Livres
450 719
Membres
395 606

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Lu aussi

J’ai essayé deux fois de lire The hate U give, la deuxième fois jusqu’à presque la moitié, et j’ai abandonné deux fois. Cela est clairement du au manque d’action qu’il y a dans ce roman...

Au final, la troisième fois fut la bonne. J’ai fini par lire entièrement The Hate U give.

C’est clairement un beau roman, qui transmet un beau et vrai message, et met en avant les violences policières, le racisme et les préjugés au centre de la vie de Starr. J’ai apprécié l’évolution de ce personnage, auquel on s’attache très facilement. D’ailleurs, tous les personnages sont très très attachants, on s’attache énormément à Star et sa famille, leur amour transperce les pages et, je dois l’avouer, a su me toucher en plein coeur. C’est ce que j’ai préféré dans ce roman: leur lien indestructible, leur humour mais aussi le respect qui règne entre eux.

On est donc plongé au centre de la vie de Starr, au sein de Garden Height, où elle est témoin, en plus des guerres de gang, de violence et abus policiers. Une plongée au centre d’un quotidien caché et inconnu, qui fait quand même grandement ouvrir les yeux et prendre conscience de certaines choses.

C’est vrai, émouvant, mais ça manque quand même clairement d’action et de notion d’addictivité... même si c’est un roman poignant, clairement. Mais je m’attendais à plus, vu l’avalanche d’avis positifs

Afficher en entier
Bronze

J'ai beaucoup appréciée ce livre qui a failli être un coup de cœur pour moi.

Le résumé : Starr a 16 ans, elle est noire et vit dans un quartier difficile, rythmé par les guerres de gangs, la drogue et les descentes de police.

Tous les jours, elle rejoint son lycée blanc situé dans une banlieue chic; tous les jours , elle fait le grand écart entre ses deux vies, ses deux mondes.

Mais tout vole en éclats le soir où son ami d'enfance Khalil est tué. Sous ses yeux, de trois balles dans le dos. Par un policier trop nerveux...

L'autrice aborde avec une facilité déconcertante des sujets difficiles comme le racisme et les violences policières aux Etats-unis. Elle réussit, avec finesse, à dénoncer le "racisme ordianire" et les préjugés raciaux que subisse les noirs et plus globalement les minorités ethniques.

The hate u give n'a beau être qu'une oeuvre de fiction, basé sur des faits réels, le récit est tellement poignant et emprunt d'authenticité qu'on croirait presque qu'il s'agit d'une histoire vraie.

Et ci ce n'était pas suffisant, ce livre est aussi très engagé pour l'égalité de traitement des êtres humains et notamment avec le mouvement #BlackLivesMatter. (Black Lives Matter “Les vies noires comptent”, est un mouvement qui dénonce les violences policières dont sont victimes les Noirs aux États-Unis)

J'ai adorée le personnage de Starr qui est un personnage complexe et à la fois très réaliste. J'ai bien aimée tout les personnages qui sont riches et pas stéréotypés, ce qui malheureusement est rare dasn les romans jeunesse/young adulte.

J'ai trouvée la plume de l'autrice fluide, travaillée, adaptée à ce genre littéraire et surtout accessible aux adolescents.

Angie thomas réussit, avec brio, à travers ce réussit à faire ressentir à ses lecteurs les sentiments que ressent Starr au fur et à mesure que ce déroule l'histoire.

Petit bémol sur l’accélération de l'action dans les 100 dernières pages et de la "happy end" forcée qui démolie la fin.

En bref, ce roman est bien plus "qu'une leçon de vie", c'est un témoignage engagé qui force le lecteur à prendre conscience des inégalités qui persistent encore aujourd'hui entre les hommes.

Vous l'aurait compris, malgré un petit bémol je recommande ce livre à 1000% ... A découvrir d'urgence !

Afficher en entier
Diamant

Ce roman est profond, intense et bouleversant.

Tant par l histoire de Starr et Khalil que par le contexte ségrégationniste moderne.

Les quartiers riches versus le ghetto, pourtant rien n est manichéen.

L amour rend possible ce que la société aimerait impossible.

D un argot américain maîtrisé, on plonge avec Starr. Petite héroïne grande de courage et de force, elle amène au reçu y cette dimension de fragilité sous cette armure des ghettos.

Il est aussi question de sport, de musique, de références historiques importantes mais aussi d amitié, de solidarité, de deuil. Car c est un roman sur la vie.

Une vraie belle découverte, une lecture qui reste imprimée sur les rétines et dans le coeur.

Afficher en entier
Argent

https://uneplumedetrop.wordpress.com/2019/02/07/the-hate-u-give-angie-thomas/

C’est un roman important. Le sujet traité est réellement ancré dans notre société, surtout en Amérique. Juste pour cela je pense sincèrement que tout le monde devrait donner une chance à ce livre. Néanmoins, je ne l’ai pas trouvé parfait. En partie parce que lors de l’évènement déclencheur de l’histoire, c’est-à-dire lorsque Khalil meurt, nous ne le connaissons pas et donc je n’étais pas attaché pas à lui. Oui c’est horrible et injuste! Mais j’aurais apprécié le connaître davantage ou qu’il y ait des flashback de son existence.

Contrairement a Starr qui est très attachante, j’ai bien aimé son caractère, ses réflexions, sa vie est intéressante. D’autant plus que suivre sa vie de famille à été un délice. La famille à une place très importante et j’ai adoré la voir aussi présente, c’était vraiment des amours. Seven était super attachant, un grand frère protecteur comme on les aime. Sekani aussi, son innocence me faisait fondre tellement c’était trop mignon.

Néanmoins je n’ai pas été entièrement d’accord avec certaines mentalités que l’on peux retrouver. Je pense notamment qu’on ne peux pas vaincre les clichés sur les noirs tout en recréant des clichés sur les blancs.

La plume d’Angie Thomas ne m’a pas non plus tant emballé. C’était super d’instaurer le dialecte du guetto, voir les contrastes avec le lycée de Starr. Ce que je lui reproche est de tout dire, littéralement. Elle ne nous laissait pas avoir nos propres idées: c’est à dire que par exemple pour la définition de THUG LIFE, Starr à un moment va lui donner du sens. J’aurais aimé qu’elle nous laisse nous, y donner du sens à la fin de la lecture. Que ce soit une leçon de vie un peu plus personnelle.

J’ai aimé les discussions assez philosophiques qu’entretiennent les personnages, sur les blancs, les noirs, la mixité, le respect, le racisme ordinaire – ses limites ou non-. Il y a des questions posés comme: notre couleur nous définit-elle? Ou alors notre quartier? C’était réellement enrichissant et si les livres d’Angie Thomas contiennent à chaque fois des discussions comme celle-ci alors ils valent largement le coup d’être lu.

Certains personnages n’ont pas assez été creusé à mon goût comme DeVante qui est un personnage secondaire important, ou Kenya. Je m’attendais également à un ton plus féministe.

The Hate U Give est un très bon livre, j’ai adoré passer du temps avec ces personnages, on se sent investi, on ressent l’injustice que ressent Starr et les habitants de Garden Heights, et même le monde entier. Comme je l’ai déjà dit: c’est une leçon de vie. La fin est magnifique, lourde de sens, juste et fait réfléchir énormément. Je ne m’attendais pas à un message aussi beau, pacifique. J’ai quand même préféré le film, qui à une fin différente et qui à plus de sens selon moi. J’ai aussi versé des larmes plusieurs fois alors que dans le livre non.

Afficher en entier
Argent

Un roman qui fait réfléchir, et qui a d’ailleurs eu le mérite de me faire intéresser à toutes les questions qu’il aborde. Avoir choisi un langage familier (et donc des mots d’argot), tout en étant un choix parfaitement cohérent, m’a un peu perturbée et ne m’a pas vraiment permis d’apprécier autant ma lecture que je l’aurais souhaité, même si je me suis attachée à Starr que j'ai trouvé parfaitement réaliste. Son adaptation cinématographique est à mes yeux encore meilleure, mais je ne développerai évidemment pas dessus…

Afficher en entier
Or

Un roman coup de poing sur la ségrégation qui sévit encore aujourd'hui. Un manque d'action qui ralentit un peu la lecture malheureusement et empêche ce livre d'être dans ma liste de diamant. Le sujet est passionnant et révoltant mais aurait pu être encore mieux traité.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je n'ai vraiment pas accrochée à l'histoire, c'était une plaie à lire je passais beaucoup de passages alors autant abandonner. Je suis arrivée presque à la moitié mais ça n'a simplement pas pris. Je ne lis que d'excellents avis, dommage bof pour moi. Le rythme est lent, récit pas dynamique, il ne se passe rien d'intéressant. Je regarderai peut être le film.

Afficher en entier
Or

Franchement ce livre est génial, le style de l'auteure est génial et on comprend ce livre très facilement. Je le recommande vraiment !

Afficher en entier
Or

J'ai adoré. Bon alors déjà j'ai vraiment aimé le style d'écriture de l'auteure. Il fait paraître l'histoire très réaliste (que ça soit dialogues, narration ou personnages). J'avais vraiment l'impression d'être dans le roman.

C'est aussi un livre aussi très chargé en émotion. Un livre qui fait réfléchir, donne envie de justice et met en colère. C'est un livre dont on se souvient.

En plus, on ne tombe pas dans les clichés des romans Young Adult où il y a toujours, toujours une romance comme thème principal et je trouve que ça fait du bien.

Donc en résumé un livre très frais qu'il faut lire absolument. J'ai aussi vu qu'il y avait un film qui est déjà sorti aux USA et je vais sans doute le regarder, je suis curieuse. :D

Afficher en entier
Argent

un tableau des quartiers de l'Amerique qu'on appelle trop facilement ghetto. beau, affreux, triste, heureux, violent et doux.

the hate u give ne tombe pas dans le cliché (contrairement, je trouve, au film qui n'est pas a la hauteur). the hate u give ne parle pas que des mauvais aspects.

the hate u give ne fait le procès de personne, il dresse seulement le portrait d'une fille, d'un quartier troublé par un fait divers qui s'est déjà vu trop de fois. Mais pas seulement. ce n'est pas juste Khalil et sa mort, c'est également l'adolescence, la recherche de son identités, l'interaction avec les autres, le racisme passif, le deuil, les quartiers abandonnés par la société. c'est tout. et c'est beaucoup.

en soit, je ne vais pas dire que ma lecture était trépidante, mais elle était enrichissante et intéressante. Sur un rythme assez lent mais qu'on lit facilement, qui apporte beaucoup de chose. Un réalisme qui nous happe forcément.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode