Livres
477 906
Membres
459 028

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chapitre 1 :

Tigrane

«…— Elle ne prononçait jamais une seule parole. Elle se contentait de s’asseoir, pendant que je lui rafraîchissais sa coloration ou que je lui faisais les ongles.

— Une petite bourge quoi ! grincé-je.

— Non, une jeune femme terrifiée, me corrige-t-elle sans plus cacher ses larmes. Un jour, je lui ai demandé pourquoi elle ne reprenait pas sa teinte d’origine, et là, elle m’a répondu. « Parce qu’il ne veut pas et qu’il associe ma couleur aux flammes de l’Enfer ». J’ai été si choquée que je suis restée un moment avec mon sèche-cheveux à la main, rêvant de l’enfoncer bien profond dans le fondement de cet individu. Petit à petit, elle s’est ouverte à moi et dans le même temps, j’ai remarqué des traces sur ses poignets, sur sa gorge. Pour moi, ça ne faisait aucun doute qu’elle était victime de violence conjugale.

À ces mots, mon cœur se serre. Ses paroles trouvent un écho en moi et me ramènent à un passé douloureux mais pourtant si doux.

— Écoute, Jalia, soupiré-je, je ne sais pas ce qu’on t’a raconté à mon sujet, mais je ne peux rien faire pour aider ton amie si c’est hors de ma… juridiction. La seule promesse que je peux éventuellement faire, c’est me renseigner sur le club de Bikers le plus proche et insister pour qu’ils gardent un œil sur elle et…

— Il y a quelques semaines, elle est passée me voir au salon, elle était si nerveuse, si effrayée, que je l’ai emmenée dans la salle de repos pour lui faire un thé, poursuit-elle, fébrile. Elle m’a signalé qu’elle n’avait confiance qu’en moi, puis elle m’a donné une enveloppe à n’ouvrir que s’il lui arrivait malheur. Je l’ai suppliée d’appeler la police ou de se réfugier chez moi. Ici, personne ne s’en serait pris à elle. Elle a refusé, me disant qu’elle avait fait son choix cinq ans plus tôt et qu’il était trop tard.

— Non, stop ! Tais-toi ! hurlé-je, désirant de tout cœur qu’elle la ferme, qu’elle arrête là son histoire.

— Avant-hier, elle devait passer au salon pour son rendez-vous mensuel, insiste-t-elle, impitoyable. Elle n’est jamais venue. J’étais si contrariée, que je me suis précipitée chez elle dès l’aube.

— Non… non… murmuré-je sachant déjà ce qu’elle va m’annoncer, mais ne voulant pas l’entendre.

— J’ai eu l’impression d’entrer dans un tombeau. J’ai grimpé les putains de marches de cette putain de baraque de riche, avec mon flingue à la main. Je tremblais tellement que j’étais incapable d’aligner deux pensées cohérentes... mais j’ai continué d’avancer. C’était horrible, elle était là, recroquevillée en position fœtale. Son corps… son visage…

Elle se met à pleurer doucement et d’un geste de la tête, j’autorise Drees à la soutenir. Il glisse un bras autour de sa taille et elle se pelotonne au creux de son épaule, déversant sa peine. Quant à moi, je suis sous le choc. Je sais que cette fille n’est pas venue ici sans raison et je crains qu’elle ne poursuive ses confidences. J’ai peur d’entendre dans sa bouche le prénom de celle que j’avais juré de protéger.

— J’ai cru qu’elle était morte, chuchote Jalia, mais c’est alors que j’ai perçu un léger gémissement. Je devais joindre les secours, mais en m’emparant de mon téléphone, j’ai vu l’enveloppe qu’elle m’avait remise quelque temps auparavant. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai estimé que c’était plus important pour moi de prendre connaissance de ses volontés plutôt que d’appeler une ambulance. Sur la carte à l’intérieur, il était noté « Si tu lis ce mot, c’est qu’il est trop tard pour tout. Pour les regrets, pour l’amour, pour le pardon. Est-ce que tu peux faire le nécessaire afin que mon corps soit ramené dans le comté de Belford Price près des miens, près de Tigrane Forrest. Il était mon frère, mon ami… mon seul ami ».

Je pousse un rugissement de douleur, de rage et donne des coups si violents dans la carcasse de la voiture que Drees doit me maintenir fermement contre lui pour que je ne mette pas mon garage à sac. Mes oreilles bourdonnent, mon cœur va lâcher, mais je l’entends qui crie.

— Écoute-la, mais écoute-la, bon sang !

Et enfin les mots qu’elle hurle depuis un moment parviennent à atteindre mon esprit.

— Elle n’est pas morte, Tigrane ! Elle n’est pas morte.

— Que… Quoi ? balbutié-je.

— Dès que j’ai lu cette lettre, j’ai su ce que je devais faire. J’ai contacté…

...»

Afficher en entier

Dès que j’en serai capable, je partirai d’ici.

– Et où iras-tu, hein ? Tu retourneras dans les bras du mec qui t’a presque tuée ? Et qui est-il ? Ton amant, ton protecteur ?

– Tu ne sais rien de ce qu’a été ma vie depuis mon départ, me dit-elle en arrachant sa main de la mienne.

Je te défends de me juger ou de croire que tu as les réponses à toutes les questions de l’univers.

Tu n’es qu’un... qu’un Biker, un gangster. Je ne sais même pas si tu vaux mieux que celui qui m’a fait ça.

Lui, au moins, se servait de ses poings pour m’obliger à me taire ou pour me montrer son autorité, toi, depuis que je suis revenue à moi, tu me parles avec... avec condescendance, comme si tu valais mieux que moi, comme si tu m’étais supérieur.

Tu me regardes de haut, avec mépris parce que je ne cautionne pas celui que tu es devenu, alors tu sais quoi, Tigrane Forrest, va au diable !

Depuis que je suis un Black Devils, personne ne m’a jamais parlé de la sorte....  Jamais !

La colère en moi ne fait que se nourrir de toutes les paroles incisives qu’Aimée prononce.

– Je veux rentrer, je vais appeler Jalia, lui demander son aide et... et...

– Non ! aboyé-je. C’est terminé, chérie. Tu as voulu te mettre sous ma protection ? Eh bien, nous y sommes, mais ce sera à mes conditions, de la façon, dont je le désire.

– Tu ne veux même pas de moi ! s’écrie-t-elle.

Tu n’as plus besoin de moi...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode