Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Politique française

Les livres sur le thème "Politique française"

Politique française - Classement

Les meilleurs livres sur le thème "Politique française"

Politique française - Extraits

Les extraits de livres ayant le thème "Politique française"

Dernier extraits ajoutés

Ajouté par Alvina98 le 26 Juillet 2020 Editer
Blog
« Les humains ne sont pas mûrs pour la démocratie ! »
Ajouté par tekyla le 1 Juillet 2020 Editer
Depuis 1992, depuis la ratification du traité de Maastricht, on serine aux Français que l’euro est fait pour eux. Or nous approchons d’une étape essentielle, au 1er janvier 2002, l’échange matériel des pièces et billets en francs contre des euros. Et là, les masques vont tomber. Le simple citoyen va s’apercevoir au fil de ses difficultés que, dans toute cette histoire, il n’est en réalité depuis le début que la cinquième roue de la charrette.

Tous les soucis vont s’accumuler : perte des références, casse-tête des conversions et des doubles conversions, arrondis qui ne tombent pas juste, temps gaspillé à essayer de comprendre des règlements abscons, charges supplémentaires (surtout pour les petits commerçants et les petites entreprises), sentiment accru de devenir impuissant dans un monde qu’on ne maîtrise plus, impression de ne plus être protégé, d’être à la merci des hausses de prix déguisées, des escrocs, des billets contrefaits…

Oui vraiment, les masques vont tomber. Car si quelqu’un en haut lieu s’était vraiment préoccupé du sort des citoyens, alors on n’aurait pas décidé cet échange absurde des pièces et des billets, cet assassinat du franc. On aurait, par exemple, accepté la superposition de l’euro pour les usages européens et du franc pour les usages internes à notre pays, comme mes amis et moi l’avons toujours demandé.

Au lieu de cela, nous allons nous lancer dans un échange difficile, douloureux, coûteux et inutile.

Pour les entreprises, surtout les plus petites, la date du 1er janvier restera un grand souvenir, celle du « big bogue ». Ce jour-là, en effet, il aura fallu en même temps effectuer la bascule comptable en euros, mettre en place les 35 heures, appliquer la nouvelle loi dite de « modernisation sociale » et faire le meilleur accueil à la loi progressiste sur « le travail de nuit » obligatoire des femmes.

Vous avez aimé la tempête du Nouvel An 1999, vous adorerez les Rois mages de l’euro du Nouvel An 2002 qui apporteront la myrrhe, l’encens et les calculettes.

Ce sont les petites entreprises, les petits salaires, les faibles revenus, qui vont subir le choc ; les moins bien préparés – faute de moyens –, les plus exposés aux risques, les plus fragiles.

L’euro a un côté nietzschéen : il est pour les forts. Plus exactement, l’euro devait être une monnaie forte faite pour les faibles, il sera finalement une monnaie faible faite pour les forts, c’est-à-dire ceux qui ont des moyens, des services, des machines à conversion.

Beaucoup de petites PME s’interrogent. Le télescopage entre l’euro et les 35 heures crée ce que la CGPME ressent comme un effet « goutte d’eau ». Pour peu que le chef d’entreprise, artisan, commerçant, dépasse la cinquantaine, le voilà prêt, devant l’accumulation des charges et des difficultés, à jeter l’éponge.

La seule dérogation accordée en juillet 2001 par les pouvoirs publics aux PME, pour les 35 heures, l’a été pour… les convoyeurs de fonds, dont le surcroît de travail provoqué par le passage à l’euro est incompatible avec la fameuse « réduction du temps de travail ».
Ajouté par Mel7473 le 30 Juin 2020 Editer
A propos de :
Le hussard rouge
Le hussard rouge
Prix
LE ROMANCIER ESPIONNE

Un agent secret, comme un romancier, passe son temps à aller et venir entre la réalité et la fiction. La réalité de sa mission, la fiction de sa couverture. On pourrait multiplier les parallèles qui existent entre les espions et les écrivains. Le renseignement, comme la littérature, reste une activité secrète, les grands coups de projecteur ne servant qu'à masquer les opérations importantes. Dans ces deux univers, on utilise des codes compliqués, qu'on change régulièrement. Vladimir Volkoff a souligné combien un «montage» et bâtir un roman demandaient à peu de choses près les mêmes qualités d'imagination et de précision. L'espion, comme l'écrivain, est souvent un cyclothymique sans famille, sans argent et sans patrie, qui rêve toute sa vie d'une retraite dorée dans les Caraïbes et meurt dans un asile de nuit de la banlieue de Nottingham ou de Saint-Nazaire.
Curieux, observateur, doué d'une excellente mémoire, inventif, discret - tel doit être l'écrivain et tel doit être l'espion, profession qu'ont exercée avec bonheur Somerset Maugham, Graham Greene, Frederick Prokosch, Vladimir Volkoff et John Le Carré.
On a beaucoup parlé de John Le Carré, ces dernières semaines, dans les journaux français. On a appris qu'il avait divorcé de sa première épouse et qu'il s'était remarié avec un agent - un agent littéraire, bien sûr. Il partage son temps entre son manoir en Cornouailles, son appartement de Londres et ses nombreux voyages autour du monde. Il ne nous a pas été caché que l'auteur de La Taupe a commencé de travailler pour le M15, que connaissent bien ses lecteurs et quelques communistes anglais, avant de passer au SIS, sous la couverture de jeune diplomate à l'ambassade de Bonn. Nous avons appris également qu'il est multimillionnaire - en dollars. Seule ombre au tableau : un père escroc, dont il lui est arrivé de payer les notes d'hôtel.
Tout ce bruit, c'est La Petite Fille au tambour qui le fait. Avec cette violence enfantine propre à Charlie, jeune comédienne gauchiste, retournée par les services secrets israéliens, infiltrée dans un groupe de terroristes palestiniens, et enfin artisane de la capture de leur chef : Khalil. Je vous laisse découvrir la façon dont Kurz, le maître de l'opération, organise ce qu'il appelle «la fiction». Je ne connais personne qui se soit risqué à la décrire dans tous ses détails. C'est très chinois, et aussi très anglais. Une horlogerie de haute précision, grâce à laquelle la bombe explosera à l'heure. On admire la réussite sociale de John Le Carré. Les écrivains milliardaires fascinent les gens qui ont presque tous un écrivain pauvre dans leur entourage. Ce qu'il faudrait d'abord saluer c'est l'art extraordinaire de l'auteur du Miroir aux espions. L'agent se souvient de tout. Le romancier imagine le reste.
Ajouté par Ericdu75 le 11 Juin 2020 Editer
A propos de :
Léon Blum
Léon Blum
Prix
Pourtant, si les groupes qui manifestent ce 6 février ont des intentions bien arrêtées, ils ne peuvent être confondus avec des organisations fascistes. Comme le souligne Serge Berstein, les monarchistes de l’Action française, les nationalistes des Jeunesses patriotes, les populistes de droite des Croix-de-Feu sont « certes partisans d’un pouvoir fort et tentés par un activisme fascisant, mais il serait très excessif de voir en eux les troupes d’un fascisme français quant à leurs objectifs et leurs conceptions. Le proto-uniforme, le goût de la chose militaire et l’usage de la violence ne suffisent pas à caractériser le fascisme.
Ajouté par Ericdu75 le 11 Juin 2020 Editer
A propos de :
Léon Blum
Léon Blum
Prix
C’est dans ce contexte que s’organise le 6 février 1934, une grande manifestation destinée principalement à empêcher l’investiture du nouveau président du Conseil, le radical Daladier, mais aussi à protester contre la révocation du préfet de police Jean Chiappe, complaisant vis-à-vis des ligues, mais surtout dans l’incapacité d’expliquer l’attitude ambiguë de ses services à l’égard de Stavisky. Il se dit que les socialistes auraient obtenu sa tête en échange d’un vote en faveur du nouveau président du Conseil radical. À la Chambre, l’ambiance est électrique en cette fin d’après-midi. Daladier a eu toutes les peines du monde à lire sa déclaration, tandis qu’à l’extérieur des coups de feu claquent.
Lire la suite...