Livres
475 848
Membres
454 079

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Sa vision déraille totalement et c'est comme s'il était sur un manège - comme quand son papa l’avait emmené avec son frère Brian à la Grande Foire de Géorgie et qu'ils étaient montés sur le Zipper - et que tout tourbillonnait. Il arrive encore à voir - si on veut - par son œil arraché. Et ce qu'il voit en cet instant lui fait beaucoup de peine pour la Grande et Sauvage Guerrière de Bornéo.

Afficher en entier

Le gouverneur se laisse tomber sur la table d'examen sous la lampe halogène.

Rick n'arrive pas à détacher son regard du Gouverneur, qui ne cille pas. Ce sont deux prédateurs naturels dans la nature, qui font le gros dos en se toisant.

Afficher en entier

Avant qu'ils tournent au coin de la rue, Austin jette un coup d’œil par-dessus son épaule et les distingue mieux. Le plus jeune porte un casque de policier antiémeute et a le type asiatique. L'âge est difficile à déterminer à cette distance et dans cette pénombre.

La femme est beaucoup plus intéressante à regarder. Son visage mince aux traits bien dessinés est à peine visible sous son capuchon, mais elle paraît avoir la trentaine, de type afro-américain, très belle.

Afficher en entier

Derrière Rick , quelqu'un murmure quelque chose que Martinez ne saisit pas. Rick et Glenn sursautent et se retournent vers Michonne, qui fixe l'obscurité d'un air lugubre et déterminé.

-Je pars pas tout de suite, dit-elle d'un ton glacial.

-Quoi ? Mais qu'est-ce que tu racontes ? demande Glenn, stupéfait.

Elle pose sur lui son insondable regard noir.

-Je vais rendre une petite visite au Gouverneur, répond-elle d'un ton ferme.

Afficher en entier

Austin arrive au stade de bonne heure ce soir-là, vers 20 h 45, et s’assoit tout seul, au bout du deuxième rang, derrière le grillage rouillé, en pensant à Lilly. Il se demande s’il aurait dû insister davantage pour qu’elle l’accompagne ce soir. Il songe au regard qu’elle lui a jeté un peu plus tôt ce soir-là – à la douceur qui est passée dans ses yeux noisette juste avant qu’elle l’embrasse – et un étrange mélange d’excitation et de panique lui brûle le ventre.

Les grosses lampes à arc s’allument autour du stade, illuminant la piste en terre et l’arène centrale jonchée de détritus ; les gradins autour d’Austin se remplissent lentement d’habitants de la ville avides de sang et de défoulement. L’air est frisquet et empeste l’essence et la viande pourrie, et Austin se sent étrangement distant de tout cela.

Avec son sweat à capuche, son jean et ses bottes de moto, ses longs cheveux ramenés en arrière avec un lien en cuir, il se tortille sur le siège dur et froid, encore endolori de leur équipée de l’après-midi. Il n’arrive pas à être à son aise. Par-dessus le terre-plein central, il voit au bout du stade les entrées sombres qui se remplissent de groupes de cadavres ambulants tenus en laisse avec de grosses chaînes. Leurs dompteurs les entraînent dans la lumière argentée aveuglante qui donne à ces visages morts des allures de clowns morbides ou d’acteurs de kabuki.

Dans l’assistance, des cris, des sifflets et des applaudissements s’élèvent. Les gémissements et grondements gargouillants des zombies qui prennent place sur la piste de gravier se mêlent aux voix des spectateurs et produisent un vacarme insensé. Austin fixe le spectacle. Il n’arrive pas à chasser Lilly de ses pensées. Le tumulte autour de lui commence à diminuer, encore, encore, jusqu’à ce qu’il n’entende plus dans sa tête que la voix de Lilly qui lui murmure une promesse.

Je te montrerai des trucs... La seule manière de s’en sortir... En s’aidant les uns les autres.

Un coup dans les côtes le fait sursauter et le ramène à la réalité. Il se rend compte qu’un vieux bonhomme s’est assis juste à côté de lui.

La barbe jaunie par la nicotine, le visage ridé comme un vieux parchemin, avec son manteau noir et son chapeau à larges bords, c’est Saul, un vieux juif hassidique opiniâtre qui a réussi à survivre dans les rues d’Atlanta après le début de la Peste.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode