Livres
486 068
Membres
475 856

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Oh, la vérité, nous on la connaît, assène papa. Nous, ce qu'on veut, c'est la justice.

Afficher en entier

Les enterrements, c'est pas pour les morts.

C'est pour les vivants.

Afficher en entier
Extrait ajouté par EGih 2018-09-18T17:24:01+02:00

Tu peux dire des choses racistes sans être raciste.

Afficher en entier

C'est ça le souci. On laisse les gens dire des trucs et ils en abusent au point qu'ils ne voient plus le problème. Et que ça devient normal pour nous. À quoi ça sert d'avoir une voix si c'est pour se taire quand il faudrait parler ?

Afficher en entier

C'est de Nous qu'il est question, avec un N majuscule. De tous ceux qui nous ressemblent physiquement, qui se sentent comme nous et vivent cette douleur avec nous même s'ils ne nous connaissent pas. Et mon silence ne nous aide pas.

Afficher en entier

Je ne savais pas qu'un mort pouvait être inculpé de son propre meurtre, vous le saviez vous ?

Afficher en entier

J'ai compris tôt que les gens font des erreurs et que c'est à chacun de décider si ces erreurs sont plus importantes ou non que l'amour qu'on leur porte.

Afficher en entier

“People like us in situations like this become hashtags, but they rarely get justice. I think we all wait for that one time though, that one time when it ends right. Maybe this can be it.”

Afficher en entier

Page 321, interview entre une journaliste et Starr

-Si l'agent Cruise était assis là, en face de vous, dit Mme Carey, que lui diriez-vous ?

Je bats des paupières plusieurs fois. Avale le trop-plein de salive dans ma bouche. Pas question de me mettre à pleurer ou à vomir parce que je pense à ce type.

S'il était assis là ? Je n'ai pas assez de Jésus Noir en moi pour lui dire que je lui pardonne. Sans doute plutôt que je lui enverrai mon poing dans la figure. Sans hésitation.

Mme Ofrah dit que cette interview, c'est ma façon à moi de livrer bataille. Et quand on se bat, on s'expose, sans se soucier de savoir qui on blesse ou si on va être blessé.

Alors je balance un coup de plus, en plein dans la gueule de Cent-Quinze:

-Je lui demanderais s'il aurait aimé me tuer aussi.

Afficher en entier

Le « dealer ». C’est comme ça qu’elles le voient. Peu importe s’il est présumé innocent. Le mot « présumé » ne fessera j’aimais autant que « dealer ».

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode