Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Tequila : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Oraisons, Tome 1 : La Langue du silence Oraisons, Tome 1 : La Langue du silence
Samantha Bailly   
Un monde surprenant où l'on commerce avec la mort. Quelle est la place de la resuadine ? Pourquoi refuse-t-on de répondre à cette question ? On entre directement dans l'histoire, même si l'auteur prend le temps de placer tout ses personnages et l'histoire. Noony et Aileen, deux sœurs, qui grandissent éloignées l'une de l'autre dans le but d'apporter la gloire à leur famille chacune à leur manière et qui doivent faire face au meurtre de leur troisième sœur. Soliane, leur mère, dont les lèvres sont liées pour un crime que l'on ne connait pas. Gide, leur père, en relation avec l'Astracan et qui reste un homme secret. Et tous les autres, Alexian, Lorion, Shada, Orius, Heptiel, Laï-Mune, Nwinver...
Les liens entre les différents éléments apparaissent au fur et à mesure. On peut se laisser aller à plusieurs suppositions. Petite affection pour Alexian au niveau des personnages masculins même si on en apprends assez peu sur lui. Mais aussi Lorion, sans même savoir que Lorion était un lynx, je l'appréciais déjà ^^ Il a vraiment sa place dans l'histoire.

Sans longueurs, la lecture est facile et entrainante. Surprise en partie par la tournure de l'histoire. Je ne m'attendais pas forcement à ça, mais plutôt contente. Une écriture fraiche. Chaque chapitre débute avec une explication sur le monde de l'auteur, un personnage, une mémoire, une définition, un fait, un poème... C'est agréable, et assez ludique. Une façon de faire passez des informations sans que se soit lourd ou long dans le texte.

Un peu déçu par les choix personnels d'Aileen, ma soeur préférée au départ au niveau du caractère. Je reste surprise et un peu déçue par ses actes. J'attends de voir la suite dans le tome 2.
Quand à Noony, je reste mitiger. Mais ce n'est surement que le reflet de ce que vit la jeune femme perdue face à ses choix. On voit bien les doutes de la jeune femme quand à la remise en cause des ses croyances envers sa religion, sa famille, en somme tout ce qu'elle appris depuis son enfance. J'attends également de voir l'évolution de sa relation avec Alexian... En attente de voir les choix et motivations de d'Ioden... Parce qu'on en sait relativement peu à son sujet...

Porcelaine Porcelaine
Estelle Faye   
En début d'année, je me suis constitué une petite pile de livres numériques que je voulais absolument lire en plus des petits imprévus. Porcelaine en a très vite fait partie et entrait par la même occasion dans mon challenge littérature de l’imaginaire spécial SF/Fantasy. La belle excuse donc pour découvrir enfin cette auteure française que tout le monde encense. 

Un voyage dans le folklore chinois 
Porcelaine, raconte l'histoire de Xiao Chen, comédien maudit à la face de tigre qui traverse les siècles accompagné de sa troupe théâtrale. En chemin, il va rencontrer Li Mei, une douce fille de marchand qui deviendra son épouse. Derrière un résumé classique se cache un petit bijou littéraire profond fortement influencé par la culture asiatique autant dans la manière d'écrire (et surtout de raconter) que dans les créatures que peuple Porcelaine. J'ai souvent eu la sensation d'être face à un Miyazaki mélangé à Guin Saga (pour le personnage à tête d'animal) pour mon plus grand bonheur.  



Pourtant ce n'était pas gagné d'avance et j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire durant quelques pages. Les noms pleuvent et l'univers est assez particulier pour demander un petit temps d'adaptation, mais une fois passé la première centaine de pages, c'est le coup de cœur assuré. Il y a tant de douceur et de poésie dans ces lignes que s'en est émouvant parfois. J'ai rencontré des fées, des hommes-oiseaux ou encore des démons de la forêt (coucou Miyazaki) et tellement de choses différentes que j'en ai prises plein les yeux. J'ai découvert des villes chinoises, des senteurs et des tissus chatoyants brodés. 

Conclusion, un livre superbement écrit inspiré par les contes et légendes chinoises qui nous fait voyager sur des siècles d'Histoire. Un conte abouti avec des personnages tous uniques et marquants. Une version illustrée de ce livre serait un plus tant l'univers est superbe. Une belle entrée pour moi qui ne connaissait pas Estelle Faye. 

https://wp.me/p8ww3Y-16B
Les Écailles de l'âme Les Écailles de l'âme
Mylène Ormerod   
La couverture : je la trouve simplement sublime. Elle attire l'oeil comme un aimant. Il ne fait aucun doute que si je l'avais aperçu en librairie, je me serais tout de suite jetée dessus pour lire le résumé, et serais sûrement passée à la caisse. Félicitations à la personne qui l'a créée, c'est un véritable atout.

