Livres
392 547
Comms
1 377 015
Membres
284 498

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

The Nevernight Chronicle, tome 1 : Nevernight



Description ajoutée par alexiabutler 2017-05-03T18:46:25+02:00

Résumé

[Traduction perso]

Dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais, une tueuse novice rejoint une école d'assassins, cherchant à se venger de ceux qui ont détruit sa famille.

Fille d'un traître exécuté, Mia Corvere parvient à peine à s'échapper vivante après la rébellion avortée de son père. Seule et sans ami, elle s'égare dans une ville construite sur les os d'une divinité morte, traquée par le Sénat et ses brutes. Mais son don de parler aux ombres la mène vers le foyer d'un tueur retraité et vers un futur qu'elle n'avait jamais imaginé.

Désormais, Mia est l'apprentie de la congrégation d'assassins la plus mortelle de toute la République : l'Eglise Rouge. Traîtrises et épreuves l'attendent dans les couloirs de l'Eglise, où échouer signifie mourir. Mais si elle survit à l'initiation, Mia sera introduite parmi les élus de la Dame du Saint-Meurtre et se sera rapprochée de la seule chose qu'elle désire.

La vengeance.

Afficher en entier

Classement en biblio - 14 lecteurs

Or
6 lecteurs
PAL
18 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par wilkymay 2016-08-28T11:51:48+02:00

“Apologies,” Mia frowned, searching the floor as if looking for something. “I appear to have misplaced the fucks I give for what you think...”

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

6/5

Lire ma review : http://www.milkywaygraph.fr/article/books/125/chronique-the-nevernight-chronicle-tome-1-nevernight-de-jay-kristoff

Il y a des livres qui me donnent envie de faire des chroniques de 3km de long. Et il y en a d'autres qui me laisse sans voix. Nevernight fait partie de cette dernière catégorie. (même si au final, je me rends compte que j'ai écrit un pavé, je peux vous assurer que je n'avais aucune idée de ce que je pouvais dire à part "kqjenfk%k,efl")

JE NE SAIS PAS QUOI DIRE. Ça parle d'une école d'assassins et c'est écrit pas Jay Kristoff, que voulez-vous de plus ? Il n'y a rien à ajouter, c'était juste la perfection ! J'ai adoré du début à la fin.

J'ai mis du temps à le finir parce que je voulais faire durer le plaisir (et accessoirement, parce que je n'ai pas eu trop le temps de lire ces derniers jours).

Pour ceux qui ne sont pas habitués à lire en anglais, je vous déconseille ce livre pour commencer la VO parce que moi-même j'ai eu quelques difficultés à tout comprendre au début. La plume de l'auteure est complexe, très imagée et poétique (déjà en français, il faut se concentrer au début pour bien rentrer dans l'histoire--je parle de sa première trilogie, La Guerre du Lotus--donc imaginez en VO !) Mais une fois que tout est mis en place, ça va tout seul, on ne voit plus le temps passer quand on lit Nevernight !

“When all is bood, blood is all.”

Ce livre ne rentre pas vraiment dans la catégorie YA bien que l'héroïne principale ait 16 ans. L'auteur l'a dit lui-même : son livre n'est pas du YA (Young Adult) mais bien du NA (New Adult). Il y a des scènes de sexe, du gore, de la violence qui conviennent plutôt aux plus matures qu'aux jeunes lecteurs. #SoMuchBlood

PARCE QUE. Comme je le disais plus haut, ça parle d'assassins.

“Never Flinch.” A cold whisper in her ear. “Never fear. And never, ever forget.”

The girl nodded slowly.

Exhaled the hope inside.

And she'd watched her father die.

On suit notre jeune héroïne de 16 ans, Mia Corvere, issue d'une famille de classe aisée. Mia a assisté à l'âge de 10 ans à l'exécution de son père sur la place publique par pendaison pour trahison contre la République d'Itreya. Peu après, sa mère et son petit frère (qui n'était encore qu'un bébé) ont été envoyé à Philoshopher's Stone, un endroit qui ne laisse filtrer aucune lumière. Un genre de prison où tous ceux qui sont contre la République sont envoyés. Quant à Mia, l'ordre a été donné qu'on la fasse noyer.

Mais Mia est parvenue à en réchapper et depuis ce jour, sa décision de venger sa famille et le visage de ceux qui ont détruit sa vie hantent ses pensées. Pour accomplir cet exploit, elle va devoir s'entraîner et va entrer dans la Red Church, une école d'assassins qui sert la déesse de la mort et des ténèbres, la terrible Niah.

“Own nothing. Know nothing. Be nothing.

Because then you can do anything.”

Il faut savoir que notre héroïne est déjà attirée par les ténèbres puisqu'elle a pour compagnie un chat fait d'ombre qui la suit partout où elle va. J'ADORE CE CHAT.

Bref, Mia n'est pas au bout de ses peines car la Red Church est remplie de pièges, de trahisons et de meurtriers aussi assoiffés de sang qu'elle.

J'ai adoré lire à propos de cette école fascinante ! Les cours, les profs, les élèves, la magie. Tout était génial ! Mia était constamment mise à l'épreuve. Elle n'est pas épargnée et l'auteur n'a pas peur que ses personnages fassent des erreurs, bien au contraire. Mia n'est pas parfaite et se retrouve souvent dans des situations précaires. Mais ce que j'ai adoré, c'était que le plus souvent, on nous laissait croire qu'il n'y avait plus d'issue alors que tout était planifié, ahah ! Des retournements de situations et des coups de théâtre dans tous les recoins !

Très peu de romance, mais il y en a et j'ai adoré la relation entre les deux personnages. Jay Kristoff est tellement cruel. ARG.

Les autres personnages sont tout aussi géniaux que Mia, j'ai adoré en apprendre plus sur eux et leur passé. Pourquoi ont-il rejoint la Red Church ? Le passé de Tric était tellement horrible et triste…

Mes personnages préférés étaient Mia, Tric et Ash. Ces trois-là sont géniaux. Ash était une super amie pour Mia, je l'ai trouvé adorable ! Et Mia m'a tuée à plusieurs reprises avec ses répliques sanglantes, ahah.

“A pologies,” Mia frowned, searching the floor as if looking for something. “I appear to have misplaced the fucks I give for what you think…”

Comme d'habitude, l'univers qu'a su créer Kristoff est merveilleux. Toutes ses idées sont fantastiques et il parvient à les réaliser d'une manière tellement unique !

Nevernight nous propose un monde inspiré de la Rome antique avec des particularités qui font de ce livre, un roman pas comme les autres ! Dans ce monde, il y a trois soleils (un rouge, un jaune et un bleu). Il ne fait presque jamais nuit ! On dit que c'est parce que le dieu de la lumière, Aa, a chassé son épouse du ciel, la déesse Niah. Toutes les informations à propos de cet univers étaient super intéressantes !

J'ai adoré le fait que la protagoniste, Mia, suive la voie de la déesse des Ténèbres et que dans ce sens-là, pour nous, les méchants étaient ceux qui vénéraient le dieu de la Lumière. Normalement, ça devrait être l'inverse mais ici, on est du côté OBSCUR.

Ce livre est à lire d'urgence.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sheo
Diamant

«Never fear. Never flinch. And never, ever forget.»

Nevernight n'a pas été écrit pour les âmes sensibles. Et heureusement pour ma petite personne, je n'en suis pas une. Il aurait vraiment été regrettable de passer à côté d'une telle perle.

Je peux être vulgaire? Jay Kristoff ne se prive pas alors je crois que ce commentaire peut être vulgaire. Histoire d'être un minimum à sa hauteur?

OK.

Alors.

ARRH!

Je n'y arrive pas. Je ne trouve pas un gros mot qui soit à la hauteur de Nevernight. ^^

Vous avez remarqué que je ne sais pas quoi dire, n'est-ce pas?

Nevernight est une tuerie.

Littéralement.

Et bien-sûr, moi âme insensible, j'ai adoré!!!!

Résumé de Nevernight en une longue phrase mais une phrase quand-même:

Mia veut venger sa famille et pour cela rien de mieux que d'intégrer le Poudlard des assassins (The Red Church), où les cours donnés sont différents de ceux que Harry Potter suivait mais tout aussi fascinants, si vous aimez prendre des bains de sang. ;)

Alors? Vous êtes tentés?

Oui, donc, Nevernight est sanglant. Et pas que! Jay Kristoff n'a eu peur de rien en écrivant ce roman.

Et on l'en remercie de tout notre cœur parce que c'est SPLENDIDE.

D'ailleurs, en parlant de Jay Kirstoff et de Nevernight, cette plume!! OMFG.

Bien que j'ai eu besoin d'une cinquantaine de pages pour m'y adapter, je ne peux nier que cet auteur a une plume de dingue et qui mérite vraiment d'être lue.

Alors pour vous expliquer un peu, Jay Kristoff est un professionnel de la description parfaite. C'est-à-dire qu'il va vous donner absolument (ab-so-lu-ment) tous (tous!) les éléments dont vous avez besoin pour visualiser une scène, un personnage, ou autre avec des mots triés sur le volet sans que le tout soit lourd et d'un ennui insupportable.

Sa plume a parfois un côté poétique, ce qui est assez délirant dans un roman où trancher des gorges est un passe-temps. C'est intense, aucun problème pour ressentir les émotions des personnages ou l'atmosphère du moment. Pff! Je ne sais même pas quoi vous dire qui puisse vous faire comprendre mon amour pour sa plume.

...

Maintenant que j'y pense.

À la page 16 de ma copie (signée par l'auteur, j'en fais ma nouvelle fierté♥) j'ai écrit (détendez-vous, je l'ai écrit sur un post-it que j'ai ensuite collé à la page) «Ces mots s'immiscent en vous comme un froid glacial que vous accueillez à bras ouverts.» Oui 1. je me sentais d'humeur à écrire une phrase soit-disant super profonde, et 2. je n'étais qu'à la page 16 et j'aimais déjà Nevernight. Si ça ce n'est pas un coup de cœur! ♥

De manière générale, Nevernight est un roman bien complet.

→ Le scénario est addictif, cohérent, et imprévisible. L'auteur ne nous donne pas une seconde pour nous ennuyer, les rebondissements et retournements de situations sont bien présents et j'en passe. Autant dire que ça vaut carrément la découverte.

→ Le world building est intéressant et ne laisse la place à aucune question sans réponse. J'ai beaucoup aimé ce que j'en ai découvert. Et c'est peut-être bête mais j'adore le fait qu'il y ait trois soleils et que le temps passe autrement - j'admets que je pourrais pas l'expliquer mais si vous avez lu Nevernight vous comprenez sûrement où je veux en venir. Et si vous ne vous êtes toujours pas lancé et donc que vous ne voyez pas où je veux en venir, eh bien vous n'avez qu'à aller lire Nevernight. ;)

The Red Church est un endroit qui m'a fascinée. Honnêtement, je ne suis pas sûre que j'y mettrai les pieds, pas pour tout l'or du monde, mais si jamais vous avez le goût du danger (et le mot est faible), TRC pourrait être votre prochaine destination de vacances!

Avant de me lancer dans les personnages, je veux parler romance. Si vous êtes un romantique ou si au moins vous cherchez une romance, Nevernight n'est pas fait pour vous. Je veux dire, concernant Mia et Tric, il y a bien des sentiments entre eux mais ils n'y pensent pratiquement pas et n'en parlent pas du tout entre eux. Ce n'est une romance à proprement parler. En gros, ils couchent ensemble, rien de plus. Du sexe, donc.

Cela dit, je suis bien heureuse qu'il n'y ait pas de romance à proprement parler et que nos personnages s'en tiennent au sexe. Hello, ce sont des assassins; ils tranchent des gorges comme vous vous feriez une partie de bonne paye (qui joue encore à la bonne paye?). Alors honnêtement, la romance ferait tâche dans le décor. Alors que le sexe, ça leur donne un côté humain mais pas assez pour qu'on se dise qu'ils ont un putain de cœur qui bat dans leur poitrine. Vous voyez où je veux en venir?

Maintenant, passons aux personnages que j'ai tout bonnement adoré! Autant les méchants que les... est-ce qu'on vraiment parler de gentils? Non parce que c'est pas que je tienne absolument à vous le rappeler mais ILS TRANCHENT DES GORGES. Ils sont dans une "école" où on apprend à tuer, à séduire pour tuer, à empoisonner, etc. Donc. Disons qu'il y a les méchants et ceux qui sont gentils à la manière Nevernight, OK?

Bref, tout ça pour dire que je les ai trouvé géniaux. Qu'ils fassent partie des personnages principaux ou secondaires.

Je me dois, en premier lieu, de parler de Mister Kindly. Parce que ce chat-qui-n'en-est-pas-un est l'amour de ma vie. Je vous jure s'il était humain, je lui demanderai de m'épouser. Si, à ce point!

OMFG il ferait un humain super sexy dans le genre sombre et mystérieux... Je suis prise de regrets, là.

Mister Kindly (le-chat-qui-n'en-est-pas-un) est génial, vous l'avez compris. Et SURTOUT il a une répartie que j'adooooooooooooooooore! meow

Mia. Mia. Mia.

J'ai adoré Mia. Quelle surprise! Elle n'est pas véritablement méchante. Mais en vue des circonstances qui l'ont amenées jusque-là on ne pas non plus prétendre que c'est un ange.

Cela dit, je l'ai trouvé badass, intelligente, et un brin attachante. Chacune de ses réactions, de ses actions, de ses pensées, etc. était en accord avec l'image que je me faisais d'elle avant de me lancer dans Nevernight. C'est une adolescente (16 ans) qui n'a pas froid aux yeux et qui ne recule devant aucun obstacle.

Ah, Tric. Lui aussi il est génial et une part de moi aurait aimé le voir encore plus.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Malheureusement on n'en aura pas l'occasion puisqu'il est MORT. *pleure toutes les larmes de son corps.*En tout cas, c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé découvrir et qui a su me plaire dès sa première apparition.

Concrètement, chaque personnage m'a laissé une impression différente mais chacun est mortel. Tiens, tiens. #pasfaitexprès

Spoiler(cliquez pour révéler)
Cependant, il y a un personnage plus que les autres que j'aurais aimé découvrir d'avantage parce qu'il m'a marqué lors de ses apparitions; c'est Lord Cassius/The Black Prince/Lord of Blades. OMG. Je ne sais pas pourquoi mais du peu qu'on peut voir de lui dans Nevernight, je suis sa fan numéro 1. Et sa mort m'a donné les larmes aux yeux!

Bref, je crois que vous avez compris mon avis sur les personnages.

Arrivée moins d'une cinquantaine de pages de la fin, mon cœur a morflé. Jay Kristoff nous offre une fin explosive avec de nouveaux rebondissements, des révélations, etc. Et même si les centaines de pages précédentes semblaient nous y préparer, je doute qu'on puisse être prêt pour un tel final!

C'est donc une excellente conclusion avec un arrière goût de torture; j'avais envie de tuer des personnages fictifs et en même temps j'étais tentée d'aller me rouler en boule dans mon lit sous ma couverture et attendre jusqu'à ce que je m'en sois totalement remise. Ce qui prendra du temps.

En conclusion, Nevernight est un gros coup de cœur. Ou un bon coup de poignard. À voir. Je ne sais pas ce que ça fait de moi mais j'ai adoré. ;)

Bien-sûr, inutile de préciser que si vous êtes sensible à la violence, au sexe, ou quoi que ce soit dans le genre, je ne vous conseille pas de lire ce roman. En revanche si aucun de cela ne vous dérange, foncez!

Une dernière précision, si vous n'êtes pas un habitué des lectures VO (dans le cas présent l'anglais), inutile de commencer l'expérience par Nevernight. Ou du moins, je ne vous le conseille pas. Il faut avoir un très bon vocabulaire autrement, on se perd dans les descriptions, etc. Après bien-sûr, ce n'est qu'un conseil.

Maintenant, je n'ai qu'à attendre Septembre prochain pour Godsgrave. Juste assez de temps pour m'y préparer!

«When all is blood, blood is all.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/03/nevernight-jay-kristoff/

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par fireworks 2017-09-12T18:55:52+02:00
Envies

J'aimerai tellement lire ce livre, il a l'air terriblement passionnant et sombres ! Quand sort il en Francais, s'il vous plaît ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Anneline 2017-09-03T13:20:29+02:00
Argent

J'ai adoré ce premier tome : le style, le ton, les personnages, les plot twists... Vivement la suite !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DrWeeny 2017-06-13T16:55:46+02:00
Or

Vraiment sympathique. Le seul point que j'aurais a reproché, c'est la présence non-nécessaire du narrateur dans cette histoire.

Un bon livre de dark fantasy, j'espère que la suite sera à la hauteur !

Never Fear, Never Flinch, Never Forget !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sheo 2017-05-03T21:09:14+02:00
Diamant

«Never fear. Never flinch. And never, ever forget.»

Nevernight n'a pas été écrit pour les âmes sensibles. Et heureusement pour ma petite personne, je n'en suis pas une. Il aurait vraiment été regrettable de passer à côté d'une telle perle.

Je peux être vulgaire? Jay Kristoff ne se prive pas alors je crois que ce commentaire peut être vulgaire. Histoire d'être un minimum à sa hauteur?

OK.

Alors.

ARRH!

Je n'y arrive pas. Je ne trouve pas un gros mot qui soit à la hauteur de Nevernight. ^^

Vous avez remarqué que je ne sais pas quoi dire, n'est-ce pas?

Nevernight est une tuerie.

Littéralement.

Et bien-sûr, moi âme insensible, j'ai adoré!!!!

Résumé de Nevernight en une longue phrase mais une phrase quand-même:

Mia veut venger sa famille et pour cela rien de mieux que d'intégrer le Poudlard des assassins (The Red Church), où les cours donnés sont différents de ceux que Harry Potter suivait mais tout aussi fascinants, si vous aimez prendre des bains de sang. ;)

Alors? Vous êtes tentés?

Oui, donc, Nevernight est sanglant. Et pas que! Jay Kristoff n'a eu peur de rien en écrivant ce roman.

Et on l'en remercie de tout notre cœur parce que c'est SPLENDIDE.

D'ailleurs, en parlant de Jay Kirstoff et de Nevernight, cette plume!! OMFG.

Bien que j'ai eu besoin d'une cinquantaine de pages pour m'y adapter, je ne peux nier que cet auteur a une plume de dingue et qui mérite vraiment d'être lue.

Alors pour vous expliquer un peu, Jay Kristoff est un professionnel de la description parfaite. C'est-à-dire qu'il va vous donner absolument (ab-so-lu-ment) tous (tous!) les éléments dont vous avez besoin pour visualiser une scène, un personnage, ou autre avec des mots triés sur le volet sans que le tout soit lourd et d'un ennui insupportable.

Sa plume a parfois un côté poétique, ce qui est assez délirant dans un roman où trancher des gorges est un passe-temps. C'est intense, aucun problème pour ressentir les émotions des personnages ou l'atmosphère du moment. Pff! Je ne sais même pas quoi vous dire qui puisse vous faire comprendre mon amour pour sa plume.

...

Maintenant que j'y pense.

À la page 16 de ma copie (signée par l'auteur, j'en fais ma nouvelle fierté♥) j'ai écrit (détendez-vous, je l'ai écrit sur un post-it que j'ai ensuite collé à la page) «Ces mots s'immiscent en vous comme un froid glacial que vous accueillez à bras ouverts.» Oui 1. je me sentais d'humeur à écrire une phrase soit-disant super profonde, et 2. je n'étais qu'à la page 16 et j'aimais déjà Nevernight. Si ça ce n'est pas un coup de cœur! ♥

De manière générale, Nevernight est un roman bien complet.

→ Le scénario est addictif, cohérent, et imprévisible. L'auteur ne nous donne pas une seconde pour nous ennuyer, les rebondissements et retournements de situations sont bien présents et j'en passe. Autant dire que ça vaut carrément la découverte.

→ Le world building est intéressant et ne laisse la place à aucune question sans réponse. J'ai beaucoup aimé ce que j'en ai découvert. Et c'est peut-être bête mais j'adore le fait qu'il y ait trois soleils et que le temps passe autrement - j'admets que je pourrais pas l'expliquer mais si vous avez lu Nevernight vous comprenez sûrement où je veux en venir. Et si vous ne vous êtes toujours pas lancé et donc que vous ne voyez pas où je veux en venir, eh bien vous n'avez qu'à aller lire Nevernight. ;)

The Red Church est un endroit qui m'a fascinée. Honnêtement, je ne suis pas sûre que j'y mettrai les pieds, pas pour tout l'or du monde, mais si jamais vous avez le goût du danger (et le mot est faible), TRC pourrait être votre prochaine destination de vacances!

Avant de me lancer dans les personnages, je veux parler romance. Si vous êtes un romantique ou si au moins vous cherchez une romance, Nevernight n'est pas fait pour vous. Je veux dire, concernant Mia et Tric, il y a bien des sentiments entre eux mais ils n'y pensent pratiquement pas et n'en parlent pas du tout entre eux. Ce n'est une romance à proprement parler. En gros, ils couchent ensemble, rien de plus. Du sexe, donc.

Cela dit, je suis bien heureuse qu'il n'y ait pas de romance à proprement parler et que nos personnages s'en tiennent au sexe. Hello, ce sont des assassins; ils tranchent des gorges comme vous vous feriez une partie de bonne paye (qui joue encore à la bonne paye?). Alors honnêtement, la romance ferait tâche dans le décor. Alors que le sexe, ça leur donne un côté humain mais pas assez pour qu'on se dise qu'ils ont un putain de cœur qui bat dans leur poitrine. Vous voyez où je veux en venir?

Maintenant, passons aux personnages que j'ai tout bonnement adoré! Autant les méchants que les... est-ce qu'on vraiment parler de gentils? Non parce que c'est pas que je tienne absolument à vous le rappeler mais ILS TRANCHENT DES GORGES. Ils sont dans une "école" où on apprend à tuer, à séduire pour tuer, à empoisonner, etc. Donc. Disons qu'il y a les méchants et ceux qui sont gentils à la manière Nevernight, OK?

Bref, tout ça pour dire que je les ai trouvé géniaux. Qu'ils fassent partie des personnages principaux ou secondaires.

Je me dois, en premier lieu, de parler de Mister Kindly. Parce que ce chat-qui-n'en-est-pas-un est l'amour de ma vie. Je vous jure s'il était humain, je lui demanderai de m'épouser. Si, à ce point!

OMFG il ferait un humain super sexy dans le genre sombre et mystérieux... Je suis prise de regrets, là.

Mister Kindly (le-chat-qui-n'en-est-pas-un) est génial, vous l'avez compris. Et SURTOUT il a une répartie que j'adooooooooooooooooore! meow

Mia. Mia. Mia.

J'ai adoré Mia. Quelle surprise! Elle n'est pas véritablement méchante. Mais en vue des circonstances qui l'ont amenées jusque-là on ne pas non plus prétendre que c'est un ange.

Cela dit, je l'ai trouvé badass, intelligente, et un brin attachante. Chacune de ses réactions, de ses actions, de ses pensées, etc. était en accord avec l'image que je me faisais d'elle avant de me lancer dans Nevernight. C'est une adolescente (16 ans) qui n'a pas froid aux yeux et qui ne recule devant aucun obstacle.

Ah, Tric. Lui aussi il est génial et une part de moi aurait aimé le voir encore plus.

Spoiler(cliquez pour révéler)
Malheureusement on n'en aura pas l'occasion puisqu'il est MORT. *pleure toutes les larmes de son corps.*En tout cas, c'est un personnage que j'ai beaucoup aimé découvrir et qui a su me plaire dès sa première apparition.

Concrètement, chaque personnage m'a laissé une impression différente mais chacun est mortel. Tiens, tiens. #pasfaitexprès

Spoiler(cliquez pour révéler)
Cependant, il y a un personnage plus que les autres que j'aurais aimé découvrir d'avantage parce qu'il m'a marqué lors de ses apparitions; c'est Lord Cassius/The Black Prince/Lord of Blades. OMG. Je ne sais pas pourquoi mais du peu qu'on peut voir de lui dans Nevernight, je suis sa fan numéro 1. Et sa mort m'a donné les larmes aux yeux!

Bref, je crois que vous avez compris mon avis sur les personnages.

Arrivée moins d'une cinquantaine de pages de la fin, mon cœur a morflé. Jay Kristoff nous offre une fin explosive avec de nouveaux rebondissements, des révélations, etc. Et même si les centaines de pages précédentes semblaient nous y préparer, je doute qu'on puisse être prêt pour un tel final!

C'est donc une excellente conclusion avec un arrière goût de torture; j'avais envie de tuer des personnages fictifs et en même temps j'étais tentée d'aller me rouler en boule dans mon lit sous ma couverture et attendre jusqu'à ce que je m'en sois totalement remise. Ce qui prendra du temps.

En conclusion, Nevernight est un gros coup de cœur. Ou un bon coup de poignard. À voir. Je ne sais pas ce que ça fait de moi mais j'ai adoré. ;)

Bien-sûr, inutile de préciser que si vous êtes sensible à la violence, au sexe, ou quoi que ce soit dans le genre, je ne vous conseille pas de lire ce roman. En revanche si aucun de cela ne vous dérange, foncez!

Une dernière précision, si vous n'êtes pas un habitué des lectures VO (dans le cas présent l'anglais), inutile de commencer l'expérience par Nevernight. Ou du moins, je ne vous le conseille pas. Il faut avoir un très bon vocabulaire autrement, on se perd dans les descriptions, etc. Après bien-sûr, ce n'est qu'un conseil.

Maintenant, je n'ai qu'à attendre Septembre prochain pour Godsgrave. Juste assez de temps pour m'y préparer!

«When all is blood, blood is all.»

https://theblacksunshineblog.wordpress.com/2017/05/03/nevernight-jay-kristoff/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par wilkymay 2016-08-28T19:16:50+02:00
Diamant

6/5

Lire ma review : http://www.milkywaygraph.fr/article/books/125/chronique-the-nevernight-chronicle-tome-1-nevernight-de-jay-kristoff

Il y a des livres qui me donnent envie de faire des chroniques de 3km de long. Et il y en a d'autres qui me laisse sans voix. Nevernight fait partie de cette dernière catégorie. (même si au final, je me rends compte que j'ai écrit un pavé, je peux vous assurer que je n'avais aucune idée de ce que je pouvais dire à part "kqjenfk%k,efl")

JE NE SAIS PAS QUOI DIRE. Ça parle d'une école d'assassins et c'est écrit pas Jay Kristoff, que voulez-vous de plus ? Il n'y a rien à ajouter, c'était juste la perfection ! J'ai adoré du début à la fin.

J'ai mis du temps à le finir parce que je voulais faire durer le plaisir (et accessoirement, parce que je n'ai pas eu trop le temps de lire ces derniers jours).

Pour ceux qui ne sont pas habitués à lire en anglais, je vous déconseille ce livre pour commencer la VO parce que moi-même j'ai eu quelques difficultés à tout comprendre au début. La plume de l'auteure est complexe, très imagée et poétique (déjà en français, il faut se concentrer au début pour bien rentrer dans l'histoire--je parle de sa première trilogie, La Guerre du Lotus--donc imaginez en VO !) Mais une fois que tout est mis en place, ça va tout seul, on ne voit plus le temps passer quand on lit Nevernight !

“When all is bood, blood is all.”

Ce livre ne rentre pas vraiment dans la catégorie YA bien que l'héroïne principale ait 16 ans. L'auteur l'a dit lui-même : son livre n'est pas du YA (Young Adult) mais bien du NA (New Adult). Il y a des scènes de sexe, du gore, de la violence qui conviennent plutôt aux plus matures qu'aux jeunes lecteurs. #SoMuchBlood

PARCE QUE. Comme je le disais plus haut, ça parle d'assassins.

“Never Flinch.” A cold whisper in her ear. “Never fear. And never, ever forget.”

The girl nodded slowly.

Exhaled the hope inside.

And she'd watched her father die.

On suit notre jeune héroïne de 16 ans, Mia Corvere, issue d'une famille de classe aisée. Mia a assisté à l'âge de 10 ans à l'exécution de son père sur la place publique par pendaison pour trahison contre la République d'Itreya. Peu après, sa mère et son petit frère (qui n'était encore qu'un bébé) ont été envoyé à Philoshopher's Stone, un endroit qui ne laisse filtrer aucune lumière. Un genre de prison où tous ceux qui sont contre la République sont envoyés. Quant à Mia, l'ordre a été donné qu'on la fasse noyer.

Mais Mia est parvenue à en réchapper et depuis ce jour, sa décision de venger sa famille et le visage de ceux qui ont détruit sa vie hantent ses pensées. Pour accomplir cet exploit, elle va devoir s'entraîner et va entrer dans la Red Church, une école d'assassins qui sert la déesse de la mort et des ténèbres, la terrible Niah.

“Own nothing. Know nothing. Be nothing.

Because then you can do anything.”

Il faut savoir que notre héroïne est déjà attirée par les ténèbres puisqu'elle a pour compagnie un chat fait d'ombre qui la suit partout où elle va. J'ADORE CE CHAT.

Bref, Mia n'est pas au bout de ses peines car la Red Church est remplie de pièges, de trahisons et de meurtriers aussi assoiffés de sang qu'elle.

J'ai adoré lire à propos de cette école fascinante ! Les cours, les profs, les élèves, la magie. Tout était génial ! Mia était constamment mise à l'épreuve. Elle n'est pas épargnée et l'auteur n'a pas peur que ses personnages fassent des erreurs, bien au contraire. Mia n'est pas parfaite et se retrouve souvent dans des situations précaires. Mais ce que j'ai adoré, c'était que le plus souvent, on nous laissait croire qu'il n'y avait plus d'issue alors que tout était planifié, ahah ! Des retournements de situations et des coups de théâtre dans tous les recoins !

Très peu de romance, mais il y en a et j'ai adoré la relation entre les deux personnages. Jay Kristoff est tellement cruel. ARG.

Les autres personnages sont tout aussi géniaux que Mia, j'ai adoré en apprendre plus sur eux et leur passé. Pourquoi ont-il rejoint la Red Church ? Le passé de Tric était tellement horrible et triste…

Mes personnages préférés étaient Mia, Tric et Ash. Ces trois-là sont géniaux. Ash était une super amie pour Mia, je l'ai trouvé adorable ! Et Mia m'a tuée à plusieurs reprises avec ses répliques sanglantes, ahah.

“A pologies,” Mia frowned, searching the floor as if looking for something. “I appear to have misplaced the fucks I give for what you think…”

Comme d'habitude, l'univers qu'a su créer Kristoff est merveilleux. Toutes ses idées sont fantastiques et il parvient à les réaliser d'une manière tellement unique !

Nevernight nous propose un monde inspiré de la Rome antique avec des particularités qui font de ce livre, un roman pas comme les autres ! Dans ce monde, il y a trois soleils (un rouge, un jaune et un bleu). Il ne fait presque jamais nuit ! On dit que c'est parce que le dieu de la lumière, Aa, a chassé son épouse du ciel, la déesse Niah. Toutes les informations à propos de cet univers étaient super intéressantes !

J'ai adoré le fait que la protagoniste, Mia, suive la voie de la déesse des Ténèbres et que dans ce sens-là, pour nous, les méchants étaient ceux qui vénéraient le dieu de la Lumière. Normalement, ça devrait être l'inverse mais ici, on est du côté OBSCUR.

Ce livre est à lire d'urgence.

Afficher en entier

Date de sortie

The Nevernight Chronicle, tome 1 : Nevernight

  • USA : 2016-08-09 (English)

Activité récente

Rii-Saa l'ajoute dans sa biblio or
2017-11-17T21:48:55+01:00

Les chiffres

Lecteurs 14
Commentaires 5
Extraits 8
Evaluations 4
Note globale 8.25 / 10

Évaluations