Livres
473 162
Membres
446 722

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par nanague 2019-07-13T20:31:34+02:00

J'ai haussée les sourcils, interloquée.

-Leurs quoi ?

-C'est une tradition, sur le Lac. L'idée, c'est qu'au début de chaque été, on fait beaucoup de nouvelles rencontres, alors tout le monde doit condenser sa bio au maximum : en cinq phrases, pas une de plus.

-Ah d'accord... Les tiennes, c'est quoi ?

Il s'est éclairci la gorge.

-Je suis né et j'ai grandi ici, à North Lake. Je rentre en terminale cet automne. Je fais plusieurs petits boulots à la fois. Je voudrais intégrer une école de journalisme. Et je suis allergique aux fruits de mer.

-Hmm... Le meilleur pour la fin, hein ? Je n'aurais jamais pensé ça de toi...

-Tout est dans la chute : une dose d'inattendu, c'est crucial. Allez, à toi.

-Il m'en faut absolument cinq ?

-Une déjà, pour commencer.

J'ai pris mon temps pour répondre :

-Alors... J'habite à Lakeview et, moi aussi, je vais rentrer en terminale...

-O.K., c'est un bon début, solide, m'a-t-il taquinée tandis que le bateau heurtait une vague plus haute que les autres dans une grande gerbe d'éclaboussures. J'adore.... Continue.

-Ma mère a grandi au bord du lac, mais c'est ma première vraie visite ici. Je suis venue une fois enfant, sauf que je ne me rappelle pas grand-chose.

-Bien vu, la petite touche de mystère... Maintenant, il te faut un détail inopiné et surprenant.

Je me suis concentrée quelques secondes.

-Hmm... Personne ne comprend mon humour.

-C'est-à-dire ?

-Moi, je me trouve drôle, mais les gens autour de moi, non.

-Pareil pour moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2019-09-20T00:42:32+02:00

- On se voit plus tard, alors ?

Il disait toujours ça quand on se séparait, ce que je trouvais adorable. Mais ici, le temps m'était compté. Il ne me restait pas tant que ça de << plus tard >>. J'ai serré l'album contre ma poitrine en m'imaginant avec lui sous ce déluge de bulles... Magique, c'était le cas de le dire.

- Absolument ! lui ai-je répondu. C'est promis.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sabivilutini 2019-09-20T00:42:05+02:00

- Pas vraiment... C'est plus l'idée de toi qui m'énerve.

- Et c'est censé me remonter le moral ?

- Ce n'est rien censé faire du tout, c'est juste la vérité.

- Tu m'as traitée de fille à papa blindée de fric, je te rappelle.

- O.K., d'accord, dit comme ça, ça peut paraître un peu dur.

<< Peut ? >> ai-je pensé. J'ai préféré garder le silence et passer mes nerfs sur une tache rebelle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par nanague 2019-07-13T20:17:17+02:00

-Mon vrai prénom, c'est Anna, a-t-elle fini par ajouter. Anna Gordon Calvander. Mais, quand on a deux prénoms, on utilise toujours le deuxième, pas vrai ?

-Moi non.

Elle paru intriguée par ma réponse.

-Ah bon ?

-Je t'assure. Mes deux prénoms à moi, ce sont Emma et Saylor.

-Et on t'appelle Emma ?

-Bah oui...

Elle m'a regardée avec une certaine envie, l'air soudain mélancolique.

-Tu en as, de la chance...

Afficher en entier
Extrait ajouté par AllieEarl 2019-07-09T19:40:50+02:00

« You okay, storm buddy? he asked. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-03T09:37:50+02:00

J’ai levé le bras et il a posé une deuxième chandelle, la sienne, tout contre, extrémité contre extrémité, avant d’allumer son briquet. Il a approché la flamme des deux mèches et, pendant le court instant avant que le feu ne prenne, j’ai contemplé son visage rayonnant. Ses cheveux blonds, toujours avec un épi sur l’arrière. L’écart entre ses dents de devant, sa marque de fabrique. Et les coordonnées qui indiquaient où le trouver, tatouées sur son mollet. Je ne savais pas ce qui allait nous arriver au cours de l’année qui nous attendait, mais j’avais bon espoir. Soudain, une étincelle, puis une autre, puis une gerbe entière ont jailli entre nous. J’ai pensé à ma mère et à son père –

deux belles vies, vécues à cent à l’heure et qui s’étaient terminées trop tôt.

Moi aussi, je quittais le lac. Mais j’étais certaine de revenir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-03T09:37:01+02:00

Je me suis accroupie pour me mettre à sa hauteur.

— Occupe-toi bien de tout le monde pour moi, O.K. ? Je repasse bientôt !

— Promis ?

— Promis.

Elle a glissé les bras autour de mon cou pour me serrer si fort que j’ai failli perdre l’équilibre.

Son livre m’a tapé dans le dos.

— Au revoir, Saylor.

— Au revoir, Anna Gordon.

Tracy l’a saluée de la main avant de retourner à la voiture. Avec un petit signe et un sourire, j’ai suivi le mouvement. En montant à bord, j’ai retrouvé l’odeur du cuir et la fraîcheur de la climatisation. Le siège moelleux s’est affaissé sous mon poids.

— Elle t’a appelée Saylor, a fait remarquer mon père en démarrant le moteur et en s’avançant dans l’allée. Pourquoi ?

Il n’y avait pas le moindre véhicule en vue, mais il a marqué l’arrêt malgré tout, assez longtemps pour me permettre d’apercevoir la maison de Mimi une dernière fois dans le rétroviseur latéral. Elle avait déjà l’air de s’être beaucoup éloignée.

— Parce que c’est mon nom, ai-je répondu.

Je les ai vus échanger un regard tandis qu’on s’engageait sur la route. Le panneau indiquait

Lake North à cinq kilomètres. Renvoyée de nouveau à mon statut de passagère, je me suis installée confortablement pour le trajet.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-03T09:36:30+02:00

— Tu as profité du lac toute ta vie ! me suis-je exclamée en élevant légèrement la voix. Toi, tu penses que ça va de soi. Moi, je n’ai eu que trois semaines pour apprendre à vous connaître, toi,

Trinity et…

— Mais on ne va nulle part…

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-03T09:35:53+02:00

Le jour de mon départ, je me suis réveillée avant le soleil, avant tout le monde. Du moins c’est ce que j’ai cru.

— Tiens, qui voilà ! s’est exclamée Mimi quand je suis entrée dans la cuisine. Je suis contente de te voir…

Elle était attablée, un mug devant elle. Le journal était déjà là, mais il attendait, sagement roulé, l’arrivée d’Oxford, sans doute.

— J’ai mal dormi. Tu es toujours debout aussi tôt ?

— Tu sais, ma chérie, je n’ai jamais été une grande dormeuse. En plus, j’adore avoir la maison et le lac rien que pour moi. C’est mon côté égoïste.

Elle a pris une gorgée de sa boisson chaude.

— Tu n’es pas égoïste pour un sou ! ai-je rétorqué en allant prendre un verre dans le placard.

Je l’ai rempli d’eau avant d’aller m’asseoir à ses côtés. Elle m’a souri.

— Ça, je ne sais pas… J’ai très envie que tu restes ici un peu plus longtemps alors que je sais que ton père est plus que prêt à te récupérer.

— J’aimerais pouvoir rester, moi aussi, ai-je soupiré. J’ai la sensation de commencer enfin à

relier les pièces du puzzle.

— Quel puzzle ?

Je me suis renfoncée dans ma chaise en ramenant une jambe sous moi.

— Je n’ai jamais vraiment compris ce que le lac signifiait à mes yeux. Je savais que ma mère l’aimait, parce qu’elle en parlait. Énormément.

— Je suis sûre que c’est vrai. Que disait-elle ?

J’ai regardé, par la fenêtre en face de moi, l’eau immobile et le ciel rayé de rose qui la surplombait.

— La plupart du temps, elle inventait des contes. Une fille vivait au bord d’un lac et détestait l’hiver. Mais en été, elle était heureuse.

Le visage de Mimi s’était fait triste. Je me suis demandé si j’aurais dû m’en tenir à des généralités.

— C’est tout Waverly… Elle avait une relation compliquée avec le lac. Et pas que le lac, d’ailleurs.

— Mon père ne veut jamais parler de ses problèmes, me suis-je surprise à dire. On dirait qu’il se sent obligé de présenter une version édulcorée de sa vie à mon intention. Tu te rends compte que j’ai appris l’accident de Chris Price de la bouche de Bailey ?

— Ne sois pas trop dure avec ton père… Tout le monde a une manière différente de faire son deuil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-03T09:35:16+02:00

J’adore quand son petit ami vient aider une cliente à choisir sa tenue pour un événement. C’est tellement mignon… a soupiré la vendeuse quand je me suis tournée de profil devant le miroir, incapable de décider si j’aimais le long fourreau noir que je venais d’enfiler.

J’aurais sans doute dû lui préciser que Roo, qui examinait un gros bracelet de cuir d’un air perplexe, à quelques pas de nous à peine, n’était pas mon copain. Que c’était juste un ami, par ailleurs adorable, qui avait proposé de m’accompagner – et même de me conduire sur la moitié du trajet. (« Franchement, que demander de plus ? C’est l’homme idéal ! » ai-je entendu Hannah murmurer dans ma tête.) Mais, pour une raison qui m’échappait, je ne l’ai pas corrigée. Lui non plus, d’ailleurs – je n’ai pas pu m’empêcher de le remarquer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode