Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Tequila : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Lien du faucon Le Lien du faucon
Delphine Laurent   
Un énorme coup de cœur, un merveilleux livre qui à fait battre le cœur de Mélissandre cachée en moi depuis petite. Je le conseil à tous ceux qui sont fascinés par la noblesse et la grâce des rapace ainsi que le moyen-âge. C'est mon nouveau livre "Doudou" que je lirais volontiers à des enfants.
J'ai également pu avoir un superbe échange avec l'auteur ce qui ne gâche rien à mon plaisir, merci Delphine pour ces instants de lecture si précieux. <3

par Jade-19
Liavek Liavek
Gregory Frost    Robin Hobb    Steven Brust   
Comme explicité dès l'introduction du livre, Liavek est un monde imaginaire, crée il y a quelques années par Emma Bull et Will Shetterly, mais c'est surtout un univers partagé : à partir de la description de ce monde, de son fonctionnement (la chance/la magie), mais aussi de sa politique, de son économie etc. différents auteurs ont été invités à imaginer des histoires au sein de ce monde. Certains de leurs personnages sont devenus tellement célèbres qu'ils en sont devenus récurrents. Plusieurs anthologies ont été créées, aux Etats-Unis. Liavek, est une exclusivité française. L'éditeur a rassemblé ici toutes les nouvelles permettant de retracer l'histoire de Kaloo, du début à la fin, et les a classé de façon chronologique. En lisant Liavek, vous n'aurez donc qu'un fragment de l'histoire de ce monde, mais toute celle de Kaloo et de ceux qui gravitent autour d'elle. Même en sachant cela, on a quand même un peu de mal à entrer dans le livre. La première nouvelle m'a vraiment déroutée, puis au fur-et-à mesure j'ai apprivoisé les personnages et le genre particulier de l'oeuvre. Il en ressort une lecture intéressante et plaisante, mais je reste quand même un peu sur ma fin : j'aurais aimé quelque chose de plus long, et davantage d'explications sur certains événements.
On retrouve bien sûr avec plaisir la plume de Robin Hobb, et on découvre celle de ses comparses : Steven Brust et Gregogy Frost. Une découverte sympathique donc, mais qui n'a pas bouleversé mes horizons de lecture.

par Anarore
Princess Bride Princess Bride
William Goldman   
J'ai connu le film avant le livre et c'est dommage, j'aurais voulu découvrir cette histoire au fil des pages...
Liriel83 décrit très bien cette oeuvre que j'ai beaucoup aimée. UNE HISTOIRE CULTE A DECOUVRIR

par ccmars
Les Monarchies Divines, Tome 1 : Le voyage d'Hawkwood Les Monarchies Divines, Tome 1 : Le voyage d'Hawkwood
Paul Kearney   
Un premier tome palpitant qui pose bien les enjeux à venir.

Kearney nous propulse dans un univers complexes traversant une période de grande instabilité.

Rapide esquisse: au Sud les Medruks avec à leur tête un ancien guerrier soucieux de codes de l'honneur qui sombrent dans l'oubli, envoyé de son sultan (qui lui se moque de ces fameux codes) déferle sur les royaume de la foi ramusienne. Aekir, ville sainte entre toutes est en proie au flammes.

Dans les royaumes la tranquillité est loin d'être là... outre la menace du Sud, le fanatisme règne et les buchers s'allument à tout les coins de rue pour brûler les hérétique et les mages Dweomers, malgré le désir sincère d'harmonie de leur roi Abelyn.

Et bientôt, après la disparition de leur ancien dirigeant, les prélat élisent un pontife à l'ambition démesurée. Si par hasard l'ancien dirigeant de leur ordre avait survécu ce serait le schisme...


Voilà pour l'esquisse générale. Arrive les personnages:
Hawkwood, capitaine ouvert d'esprit voit son équipage réquisitionné et en bonne voie pour le bucher du fait de leur confession religieuse. Pour les sauver il n'a d'autre option que de faire partie de cette expédition menée par le cousin du roi. Expédition vers un continent dont l'existence incertaine a causé la perte de nombre autre par le passé, toute de la même manière.

