04-21T12:06:37+02:00

Résumé

Ignoré (très volontairement) pendant longtemps de ses biographes, Teleny est pourtant un des meilleurs romans d Oscar Wilde, en tout cas celui où il livre le plus librement sa nature sexuelle profonde et contradictoire.

Conçu semble-t-il au début comme une sorte de jeu littéraire érotique avec certains de ses amis, Teleny fut très vite repris totalement par Wilde lui-même, et publié clandestinement à Londres à très petit tirage et hors de prix. Et traduit à Paris (toujours clandestinement, évidemment) seulement en 1934.

Or Teleny est probablement le roman le plus révélateur de Wilde, et avant tout, répétons-le, à travers des audaces sexuelles où la clandestinité lui permet de s aventurer plus franchement que jamais. Si l on n a jamais encore découvert Oscar Wilde, c est par Teleny qu il faut commencer.

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par anonyme 2013-04-07T15:16:59+02:00

« Sur des sofas de vieux damas aux teintes pâles garnis d'énormes coussins faits de chasubles brodées d'or et d'argent, sur des divans de Perse et de Syrie, sur des peaux de lion ou de panthère, sur des matelas recouverts de peaux de chats sauvages, des hommes jeunes et de belle mine, presque tous nus, s'allongeaient par groupes de deux ou trois, dans des attitudes de lascivité que l'imagination conçoit à peine et telles qu'on peut seulement en voir dans les lupanars d'hommes de la voluptueuse Espagne ou dans ceux du vicieux Orient. […] D'énormes vases de Chine émergeaient de coûteuses fougères, d'admirables palmiers des Indes, des plantes parasites grimpantes, des fleurs des forêts d'Amérique à l'aspect cotonneux et des cactus du Nil dans des vases de Sèvres. Tandis que d'en haut, une averse de pétales de roses rouges et roses pleuvaient de temps à autre, mêlant leur enivrant parfum à celui qui s'élevait en blanches spirales des encensoirs et des plats d'argent. » (pp. 191-192)

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Parthenia 2016-11-28T21:52:41+01:00
Argent

Avant de parler du livre en lui-même, il me faut dire quelques mots sur l'auteur présumé. La paternité de l'ouvrage est attribuée par quelques spécialistes à Oscar Wilde, tandis que d'autres pensent qu'il s'agit d'une écriture en collaboration avec plusieurs de ses amis. N'étant pas une spécialiste de l'auteur irlandais, je me garderai bien de trancher... he

Pour en revenir à l'intrigue, celle-ci relate l'histoire d'amour tourmentée entre le jeune et riche Camille Des Grieux et le très recherché pianiste hongrois René Teleny.

Dans un premier temps, Camille va tenter de lutter contre ses sentiments, déchiré entre sa passion dévorante pour un homme et son désir de respectabilité, car dans cette société victorienne, l'homosexualité est très sévèrement punie par la loi.

Cependant, son obsession finit toujours par le ramener à Teleny, qu'il se met à suivre secrètement après ses récitals pour découvrir avec douleur que le talentueux musicien partage ses nuits aussi bien avec des femmes que des hommes... Comme une espèce d'échange télépathique s'est noué entre Camille et René dès leur première rencontre, le malheureux Anglais assiste en pensée aux ébats du Hongrois !

Dévasté par la jalousie, il pense mettre fin à ses jours mais en est empêché in extremis par Teleny. Commence alors pour eux une vie de volupté aussi inassouvissable que dangereuse jusqu'au drame final...

De tous les romans érotiques que j'ai lus jusqu'ici, c'est celui que j'ai le plus apprécié.

Non seulement les personnages sont bien développés mais le récit offre également un témoignage culturel poignant sur la stigmatisation de l'homosexualité et la souffrance mentale et émotionnelle qui en découle.

Certes, les scènes de sexe, très explicites et très détaillées, abondent (d'ailleurs, certaines métaphores sexuelles m'ont bien fait sourire ! ^^), mais ce livre ne se résume pas à ça, car nous avons droit à des passages plus psychologiques où l'hypocrisie de la société est dénoncée et où le droit à l'amour et au bonheur est revendiqué, quelque soit le sexe de son partenaire !

D'ailleurs, le texte décrit avec une précision très évocatrice l'amour homosexuel de Teleny et Des Grieux, émotion pure et actes sexuels mêlés, ce qui fait que l'on se sent extrêmement touché par leur relation...

"Nous nous aspirions de nouveau dans un baiser plus ardent, si possible, que le premier. Oh ! le souvenir de ce baiser me brûle encore les lèvres. Un baiser, c’est quelque chose de plus que le premier contact charnel de deux corps : c’est l’exhalation de deux âmes enamourées. Mais le baiser criminel longtemps retenu, longtemps désiré, est plus sensuel encore ; c’est le fruit défendu, c’est un tison ardent qui enflamme le sang." (page 83-84)

C'est donc très visuel. C'est également écrit d'une manière très sophistiquée et très raffinée, parfois en totale contradiction avec la violence de certaines scènes (dont quelques-unes ne sont pas dénuées d'humour même dans le drame comme celle du bordel ou de la partie fine entre hommes, et dont une autre, portant sur un viol, est elle, par contre, particulièrement glauque), mais ce contraste souligne davantage l'hypocrisie de cette société victorienne pour qui seule compte la sauvegarde des apparences, conduisant au suicide les personnes ayant osé défier les conventions ou victimes des mâles dominants...

On retrouve dans ce texte beaucoup de références mythologiques,liées à l'Antiquité ou bibliques ainsi que des allusions littéraires classiques.

Ainsi, Antinoüs et Hadrien apparaissent dans une vision commune à Camille et René tandis que ce dernier joue du piano, préfigurant la fin tragique de leur histoire : "... Après vint l’Égypte, puis surgirent Antinoüs et Hadrien. Vous étiez l’empereur, j’étais l’esclave... Il ajouta plaisamment, parlant presque pour lui seul : — Qui sait ? Peut-être mourrai-je pour vous, un jour, comme Antinoüs pour son maître. Et ses traits prirent l’expression douce et résignée que l’on voit sur les statues antiques des demi- dieux." (page 23-24)

Même le patronyme de Camille, renvoyant aux héros du Manon Lescaut de l'abbé Prévost, laisse planer une atmosphère tragique...

Pour conclure, une très belle découverte d'une sorte de manifeste homosexuel avant l'heure, à l'érotisme très cru mais servi par une très belle plume qui magnifie une vision de l'amour tragiquement passionnée...

Afficher en entier

Date de sortie

Teleny

  • France : 2009-04-24 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 1
Extraits 1
Evaluations 3
Note globale 7 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode