Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Les plus récents en premier
Les plus appréciés en premier


Par le Editer
HELENE45 Or
Note : 8/10
Mon premier de Mme Giebel ;) (et le sien aussi (J'aime, quand cela est possible, commencer par l'ordre de parution !!)
J'ai beaucoup aimé l'histoire, bien que, pas assez gore à mon gout, mais, d'après ce que j'ai pu lire sur le forums, je vais me régaler avec ses autres romans !!
Merci les Mordu(e)s !! !! !!
Par le Editer
maxiime Argent
Note : 6/10
Lecture rapide. Roman que j'ai le moins apprécié de l'auteure.
Par le Editer
lila11 Argent
Note : 7/10
Je suis assez déçue par ce livre alors que j'aime beaucoup cet auteur. Certes, il y a du suspens mais pas autant de tension que dans les autres et aussi moins d'originalité.
Par le Editer
Julie52 Bronze
Note : 5/10
Un livre vraiment sans plus. Karine Giebel a écrit des romans bien meillleurs que celui-là ! J'avais personnellement adoré Juste une ombre, Satan était un ange, et De force. Celui-ci, à côté, rien.
J'ai trouvé l'histoire assez sans intérêt : le suspense n'était pas assez ménagé, et personnellement je n'étais pas sur les nerfs, je me fichais de l'identité du meurtrier et de ses motivations. Les personnages ne m'ont pas non plus plus : pas assez creusés, pas attachants... Je veux bien qu'ils aient des défauts, mais tout de même. Quant au style de l'auteure, il ne m'a pas fait ressentir d'émotions fortes. Je reste donc sur ma faim.
Par le Editer
Mon premier Giebel !!! Depuis le temps qu'on m'en parle je me suis enfin lancée dans ces aventures lol
et Franchement je ne regrette pas du tout!! Tout y est suspens attachements tueurs meurtres enquêtes etc .... Vraiment un bon mélange !!! Un thriller que je recommande vivement à tous ceux qui hésitent encore à se lancée dans ses lectures !!! une très bonne auteur mais aussi écrivain !! facile à lire et à comprendre !!!
Par le Editer
J’ai tout de suite accroché à l’histoire! Une jeune femme qui prend le train tous les jours pour se rendre à son travail (comme moi) et dont la vie est assez misérable découvre une lettre lui adressée dans le train, à la place où elle s’installe quotidiennement.

A part de ce moment tout va basculer!

Le personnage de Jeanne est très attachant. J’ai eu pitié d’elle car, même si elle n’a pas la lumière à tous les étages, on se rend vite compte que la vie n’a pas été facile avec elle et qu’elle n’a pu compter sur personne : sa mère plantée devant la télé à longueur de journée, ses collègues qui se moquent d’elle, et ce souvenir d’un homme dont on ne sait rien qui la hante.

Les lettres déposées à son intention mettent du piment dans sa vie et elle se sent aimée, regardée. D’un autre côté, il y a le capitaine Esposito, qu’elle trouve très beau, mais jusqu’à présent inaccessible. Un triangle amoureux hors du commun.

Comment va-t-elle gérer la situation?

Cette histoire est passionnante et diffère de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. C’est d’ailleurs ce que j’aime avec les livres de Karine GIEBEL, elle nous surprend toujours, quel que soit le lieu où se déroule l’histoire et quel que soit le personnage atypique qui la vit.

A la fin de l’histoire, impossible de savoir le choix que va faire Jeanne : Elicius ou le capitaine Esposito?

Une histoire surprenante à dévorer !
Par le Editer
Goewin Diamant
Note : 10/10
Jeanne est une jeune femme de 28 ans fragile, blessée, habitée par une souffrance bien trop lourde qui l’a conduite à se replier sur elle-même. Elle mène une vie terne et sans surprise entre une mère qui la traite comme une adolescente, un travail au commissariat qui ne l’enthousiasme pas, des collègues au mieux indifférentes, au pire moqueuses, le souvenir destructeur d’un Michel qui est parti et ses voyages en train matin et soir. Le tout rythmé par la question lancinante de « Est-ce que mon sac est bien fermé ? Oui il est bien fermé », une voix dans sa tête qu’elle appelle « l’autre » qui pourrait être la voix de la sagesse et des insomnies dont elle ne vient à bout qu’à coup de somnifères.

Cette vie bien réglée va s’achever le lundi 11 mai. Jeanne découvre une lettre qui lui est adressée, glissée entre deux sièges, là où elle prend place tous les jours. Pour la première fois, quelqu’un la voit, la reconnaît. C’est une déclaration d’amour. Hélas, celui qui lui écrit de si belles lettres et qui s’est donné le nom d’Elicius n’est autre que le tueur qui assassine des femmes de façon atroce et qui a mis toute la police de Marseille sur les dents.

C’était la première fois que je lisais Karine Giébel et je remercie NetGalley ainsi que les Éditions Belfond qui me l’ont fait connaître.

« Terminus Elicius » est un thriller psychologique passionnant mais aussi émouvant. Les personnages sont attachants et on se laisse ensorceler par cette histoire d’amour singulière. L’angoisse ne cesse de monter, on souffre avec Jeanne, on est en plein dilemme, on tremble avec elle et en même temps on se laisse attirer par Elicius. Sa souffrance fait écho à celle de Jeanne.

J’ai lu ce roman d’une seule traite tant l’écriture et les situations étaient addictives, le suspense captivant. Il m’a donné envie de lire les autres œuvres de l’auteur. Un thriller à découvrir absolument !
Par le Editer
Luna1579 Argent
Note : 7/10
Pas le meilleur roman de l'auteur, mais pas mal quand même. J'avoue que quelques pages avant la fin j'ai eu un peu peur du dénouement et finalement ça m'a plutôt satisfaite. Le roman est court, ce qui fait qu'on a du mal à le lâcher.
Par le Editer
kisa Lu aussi
Note : 7/10
Premier roman de Karine Giebel, pas mal du tout, pas le meilleur, parce que je ne le trouve pas très original, avec la correspondance entre l'héroïne et l'assassin, mais c'est bien écrit et le système est au rendez-vous.

Dans la dernière édition, une nouvelle est ajoutée. Elle est très bien glaçante mais très touchante et émouvante.
Par le Editer
sagweste Or
Note : 8/10
On ne présente plus notre auteure française, magnifique dans ses écrits autour du thriller. Ici est réédité un de ses premiers livres datant de 2004 qui avait reçu le prix marseillais du polar en 2005.

Nous faisons connaissance avec Jeanne, secrétaire dans un commissariat de Marseille, qui prend le train Istres-Marseille tous les jours, matin et soir, à la même heure. Jeanne est tout en nuance, se sous estimant grandement, n’ayant quasiment aucune confiance en elle, se diluant pour paraître invisible aux yeux de tous. Elle vit avec sa maman, par choix, alors qu’elles sont très novices l’une pour l’autre. Prendre son indépendance est très compliquée pour Jeanne, pleine d’interrogations même si l’envie est très fréquente.

L’auteure arrive à nous faire vivre Jeanne comme si nous la connaissions depuis toujours avec ses rituels, ses doutes. Elle n’est pas parfaite mais n’est pas différente des autres jeunes femmes : au fond d’elle, elle aspire à rencontrer un homme qui saura la voir, elle, avec ses fragilités.

Et puis, une lettre glissée entre la paroi du train et le siège où Jeanne s’assoit presque toujours. Une lettre d’un inconnu, qui l’a remarquée, qui ose lui écrire. Le dilemme est de savoir si elle souhaite ou pas faire fi du bon sens et d’espérer d’autres lettres, un autre jour, au même endroit.

Oui mais la 2ème lettre est atterrante, Elicius (son nom de plume) est l’auteur des meurtres qui secouent Marseille et pour lequel son commissariat est sur le pied de guerre, notamment un inspecteur, Fabrice, pour lequel elle a un petit béguin. Mais Elicius s’explique, petit à petit, la cajole par les mots.

A partir de là, l’auteure nous fait naviguer sur les émois à tendances psychotiques de Jeanne qui alterne l’envie de le dénoncer et celui de se taire. Tout est conté intelligemment, arrivant à me rendre Jeanne très antipathique puis, la page d’après, la plaindre, avoir envie de la secouer, puis de l’accompagner à affronter ses peurs.

Tout est finesse, avec une intrigue se jouant des ressentis, se jouant de l’enquête qui pour le coup devient secondaire, se jouant de la normalité qui n’en devient plus nécessaire.
Bien-sûr tout au long je me suis dit : mais pourquoi fait-il ça ? Pourquoi elle ? Réponse fournie par l’auteure en son temps.

Alors bravo pour ce thriller qui a été un page turner pour moi.

Cette édition est également marquée par la présence en fin de livre par une nouvelle ‘Aurore’, liée de loin à l’histoire. Comment le mal-être d’ados peut avoir des conséquences aussi dramatiques et qui peuvent devenir des faits d’actualités bien connus.
http://saginlibrio.over-blog.com/2016/11/terminus-elicius-de-karine-giebel.html

Ajouter un commentaire

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.