Les personnages : j'ai eu un peu de mal avec le nom des personnages, pour me repérer au début. Mais après ça, nous avons deux personnages "principaux" super bien travaillés, très complexes, mais terriblement humains. Wymi, jeune femme puissante mais qui pourtant n'arrive pas à exploiter sa magie, est une véritable force de la nature. Fragile et forte à a fois, elle sort tout juste de l'adolescence. Sa chevelure de feu ne laissera pas ce beau guerrier de marbre. Et en parlant de guerrier, Azorru....bon sang Azorru. Ce personnage est foutrement bien construit, et je l'ai adoré, du début à la fin. C'est lui qui m'a le plus touché, émue, et qui m'a vraiment marqué. Charmant, mais brut, une part de lui sombre... Mais je ne peux vous en dire plus sans vous spoiler, mais mesdames (et messieurs) vous risquez de craquer !:D

L'histoire : J'ai trouvé la base très intéressante, l'idée me plait beaucoup, et j'espère sincèrement qu'il y aura une suite, car je pense que l'univers de Mylène Ormerod mérite d'être approfondi. En revanche, j'ai eu un chouilla un peu de mal avec l'aspect sexuel très présent, certains moments étaient dérangeants, et même s'ils apportaient bien sûr un sens à l'histoire, je m'en suis sentie quelque fois un peu confuse quant à ce que j'en pensais. En soi, rien de bien grave, puisque le reste de l'histoire m'a ravie.

Un roman a découvrir pour les amateurs de fantasy !
Les neiges de l'éternel Les neiges de l'éternel
Claire Krust   
Un roman d'une poésie presque magique, qui nous fait vivre une aventure initiatique incroyable, intense et terriblement émouvante !
Avis complet : http://elo-dit.over-blog.fr/2015/10/les-neiges-de-l-eternel-claire-krust.html

par Elo-Dit
Sharakhaï, Tome 1 : Les Douze Rois de Sharakhaï Sharakhaï, Tome 1 : Les Douze Rois de Sharakhaï
Bradley P. Beaulieu   
Sharakhai, ville du désert qui nous imprégne de ses senteurs d'épices et de son sable brûlant, abrite une jeune femme, céda, qui suit un chemin de vengeance depuis l'assassinat de sa mère par les douze rois de Sharakhai.
L'auteur distille tout au long du récit des informations sur ses personnages et sur les événements antérieures en nous laissant un bon suspense même à la toute fin, ce qui nous donne envie bien entendu de connaître la suite de l'épopée de céda la guerrière.
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Rebelle du désert Rebelle du désert
Alwyn Hamilton   
«Hundreds of prayer cloths were tied around rocks and stakes all the way up the mountain, but God had failed here.»

J'ai aimé ce livre dès la première page et une fois lancée dans ma lecture, il m'a été impossible de m'arrêter tellement cette lecture fut addictive. Quelques heures de pur délice.

Rebel of the Sands est une surprise pour moi. J'étais intéressée par ce roman mais je savais à peine de quoi il parlait et je n'étais même pas sûre que l'histoire me plairait.
Pourtant rapidement ça a été comme une évidence. Et je me suis retrouvée complètement en admiration face à tout ce que représente ce roman. Il n'y a pas un seul aspect de tout ça que je n'ai pas aimé.

Déjà, la plume de Alwyn Hamilton est très agréable à lire. Elle est fluide et l'auteure nous a offert un récit assez visuel, bien détaillé... Elle a une plume qui nous pousse à toujours aller plus loin.

J'ai adoré l'univers de Rebel of the Sands. Je ne saurais pas l'expliquer mais il est vraiment complet et je l'ai tout bêtement adoré.
En plus de cela, les légendes, les croyances et même les histoires sur le Prince Rebelle m'ont énormément plu !

Quant à l'histoire, c'est celle d'Amani une fille du désert qui désire depuis toujours de quitter Dustwalk la ville dans laquelle elle a grandi. Quand elle trouve enfin l'occasion de fuir Dustwalk, elle le fait en compagnie de Jin qui est un fugitif recherché pour trahison.

J'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même. Alwyn Hamilton a très bien su la mener et la développer. Elle n'a rien fait trop vite et elle nous a même réservé quelques bonnes surprises ! [spoiler]Comme le fait que Jin soit un prince, le frère du Prince Rebelle Ahmed ou que Amani soit une demdji - la fille d'une mortelle et d'un djinn.[/spoiler]

J'ai beaucoup aimé les personnages. Et comme pour tout le reste de Rebel of the Sands, je les ai aimé dès le début. Par la suite, très rapidement, je me suis retrouvée à m'attacher à eux alors que parfois il me faut plus qu'une cinquantaine de pages pour m'attacher à un seul personnage.

Déjà, j'ai beaucoup aimé Amani. Elle est très talentueuse avec un pistolet entre les mains. Et puis, elle a un petit côté badass que j'aime beaucoup.

Jin est super. Il a du charme et il est très attachant.

Les personnages secondaires sont supers, eux aussi. Je les aime beaucoup et je n'ai eu aucun mal à m'attacher à Ahmed, Shazad, Maz, Izz, Hala, Delila... [spoiler]La mort de Bahi était tellement surprenante et rapide que je suis restée sur le cul pendant quelques secondes. Et ça m'a rendue triste parce que mine de rien je l'adorais déjà ![/spoiler]

Côté romance, je suis très satisfaite de ce que j'ai pu découvrir dans ce premier tome. Même si c'est clair dès le départ, la romance n’empiète pas non plus sur le reste de l'histoire, l'auteure garde son objectif.
En plus, j'ai trouvé que Alwyn Hamilton y mettait de l'émotion et qu'il y avait vraiment quelque chose entre Jin et Amani, ce n'était pas plat et juste une romance pour dire en coller une dans le récit. :)

J'ai toujours un peu peur que les fins des livres soient bâclées pour dire mettre un point final à ce tome et passer à autre chose. Mais bien heureusement, l'auteure n'a pas précipiter sa fin et l'a fait dans les règles de l'art.
C'est pour quoi elle m'a énormément plu. Elle nous fait clairement comprendre que ce n'est que le début et elle promet une suite vraiment intéressante.

En conclusion, c'est un travail complet qu'a rendu Alwyn Hamilton avec Rebel of the Sands. Avec un univers, une intrigue et des personnages extraordinaires dont je suis fan depuis la première page.
Je lirais le second tome avec grand plaisir et maintenant, je l'attends avec impatience.
[spoiler]Une nouvelle aube! Un nouveau désert![/spoiler]

«I believe money and guns get you a lot further in a war than magic these days.»

par Sheo
Les Révélations de Riyria, Tome 1 : Les Voleurs d'Epées Les Révélations de Riyria, Tome 1 : Les Voleurs d'Epées
Michael J. Sullivan   
Bon certes ce n'est pas le livre du siècle. de même que star wars n'est certainement pas la série cinématographique du siècle.
Mais avouons le, malgré des passages convenus, c'est un très très bon moment de divertissement.
Rythme équilibré et dynamique, intrigue plus que potable, univers qui reste un brin superficiel, mais assez creusé pour faire une toile de fond convenable.
Au niveau des personnages...
Hadrian a un côté charmeur moitié voyou, moitié chevalier servant, et c'est un peu le meneur de la bande, et sans doute celui auquel on s'attache le plus vite.
Royce (car oui il y en a deuxième, Riyria signifiant deux en elfique) est plus réservé et taciturne. Il possède un pragmatisme marqué et un sens de l'humour assez sombre... et bien plus de noblesse qu'il ne l'avouerait, même sous la torture.
Au niveau de l'histoire... imaginé un peu ces films au rebondissement multiples, sauvetages in extremis et duel flamboyant... oui un côté cape et épée qui 'est absolument pour me déplaire.

Le bémol est juste un côté légèrement superficiel au niveau de l'univers et des motivations des personnages, mais cela n'empêche absolument pas d'en faire un bon divertissement.
Et il n'a jamais prétendu à plus.

par Mondaye
Second Sons Trilogy, Tome 1 : The Lion of Senet Second Sons Trilogy, Tome 1 : The Lion of Senet
Jennifer Fallon   
On the world Ranadon there is no night as both suns shine brightly. The intervention of Belagren, High Priestess of the Shadowdancers, and the sacrifice of a child of royal blood, has banished the Age of Shadows from the skies. Belagren's position is unquestioned . . . until circumstances begin to tip political rivalries into a deadlier game altogether.

A volcanic eruption rocks the seas separating the Kingdom of Dhevyn and the mainland Kingdom of Senet, and a mysterious sailor is shipwrecked on the island of Elcast. Badly wounded, his arrival stirs up old hatreds and unravels old secrets. His presence is enough to even bring Antonov, the powerful Lion of Senet, to the island and fear to the Keep of the Duke of Elcast.

A strong friendship develops between Dirk, second son of the Duke, and Kirshov Latanya, second son of the Lion of Senet. But will they, and their friendship, survive the chain of events set in motion by the ambitions of the ruthless High Priestess of the Shadowdancers and the domineering Lion of Senet?

This first book of the Second Sons Trilogy establishes Jennifer Fallon as one of the most unique voices in fantasy fiction, as she creates full characters, and takes intelligent plotting to a whole new level in order to establish unparalleled complexity and tension.?


par Gkone
La Crécerelle La Crécerelle
Patrick Moran   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com
------------------------------------------------------------

--- On m’avait promis une histoire originale… ---

…et ce fut le cas ! Même si je n’ai pas totalement adhéré à ce one-shot, je dois reconnaître que l’éditeur a bien fait son travail. Qu’était-il marqué au dos du livre, déjà ? Ah oui : « La Crécerelle est un premier roman détonnant […] qui renverse les clichés du genre en proposant un mélange inventif d’action, de mystère et d’horreur. » Oui, c’est exactement ça, même si la nouveauté se situe davantage dans la manière d’aborder les choses que dans l’intrigue elle-même.

Souhaitant m’éloigner des sentiers (trop) battus de la fantasy, je me suis naturellement laissé tenter. Résultat : si je ne regrette pas d’avoir pris ce risque, ce fut une lecture un peu mitigée…

--- J’ai comme eu l’impression d’être larguée ---

Si j’apprécie habituellement les systèmes de magie aboutis, j’ai éprouvé des difficultés avec celui inventé par Patrick Moran. Certes, il est passionnant, et même plus encore, mais les explications étaient parfois tellement poussées que j’en perdais le fil. Je l’admets, j’étais déroutée, notamment par les préoccupations métaphysiques de l’héroïne à ce sujet.

Malgré cela, j’ai fait l’effort d’essayer de comprendre et je pense y être parvenue dans une certaine mesure. Cependant, en toute franchise, certaines réflexions m’ont paru indigestes. Clairement, c’était trop. Il m’est donc arrivé de sauter certains détails qui, de toute façon, n’apportaient rien de fondamental à l’histoire.

En outre, la narration m’a un peu gênée. Je m’explique ; Patrick Moran a cette fâcheuse habitude de terminer un chapitre, puis d’en commencer un autre en faisant un bond de quelques jours dans le temps… pour ensuite relater les évènements que nous avons ratés. Honnêtement, ça ne m’a pas facilité la tâche.

--- Un univers riche et bien construit, mais pas de lexique ? ---

J’avoue que j’ai ressenti un manque de repères durant ma lecture. L’auteur transmet une telle masse d’informations (historiques, géographiques, biographiques…) afin de développer son univers – très captivant ! – qu’il est difficile de s’y retrouver. En conséquence, je pense qu’une carte et un glossaire auraient constitué une belle valeur ajoutée pour ce livre.

--- J’aime les personnages sombres et torturés, pourtant… ---

Si j’adore le concept même de la Crécerelle, je ne me suis pas attachée à elle. Elle est tellement… froide, distante ? Ah, et je l’ai trouvée incohérente sur un point essentiel : elle se fiche totalement (ou presque) de tuer pour survivre et, a contrario, elle se lie d’amitié avec Mémoire terriblement vite. Cela m’a paru trop rapide, trop facile ; après avoir détruit tant de vies, elle décide d’en protéger une envers et contre tout. Pourquoi ?!

Par contre, je l’ai découverte sous un autre jour dans ses souvenirs, et ce sont d’ailleurs ces épisodes que j’ai préférés. Ils remontent aux origines du Mal, lorsque la Crécerelle se lie avec l’entité et brise tout espoir d’un avenir heureux. À mon sens, c’était là tout l’intérêt de l’histoire, mais cette partie n’a malheureusement pas été développée.

--- Quand les mots transpirent l’angoisse ---

Je vais peut-être vous choquer, mais j’aime quand l’auteur se montre cruel avec ses personnages. En fait, si je lis de la dark fantasy, c’est pour l’infime, le ridicule, le microscopique espoir qui transparaît au coeur de l’obscurité. Mais voilà, je n’ai pas retrouvé cette petite lueur dans La Crécerelle. Elle était si bien cachée que le récit m’a paru déprimant.

De plus, à l’instar de beaucoup d’autres lecteurs, j’ai ressenti comme un malaise tout au long de ma lecture. Cette ambiance, malsaine à souhait, est volontaire de la part de Patrick Moran et je salue sa prestation, car c’est très réussi. Cependant, c’était trop pour moi. Vraiment.

--- Pour conclure ---

Je reconnais volontiers que Patrick Moran avait de très bonnes idées, mais le traitement de celles-ci ne semble pas me convenir et j’en suis la première déçue. Ce one-shot me laisse une impression bizarre sur laquelle j’ai du mal à mettre des mots. Je reste néanmoins convaincue qu’il peut plaire à d’autres que moi, de préférence ceux qui aiment le sang, les tripes et les réflexions métaphysiques.