Bardolin mage Dweomers dois fuir le monde qu'il a toujours connu, espérant trouver son salut et celui de sa jeune pupille lycanthrope dans ce voyage incertain.

Abelyn, roi d'Hebrion et son conseiller-mage Golophin tente de sauver ce qu'ils peuvent en s'opposant au manœuvre d'Himérius l'ambitieux.

Cofre, ancien soldat d'Aekir, ayant perdu l'être qui lui est le plus cher au onde dans les flammes qui ont consumé la ville, se retrouve en compagnie d'un homme qui pourrait bien s’avèrer être Macrobius, ancien pontife et maître absolu de l’Église ramusienne.

Bref vous l'auriez compris on passe d'un personnage à l'autre, et cela nous permet d'avoir une belle vision d'ensemble de l’échiquier dévasté qu'est ce continent-ci.

Mais qui en sont les joueurs? qui dans l'ombre du continent occidental manipule les pions? Et surtout dans quel but?



Bref la peinture est finie, passons à mon avis.
Comme tout les avis il est biaisé. Les monarchies divines représentant en effet pile le type de fantasy que j’apprécie. Univers politico-religieux complexe, point de vue multiple permettant de se former une image d'ensemble tout en gardant un certain secret, personnages creusés, intrigue bien construite, et enfin un style fluide.

En bref rien à redire, à vrais dire il est possible que d'ici la fin de ma lecture la série entière bascule en diamant. Car ce tome ci ne l'oublions pas est le premier donc par nature il est "imparfait", car tout dois bien s’installer. Mais il est plus que prometteur.

par Mondaye
Porcelaine Porcelaine
Estelle Faye   
En début d'année, je me suis constitué une petite pile de livres numériques que je voulais absolument lire en plus des petits imprévus. Porcelaine en a très vite fait partie et entrait par la même occasion dans mon challenge littérature de l’imaginaire spécial SF/Fantasy. La belle excuse donc pour découvrir enfin cette auteure française que tout le monde encense. 

Un voyage dans le folklore chinois 
Porcelaine, raconte l'histoire de Xiao Chen, comédien maudit à la face de tigre qui traverse les siècles accompagné de sa troupe théâtrale. En chemin, il va rencontrer Li Mei, une douce fille de marchand qui deviendra son épouse. Derrière un résumé classique se cache un petit bijou littéraire profond fortement influencé par la culture asiatique autant dans la manière d'écrire (et surtout de raconter) que dans les créatures que peuple Porcelaine. J'ai souvent eu la sensation d'être face à un Miyazaki mélangé à Guin Saga (pour le personnage à tête d'animal) pour mon plus grand bonheur.  



Pourtant ce n'était pas gagné d'avance et j'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire durant quelques pages. Les noms pleuvent et l'univers est assez particulier pour demander un petit temps d'adaptation, mais une fois passé la première centaine de pages, c'est le coup de cœur assuré. Il y a tant de douceur et de poésie dans ces lignes que s'en est émouvant parfois. J'ai rencontré des fées, des hommes-oiseaux ou encore des démons de la forêt (coucou Miyazaki) et tellement de choses différentes que j'en ai prises plein les yeux. J'ai découvert des villes chinoises, des senteurs et des tissus chatoyants brodés. 

Conclusion, un livre superbement écrit inspiré par les contes et légendes chinoises qui nous fait voyager sur des siècles d'Histoire. Un conte abouti avec des personnages tous uniques et marquants. Une version illustrée de ce livre serait un plus tant l'univers est superbe. Une belle entrée pour moi qui ne connaissait pas Estelle Faye. 

https://wp.me/p8ww3Y-16B
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Pas d'univers baroque ici, pour ce qu'on peut en lire pour le moment au moins. Il semble assez fouillé mais également très classique, ce qui évite l'exercice parfois périlleux de longues expositions.
A part quelques particularités et traits de couleur locale distillés ici et là le récit se concentre donc sur le vécu et l'environnement immédiat du personnage principal laissant le reste dans un arrière-plan qu'on peut supposer relativement générique, ou qui sera détaillé au besoin le moment venu.

Le personnage de Kvothe aurait pu être difficilement supportable (surdoué, maniant presque par hasard quoique pas sans danger à 12 ans un sortilège que la plupart mettent des années à maîtriser...). Mais il lui reste heureusement assez de défauts et traits de caractère plus ou moins louables pour le rendre plus vivant, le fourrer dans les ennuis et entretenir le suspense.

La trame générale du scénario et les péripéties traversées sont aussi classiques, mais tout cela est très bien écrit et mené, avec parfois un subtil clin d'oeil ou décalage humoristique par rapport à ce qu'aurait pu être la scène, entre ce qui s'est réellement passé et ce que la rumeur en a fait.
J'ai adoré l'épisode du dragon 8)

par Aude
Second Sons Trilogy, Tome 1 : The Lion of Senet Second Sons Trilogy, Tome 1 : The Lion of Senet
Jennifer Fallon   
On the world Ranadon there is no night as both suns shine brightly. The intervention of Belagren, High Priestess of the Shadowdancers, and the sacrifice of a child of royal blood, has banished the Age of Shadows from the skies. Belagren's position is unquestioned . . . until circumstances begin to tip political rivalries into a deadlier game altogether.

A volcanic eruption rocks the seas separating the Kingdom of Dhevyn and the mainland Kingdom of Senet, and a mysterious sailor is shipwrecked on the island of Elcast. Badly wounded, his arrival stirs up old hatreds and unravels old secrets. His presence is enough to even bring Antonov, the powerful Lion of Senet, to the island and fear to the Keep of the Duke of Elcast.

A strong friendship develops between Dirk, second son of the Duke, and Kirshov Latanya, second son of the Lion of Senet. But will they, and their friendship, survive the chain of events set in motion by the ambitions of the ruthless High Priestess of the Shadowdancers and the domineering Lion of Senet?

This first book of the Second Sons Trilogy establishes Jennifer Fallon as one of the most unique voices in fantasy fiction, as she creates full characters, and takes intelligent plotting to a whole new level in order to establish unparalleled complexity and tension.?


par Gkone
Le Livre et l'Epée, Tome 1 : La Voie de la Colère Le Livre et l'Epée, Tome 1 : La Voie de la Colère
Antoine Rouaud   
J'ai fini ce livre il y a quelques heures à peine, et je l'ai trouvé super.Depuis sa sortie dans les librairies, je suis passé à côté sans vouloir l'acheter, et finalement je me suis résigné, et je dois avouer que j'ai eu tors d'attendre si longtemps. La structure est très originale, malgré des retours très brusques du passé au présent. Les quelques vers en début de chapitre qui le résument m'a également plu. Le personnage de Dun-Cadal est vraiment captivant ainsi que celui de Grenouille. Je rejoins Kyriaan sur le fait que la deuxième partie est un peu plus longue puisque l'auteur nous réécrit des chapitres déjà présents dans la première partie. Il ne faut quand même pas oublier que c'est le premier roman d'Antoine Rouaud, qui est, à mes yeux un très très bon roman, c'est pourquoi je l'ai classé dans la catégorie diamant de ma bibliothèque

par Daermon
Chroniques Aztèques, tome 1 : D'Obsidienne et de Sang Chroniques Aztèques, tome 1 : D'Obsidienne et de Sang
Aliette De Bodard   
Ce fut une très bonne découverte! J'en avais entendu parler sur je ne sais plus quel forum (pas ici, mais je ne me souviens plus où... bref) et quand je l'ai trouvé à la bibliothèque, j'ai trouvé que ce serait plutôt pas mal de tenter quelque chose dont je n'avais pas l'habitude. L'univers des civilisations précolombiennes restent assez vagues dans ma tête, et ça m'attirait d'en savoir plus là-dessus.

A ce compte-là, j'ai été plutôt bien servie. Avoir le point de vue d'Acatl, grand prêtre des morts et fils de paysans, permet d'en savoir plus sur la religion, la politique (les deux étant très liés) mais aussi sur les guerriers, grâce au frère du narrateur, Neutemoc. Bref, on est super bien immergés dans un contexte qu'on connait pourtant très peu, et c'est bien, même si ça amène quelques longueurs, il faut se l'avouer.

Au delà de ça, une grande place est donnée à la magie et aux dieux, ce qui oriente le roman vers la fantasy. Pourtant, ce qui domine l'intrigue (sauf vers la fin) c'est une enquête rondement menée. En effet, on débarque à Tenochtitlan alors qu'une prêtresse a disparue, et que le frère de notre narrateur est retrouvé couvert de sang sur la scène du crime. Acatl va donc s'évertuer à l'innocenter et à se charger de l'enquête, trouver les coupables et la prêtresse. Il est accompagné de son frère, et de Teomitl, un jeune guerrier arrogant et impatient, mon personnage préféré à ce jour.

Enfin voilà, j'ai trouvé ce bouquin vraiment bien, quoiqu'un peu long par moment. C'est dommage que la suite n'ait pas été traduite, mais je le savais déjà en me lançant, donc pas trop de regrets non plus...

par Rid-kaat
Les Rhéteurs, tome 1 : Anasterry Les Rhéteurs, tome 1 : Anasterry
Isabelle Bauthian   
Pour avoir commis une faute de bienséance, Renaldo, fils cadet du baron de Montés, est envoyé en mission d'espionnage dans la très tolérante baronnie d'Anasterry. C'est accompagné de son ami Thélban, un riche marchand, qu'il se présente à la cour du baron Cal d'Anasterry sous le prétexte de renégocier un contrat entre les deux baronnies. Le baron Cal qui n'est pas dupe de la vraie raison de leur venue les autorise à fouiller là où ils le désirent mais leur interdit formellement de pénétrer dans les dangereux marais. Mais cette interdiction ne fait qu'attiser la curiosité des deux jeunes gens.

Dans ce premier opus des Rétheurs où la politique est omniprésente, il faut attendre presque la moitié du roman pour que l'intrigue se dévoile et qu'elle démarre timidement. En effet, l'auteure choisi de développer un univers très riche, très fouillé où les convenances occupent un place de premier plan.

Ici pas de rebondissements en chaîne, pas d’intrigues secondaires, l'auteure a choisi de faire ressortir les différences entre l'utopique Anasterry par rapport aux autres baronnies beaucoup plus strictes et plus rigoristes. L'histoire aborde des thématiques pertinentes qui avec l'immigration forcée des demi-hommes est très d’actualité avec ce qui se passe actuellement dans notre monde. Certes les thèmes abordés sont très pertinents mais c'est au détriment de l'action que ce fait leur traitement.

L'auteur alterne le récit présent avec la première rencontre entre les deux jeunes gens, le passé de Renaldo. Certes cette manière de procéder permet de découvrir pleinement les deux protagonistes principaux, mais ces flash-backs ont malheureusement l’inconvénient de rajouter de nombreuses longueurs à un récit déjà très lent.

Les personnages sont certes intéressants à suivre car leurs interactions verbales sont émaillées de piques, de bons mots. Cet humour apporte un peu de légèreté à un récit quelque peu ennuyant. Le personnage de Constance est le plus intéressant à suivre car elle occupe une place qui détonne dans cet société féodale très rigide. Là encore la thématique abordée peut être comparée à l'aspiration des femmes dans des nombreuses des sociétés actuelles à avoir plus de droits et de libertés.

La plume de l'auteure, malgré les nombreuses longueurs dues à un univers très élaboré, s'avère directe, bien travaillée sur le fond et pas du tout pompeuse, ce qui aurait pu être le cas avec ce type d'univers.

Au final Anasterry nous offre une fantasy intéressante mais, il faut bien le reconnaître, qui manque cruellement d'actions. Les rares rencontres avec la créature ne sont malheureusement pas assez approfondies. On aurait aimé plus de combats. Le personnage principal trop formaté par son éducation, se montre trop psycho-rigide et apparaît de ce fait à certains moments presque caricatural. Ce premier tome ouvre de nombreuse pistes pour les tomes ultérieurs. On ne peut qu'espérer une intrigue plus solide, des dénouements plus travaillée et des fins moins convenues. Quand au côté dark-fantasy annoncé dans la quatrième de couverture on le cherche encore : il ne suffit pas de mettre une créature mutante pour être dans un registre quand l'univers ne suit pas !

par Goupilpm