Livres
476 046
Membres
454 778

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Terrienne



Description ajoutée par Pamie 2011-07-22T02:23:36+02:00

Résumé

Tout commence sur une route de campagne... Après avoir reçu un message de sa soeur, disparue depuis un an, Anne se lance à la recherche...et passe de "l'autre côté". Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d'humanité, mais où elle rencontre cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa soeur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu'au bout, au péril de sa vie. Et se découvrira elle-même : Terrienne.

Afficher en entier

Classement en biblio - 4 247 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2011-01-31T16:42:08+01:00

Je suis amoureuse de cette Terre sur laquelle j'ai mes pieds. Je l'aime avec tous ses défauts, toutes ses tares. Je l'aime à cause de ça. J'aime le trop froid et le trop chaud, la pluie, la boue, les embouteillages, les examens ratés, les cartes postales moches, les mensonges, les larmes, les blessures et la mort. J'aime ce qui manque et ce qui dépasse, j'aime le trop et le pas assez, je veux me brûler aux orties et aux casseroles, ça ne me dérange pas, je veux bien égarer mes clés, avoir mal à la tête, être trompée (pas par Bran), être bousculée. Mais je prends aussi les bonnes choses. Je veux être caressée, je veux manger des banana split, je veux écouter de la bonne musique, recevoir des lettres, voir naître des bébés, faire la sieste, aller à Venise... je veux faire entrer l'air dans mes poumons, ... je veux respirer.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

un livre magnifique.

une histoire à couper le souffle.

On retient sa respiration à chaque page qui tourne tandis que l’héroïne parcourt cet univers angoissant, ce monde si froid etrange et fascinant, où tant de choses anodines telles que respirer lui sont défendues.

On pleure aussi, comme souvent dans les ouvrages de Mourlevat, sur ceux qui n'ont pas eut la chance de s’échapper de Campagne et du monde qui l'entoure.

Une héroïne attachante, courageuse forte et fragile a la fois, des protagonistes inoubliables tels que Étienne Virgil et Bran l'hybride et bien d'autres encore...

Un livre qui vous tient en haleine, que je conseille vivement à tous.

"Vous ne respirerez plus jamais de la même manière"

conclusion étrange, mais on ne peu plus véridique...

Afficher en entier
Argent

Gabrielle a disparu depuis un an et c'est à la suite d'un message sorti de 'nulle part' qu'Anne, sa sœur, décide de la chercher. Le message n'est pas bien long. Quelques indications sans queue ni tête dirons-nous. Mais c'est le seul espoir qu'a Anne de trouver sa sœur. Dans le message, il y a un nom de ville : Campagne. Anne fait du stop, le pouce levé, pour s'y faire déposer. Elle est prise par Etienne Virgil, un vieil écrivain. Finalement, elle se rend dans cette étrange ville. Cet étrange monde parallèle. Les gens là-bas ne respirent pas, ne pleurent pas, ne parlent quasiment pas et les humaines sont prisonnières de personnes haut placées. Anne se rend compte que Gabrielle est l'une d'elles. Quitte à mourir, Anne sauvera sa sœur. Heureusement, la demoiselle n'est pas seule dans son entreprise et elle pourra compter sur des alliés dans cette aventure aussi fascinante que dangereuse.

Depuis quelque temps, le livre « Le Combat d'Hiver » de Mourlevat m'attirait au CDI de mon collège (et une amie ne cesse de m'en chanter les louanges, je l'avoue). Enfin, j'ai l'occasion de lire un ouvrage de cet auteur. Et je sors de ce bouquin enchantée, calme et heureuse. C'était purement génial. Enivrant. L'amour fraternel pousse à faire des choses que l'on pense au-dessus de nos capacités ou que les autres jugent dingues. Anne nous prouve qu'avec l'amour, les choses deviennent possibles. Oh, je vois déjà les brutes et les anti-sentimentalistes, rire de ma constatation. Mais je ne vois pas une autre manière d'expliquer ça. À la fin, on aime plus la Terre qu'autrefois, on se rend compte de la beauté qu'est de respirer, de rire, de manger. Toutes ces choses que l'on relègue au « second plan » et qui font finalement partis essentiel.

Dans Terrienne, les personnages ne sont pas tous gentils. L'atmosphère du monde parallèle est glacial, silencieuse. Les événements ne sont pas tous les bienvenus. Mais tout le long de la lecture, l'espoir est bel et bien présent. Le suspens aussi.

On se demande ce qui adviendra des personnages qui rencontrent Anna. Si elle retrouvera sa sœur. Tout cela semble tellement irréel, inaccessible. Les mots me manquent et je me demande quoi rajouter, lisez-le, je ne pense pas qu'on puisse être déçu, dès les premières lignes, c'est dur de refermer le livre.

Vous avez une déprime hivernale ? Laissez-moi vous dire que ce roman donne envie de vivre, tout simplement. Ai-je oublié quelque chose ? Oui ! Le conseil playlist : Keane, l'album Hope and Fears évidemment.

http://name-in-stone.skyrock.com/3051684727-TERRIENNE.html

Afficher en entier

Commentaire video

Vidéo ajoutée par Auralice 2019-06-24T15:42:25+02:00

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par FauGDCP 2019-09-18T13:56:14+02:00
Lu aussi

Je n'ai pas vraiment accroché à ce livre. Les personnages ne m'ont pas touché ni intrigué.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Casio 2019-09-09T13:03:30+02:00
Or

Je ne connaissais pas l'auteur, mais sa plume, le ton de l'histoire m’a rappelé l'auteur Lois Lowry. D'un côté il y a la Terre, avec ses couleurs, ses bruits, ses sensations (chaud, froid, pluie, peur, amour, ...) et de l'autre il y a...rien, ni joie, ni peur, ni sentiments, rien que le silence. C'est dans ce monde que se lance Anne pour sauver sa sœur, Gabrielle, enlevée pour être vendue comme curiosité aux dirigeants. Un monde où personne ne respire, ne ris, ne pleurs et où les terriens sont plus bas que des animaux. Ce livre est bouleversant, inquiétant et pourtant accrochant jusqu'au point final.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clarisseay 2019-08-06T01:29:23+02:00
Diamant

Une lecture spectaculaire qui a changé mon regard sur beaucoup de choses ! A lire absolument

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fille-de-lecture 2019-07-29T21:56:41+02:00
Argent

Je découvrais Mourlevat avec ce roman et je dois dire que je suis conquise ! L'univers est très original quoique triste, angoissant et révoltant et les personnages attachants et profonds.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par armel86 2019-07-22T20:19:25+02:00
Bronze

Après avoir lu plusieurs livres de Jean-Claude Mourlevat je suis toujours impressionnée par sa plume, son sens du détail que ce soit sur les descriptions des paysages, des émotions, du physique et dans ce contexte-ci, de la précision avec laquelle il décrit tout le fonctionnement de ce monde parallèle plus qu'étrange s'il est vu par un humain. Un monde où tout ce qui humanise est un fléau, où l'on meurt d'ennui et où l'on survie d'une défenestration. Et même si ce roman est fantastique, les personnages ont ce réalisme qui fait qu'on s'identifie à eux et qu'on est un peu triste de les quitter à la fin...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Justine86 2019-07-17T13:28:08+02:00
Bronze

C'est un bon livre avec beaucoup de créativité.Je trouve que le choix de l'auteur d'inventer une histoire à partir d'un monde parallèle est audacueux et très original.Je trouve qu'il n'y a pas assez de suspence et que il y a des moments un peu difficile à comprendre.Mais c'est quand même un bon livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Im-a-Sassenach 2019-07-10T15:56:11+02:00
Or

Et encore une lecture de cet été dont je ressentais le besoin impérieux de faire une critique sur le blog. En effet,-ma saison estivale a été comblée par de belles lectures, enrichissantes, intenses, surprenantes, épatantes, folles, rafraîchissantes. Celle-ci, je la dois à la citronnée Lemon June et à son talent pour vous mettre l'eau à la bouche : ici. Déjà que ce livre de Jean-Claude MourIevat m'attirait parce-que... ben, c'est Jean-Claude Mourlevat quoi, l'auteur de mon livre doudou de quand j'avais sept ans (mon premier emprunt à la bibliothèque municipale ♥), Le jeune loup qui n'avait pas de nom, et aussi du génial, fabuleux et saisissant Combat d'Hiver. Mais là, impossible de résister quand la belle et ingénieuse Booktubeuse nous parle si savamment de ses dernières lectures, on ne peut que se jeter à l'eau. Celle de Terrienne vous paraîtra froide, amère, peu engageante et presque provenant d'une autre planète, mais cette cure de jouvence signée Jean-Claude Mourlevat, dont les récits ont vraiment un certain charme et une poésie propre à lui, une patte emplie de douceur et somptuese qui nous emmène dans divers mondes parallèles plus à couper le souffle (dans le sens "cœur qui frôle l'arrêt cardiaque à chaque seconde") les uns que les autres, vous remettra en mémoire ce que c'est d'être humain, d'être vivant, qui plus est sur une Terre aussi belle et propice à nous offrir les merveilleuses joies quotidiennes de l'existence. La couverture ne paye pas de mine pour beaucoup de monde mais au contraire, je la trouve particulièrement appropriée, de par son côté très épuré, voir très aseptisé. Elle se fait douce et discrète mais cette abondance de blanc, comme un halo autour du personnage principal complètement déboussolé, dégage aussi une certaine lumière qui nous éblouit. Ce roman est telle l'ampoule vacillante dans une obscurité poisseuse, opaque et dangereuse pour la sanité de l'esprit humain. Attention, vous entrez en territoire inconnu, un terrain miné dont vous ne sortirez pas indemne. Mais je vous assure, c'est pour votre bien. Je sais, c'est bizarre ce que je dis, mais vous allez comprendre.

Nous suivons grâce à ce livre l'aventure improbable d'Anne Collodi, jeune femme on-ne-peut-plus normale, presque banale dans un premier temps, qui ressemblerait presque à un mauvais récit de mafia dans les grandes lignes :-le jour de son mariage avec le beau et mystérieux (voir hermétique) Jens, la grande sœur bien-aimée d'Anne, Gabrielle, se fait kidnapper par ce dernier et ses témoins. Un rêve éveillé qui tourne en cauchemar qui va s'étendre sur une année environ pour la famille Collodi, jusqu'à ce qu'Anne arrive miraculeusement à recevoir un appel à l'aide de sa sœur à la radio, sur la fréquence entre NRJ et France Culture. En passant par France Inter, bien sûr. Oui, ça claque. C'est dingue, hein ? Et ce n'est que le début des événements improbables... Anne a désormais une piste à laquelle se raccrocher : CAMPAGNE. Non, pas comme le pâté (c'est la morfale qui parle). Vous pourriez me dire aussi que, la campagne française, c'est vaste. TROP vaste. Sauf que, non loin de la ville d'Anne (dont je ne me rappelle absolument pas le nom), il existe véritablement un lieu-dit du nom de CAMPAGNE (ouais, avec lettres en majuscules, s'il vous plaît). Ça semble facile, mais autrement il n'y aurait pas d'histoire. Et quelle histoire mes amis !

J'ai beaucoup admiré le courage d'Anne, sa détermination sans failles à ramener sa sœur à la maison,-auprès de leurs parents dévastés, même si pour cela, elle doit se rendre en enfers. Elle pourra vous sembler un peu paumée sur les bords dans un premier temps, avec ces questions existentielles et métaphysiques somme toutes absolument farfelues, mais en réalité, j'avais la sensation qu'Anne pouvait voir au-delà de notre simple monde physique. Et en effet, c'est toute une question de croyances, de foi inébranlable, d'imagination et d'ouverture d'esprit dans ce récit. Afin de se rendre à CAMPAGNE et de voir ce fameux panneau sur le bord de la nationale [ajoutez ici un numéro], il faut avoir une véritable raison et volonté de s'y rendre. Cet endroit ne semble destiné qu'aux personnes ayant un besoin désespéré d'y accéder. Pour Anne, la question ne se pose même pas : elle doit retrouver sa sœur Gabrielle à tout prix, cette situation insoutenable de séparation et de tourmente n'a duré que trop longtemps. Anne se raccroche à ce mince espoir qu'est la voix aphone de Gabrielle, si faible écho de la magnifique femme pleine de vie qu'elle était dans sa vie d'avant, résonnant sourdement dans sa tête, tel un mantra de solitude et de survie, comme à la dernière branche la reliant à l'envie de vivre. Plus rien ne semble avoir de saveur ou de sens sans sa grande sœur chérie, dont Anne est si proche, si attachée à elle. On pourrait presque croire qu'elles sont sœurs jumelles tant leurs âmes le sont, ne faisant qu'un. Le récit est ponctué de petits flashbacks dans lesquels la tendresse, l'amour, l'affection et la complicité entre les deux frangines explose de partout. De quoi nous mettre le cœur au bord des lèvres. La famille Collodi est constitué de deux parents charmants, dévoués à leurs enfants, les chérissant de tout leur être, compréhensifs et profondément bons. Quant aux filles, l'une est le petit rayon de soleil de la maisonnée, pétillante, spontanée, éclatante de santé, de joie et de malice ; l'autre est plus la lune, astre réfléchi, sérieux, plus pragmatique et la tête sur les épaules. Plus en retrait aussi, dans l'ombre de la grande sœur éblouissante de beauté et d'envie de croquer la vie à pleines dents. Point de jalousie cependant. Anne est la première à ne pas tarir d'éloges concernant celle qui est bien plus qu'une sœur : une meilleure amie, une confidente, quelqu'un qui ne vous laissera jamais tomber et fait tout pour ensoleiller vos jours. C'est une relation que j'ai trouvé profondément bouleversante et qui donne au récit une véritable intensité émotionnelle. Notre héroïne aurait même franchement tendance à se dévaloriser injustement en repoussoir pour bien montrer que sa sœur est un spécimen unique et qu'elle, la petite et innocente Anne, mérite bien d'être dans l'ombre de son irradiante lumière (ça mériterait des baffes, ça). Pourtant, Anne va dépasser ses limites concernant les doutes qu'elle nourrit envers elle-même et c'est avec un cœur rempli d'effroi à l'idée de ce qui l'attend et de ce que Gabrielle a pu endurer pendant 365 jours mais aussi vaillant qu'elle n'hésitera pas à se rendre à CAMPAGNE plusieurs fois afin de de se montrer vigilante et de tâter le terrain. Ingénieuse notre Anne, et elle ne se laisse pas démonter ! Vous l'aurez compris, elle m'a sacrément impressionnée et je dis chapeau pour son courage, car honnêtement, même pour quelqu'un que j'aime de tout mon cœur, je ne saurais imaginer ce que je serais prête à faire afin de le sortir des flammes de l'Enfer dans lesquelles il est emprisonnée (c'était la révélation honte du jour...). J'en suis béate d'admiration, oui.

Heureusement, Anne ne sera pas seule pour son plan évasion grande sœur (yep', j'invente des noms d'opérations comme Henry Mills dans OUAT), qui sera loin d'être de tout repos. Tout d'abord, elle passera des instants d'auto-stop inoubliables avec Etienne Virgil, un retraité célèbre écrivain, en panne d'inspiration. Ou plutôt, il est en son cœur convaincu que tout ce qu'il a écrit ces derniers temps, notamment son roman à paraitre, ne vaut rien du tout. Alors qu'il a perdu foi en lui-même et en son imagination, pouvoir extraordinaire et inconditionnel des hommes, ce vieux monsieur respectable, serviable, gentil et extrêmement attachant va se retrouver embarqué dans la galère de la mission quasi suicide d'Anne malgré lui. Très vite, une relation toute particulière va s'instaurer entre personnages qui sortent du lot, de la masse informe de la société, qui se retrouvent en marge de cette dernière car ils remettent leur existence et le but de leur vie en question. De plus, j'ai trouvé cela très intelligent de la part de Mourlevat de nous apporter le point de vue de différentes tranches d'âges au niveau des personnages : Anne est l'adolescente qui est en train de devenir une jeune femme, de voler de ses propres ailes. Elle est au seuil de sa vie et en est alors au stade où on se pose beaucoup de questions sur le monde qui nous entoure et la place qu'on peut y avoir. Etienne, quant à lui, est arrivé au bout du chemin. Pourtant, il ne se sent pas accompli dans son être, il a la sensation que son talent d'écrivain a été gâché afin de plaire à la masse coagulée de lecteurs et afin de s'assurer une retraite paisible. Mais comment cela est-il donc possible dans l'âme torturée de cet homme bouillonne de ne pas exprimer sa vraie vision des choses sous forme de lettres distinctes, de mots intelligibles ? C'est que Monsieur Virgil n'avait pas encore vécu l'Aventure de sa vie, celle qui va le conduire à suivre Anne dans cette quête insensée à chercher une aiguille, ici sa sœur, dans une botte de foin, l'austère CAMPAGNE donc. Et à cette aventure abracadabrantesque de bout en bout, Monsieur Virgil va s'y dévouer corps et âme. Alors qu'il n'avait rien demandé, il va risquer sa vie et sa raison pour sa jeune amie, il va être un soutien incontestable pour elle et je pense qu'Anne n'aurait pas pu aller bien loin sans la maturité et l'expérience de la vie de Monsieur Virgil, sans ses valeurs nobles et bonnes intuitions. La vie est constituée d'épreuves, d'embûches auxquelles il faut faire face, mais rien ne dit qu'on doive le faire seul. Il est humain de se faire aider par des âmes sœurs, des âmes qui nous comprennent et répondent à nos attentes et à notre empathie. Cette humanité solidaire est d'une beauté sans pareille.

Avec toute mon effusion de sentiments coulants concernant notre duo d'apparence dépareillé mais aux cœurs qui battent à l'unisson telle une évidence, j'en ai oublié de vous décrire la singulière CAMPAGNE qui jouxte notre monde ! Quelle négligence ! Alors, je vous le dis d'entrée de jeu : oubliez les vaches dans le pré, les bottes de foin (pourtant, j'ai mentionné ce mot plus haut, désolée...), la représentation pastorale de la campagne baignée de soleil et aux verts pâturages parce-que, cette CAMPAGNE-là... est fade de chez fade. Je me l'imaginais de prime abord comme sur la couverture : d'un blanc immaculé, presque l'image qu'on se ferait du paradis (blaaaaaanc... pardon...), ou de l'atmosphère d'une chambre d'hôpital. Puis des immeubles de verre à la modernité esthétique se dessinent, tous en rang d'oignon. C'est le seul élément tangible à l'entrée de CAMPAGNE, car sinon : pas de climat ; ni tempéré, ni aride, ni pluvieux, NADA ; pas de reliefs à des kilomètres à la ronde... Cela rappelle l'héritage que le livre jeunesse incontournable de la Dystopie, Le passeur de l'incroyable Loïs Lowry, a laissé : la notion de SAMENESS, tout se ressemble ; pas d'individualisme, tout appartient et est régulé par la communauté. Les naissances, les études, les emplois, la vie conjugale... même la Nature, tiens ! Or, là, c'est pire car c'est VIDE sur une large étendue. Et quand ce n'est pas vide, c'est stérile et cela présente un paysage désolant. Merveilleux ! *ironieeeee, mon amieeeee* Ca a de quoi vous glacer le sang ! Quand je vous le clame haut et fort qu'Anne et Etienne sont des champions ! Et le pire de tout, c'est que les habitants de CAMPAGNE : ne respirent pas, ne rient pas, ne pleurent pas, ne tombent jamais malades, ne meurent pas vraiment car ils n'ont pas la même constitution que nous, osseuse et autre, sont froids COMME DES PICS A GLACES !! (au propre et au figuré. Surtout au figuré en fait) Bienvenue dans cet endroit où il fait bon vivre ! *rire nerveux* Allez, cela vous donne bien envie d'aller rencontrer ces gens si accueillants (hum), pleins de vie (humhum), si compatissants (HUMHUM)... En clair, des parangons du sentiment humain (HUMHUMHUM). Cette confrontation glaçante entre des personnages comme Anne et Monsieur Virgil, biens de chez nous, et les gens de là-bas, a vite fait de nous remettre en mémoire à quel point il est bon d'être humain, de ressentir les choses, heureuses comme malheureuses, de pouvoir pleurer tout notre soul afin de faire sortir la peine, de pouvoir rire aux éclats afin d'apporter un peu de chaleur dans nos cœurs érodés par le temps qui les entaille, de pouvoir se faire dorloter par maman quand on a un vilain rhume et de squatter le lit, emmitouflés sous une armada de couvertures douillettes et d'amour sans conditions, de pouvoir RESPIRER enfin. A chaque fois qu'Anne devait retenir sa respiration afin de ne pas se faire repérer par ce peuple qui ne supporte pas l'étrangeté, j'en avais mal à mes poumons, j'avais l'impression qu'on les broyait avec des étaux. Je n'ai jamais été aussi fière et soulagée d'être humaine, terrienne, à ce moment-là. Même si le plaisir assumé des autorités de CAMPAGNE à défenestrer les personnes qui sont dissidentes, différentes, rappelle avec la saveur amère d'un lait caillé les opérations nazies qui sont une réalité avérée, oui, j'ai le cœur gonflé amour sans bornes pour notre monde. Celui des âmes charitables comme Monsieur Virgil, de la Terre qui nous offre ses trésors, ses mystères (les vrais reconnaitront cette chanson ♪ ♥), de ce bonheur qui ici bas n'a pas de prix (oui, je continue !).

J'ai été frappée d'effroi en découvrant que le monde de science-fiction totalement impromptu que nous décrivait Jean-Claude Mourlevat était le nôtre à ses heures les plus sombres. Un monde qui s'arrête de respirer et de ressentir quoique ce soit face à tant d'horreurs perpétrées, de kidnappings et d'assassinats d'âmes innocentes, d'une jeunesse asservie à une cause raciste, xénophobe et profondément arriérée et inhumaine, un monde tellement dégoûté de ce qui se passe en son sein qu'il ferme les yeux, devient passif et collaborateur, et laisse les quelques grains dans la machine patauger, voir se noyer dans tant de folie meurtrière et incontrôlable, d'une démesure qui laisse pantois, abasourdis. Heureusement que les quelques grains de sable en question ne vont pas suivre le troupeau abruti et renoncer à leur conviction que quelque chose cloche au cœur de ce système aux racines foncièrement mauvaises. Le personnage de Bran, figure masculine principale de l'intrigue, pourrait vous laisser sceptique et difficilement tolérants. Après tout, il a participé à l'enlèvement de Gabrielle sans protestation. Ca commence bien, comme première approche... Cependant, Mourlevat nous "impose" son point de vue au même niveau que celui d'Anne. Ce qui nous "force" à le regarder de façon plus sympathique, à ne pas le juger trop vite sur un acte qu'il sait impardonnable, malin (sens étymologique du terme) et qui l'empêche de se regarder en face dans le miroir sans que sa culpabilité ne le frappe de plein fouet. Bran est un garçon métisse mi-terrien mi-de campagne (comment voulez-vous le dire autrement ?) éprouvé par la vie, qu'il a toujours vécu servile et confinée, avec pour seule kindred spirit Torkensen, un grand gaillard un peu simplet sur les bords mais au cœur d'or tendre de nounours qui lui fait honneur. Il est la gentillesse incarnée. De quoi vous faire fondre le cœur. Bref, j'ai appris à pardonner à Bran, à le connaître, à le comprendre et à l'aimer, tout comme Anne a su le faire en reposant sur lui. C'est un garçon qui va de l'avant, qui sait montrer sa valeur par ses actions et qui a su apprendre à devenir très droit, bon et honnête malgré le monde empli de mystères et de non-dits étouffés qui l'entoure. Je pense que sa nourrice y est pour quelque chose. Sous son masque de froideur se cache une femme au grand cœur, qui a aimé tous les petits métisses qu'elle a allaités et élevés convenablement en comblant ce vide abyssal et affectif de la mère biologique écartée par Dieu seul sait de quelle façon... Elle a inculqué à Bran des valeurs pures et lui a insufflé la force de se battre pour ce qu'il croit être juste. Et je n'oublie pas Mme Stormiwell ! Cette femme est juste merveilleuse. Ses apparences d'employée et de femme docile et paisible (qui aime de tout son cœur son mari, si cela peut vous rassurer) cachent une personnalité exaltée par tout ce qui fait l'être humain : ses rires cristallins et chaleureux, ses gouttes de pluie au coin des yeux, sa peau hâlée ou parfaitement laiteuse, ses petits inconvénients du style se moucher ou tousser, son sourire jusqu'aux oreilles, et par-dessus tout... le souffle et le bruit de l'humain qui respire, qui emplit tout l'espace et ce silence de mort, solitaire et désarmant. A chaque fois que Mme Stormiwell se trouvait dans les parages, je me sentais toute chose. Elle me remettait en mémoire toute la splendeur d'être un habitant de la Terre, la joie immense d'aimer, d'être aimé, de donner, d'apprendre, de s'exprimer. Ce qui m'a laissé sans voix et m'a redonné espoir, c'est le fait qu'Anne va être constamment accompagnée et soutenue par des personnes de ce monde-là, pourtant à l'origine des enlèvements de Terriennes. Chacun va apporter sa part à l'édifice pour qu'Anne puisse enfin serrer sa sœur dans ses bras et lui affirmer que tout ira mieux dès lors. Le chemin a été difficile à arpenter mais chacun s'est donné du mal, malgré les menaces planant telle une épée de Damoclès au-dessus de leur tête, au nom d'une humanité qui appartient à tous in fine, au-delà des différences.

Pour conclure, je dirais que Jean-Claude Mourlevat a frappé fort avec ce titre qui a su m'ébranler des pieds à la tête. L'écriture nous transporte, malgré quelques répétitions qui m'ont fait grincer des dents (qu'est-ce qu'on a pu me morigéner à propos de ça !) mais rien de bien méchant cependant. Cela n'enlève pas à l'auteur la magie de sa plume, fluide, limpide comme de l'eau de roche, qui scintille de minuscules éclats telle une fée. Oui, cette plume, je la vois bien comme une fée qui saupoudre ses univers et ses rebondissements haletants de poussière qui nous fait nous envoler. Pas le temps de souffler, le train est en marche et une personne nous attend pour un sauvetage qui ne s'est que trop fait attendre ! Il va falloir affronter les autorités en instance, faire preuve d'un sang-froid inégalable, tout en mettant son torse à plat, aucun signe de respiration ne doit transparaître pour passer incognito. Le risque de se faire tuer balancé par la fenêtre est très élevé mais pas de panique ! Les amis sont là pour ça, leur aide ne souffre aucun obstacle. Celle d'un très beau et charmant jeune homme au cœur paumé sur ses origines et au cœur repentant et celle d'un vieil homme esseulé par la course effrénée de sa vie qui a célébré l'Amour à chaque instant avec sa radieuse femme de l'auto-route et désormais avec sa choyée petite fille, si attentive, attendrissante et vivace, ne seront pas de trop ! Si l'armée n'est pas à nos trousses, l'angoisse omniprésente que l'être aimé soit déjà mort et un désert aride et inhospitalier à la vie humaine garderont notre tension fortement élevée, sans inquiétude ! Rien de tel que la splendide musique du groupe Keane pour nous envoûter et nous raccrocher à l'humanité et à la liberté chéries. Vivez, mes amis, tout comme la plume de cet auteur est vibrante d'imagination et de réalisme tout à la fois, vibrante de cette dignité d'être colportrice de la beauté de ce bas monde, de ses arts, de ses relations humaines, de ce pied frétillant qui prend contact avec un sol frais de rosée et vigoureux dans chaque fibre de son brin d'herbe, de ses cinq sens exaltés en tous coins, de cette envie d'avoir les yeux plus grands que le ventre et de savourer chaque instant, les bons comme les mauvais. Imaginez tout ce que vous aimez, tout ce que vous détestez, tout ce qui vous touche ou rebute au plus haut point, tout ce qui vous enchante, tout ce qui vous attriste, tout ce qui vous fait dire que la vie vaut la peine d'être vécue. Cela vous plait de plus en plus et cela vous va de moins en moins. Ainsi va le cours de la vie et vous ne changeriez cela pour rien au monde. L'écriture et l'imaginaire de Jean-Claude Mourlevat, magicien bienveillant de la littérature jeunesse, vous ouvre la porte à cette réalité, VOTRE réalité : vous êtes en vie, ça n'a pas de prix et ce n'est pas à prendre. Prenez une grande inspiration. Respirez et espérez.-Prêts à vous jeter à l'eau de la CAMPAGNE et à croire vous aussi, l'esprit aussi attisé par la curiosité et scintillant que les enfants ? Si votre cœur en fait le souhait, CAMPAGNE pourrait se trouver sur le bord de votre route... Il suffit juste d'y croire...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mimon 2019-06-15T18:06:33+02:00
Bronze

J ai trouvé l histoire intéressante mais sans rebondissements je trouve qu il n y a pas assez d action par moment j ai même lu en diagonale car je trouvé des passages sans intérêt dommage car l idée était bonne

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cathi2 2019-05-01T10:52:45+02:00
Bronze

https://monmondedepapier.wordpress.com/2019/05/01/terrienne/

Une utopie comme on n'en a pas l'habitude, le tout dans un style prenant, avec des personnages attachant. J'ai adoré dès les premières pages !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Melanie1023 2019-04-27T09:11:46+02:00
Or

Livre rempli de suspens ! Je l'ai adoré et je le conseil vraiment!

Afficher en entier

Dates de sortie

Terrienne

  • France : 2011-01-13 (Français)
  • France : 2013-09-12 - Poche (Français)
  • Canada : 2011-02-21 (Français)
  • Canada : 2013-10-16 - Poche (Français)

Activité récente

Noufel l'ajoute dans sa biblio or
2019-10-09T10:55:36+02:00
Exagide l'ajoute dans sa biblio or
2019-09-28T20:03:45+02:00
Casio le place en liste or
2019-09-09T13:03:06+02:00

Titres alternatifs

  • Les passagers de l'hôtel légende - Français
  • Terrestre - Italien

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 4247
Commentaires 881
Extraits 129
Evaluations 1214
Note globale 8.39 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode