Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Zombies

Les livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Classement

Les meilleurs livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Extraits

Les extraits de livres ayant le thème "Zombies"

Dernier extraits ajoutés

Ajouté par wizbiz06 le 19 Juillet 2017 Editer
Elle lève les mains pour lui signifier qu'il doit rester où il est, puis recule lentement jusqu'à la voiture. Elle monte, ferme la portière et lui jette un dernier coup d'oeil ; il est planté au milieu de la rue, comme un tronc d'arbre. Elle se met alors en route, les doigts crispés sur le volant - et la douleur lancinante dans sa main revient, et elle s'y accroche sans chercher à la dissiper, car il lui semble qu'elle l'a méritée. Dans la montée suivante, elle tombe sur une station- service flanquée d'une supérette. Les pompes fonctionnent toujours, et elle fait le plein avant de partir en quête de vivres. Elle trouve des crackers au fromage, ressort et s'assoit sur le trottoir pour manger tandis que des limaces déambulent au loin, ignorant sa présence. Elle se rappelle l'oncle Jackson, lorsqu'il les avait trouvés, elle et le petit Malcolm ; terrés dans une cuve de récupération d'eau de pluie, ils subsistaient en chassant l'écureuil et en ramassant des baies. D'où tu viens comme ça, p'tit bout? avait-il dit.
Ajouté par wizbiz06 le 19 Juillet 2017 Editer
Hé m'sieur, dit-elle, t'as ramassé une chouette foule. Ça va coincer si jamais tu fatigues avant eux. L'homme tourne vers elle des yeux gris exempts de toute lueur de compréhension, et continue à avancer. Allez, poursuit-elle, c'est une sacrée parade macabre qui te colle aux fesses. Fais donc le tour de la bagnole avec ta mamie, et installe-toi. Si t'aimes tant que ça la marche à pied, le moins que je puisse faire, c'est te donner un peu d'avance. L'homme la regarde à nouveau. Un grand costaud, aux cheveux couleur paille qui s'agglutinent en mèches sales, un visage prognathe et des yeux lents, aux paupières lourdes, qui paraissent trop petits par rapport aux méplats de ses pommettes. Son front est maculé de ce qui semble être de la suie et il respire par la bouche, la lèvre inférieure pendante. Il commence à trébucher et à s'emmêler les pieds, et Temple a l'impression qu'il marche depuis un bon bout de temps. La vieille femme dans ses bras est morte, mais visiblement depuis peu.
Ajouté par wizbiz06 le 19 Juillet 2017 Editer
Sa main l'élance, et alors qu'elle farfouille dans le sac de sport posé sur le siège passager en quête de ses cachets, elle tombe sur le sac plastique qui contient l'extrémité de son auriculaire. Comme la route est droite, elle garde le cap tout en élevant l'emballage près du pare-brise pour en examiner le contenu.  Le plus incroyable, c'est qu'il ressemble encore à un doigt - le voici, tel un tour de magie, comme si, d'un instant à l'autre, tout le corps allait surgir de derrière un rideau pour venir s'y rattacher dans une gigantesque esbroufe de prestidigitateur. L'ongle est toujours verni en rose barbe à papa et la peau, autour de la partie sectionnée, commence à sécher et à se racornir. Comme c'est étrange que cet appendice, qui a participé à toute son existence, soit désormais autonome. Elle s'apprête à le ranger dans le sac de sport mais se ravise et le met dans la boîte à gants. Des lotissements. Ces magnifiques maisons couleur d'os, reproduites rangée après rangée selon une grille cristalline qui semble grandir avec la rigueur et la précision d'un schéma divin, avec des trottoirs en pente douce, des carrés de pelouse en friche et des portes de garage qui ressemblent à des sourires étincelants. Elle aime ça, la façon dont les maisons s'emboîtent comme autant de briques. Quand elle entend le mot "communauté", c'est l'image qui lui vient à l'esprit: des familles nichées dans des cubes de dimensions égales, unies par la même couleur de crépi. Si elle avait vécu à une autre époque, elle aurait aimé vivre ici, où tout est identique pour tout le monde, jusqu'aux boîtes à lettres.
Ajouté par wizbiz06 le 19 Juillet 2017 Editer
Parle-lui des chutes, intervient Horace, assis par terre, en appui sur les paumes, les yeux rivés sur le ciel étoilé. Ouais, dit Lee. Les chutes du Niagara. Un coin où les gens allaient pour leur lune de miel. Tu les as peut-être vues dans un film. Toute cette eau qui dégringole des falaises, un millier de fleuves qui tombent tous à la fois, comme s'il y avait une erreur dans l'écorce terrestre et qu'on avait arraché la moitié du lit d'un lac. Et l'énergie du truc, l'eau contre l'eau, si énorme qu'on prend des embruns sur les joues à près d'une borne de distance. Jamais rien vu de pareil. Tu vois, c'est le genre de chose qui reste, siècle après siècle, quoi que fassent les humains chétifs qui s'agitent à la surface du globe. Ils lui tendent une tasse, et quand elle boit, elle sent le whisky irradier dans sa poitrine et former une petite boule chaude dans ses entrailles. Elle leur raconte alors son propre émerveillement, le miracle-des-poissons-électriques, qu'ils s'accordent à trouver extraordinaire.
Ajouté par wizbiz06 le 19 Juillet 2017 Editer
Ruby louche du côté du lourd sac de sport de Temple, posé près de la porte. J'ai pris un ou deux flingues, c'est tout. Pas de problème, Sarah Mary. Tu vas avoir besoin d'aide. Je n'ai pas envie de t'imaginer dehors, avec toutes ces... choses. Je préférerais te voir rester ici, mais ce Moïse Todd n'en restera pas là. Allez, viens. Il faut juste qu'on atteigne l'ascenseur. Temple se sert de sa main valide pour hisser le sac sur son épaule pendant que Ruby ouvre la porte et jette un coup d'oeil dans le couloir. Allons-y. Sur le chemin de l'ascenseur, elles croisent une famille, homme, femme et petit garçon; ils parlent des avions, expliquent comment ils tiennent en l'air, et se demandent si le gamin en verra un voler un jour. Quand elles les croisent, Ruby et Temple sourient et leur souhaitent une bonne journée. Elles sont seules dans l'ascenseur. Ruby appuie sur un bouton marqué « P2 » et quand les portes de la cabine s'ouvrent, elles débouchent dans un parking désert rempli de voitures ; Temple suit Ruby au bout de l'une des rangées, jusqu'à une Toyota de taille moyenne aux phares arrière défoncés.
Lire la suite...