Livres
506 059
Membres
513 976

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Silviana 2020-05-22T09:54:13+02:00

- Je pleure systématiquement devant Twilight 1 et 2, finis-je par lancer. Et aussi devant Titanic. Donc je suis romantique : CQFD.

Vanessa éclaté de rire en pillant. J'adore son rire, il est communicatif.

- H., j'ai une révélation pour toi : je pleure devant les vidéo de chiots sur YouTube.

- Et alors ? Je ne vois pas le rapport.

- Alors, ça ne fait pas de moi une zoophile. CQFD

A mon tour de rire aux éclats. J'ai la meilleure amie idéale : grande gueule, bourree de failles, vulnerable à souhait...et complètement tarée !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Allardc30 2020-04-21T15:34:11+02:00

- Et puis, surtout j'ai été idiot, Heaven, poursuit-il. Idiot de croire que parce que je ne te connaissais que depuis quelques semaines, je ne pouvais pas révolutionner ma vie pour toi. Ce n'est pas la raison qui décide, quand on rencontre la femme de sa vie: c'est l'âme. Et mon âme sait. Elle a reconnu la tienne, et maintenant elle ne veut pas la lâcher. Alors je te propose un pari fou: si tu penses encore à moi, si ton âme te dicte la même chose que la mienne, allons-y. On se plantera peut-être, mais c'est loin d'être sûr: les âmes soeurs finissent par se trouver quand elles savent s'attendre. Spoiler(cliquez pour révéler)je t'ai forcée à m'attendre, Mc Adams, ajoute-t-il avec intensité. Et si jamais par bonheur tu m'attendais encore je suis là. Je ne vais plus nulle part.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-11-16T13:03:52+01:00

Chapitre 5 :

La mauvaise main

«… La violence de son ton me secoue. Je me dégage, hébétée, pour faire face à Shark. Sa bouche charnue s’est étirée, comme souvent, en un demi-sourire. Toujours aussi attirant. Même si maintenant, je vois ce qu’il y a derrière cet air énigmatique que son expression amusée lui donne.

La cruauté.

— Qu’est-ce que vous racontez ? J’ai tout simplement oublié d’enlever l’étiquette, j’ai…

— À d’autres, me coupe-t-il. Gardez votre énergie pour duper vos petits copains de fac et vos prétendants.

Je fronce les sourcils, furieuse.

— Vous êtes…

— Quoi ? Honnête ? Direct ? Tout ce qu’il manque à votre famille et s’accorde mal avec votre style de vie ? Avouez que c’est rafraîchissant.– Qu’est-ce que vous voulez ? sifflé-je. M’humilier ? Mon père a perdu votre argent de poche, c’est ça ?

Shark éclate d’un rire sincèrement amusé.

— Il serait difficile pour un homme comme votre père de ruiner un homme tel que moi : votre secret est en sécurité avec moi, Heaven. Simplement, je n’aime pas être ouvertement pris pour un imbécile. Maintenant, donnez-moi votre adresse, et je vous rembourserai cette robe.

— Vous savez quoi ? réponds-je en le poussant d’un coup sec. Hors de question. Hors de question que je vous donne quoi que ce soit, hors de question que je vous prenne quoi que ce soit. Je ne sais pas à quoi vous jouez, mais la partie se fera sans moi...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-11-16T13:03:30+01:00

Chapitre 3 :

Le mensonge «Cendrillon»

«…

— Vous faites souvent ça ? Embarquer une inconnue, jouer à frotti-frotta, puis aller rejoindre votre copine ?

— Vous faites souvent ça ? me rétorque-t-il d’un air amusé. Vous jeter sur un étranger dans sa limousine, puis lui faire une petite scène ?

Je jette à Shark un regard qui tue.

— J’avoue que non, c’est assez inédit pour moi, réponds-je sèchement.

— Eh bien, en ce cas, je dois vous confesser que j’ai moi-même plutôt l’habitude d’entamer les préliminaires avec la femme avec qui je compte passer la nuit. Mais il faut croire que la vie est pleine de surprises…

Je reste soufflée par son insolence. Non mais, qui est ce mufle ? D’où est-ce qu’il sort ? Et comment est-ce qu’il se permet de ?… Le pire, c’est la façon dont il me regarde. Je me doute que j’ai l’air outrée, furibarde, et ça a l’air de le divertir.

— Ne soyez pas vexée, Heaven, ajoute-t-il en ouvrant sa portière. Si ça peut vous rassurer…

Shark me jette un dernier regard, avant de descendre de sa voiture.

— … je risque de beaucoup penser à vous, une fois là-haut, ajoute-t-il d’une voix brûlante avant de refermer la portière.

Ni une ni deux, je retire mon escarpin et le balance rageusement dans sa direction. Mais la chaussure ne fait que rebondir sur la vitre fermée. Voilà mon monde : les Manolo Blahnik ont remplacé les pantoufles de verre, les douze coups de minuit sont devenus les douze coups à tirer… Et quand on embrasse un prince, il se transforme en crapaud...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-11-16T13:01:47+01:00

– Espèce de salaud…

Mais Shark intercepte la gifle que je m’apprêtais à lui donner, tient fermement mon poignet dans sa main.

– Tout doux, McAdams. Dois-je te rappeler les règles élémentaires du commerce ? Le client est toujours roi.

– Sauf que tu n’es pas mon client, sifflé-je. Jamais tu n’auras ce pour quoi tu as payé, tu entends ? Certainement pas après la façon dont tu viens…

– … de quoi ? me coupe-t-il avec un demi-sourire. D’acheter ce que tu as toi-même mis sur le marché ? Quoi que tu éprouves pour moi, Heaven, tu serais idiote de faire marche arrière. Tu devrais t’estimer heureuse de te faire autant d’argent en me vendant ce que tu étais prête à m’offrir il y a seulement une semaine.

Je dégage mon poignet, vive comme l’éclair. Un feu s’allume dans mes veines : celui de la haine.

– Qu’est-ce qui t’a rendu aussi pourri, hein, Jude ? craché-je en sentant les larmes me monter aux yeux. Aussi malfaisant ? Papa n’assistait jamais à tes compétitions sportives ? Maman ne te félicitait pas assez pour tes sculptures en pâte à modeler ?

– Tu as une imagination débordante, rétorque ce salaud d’un ton égal. Continue à viser au hasard, essaye de te montrer plus originale, et peut-être que tu finiras par tomber juste.

Je sens ma rage redoubler. J’ai envie de le griffer, de le frapper, de lui faire mal.

Il veut m’humilier ? Il n’en sortira pas indemne.

– Dis-moi, Jude, si tu préfères les vierges, ce ne serait pas parce qu’elles n’ont aucun point de comparaison par hasard ? Tu as des petites angoisses de performance, c’est ça ?

– J’imagine que tu vas le découvrir assez vite, annonce-t-il d’une voix profonde sans même me donner la satisfaction d’un regard noir. Je t’attends dans deux jours à l’hôtel Barker, bungalow 13. Sois là à dix-neuf heures précises, les retards m’exaspèrent. Ah, et une dernière chose…

Shark se penche à mon oreille, au point que son souffle mentholé m’enveloppe, ainsi que son odeur si masculine.

– Même si tu me détestes, tu vas aimer ça, Heaven, déclare-t-il d’une voix basse et brûlante. Je t’en fais la promesse.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode