Livres
469 845
Membres
437 736

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

The Prison Experiment Tome 2



Description ajoutée par annick69 2019-07-02T14:31:49+02:00

Résumé

Par l’auteur d’ « Aztèques », roman lauréat du Salon du Livre Paris 2017 par le jury Amazon KDP :

« Zone 51, désert du Nevada.

Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.

Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.

Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d'abandon ?

Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.

Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.

Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine. Son génie peut les sauver... ou les tuer.

Jusqu'où l'homme peut-il aller pour survivre ? »

Afficher en entier

Classement en biblio - 15 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Lillys-1 2019-09-09T10:35:28+02:00
Or

✒️L'HISTOIRE

Attention Spoil du tome 1 !

Dans ce second tome, on retrouve Elena dans la mouise ! Par chance, le beau rouquin Jackson –ancien agent de la CIA enfermé dans la prison après l’échec de la mission de sauvetage il y a des années de cela- lui a sauvé la mise. En s’éveillant, la mission d’Elena reste sa priorité et elle tente tout pour convaincre Jackson de l’aider à retrouver Lombardi et la carte des mercenaires. Seulement voilà, dans l’œuvre, rien ne peut se passer comme prévu et les déconvenues s’enchaînent à un rythme soutenu (à se demander comment elle fait pour ne pas virer timbrée).

De son côté Agellos a pris sa décision grâce à Robert, l’ancien gardien de l’œuvre, il ne peut laisser tout cela derrière lui, il leur faut absolument faire éclater la vérité, mais au prix de quelles concessions ? Le gouvernement permettra-t-il de mettre sur les feux de la rampe ses échecs et manigances ? Entre remise en question et volonté de réparer ses erreurs, Agellos fera preuve de courage pour que tous connaissent l’existence de l’œuvre et les ignominies qu’il s’y passe !

Pour finir, nous avons le journal de Josh T. Arthar. Ce dernier relate autant de ces débuts dans l’œuvre au travers des lectures d’Agellos, que dans ces mémoires de son incarcération à Whitechapel qui nous en apprend plus sur ce personnage intelligent et plus complexe qu’il n’y parait.

? LES PLUS

L’ACTION ! Le lecteur est loin d’être en reste à ce niveau, dès que nous posons les pieds dans l’œuvre, l’action nous transporte aux côtés d’Elena et Jackson (entre autres).

Dans ce tome, on en apprend plus sur Agellos aussi et sur Josh T. Arthar, de nombreuses questions se posent sur ce dernier.

Autre point intéressant, les détails techniques. On peut dire que l’auteur a su faire ses recherches sur des sujets pointues, autant que ce soit de l’organisation des pouvoirs judiciaires américains, des services secrets ou encore de la mythologie grecque.

Pour terminer, ce qui m’a le plus embarqué, c’est cette empathie créée envers Elena. Elle reste pour moi le personnage principal de ce livre, elle reste une clé avec laquelle même ‘’le maître’’ semble vouloir jouer ! Car oui, je le vois comme un joueur d’échecs qui place ses pièces pour les faire avancer dans la direction qu’il veut, pour son seul plaisir. A-t-il une revanche à prendre sur les détenus ? Sur le système carcéral ? Où est-il simplement devenu fou ?

? LES MOINS

Eh bien le gros moins reste un des Plus étrangement. Ce sont ces détails techniques. Certes ils sont très intéressants, mais parfois trop m’ont fait perdre pied dans ma lecture. Après cela, reste une question de goût, j’aime quand les explications restent claires et courtes.

Autre petit moins, la taille du récit. J’aime les romans complets, mais je dois avouer que cela reste un peu effrayant et à la fin frustrant quand on se rend compte que les dernières lignes ne répondront pas à nos questions ! C’est comme courir un marathon avec cette excitation de la course et le plaisir ici de la découvert de l’histoire, puis de voir la ligne d’arrivée et de se sentir frustrée, car on sait qu’un prochain marathon se profil pour avoir les derniers mots, mais qu’il faut attendre plutôt que de continuer sa course, car bien chauffée par la précédente.

Le dernier ‘’Moins’’ c’est la fin ! Elle joue avec nos nerfs et le lecteur n’a plus qu’à attendre la suite pour obtenir enfin le fin mot de cette histoire.

✒️ CONCLUSION

Pour conclure, le premier tome fut un coup de cœur, une révélation et ce second tome suit la même lignée. Un coup de cœur et une frustration à la fin de ce tome de nouveau ! J’attends la suite avec impatience.

Afficher en entier
Diamant

Tout d’abord, je remercie énormément Éric Costa pour l’obtention des deux tomes en service presse.

J’ai énormément aimé les lire et plus encore!

La couverture est une fois de plus très belle.

Cette suite est un vrai bonheur, encore meilleure que le premier tome.On retrouve avec joie la plume addictive d’Éric dans ce récit captivant.

On est à chaque moment avec les personnages, on ressent leurs émotions et sentiments.Ce roman se lit avec l’intensité d’un film bon…cette phrase ne veut peut être rien dire mais je pense que vous comprenez parfaitement ce que je veux dire.

On est toujours dans ce huis clos angoissant et on retrouve avec joie les personnages dont on fait connaissance dans le tome 1.

Ce tome 2 est plein de surprise et l’auteur a vraiment une imagination qui fascine.

Si vous ne connaissez pas les oeuvres d’Éric, vous ne pouvez pas faire un meilleur choix pour cette rentrée que ces deux tomes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par yayadu13 2019-08-28T20:16:48+02:00
Or

Un grand merci à Eric Costa, qui m'avait déjà fait confiance pour le tome 1.

Je le remercie également pour sa gentillesse car il a fallut que je lui demande à nouveau, quels

étaient les personnages que l'ont revoit dans le second livre.

C'est très bien de lire mais il est vrai que du coup en reprenant la suite du roman, j'étais un peu dans le flou...

Revenons à l'oeuvre ( c'est le cas de le dire ! Lol ) j'ai beaucoup aimé cette fois aussi.

Toujours ce huit clos terrible, angoissant, horrible , mais pas que , nous avons accès à différentes informations antérieures et aussi qui se déroulent à l'extérieur...

Elena et Jackson sont des personnages que l'on apprécie vraiment, une pensée pour Steve sur lequel j'avais "flashé" dans le premier tome... Agellos m'est fort sympathique aussi, après il y a tous les autres qui le sont moins... Evidemment je vous les laisse découvrir par vous même...

La fin de ce tome insuffle une lueur d'espoir, enfin ! Nous en perdons un peu au fil de la lecture, qui je le précise une fois commencée vous ne pouvez plus la lâcher!!! La plume est fluide, addictive, je ressentais les émotions comme si j'y étais!

La couverture, soulignons le, est magnifique, le livre génial, vous ne pourrez que l aimer.

Ah j'oubliais!!!! COUP DE COEUR FOR ME!!!!!

Read more at http://leschroniquesdestia.e-monsite.com/pages/chroniques/the-prison-experiment-eric-costa-1.html#AMv9WuWDeMDDbMdl.99

Afficher en entier
Commentaire ajouté par astonDB9 2019-08-16T12:30:31+02:00
Diamant

Mon avis

Je ne vous dis pas comment j’ai été contente de pouvoir lire la suite de cette énigme qu’est « L’œuvre » prison secrète de cette bonne vieille CIA , qui révèle encore bien des surprises. J'avais adoré le tome 1. J'étais impatiente de découvrir ce tome 2, et je n'ai pas du tout été déçue ! Que du bonheur !

Ce tome 2 était encore meilleur que le premier, il y a encore plus de détails sur cette prison hors du commun et flippante à souhait !!

Eric Costa a une plume très visuelle ,addictive, fluide . On ne peut faire autrement que de plonger dans l'Oeuvre avec les personnages. Vous ne pouvez que vivre ces moments en mêm temps que l’équipe ou du moins ce qu’il en reste …..

Ce roman est avant tout une histoire de survie , physique et surtout mentale !! Elena va puisée dans ses réserves . On apprend beaucoup sur les pièges de la nature , un peu à la Koh Lanta mais en plus costaud. Cela promets pour le dernier opus !! des Druides 2.0 , des zombies pas comme les autres , ainsi que d’autres animaux pas très « ronronthérapie »

Je ne vous en dis pas plus , car il y en a beaucoup à dire et il faut de toute façon lire le premier tome car sinon, vous allez vous perdre sans pouvoir ressortir de cette « œuvre » qui n’a rien d’une œuvre d’art classique ….

Merci beaucoup Eric pour cette claque qui ne laisse pas indifférent et la seule solution n’est autre que d’attendre le dénouement de cette angoisse !! Moi, j’ai adorée cette aventure qui m’a collée à l’esprit !!

Allez en route pour la fin !! J’ai hâte de m’y plongée !! Octobre n’est plus loin !!

A plus !! Et vous ?? Allez vous succombez à l’œuvre ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par benerogue 2019-08-07T19:15:36+02:00
Lu aussi

Avant toute chose, merci à l’auteur, via Simplement Pro, de m’avoir permis de lire son livre. J’avais pu découvrir son univers dans le premier tome de The Prison Experiment, et je me suis replongé avec plaisir dans l’Œuvre.

Ce second tome reprend directement après l’arrêt du premier. On retrouve tous les personnages, Elena, Jackson, Chester, Agellos, et surtout Josh Arthar. Pourquoi surtout ? Parce que c’était le personnage qui m’intéressait le plus. Ce n’est pas un personnage à proprement parlé, car on ne le connaît qu’à travers son journal ; mais il a une importance capitale pour la suite, car il relate son incarcération en prison, puis dans l’Œuvre, et il me tardait d’arriver à la fin du journal, pour en apprendre plus. On retrouve donc Elena, donc l’équipe de mercenaires s’est bien réduite, toujours à la recherche de Dédale. Il ne lui reste plus que trois jours pour exfiltrer l’architecte et toucher la prime, nécessaire à sa survie. J’ai eu un peu plus de mal ce tome-ci, avec Elena, qui n’arrive pas à se positionner comme leader, et dont certaines décisions m’ont laissé froide. Jackson, quant à lui, m’a toujours autant plus, droit dans ses bottes, sincère et intègre.

Il est intéressant dans ce second roman de découvrir l’envers de la prison, avec les personnes qui en sont l’investigatrice, et grâce aux démarches d’Agellos. On passe un peu plus de temps hors de la prison, le récit n’est plus centralisé sur l’Œuvre, offrant un vrai rythme, avec les passages dans la prison, ceux à l’extérieur, eux-même entrecoupés avec des passages du journal. Cela induit un certain suspense. A travers les personnages d’Agellos, Arthar et Elena, l’auteur nous montre un système corrompu par l’argent, où tout un chacun peut succomber à l’appât du gain.

Je dis un grand bravo, à nouveau, à Eric Costa pour nous avoir créé un tel univers, aussi bien développé, à la fois magnifique et horrible. Cela donne tellement envie de voir un tel lieu (mais en tant que touriste, pas comme prisonnier). Son imagination n’a vraiment pas de limite, et cela est très bien rendu par sa jolie plume, très visuelle.

La quête d’Agellos, ainsi que la fin du roman nous offre de réels rebondissements, annonçant un tome 3 avec des rapports de force totalement différents. Un autre acteur va rentrer dans l’arène si je puis dire, et il me tarde de voir ce que cela va donner.

Vivement le tome 3 pour connaître la fin de cette trilogie !

https://lecariboulitteraire.wordpress.com/2019/08/07/eric-costa-the-prison-experiment-ii/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Telesia 2019-07-19T09:58:23+02:00
Lu aussi

Eric Costa séduisait sans conteste ses lecteurs fin 2018, tandis qu’il publiait le premier tome de ce qui s’annonce être une trilogie : The Prison Experiment. LOeuvre, blackproject initié par la CIA, se dresse en plein cœur du désert du Nevada. Abandonné, inconnu de tous, l’édifice ne cesse d’évoluer de son propre chef, à l’insu de la société. Au summum d’une tension accumulée au fil des événements, la fin du premier volume présageait un second opus aux dimensions politiques bien plus insistantes que précédemment. « Un allié d’aujourd’hui peut être un traître de demain. » Une notion largement explorée par les premiers chapitres, tandis que la réciproque fait désormais son bout de chemin dans l’esprit des aventuriers. A l’aube d’une révolte méditée avec patience, de braves valeurs prennent sens et se dressent face à de prétendus bénéfices financiers, tandis que chacun médite sur la nature de la vraie liberté.

Le récit d’Eric Costa se décentralise et s’élargit pour ne plus seulement couvrir l’Oeuvre, mais englober également une société dirigée par une ignorance contrôlée. C’est Agellos Epstein, rescapé de l’œuvre depuis peu, qui fait le lien entre cette dernière et l’extérieur. Réfugié chez son cousin James, ils collaborent avec Robert Delauney, surveillant de l’Oeuvre. « Drôle d’endroit pour préparer un coup d’état. » Leur but ? Révéler à leurs compatriotes les monstruosités qu’entretiennent le gouvernement de leur patrie.

​Une idée que Jackson Redback, ancien agent de la CIA, défend avec ferveur. Selon lui, préserver son peuple contre un gouvernement corrompu fait partie des devoirs du citoyen. Lui qui autrefois obéissait à ses employeurs sans jamais contester les ordres, l’ancien militaire aspire aujourd’hui à un avenir où les crimes se laissent dénoncer. A l’origine de ces idéaux, les nombreuses années au sein de l’Oeuvre. L’Explorateur aura eu le temps d’approfondir ses valeurs, jusqu’alors limitées par des idéaux politiques biaisés. Un principe qu’Elena assimile difficilement de par sa dépendance au système, lui-même régi par l’argent. Lequel est-il synonyme de liberté ou d’asservissement ? Un débat sans cesse remis au goût du jour par la jeune informaticienne et l’ancien militaire.

« Sans argent, on est rien en prison. » De quoi donner raison à Elena. Josh T. Arthar, au travers de son journal, dévoile les conditions de vie médiocres des détenus de Whitechapel. Un environnement dont les prisonniers de l’œuvre n’ont rien à envier. Arthar dénonce un système économique insoupçonné hissant l’argent au rang d’indispensable. Une richesse nécessaire à la survie et à l’insertion sociale carcérale. Finalement, la prison et l’extérieur ne sont pas si opposés. Aussi Agellos, à peine sorti de prison, pèse-t-il le pour et le contre tandis qu’il rêve de hurler la vérité à ses compatriotes. Les conditions cela dit sont dures à accepter, tandis que la CIA monnaie son silence au moyen de chiffres exorbitants. D’un côté, les justiciers lanceurs d’alerte à la Snowden ; de l’autre, ceux appâtés par un argent en théorie synonyme de sécurité et de stabilité. En somme, l’on en vient à remettre en question les bénéfices de la vie à l’extérieur. L’Oeuvre et la pseudo liberté du citoyen moyen se trouvent de plus en plus de points communs, et la survie au dehors est aussi tumultueuse que celle d’un détenu.

Elena quant à elle se sépare de ce qui lui reste de naïveté et de son innocence alors qu’elle fait face à des choix qui n’en sont pas vraiment. Des choix de survie, des choix draconiens. Un moyen certain pour Eric Costa de jouer avec les émotions d’un lecteur subjugué. La jeune femme ne jouit d’aucun répit, continuellement traquée par les résidents du Dôme. Livrée à elle-même, Elena prend peu à peu de l’assurance. Ses décisions, quoique parfois encore maladroites, deviennent réfléchies et matures.

Alors que la recherche de Dédale s’éternise, les relations changent…

De nombreux liens se créent entre le passé, véhiculé par Arthar, et le présent, vécu par Elena. Deux époques se rejoignent par le biais des différents points de vue exposés, si bien alimentés qu’aucune longueur n’en ressort. Un second opus politique certes, mais également plein de rebondissements tandis que les survivants du commando de mercenaires survivent au sein de la prison expérimentale. Elena et ses alliés parviendront-ils à retrouver Dédale ? Affaire à suivre…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par marie-nel 2019-07-09T13:08:24+02:00
Or

Comment vous dire à quel point j'ai été contente lorsque Eric Costa m'a contactée pour me dire que le tome 2 de Prison Experiment allait sortir. J'avais beaucoup aimé le premier tome que j'ai lu il y a six mois. Cette suite est dans la continuité du précédent, en terme de qualité d’écriture et d'histoire. J'ai été plus que ravie de retrouver Elena et les autres personnages et je me suis laissée entraîner dans leurs aventures une nouvelle fois sans me rendre compte du temps qui passe, complètement immergée dedans.

Je ne vais pas pouvoir vous parler à proprement parlé de l’histoire car ce serait dévoiler ce qu'il se passe dans le tome 1 et si vous ne l'avez pas encore lu au moment où vous lisez cette chronique, ce serait vraiment très dommage. Je n'aurais pas aimé qu'on me spolie et m’empêche de découvrir par moi-même.

Pour replacer les faits en gros, on suit un groupe de mercenaires dont Elena fait partie, c’est la hackeuse du groupe. Ils arrivent à rentrer dans l’Œuvre, une prison expérimentale en forme de dôme renfermant plus de cinq mille prisonniers, complètement rendus à eux-mêmes depuis que les autorités ont perdu le contrôle du bâtiment. Elena et son groupe doivent retrouver Dédale, l'architecte du dôme, afin de comprendre ce qu’il s’est passé. Ils vont devoir affronter le milieu hostile créé par l'homme à l’intérieur du vaste bâtiment, et affronter également la population carcérale, qui s'est regroupée en plusieurs factions ayant des rôles différents. Elena et ses collègues vont devoir survivre, vont-ils parvenir à retrouver Dédale et surtout s'en sortir…c’est une des questions que je me suis posée tout le long du premier tome, et il en a été de même pour le second.

Voilà donc un petit rappel et je n'irai pas plus loin. J'ai aimé retrouver Elena, l'ambiance que l'auteur a créée. La première chose qui vient à l'esprit quand on lit ces romans est d’être épatée par l’imagination d’Éric Costa. Il a créé un monde complet, avec les méchants et les gentils, plusieurs atmosphères à l’intérieur du dôme criantes de réalisme. Tout pourrait exister, on se trouve dans la zone 51 au Nevada, une telle prison avec une intelligence artificielle pourrait très bien exister et gardée secrète. À l’intérieur, on peut soit être dans le désert, soit dans une forêt tropicale, beaucoup d’espèces végétales ou animales y vivent, les climats ont aussi été recréés avec la chaleur du jour, le froid de la nuit, il y a un soleil où des étoiles artificiels. Bref, un monde complet et passionnant.

Les personnages sont eux aussi très bien travaillés. Vous avez des méchants, très méchants, des gentils qui peuvent trahir, il y a ceux qu'on ne veut pas voir mourir, ceux pour qui on a peur, ceux qu’on a envie de continuer à suivre et pour qui on craint parce qu'on s'attache à eux. Une galerie complète et très hétéroclite.

En commençant ce second tome, j'avais la légère appréhension de me perdre et ne plus savoir qui est qui. Je me souvenais très bien de la fin du premier et je savais où j'en étais dans l'histoire. Tout cela n'est resté que des craintes car dès les premières lignes, j’ai vite fait la liaison avec la fin du premier. Je me suis retrouvée au même moment, comme si je venais de quitter le dôme. Les personnages sont tellement marquants que je me suis vite souvenue de leur rôle à chacun, de ceux qui étaient encore en vie. Je me suis aperçue seulement en arrivant à la fin que l'auteur avait laissé une liste des personnages avec leurs fonctions et leurs groupes d'appartenance. Je n'en ai manifestement pas eu besoin.

Les chapitres alternent entre plusieurs personnages, comme dans le premier. Certains sont dans la prison, d'autres sont dehors, et il est très intéressant de suivre leurs déboires à eux aussi, et d'autres récits sont la retranscription d'un journal d'un détenu avant l’Œuvre, qui permet de comprendre la psychologie de certains après. Cette façon de relater l’histoire la rend totalement addictive, même si la fin de chacun des chapitres n’est pas toujours un cliffhanger, ce qui n'est pas plus mal, à mon avis. J'avais parfois hâte de retrouver certains personnages pour savoir au plus vite qu'il se passait. Il arrive tellement de péripéties que cela donne beaucoup de rythme à la lecture.

Mais bien sûr, tout cela n’aurait pas ce rendu sans la qualité d’écriture d’Éric Costa. C’est un pur régal. Il a une plume très visuelle, on arrive très bien à s’imaginer les décors, les lieux, les personnes. Il décrit sans lourdeurs, juste ce qu'il faut pour la bonne compréhension. Franchement, je verrai bien ce roman adapté au ciné ou à la télé. Il n'a rien à envier aux films du même genre. L'auteur a dû également faire un gros travail en amont pour être aussi précis dans les faits, que ce soit dans le milieu carcéral, ou après au niveau gouvernemental et tribunal. J'ai lu sur son blog que l’Œuvre était au départ une nouvelle, une idée qu'il a eu avec un ami, et qu'il a retravaillé pendant sept ans pour en faire ce qu'il nous livre aujourd’hui. Cela a dû représenter un travail de dingue ! Je suis assez épatée par cela.

Et évidemment, maintenant, je n'ai qu'une envie, lire le tome 3 et savoir enfin comment tout cela va se terminer. Cette fin de second tome est une fois de plus remplie de questionnements, j'ai laissé tous les personnages à des moments importants dans leur survie, de nouveaux éléments sont même venus faire leur apparition et il va être intéressant de les suivre. Je suis à la fois partagée entre l'envie de savoir le final et l’envie de rester encore avec ce petit monde, je vais être triste de les quitter une fois pour toutes. J'aime bien quand les romans me donnent cette impression que les personnages existent vraiment et qu’ils deviennent des amis…

Je pensais que cette chronique allait être courte, étant donné que je ne veux pas vous parler du fond de l’histoire, mais je vois que j'ai tout de même été un peu bavarde. Peut-être est-ce dû au fait que j'ai beaucoup aimé ma lecture et que j'ai envie que vous aussi vous découvriez ces romans. Le jeu de mot est facile, mais cette trilogie représentera une belle œuvre, elle aussi, complète, riche et variée. En tout cas, une chose est sûre, ce second tome est aussi passionnant que le premier et est à sa hauteur, exercice pas évident à réaliser quand le premier est déjà très bon. Maintenant, j'attends le grand final, je crois qu'il est prévu pour la fin de cette année. J'ai déjà hâte d'y être. Ces deux tomes sont chacun un coup de cœur, cette trilogie en sera un très gros, j'en suis convaincue.

Je tiens à féliciter Éric Costa pour la qualité de ses écrits et à le remercier pour ces moments de lecture intense qu'il me procure avec chacun de ses romans. Il me confirme qu'il existe des pépites chez les auto-édités qui n'ont rien à envier à leurs grands frères dans les maisons d’édition…

Si vous ne connaissez pas encore cet auteur, je vous invite vivement à le faire, je suis certaine que vous passerez un bon moment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par annick69 2019-07-02T14:29:59+02:00
Diamant

Coup de Cœur pour ce second opus. J'avais hâte de retrouver Elena et ses comparses. Chaque récit donne plus de 500 pages presque 600 pour celui-ci et c'est un vrai bonheur. La complexité de "L'œuvre" a dû être un vrai casse-tête pour l'auteur et pourtant jamais je ne m'y suis sentie perdue. Suivre les personnages du premier tome, en rencontrer de nouveaux, découvrir de nouvelles salles, avancer dans ce labyrinthe et penser que peut-être on va perdre un des personnages en route… Le travail de l'auteur est incroyable, point de temps mort, tout s'enchaîne. La quête est entre-coupée par la lecture du journal qui a été trouvé au départ et par le jugement d'un des protagonistes. Le résumé vous en dira plus sur l'histoire et l'intrigue. On s'y voit dans cette zone 51, et j'imagine bien une série visuelle, il y aurait vraiment de la matière pour en faire une. On sent aussi la générosité de l'auteur dans ses écrits de par les descriptions et recherches. Pour moi ce n'est pas seulement un roman de science-fiction et je préfère dire d'anticipation, une fiction noire, va-t-on savoir ce qu'il pourrait être créé dans une dizaine d'année, ou même avant, on ne nous dit pas tout.

Voilà, que du bonheur à lire, et, je remercie chaleureusement l'auteur qui me propose à chaque fois de participer à une pré lecture. J'ai laissé Elena dans "L'œuvre" et je suis impatiente de bientôt la retrouver.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"The Prison Experiment Tome 2" est sorti 2019-06-28T00:00:00+02:00
background Layer 1 28 Juin

Date de sortie

The Prison Experiment Tome 2

  • France : 2019-06-28 (Français)

Activité récente

Esra-1 l'ajoute dans sa biblio or
2019-08-16T22:01:36+02:00
MFdp l'ajoute dans sa biblio or
2019-07-15T20:59:34+02:00

Les chiffres

Lecteurs 15
Commentaires 8
Extraits 0
Evaluations 8
Note globale 8.88 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode