Livres
547 381
Membres
584 431

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Honeycote, Tome 3 : Le bal de Mayfair



Description ajoutée par letty85 2014-12-12T17:38:16+01:00

Résumé

Angleterre, 1817

Lady Olivia a toujours su exactement ce qu’elle attendait de la vie. Et, avec son tempérament de feu et son esprit vif, elle n’a jamais eu de mal à réaliser ses rêves. Après avoir reçu une éducation allant au-delà des cours de broderie et de maintien, elle mène sa vie à sa guise dans le luxueux quartier de Mayfair. Mais, en amour, c’est une autre affaire… Car face à James Averill, le meilleur ami de son frère, sa belle assurance semble fondre comme neige au soleil. Pourtant, elle ne peut s’empêcher d’y croire. Si James la regarde à peine, l’ignore au bal et la traite comme une enfant, c’est qu’il connaît mal son propre cœur, comme tant d’hommes. Un jour, c’est certain, il ouvrira les yeux. Mais, quand elle apprend que ce passionné d’archéologie va bientôt s’embarquer pour l’Egypte et passer deux années loin d’elle, Olivia comprend qu’elle n’a plus le choix. Si elle veut retenir James et le séduire, ce sera cet été ou jamais.

Afficher en entier

Classement en biblio - 147 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par magaliB 2020-01-08T19:30:16+01:00

Londres, 1817

N’importe quelle jeune fille dotée d’un tant soit peu de bon sens aurait renoncé à James Averill depuis belle lurette.

Exception faite pour problème Olivia Sherbourne : son problème à elle ne venait pas d’un manque de bon sens, non — il venait d’un trop-plein d’obstination. Olivia se morfondait pour James depuis dix longues années. Peu importait qu’il ne lui offre que fort peu d’encouragement : sa patience provenait d’un amour véritable, profond et durable.

Et elle l’avait vu un jour torse nu (autant le dire tout de suite).

Un torse magnifique, soit dit en passant. Cette vision l’avait d’ailleurs soutenue la majeure partie de cette fameuse décennie.

Même à présent, tandis qu’elle l’observait de l’autre bout de la salle de bal brillamment illuminée de lady Easton, elle imaginait très bien ce qui se cachait sous sa jaquette à la belle coupe : une peau chaude, hâlée par le soleil, des muscles nerveux et un abdomen sculpté aussi beau que celui d’Apollon.

En vérité, elle pouvait imaginer toutes sortes de choses. Et elle ne s’en privait pas.

Pour le moment, alors qu’elle le regardait parler avec son frère Owen, duc de Huntford, elle ne pouvait s’empêcher de penser combien elle aimerait glisser les mains sous ses revers, les faire remonter sur son torse, déloger sa jaquette de ses épaules extraordinairement larges et enfiler les doigts dans ses courtes boucles cendrées.

D’ordinaire, Olivia était plus encline à l’action qu’aux rêvasseries. Elle disait librement ce qu’elle avait à l’esprit — trop librement, aurait dit son frère — et faisait ce qu’elle jugeait bon, tant pis si la haute société n’était pas d’accord. Elle savait ce qu’elle voulait : une éducation qui allait plus loin que la musique et le français, un semblant de contrôle sur son avenir et des amitiés sérieuses, même si elles n’étaient pas conventionnelles. Non, elle n’était pas du genre timide quand il s’agissait de réaliser ses désirs.

Sauf en ce qui concernait James.

Parce qu’il comptait plus que tout.

Elle aimait l’ami d’enfance de son frère de loin, et depuis si longtemps que certains pourraient la trouver… pathétique. Mais il avait donné des signes qu’il la remarquait, dernièrement — des coups d’œil distraits et des froncements de sourcils perplexes. Certes, comme marques d’intérêt, ce n’était pas des plus encourageants, mais qui sait ? Ce soir serait peut-être le soir où il l’inviterait enfin à valser. Une jeune fille avait bien le droit de rêver…

Et elle était prête à attendre que les sentiments de James s’accordent aux siens. En vérité, elle se serait satisfaite de rester ici toute la soirée, à la lisière de la piste de danse, l’apercevant çà et là. Elle le distinguait sans mal parmi la foule. Son physique athlétique et son sourire engageant la faisaient flageoler sur ses jambes, un état qui lui arracha un doux soupir.

Quand quelqu’un s’éclaircit la gorge près d’elle, elle détacha enfin son regard de James pour le fixer sur le visage à la beauté classique de l’homme qui se tenait devant elle.

— Mes excuses, lord Dixon. Je rêvassais, j’en ai peur.

Ses joues s’échauffèrent.

— C’est moi qui devrais m’excuser de vous avoir surprise.

Le jeune marquis sourit d’un air rassurant.

— Et je dois avouer que je trouve votre aptitude à rêver au milieu de l’agitation d’un bal impressionnante. Pour ne pas dire charmante, ajouta-t-il, ses yeux bleus pétillant.

— Vous êtes très aimable.

Lord Dixon était précisément le genre de gentleman qu’Owen aimerait la voir épouser : respecté, titré, riche et convenable en toute circonstance. Olivia elle-même ne pouvait trouver qu’une seule chose à lui reprocher : il n’était pas James.

Le jeune marquis lissa d’une main le devant de son gilet et s’éclaircit de nouveau la voix.

— Lady Olivia, accepteriez-vous de…

— Ah, tu es là.

Rose, la sœur cadette d’Olivia, se précipita à son côté, hors d’haleine et étonnamment agitée.

— Bonsoir, lord Dixon.

Elle fit une demi-révérence.

— J’espère que je ne vous dérange pas.

— Pas du tout. Nous allions juste…

— Je me demandais si je pourrais te dire un mot, Olivia.

Elle jeta un regard d’excuse au marquis.

— En privé, insista Rose.

L’expression d’ordinaire sereine de sa sœur était troublée par des plis d’inquiétude sur son front. Un frisson passa sur l’échine d’Olivia. Rose ne songerait jamais à l’éloigner d’une façon impolie d’un gentleman à moins qu’il ne s’agisse d’une question vraiment urgente.

— Bien sûr.

Lord Dixon s’inclina avec grâce.

— Je ne voudrais pas vous retenir. Nous pourrons peut-être reprendre notre conversation plus tard, si cela vous convient.

— J’en serai ravie, dit Olivia. Merci de votre compréhension.

— Oui, merci, renchérit Rose tout en tirant sa sœur par le bras.

Elle l’entraîna jusqu’à un endroit discret entre deux palmiers en pot et se tordit les mains.

— Tu m’effraies, Rose. Que s’est-il passé ?

— Je viens juste d’apprendre une nouvelle. Et je voulais te la dire avant que tu ne l’apprennes par quelqu’un d’autre. Je crains que tu ne la trouves… pénible.

Les doigts d’Olivia s’engourdirent soudain.

— Quelqu’un est-il malade ? La mère d’Anabelle ? Le bébé ?

— Non, non. Elles vont bien. Ce n’est rien de tel.

— Alors quoi ?

Les yeux de Rose brillèrent de compassion.

— Cela concerne M. Averill.

— James ?

Les genoux d’Olivia en flageolèrent, et elle s’agrippa au bord d’un pot pour se soutenir.

— Est-ce qu’il est…

Juste ciel, elle pouvait à peine prononcer le mot.

— … fiancé ?

Sa voix se fêla.

Rose secoua la tête avec emphase.

— Non.

Olivia prit une inspiration et opina.

— Bon.

Si James n’était ni fiancé ni mort, la nouvelle ne pouvait pas être terrible à ce point. Si ?

— Il vient de faire une annonce. Apparemment, il se prépare à partir pour l’Egypte.

La salle de bal se mit à tournoyer autour d’Olivia.

— L’Egypte ?

— Oui, il va participer à des fouilles archéologiques — pendant deux ans.

Olivia battit des cils.

— Tu as dit… « deux ans » ?

— Je le crains.

Si longtemps ! Elle ravala la boule qu’elle avait dans la gorge, et demanda :

— Quand ? Je veux dire, quand part-il ?

— A la fin de l’été. Je suis tellement désolée, Olivia.

— Tout va bien, mentit cette dernière. Je savais qu’il était féru d’antiquités, évidemment. C’est juste que je n’avais jamais imaginé…

Un avenir sans James.

— Aimerais-tu quitter le bal ? Je pourrais dire à Owen que tu as une migraine, et nous rentrerions à la maison.

— Non. Ce n’est pas la peine de gâcher ta soirée.

— Il m’est égal de…

— Je sais.

Olivia lissa quelques boucles derrière ses oreilles, comme si se ressaisir n’était pas plus difficile que cela.

— La fin de l’été. C’est dans quoi… huit semaines ?

— Oui, je le crains, répondit Rose.

— Alors c’est tout le temps dont je dispose, murmura Olivia.

— Pour quoi faire ?

— Pour le rendre amoureux de moi.

Bien sûr, encore faudrait-il qu’il daigne la remarquer… Et la traiter autrement qu’un meuble qu’on évite pour ne pas se cogner un orteil.

Rose plissa le front d’un air compatissant.

— Je ne suis pas certaine qu’il soit possible de forcer quelqu’un à tomber amoureux, hasarda-t-elle.

Comme toujours, elle était la voix de la logique et de la raison. Mais il y avait aussi, certainement, un temps pour la passion. Olivia décida que c’était maintenant.

— Tu as raison, bien sûr — mais je dois essayer.

— Comment ?

— J’aimerais bien le savoir !

Elle avait déjà tenté des robes affriolantes, des chevilles tordues et d’émouvants passages de poésie. En vain.

— Aucune de mes tactiques les plus subtiles n’a réussi à capter son attention jusqu’ici.

— Tu dois te rappeler, dit Rose avec sympathie, que M. Averill est un ami proche d’Owen. Notre frère peut être terriblement intimidant.

Olivia chérit sa sœur de suggérer que leur frère pouvait être la cause du manque d’intérêt apparent de James, mais elle était mieux fixée.

— James n’a pas peur d’Owen — ni de personne.

Bien que l’homme de son cœur ait l’air d’un parfait gentleman, il était peut-être le meilleur boxeur de tout Londres.

— C’est vrai. Mais M. Averill est un gentleman honorable et, en tant que tel, il respecterait les souhaits d’Owen te concernant. Un match de boxe est une chose. Les sœurs en sont une autre, bien différente.

— C’est un aspect de ma vie que je refuse de me laisser dicter par Owen. Et, étant donné la nouvelle de ce soir, je pense que je dois recourir à des mesures radicales.

Rose pâlit.

— Ta nature impulsive est l’une des choses que j’aime le plus chez toi, commença-t-elle.

— Mais… ?

— Tu dois réfléchir avec soin à ce que tu diras à M. Averill ce soir. Tes actions pourraient avoir des conséquences sérieuses et durables — pour vous deux.

— Je sais.

Olivia déglutit avec peine, refroidie par les paroles de sa sœur.

— Tu me souhaites bonne chance ?

Rose l’étreignit.

— Bien sûr. Simplement… sois prudente. Je ne voudrais pas te voir blessée.

Olivia esquissa un faible sourire.

— Moi non plus.

Mais elle savait qu’un cœur brisé n’était pas à exclure, loin de là.

Son amour non retourné devait sembler ridicule à sa famille et à ses amis. De fait, il ne se passait pas un jour sans qu’Olivia ne remette en question son propre bon sens. Mais il ne s’agissait pas d’une toquade passagère. Quelque chose la reliait à James, elle le comprenait, d’une manière intuitive. Elle était charmée par la façon dont ses lèvres bougeaient lorsqu’il était plongé dans ses pensées — comme s’il se parlait à lui-même pour résoudre un problème épineux. Elle adorait la manière dont ses yeux brillaient quand il mentionnait les derniers ajouts au British Museum. Elle aimait même sa tendance à se laisser distraire par une plante rare alors qu’elle s’efforçait de mettre en avant d’élégantes nouvelles chaussures.

Néanmoins, elle ne s’abaisserait jamais à attirer James dans le piège du mariage. Elle ne voulait pas avoir à l’entortiller pour le pousser à la prendre pour femme.

Ce qu’elle voulait — ce dont elle rêvait chaque nuit depuis dix ans — c’était sa totale adoration. Elle voulait se réveiller à son côté et avoir des conversations agréables durant le petit déjeuner. Elle voulait chevaucher avec lui tout l’après-midi, puis trouver un endroit à l’ombre pour manger du poulet froid, du pain croustillant et des fraises. Elle voulait qu’il cueille des fleurs des champs, en glisse une derrière son oreille et la regarde comme s’il ne pouvait croire à sa chance de l’avoir trouvée.

Bien sûr, dans la réalité, c’était elle qui l’avait trouvé. Mais elle l’aimait trop pour chicaner sur ce genre de détail.

Et c’était pourquoi la pensée d’avouer ses sentiments à James la terrifiait.

Après ce soir-là, elle ne pourrait plus se berner avec des platitudes comme « il n’a simplement pas conscience que tu le tiens en si grande estime », ou « il doit croire que ses attentions ne seraient pas bien accueillies ».

Elle devrait affronter la possibilité très réelle et effrayante qu’il ne lui retourne pas son affection.

Un frisson lui parcourut les membres, mais elle le chassa. Dix ans passés à rêver et deux Saisons et demie à attendre ne pouvaient pas avoir servi à rien !

Leur romance de conte de fées allait commencer ce soir.

Olivia refusait tout simplement de croire qu’il pourrait en être autrement.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

J avais hâte de connaître l histoire d Olivia et M Averill. Et je ne suis pas déçue. Je ne m attendais pas du tout à ce revirement

J avais hâte de lire l histoire de rose mais elle n est à priori pas traduite. Dommage

Spoiler(cliquez pour révéler)Sauf à me douter de sa cachette au moment de sa fugue

Afficher en entier
Lu aussi

Les seuls moment ou je lis en diagonales est lorsque j'ai déjà lu un roman à plusieurs reprise. Mais la franchement il était simplement impossible de ne pas lire en diagonale. L'histoire est long, fade, les personnages sont ennuyants. Il ne se passe pour ainsi dire rien d'intéressant. Ce n'est que des pages et des pages de description de sentiments contradictoire. Du je t'aime moi non plus à n'en plus finir. J'ai sauté des pages entières et n'ai lu que les conversations tant l'histoire est vide.

Afficher en entier
Pas apprécié

Aujourd’hui je fais mon dernier commentaire de livre de l’année 2019, et je suis pas spécialement heureuse de finir l’année avec ce troisième tome.

Si les deux premiers tomes étaient plutôt satisfaisant, arrivaient à se rattraper malgré quelques faiblesses, ce troisième opus m’a plus que fatigué.

Pour tout dire je suis lasse, mais vraiment lasse de ses romances où la fille court après le mec pendant 72 ans lui ne la calcule jamais et puis pouf c’est l’amouuuuur. Je veux bien qu’on Arrondis les angles pour que ça passe mieux par pitié qu’on nous prennent pas pour des idiots. Qu’on ne nous sorte pas en plein milieu que finalement Spoiler(cliquez pour révéler)il l’avait toujours vu, il était dans le déni, qu’au fond de lui il l’aimait déjà depuis longtemps. PARCE QUE C’EST FAUX FAUX FAUX.

Mis à part ça ( promit je me calme) l’histoire est lente, ennuyeuse, je finissais pas lire en diagonale en me demandant quand se passerait un truc intéressant. La chose intéressante ce passe à plus de 70% du livre, de quoi bien déprimer pendant ce temps à attendre. Surtout que cela ne sera qu’un petit pic d’action pour repartir directement dans le néant. Bref à ce moment là j’étais en mode « à l’aide au secours je meurs d’ennui ».

Les personnages sont agaçants, en fait je crois que j’avais même plus assez de patience pour les supporter un minimum.

Je vais essayer d’oublier cette histoire de ma tête et de finir l’année à l’aide d’une meilleure lecture si possible.

Afficher en entier
Or

https://livresacroquer.wordpress.com/2017/06/16/%E2%99%A0-chronique-%E2%99%A0-anna-barton-les-honeycotes-t3-le-bal-de-mayfair/

J’ai acheté ce livre parce qu’il était la suite des deux derniers tomes des Honeycotes et que j’étais curieuse de savoir ce qu’Anne Barton nous réservait cette fois. Je trouve cette couverture moins jolies que les précédentes. Mais je dois avouer que le fait que les deux dernières se ressemblaient m’avaient persuadé qu’il était question du même personnage, alors que celle-ci nous fait moins douter.

En effet, dans ce troisième roman, nous suivons les aventures d’Olivia, la soeur d’Owen. Amoureuse depuis des années du meilleur ami de son frère, elle cherche à tout prix à obtenir son attention, mais il ne lui reste plus que deux mois avant qu’il ne s’en aille en Egypte. Elle décide donc de prendre son courage à deux mains. Connaissant l’auteure, je me doutais que les deux personnages finiraient ensemble, pourtant, j’ai eu un doute en lisant le début. Ferait-elle une exception pour cette fois ? James ne veut en aucun cas d’Olivia qu’il considère comme une sœur… Autant dire que tout s’annonce mal pour la jeune fille, mais c’est sans compter sur son caractère impulsif et intrépide ! Olivia est prête à tout pour montrer à l’homme qu’elle aime qu’elle n’est plus une petite fille, mais une femme qui mérite son amour ! J’ai beaucoup aimé l’histoire elle-même qui change de l’intrigue des deux derniers tomes dans lesquels il était question de chantage et de réputation. Avec Olivia, nous sommes pleinement dans la recherche de l’amour et la persuasion. J’aime beaucoup le point de vue de James qui est plus adulte, on comprend donc ses gestes et sa vie assez aisément. Les scènes érotiques étaient moins présentes cette fois, donc je n’ai pas grand chose à dire de ce côté. Cependant, j’ai adoré la fin ! Mais je ne vous en dirais pas plus je préfère vous laisser la découvrir par vous-même

Afficher en entier
Argent

Même si j' ai beaucoup aimé ce tome , je le trouve moins bien que les deux premier.

Les personnages d' Olivia et James sont intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par eola 2017-05-26T14:16:59+02:00
Argent

J'ai adoré le personnage d'Olivia dès le premier opus. C'est donc avec impatience que j'ai lu ce tome . Je devais en attendre de trop car je suis déçue de l'histoire.

Il m'a manqué ce petit quelque chose pour faire la différence.

Par ailleurs, le "je t'aime moi non plus" incessant entre James et Olivia m'a parfois "gonflée".

C'est dommage car la romance James et Olivia est toutefois belle et sensuelle s'il n'y avait pas cette répétition des "je t'aime moi non plus".

Enfin, je trouve que le personnage de James est trop effacé et il m'a manqué la spontanéité et la verve d'Olivia des premiers tomes.

Histoire sympa mais sans plus!

Afficher en entier
Or

un très bon troisième tome même si les deux précédents étaient plus addictifs

Afficher en entier
Bronze

Le bal de Mayfair est le troisième tome de la série Honeycote dont j'avais bien aimé les deux premiers. Cela a été beaucoup moins le cas pour ce dernier. Je ne suis pas parvenue à rentrer dans l'histoire. Je suis toujours restée à la surface car cela m'a paru dans l'ensemble plutôt invraisemblable. Le problème, c'est que dans ce tome, c'est comme si Olivia avait tout misé sur son physique et la séduction au détriment de son caractère, beaucoup plus riche que cela à ce qu'il semblait. Je l'ai trouvé même pathétique à courir ainsi après James et la voir s'offrir à lui presque par dépit pour le convaincre. D'ailleurs, je n'ai pas du tout été convaincue par le déroulement de l'intrigue que j'ai trouvé très improbable au vue des convenances et bienséances selon le contexte de l'époque et le rang d'Olivia durant la régence dont l'auteur n'a pas du tout tenu compte. Cela a eu l'effet de m'agacer et de rendre ma lecture du roman insipide et peu crédible. De plus, l'intrigue manquait non seulement d'originalité mais aussi de rebondissements et d’intérêt. Ceci ne venant pas rattraper cela non plus ! J"ai même trouvé certains passages un peu mièvre comme lorsque les deux héros expriment chacun leur passion ou projet, celui pour l'archéologie concernant James et le projet pour les enfants orphelins pour Olivia. Ils sont évoqués sans conviction, sans profondeur, à la limite du ridicule. Bref, cela ne faisait pas du tout vrai. J'ai tenu tout de même à aller jusqu'au bout de ma lecture en espérant quelques surprises qui ne sont jamais venues. En fait, j'ai ressenti un manque de sérieux de la part d'Anne Barton dans ce dernier tome, ce qui a eu pour effet de ternir ma lecture.

Bref, ce roman clôture tout à fait de façon regrettable pour moi, une série qui pourtant avait beaucoup d'atouts dans les deux premiers tomes. Ce dernier se laisse lire, j'en conviens tout de même, et peut parvenir à divertir de nombreuses lectrices j'en suis certaine, mais pour ma part, il ne m'a pas convaincu... et il me tardait de passer à autre chose.

Chronique intégrale :

http://ladyromance.over-blog.com/2016/09/honeycote-tome-3-le-bal-de-mayfair-anne-barton.html

Afficher en entier
Argent

C'est le tome que j'attendais le plus, et pourtant j'ai été un peu déçue car j'ai trouvé que les charmes physiques semblaient plus important que la personnalité. De plus, on commence à voir un certain schema qui se répète dans tout les livres ce qui enlève du suspense.

Afficher en entier
Argent

J'avais beaucoup aimé le second épisode, mais j'aime encore plus ce troisième tome qui m'a énormément amusée. Je n'appréciai pas Olivia dans les deux précédents, mais je dois dire que je l'ai adorée dans celui-ci. Au départ, je pensais qu'elle allait passé à autre chose et rencontrer un autre homme après le départ de James. Mais en fait non, elle fait quelque chose de totalement improbable et inconvenant pour l'époque ( on est loin de respecter les moeurs en usage et de la réalité historique) et se lance à sa poursuite. S'ensuivent une série de péripéties assez cocasses et des attitudes de plus en plus inconvenantes (on est loin de la virginité avant le mariage). Mais du coup, je trouve que le couple James/Olivia est le plus réussi de la saga. Les personnages sont très attachants et les scènes sont bien écrites. Une vraie réussite !

Ce que j'aime : Olivia et James, l'humour des situations, les personnages sont attachants

Ce que j'aime moins : aucune cohérence historique

En bref : Un tome léger, enlevé, amusant et servi par des personnages attachants ! J'ai adoré

Ma note

8,5/10

Afficher en entier

Dates de sortie

Honeycote, Tome 3 : Le bal de Mayfair

  • France : 2015-02-25 (Français)
  • USA : 2014-10-28 (English)

Activité récente

Titres alternatifs

  • The Honeycote Series, Book 3 : Scandalous Summer Nights - Anglais

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 147
Commentaires 18
extraits 5
Evaluations 33
Note globale 6.73 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode