Livres
411 639
Membres
320 911

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de THIRDS, Tome 6 : Choix et conséquences ajouté par Lykoos 2017-12-05T21:31:15+01:00

J'adore ce moment où Dex comprend exactement ce que pense Ethan :

"- OH NON, pas question.

Ethan frappa Dex sur le cul avec un coussin, le faisant sursauter. Celui-ci se tourna pour le regarder, bouche bée.

— Quoi ? Pourquoi est-ce que tu m’agresses ?

-Tu sais ce que tu as fait, et tu allais le refaire.

Ethan pointa Sloane qui était penché au-dessus d’un carton, organisant son contenu.

-Tu allais lui sauter dessus, et ensuite vous alliez disparaître tous les deux dans la salle de bain pendant une éternité et me laisser porter tous les trucs lourds.

Dex prit une mine stupéfaite, une main allant à sa poitrine.

— Je ne sais pas ce que tu insinues. J’allais simplement vérifier si mon partenaire avait besoin d’aide.

Ethan secoua la tête.

-La seule chose que tu allais vérifier, c’était le cul de ton petit ami.

Ethan prit un carton et le poussa dans les bras de Dex. Il pointa l’autre extrémité du salon de Sloane.

— Mais…, bouda Dex.

-Ouais, bien essayé. Ça ne fonctionne pas sur moi.

Il croisa les bras sur sa poitrine et haussa un sourcil.

-Ne m’oblige pas à te porter jusque-là.

— Ouais, ouais. J’y vais, souffla Dex avant de marcher d’un pas lourd vers la bibliothèque pour commencer à empaqueter les livres."

Afficher en entier

Il tomba sur quelque chose appelé Shibari, et son intérêt fut immédiatement piqué. Il cliqua sur l’image d’un homme blond attaché de façon très élégante avec de la corde rouge. Cette vision éveilla quelque chose en lui. Et dans son pantalon, également. Oh mon Dieu. Il pouvait imaginer son partenaire attaché comme ça, les cordes formant un contraste frappant sur sa peau claire. C’était artistique, ce qui convenait à Calvin.

— L’art du Shibari ?

Ethan faillit mourir de peur. Il avait été tellement absorbé par les images devant lui qu’il n’avait ni vu ni entendu Dex approcher.

— Qu’est-ce qui ne va pas chez toi ? gronda Ethan.

— Selon certains, un tas de choses, mais parlons d’un sujet plus excitant, comme le bondage.

Dex appuya ses coudes sur le bureau d’Ethan et agita les sourcils de façon suggestive.

— Tu es plein de surprises, dis-moi. Alors, je suppose que Cal et toi vous vous êtes trémoussés sous les draps ? Vous avez dansé le mambo horizontal. Joué à cache-saucisse. Ethan gémit.

— S’il te plaît, arrête.

Il avait le visage en feu et il passa rapidement la main sur la surface de son bureau pour fermer l’image de l’homme blond attaché.

— Je vais me mouiller ici et dire que c’est pour Cal. Je savais qu’il avait un petit côté pervers.

Ethan haussa un sourcil à l’intention de son ami.

— Les plus calmes en ont toujours, répondit Dex avec un clin d’œil.

Ash entra dans le bureau et Ethan n’eut pas le temps de réduire la fenêtre du site sur le Shibari avant qu’il le voie. Bon Dieu !

— Vous vous êtes enfin décidés à vous envoyer en l’air, les mecs. Tant mieux pour vous. Cal aime ça un peu pimenté, hum ? Ash se pencha pour étudier le site Internet ouvert.

— Putain, mec. Tu as besoin d’un diplôme en médecine et ingénierie pour comprendre ce truc. Ton mec ne pouvait pas faire dans quelque chose de plus simple, comme avoir les yeux bandés ou quelque chose dans ce goût-là ?

Oh mon Dieu, Ash était-il en train de lui parler de sexe ? Quelqu’un avait-il versé quelque chose dans l’eau ? Dex l’avait-il finalement fait craquer ? Que se passait-il ici ? Ethan allait répondre quand Cael passa sa tête dans le bureau.

— Hé, que se passe-t-il ?

Il se faufila entre Dex et Ash, donnant un coup de coude dans les côtes d’Ash et le faisant rire.

— Qu’est-ce que vous regardez tous ? Vraiment ? Quelqu’un d’autre, peut-être ?

— Dois-je vraiment demander ce qui se passe ? marmonna Sloane en rejoignant Dex.

Voilà, sa journée était complète, maintenant ! Ethan se couvrit le visage à deux mains. Il devait être en train de rêver. Peut-être devrait-il inviter Letty et Rosa tant qu’à faire, rameuter toute l’équipe ici. Ils pourraient l’aider à prendre des notes.

— C’est comme une vente Tupperware, mais avec des sex-toys, déclara Dex joyeusement. Est-ce que ça existe d’ailleurs ? Je parie que oui.

Cael poussa Dex sur le côté et tapa sur l’interface du bureau d’Ethan.

— En fait, regarde sur ce site. Ils ont des trucs de qualité. C’est un peu plus cher que certains autres sites, mais tu en auras pour ton argent. Fais-moi confiance. Ils ont également des experts disponibles pour répondre à toutes les questions que tu pourrais te poser. Il me semble que l’un d’eux est un expert en Shibari justement. Si tu adhères à leur programme de fidélité, tu reçois une paire de menottes gratuite. Si elles peuvent retenir Ash, elles pourront retenir Calvin.

Ash et Dex protestèrent simultanément.

— Cael !

Afficher en entier

Dès qu’ils furent partis, Calvin rejoignit Ethan à côté de son bureau.

— Alors, qu’est-ce que tu regardais ?

Ethan indiqua le site Internet d’un geste de la main.

— C’est Cael qui l’a recommandé. Ils ont des experts.

Calvin sortit son Smartphone de sa poche et le posa sur la surface du bureau. Il appuya sur l’écran et le site apparut sur le téléphone.

— J’y jetterai un œil plus tard.

Leurs bureaux clignotèrent et une petite paire d’escarpins rouges apparut en bas à droite de leurs écrans.

— Ah, bon sang. La Veuve Noire à l’œuvre, maintenant.

Calvin appuya sur l’icône et le visage de Sparks apparut à l’écran. Elle n’eut pas l’air affecté le moins du monde.

— J’imagine qu’on m’a donné des surnoms bien pires que celui-ci, Agent Summers.

Ethan sentit son visage s’enflammer et devenir aussi rouge que celui de Calvin. Une minute, si elle avait entendu ça…

— Agent Hobbs, si vous cherchez un expert en Shibari, je peux vous en recommander plusieurs. Je vais vous faire suivre leurs coordonnées sur votre e-mail personnel. Maintenant, c’est l’heure de l’entraînement. J’aimerais que Destructive Delta se présente immédiatement au rapport à Sparte. Sparks, terminé.

L’écran devint blanc et Ethan se tourna vers Calvin, qui avait l’air aussi tétanisé que lui.

— Est-ce que… hum… nous pouvons oublier que c’est arrivé ? murmura Calvin.

Ethan hocha la tête.

— Bien. Allons-y avant que quelqu’un d’autre se montre pour nous donner des conseils d’ordre sexuel.

Calvin se dépêcha de quitter le bureau avec Ethan. Il aurait souhaité pouvoir dire que cette journée ne pouvait empirer, mais il était certain que c’était possible. Peut-être que Maddock avait raison. Peut-être que Dex était un aimant à bizarreries. Ce genre de choses ne s’était jamais produit avant son arrivée dans l’équipe.

Afficher en entier
Extrait de THIRDS, Tome 6 : Choix et conséquences ajouté par Folize 2017-12-27T17:12:37+01:00

OH NON, pas question.

Ethan frappa Dex sur le cul avec un coussin, le faisant sursauter. Celui-ci se tourna pour le regarder, bouche bée.

- Quoi ? Pourquoi est-ce que tu m’agresses ?

Tu sais ce que tu as fait, et tu allais le refaire. Ethan pointa Sloane qui était penché au-dessus d’un carton, organisant son contenu. Tu allais lui sauter dessus, et ensuite vous alliez disparaître tous les deux dans la salle de bain pendant une éternité et me laisser porter tous les trucs lourds.

Dex prit une mine stupéfaite, une main allant à sa poitrine.

- Je ne sais pas ce que tu insinues. J’allais simplement vérifier si mon partenaire avait besoin d’aide.

Ethan secoua la tête. La seule chose que tu allais vérifier, c’était le cul de ton petit ami. Ethan prit un carton et le poussa dans les bras de Dex. Il pointa l’autre extrémité du salon de Sloane.

- Mais…, bouda Dex.

Ouais, bien essayé. Ça ne fonctionne pas sur moi. Il croisa les bras sur sa poitrine et haussa un sourcil. Ne m’oblige pas à te porter jusque-là.

- Ouais, ouais. J’y vais, souffla Dex avant de marcher d’un pas lourd vers la bibliothèque pour commencer à empaqueter les livres.

Ethan secoua la tête. Il avait l’impression de baby-sitter deux adolescents excités. Sloane se redressa, son regard atterrissant sur Dex. Il fit un pas en avant, Ethan se racla la gorge.

- Oh, hé. Je n’avais pas réalisé que tu étais là, dit Sloane en se grattant la tête. Je pensais que tu, euh, étais parti avec les autres.

Ethan secoua la tête. Non, pas de chance.

Sloane fourra les mains dans ses poches.

- Nous y avons passé toute la matinée. Tu es sûr que tu ne veux pas quelque chose à manger ? Il reste de la pizza au frigo.

Vraiment ? C’est le mieux que tu puisses faire ? Ethan sourit et pointa le carton derrière lui. Retourne travailler.

- Qui es-tu, notre chaperon ? Sa vertu a dépassé depuis longtemps le point où elle pouvait être sauvée, juste pour que tu le saches. Je l’ai complètement annihilée.

Sloane haussa les sourcils de façon suggestive avant de gonfler la poitrine, clairement fier de lui.

Ethan plissa le nez. C’est bien plus d’informations que j’ai besoin de connaître, mais merci.

- Hé, protesta Dex de l’autre côté de la pièce. Tu es aussi dépravé et demandeur que moi.

Sloane poussa un soupir résigné.

- C’est vrai.

Ethan leva les yeux au ciel. Vous êtes aussi irrattrapables l’un que l’autre. Il pointa le carton derrière Sloane. Remets-toi au travail, ô brave chef d’équipe.

Avec une moue boudeuse, Sloane retourna à son carton, lui donnant un coup de pied lamentable. Dex fit de même. Ethan avait commencé à faire un carton lorsque la porte d’entrée s’ouvrit et Calvin entra. Oh Dieu merci.

- Très bien, les mecs. Nous devons charger la camionnette. Ash est garé en double file. Rosa et Letty ont déjà déballé le dernier chargement chez Dex. Elles sont parties chercher des cafés.

Sloane et Dex prirent chacun un des cartons pleins, alignés contre le mur de gauche, et se dirigèrent vers la porte. Calvin se tourna vers Ethan avec un sourire.

- Je vois que la supervision se passe bien.

La porte se referma et Ethan leva les deux mains.

Sérieusement. Je ne peux pas baisser ma garde une minute. Ces deux-là ne peuvent pas s’empêcher de poser leurs mains l’un sur l’autre. Je suis surpris qu’ils réussissent à quitter leur domicile chaque matin.

Calvin haussa les épaules avant de se diriger vers le mur de cartons.

C’est plutôt mignon, pourtant. Je veux dire, d’être tellement amoureux de quelqu’un que tu ne peux pas t’empêcher de le toucher quand il est près de toi, de toujours vouloir être dans ses bras. Comme si être éloigné l’un de l’autre était douloureux. Ils ont de la chance.

Ethan fronça les sourcils. Était-ce ce que Calvin voulait ? Ethan s’approcha de lui et le saisit par le bras alors que son partenaire s’apprêtait à prendre un carton. Il mordillait sa lèvre inférieure ; il voulait dire quelque chose, mais il n’était pas sûr de savoir quoi. Calvin inclina la tête d’un côté et l’étudia.

À quoi penses-tu ?

Est-ce que c’est ce que tu ressens ?

Calvin détourna les yeux.

Je ne sous-entendais pas que… Je veux dire, je ne veux pas que tu te sentes mal à l’aise.

Ethan ne put masquer sa surprise. Calvin se retenait-il de montrer son affection afin qu’Ethan ne se sente pas mal à l’aise ? Il prit son visage entre ses mains et l’embrassa. Je suis désolé. Il n’y avait rien qu’il désirait davantage que donner à Calvin tout ce qu’il voulait. Il avait besoin d’un peu plus de temps. S’il te plaît, ne cesse pas de m’aimer, de vouloir de moi. Seigneur, je te désire tellement. J’ai besoin…

- Tu te fiches de moi ?

Ethan sursauta. Il se tourna et trouva Ash, Cael, Dex et Sloane en train de froncer les sourcils. Il leur offrit un sourire contrit.

- Non, vous savez quoi ? S’il n’y a pas de moment coquin pour Sloane et moi, alors aucun de vous n’y a droit non plus.

Dex sauta sur le canapé et s’adressa à la pièce, pointant tout le monde un par un, commençant par Ethan.

- Pas de moment coquin pour toi.

Puis Calvin.

- Aucun pour toi.

Il pointa Ash.

- Aucun pour toi.

Il pointa Cael.

- Définitivement aucun pour toi.

Il ignora son frère qui levait les yeux au ciel et passa à Sloane.

- Désolé, bébé, aucun pour toi non plus. Nous sommes tous chastes jusqu’à ce que le déménagement soit terminé.

Ash rigola.

- Sloane et toi, chastes ? C’est le truc le plus marrant que j’ai entendu de l’année ! Aucun de vous ne peut passer une journée sans sauter sur l’autre. Sloane n’a qu’à te regarder pour que tu baisses ton pantalon.

- Hé, j’ai un minimum de self-control, dit Dex en reniflant.

Ash et Cael se regardèrent avant d’éclater de rire. Ouais, Ethan n’y croyait pas non plus. Sloane fut pris d’un intérêt soudain par un bout d’adhésif collé à sa chemise.

- Quoi ? Vous insinuez que je n’en ai pas ?

Ash tira un billet de sa poche arrière.

- J’ai là cinquante dollars qui disent que vous ne pouvez pas passer quarante-huit heures tous les deux sans baiser.

Dex regarda Ash avec méfiance.

- Quelles sont les règles ?

- Comme je viens de dire. Ne pas baiser. S’embrasser, ça va. Rien d’autre. Qui veut miser là-dessus ? De l’argent facile comme vous n’en gagnerez jamais.

Calvin sortit son portefeuille et tendit à Ash un billet de cinquante dollars. Cael suivit immédiatement. Ash sourit doucement.

- Je vais miser pour Rosa et Letty, parce que nous savons tous qu’elles se feront un plaisir de participer.

Sloane tendit cinquante dollars à Ash. Dex regarda son petit ami avec stupéfaction.

- Mec, tu paries contre nous ? Qu’est-ce qui te prend ?

Sloane haussa les épaules.

- Je suis réaliste.

Afficher en entier

Ethan était sereinement assis, observant Calvin de son visage poilu innocent.

- Regarde-toi. Tu ressembles à une grosse miche de pain tigré avec une queue.

Ethan haleta de ravissement et ferma les yeux, faisant rire Calvin qui le gratta derrière les oreilles et sous le menton, souriant aux feulements et aux teufs-teufs de son ami. Il était si heureux assis là, dans cette boîte, entouré de gens qui l’aimaient. Rafe avait tort. Ils ne ménageaient pas Ethan. Leur équipe le traitait comme n’importe quel autre homme, mais le fait restait qu’Ethan avait parfois besoin de soutien. Lui épargner la douleur et les épreuves, c’était ce que les proches faisaient les uns pour les autres. Calvin laissa sa tête reposer contre celle d’Ethan, et le serra dans ses bras, son cœur prêt à éclater de l’amour qu’il ressentait pour lui. Aussi longtemps que Calvin serait aux côtés d’Ethan, il ferait toujours tout ce qu’il pourrait pour le protéger.

Afficher en entier

chapitre 1

IL ÉTAIT traqué.

Les ombres autour de lui tournoyaient et dérivaient comme s’il était sous l’eau. S’il n’était pas prudent, il se noierait sans problème dans son propre sang.

Calvin maintenait une poigne ferme sur son fusil. Il inspirait lentement par le nez et expirait par la bouche. Son souffle était chaud contre sa peau à cause du masque qui le protégeait du froid mordant. Dieu soit loué pour les uniformes thermiques du THIRDS. Sans ça, il aurait le cul gelé à présent. Moins seize degrés. Par tous les diables ! C’était New York, pas le Canada. D’un jour à l’autre, la température allait descendre au-dessous du moins dix-huit ; il le savait. Ces types avaient choisi le mauvais jour pour merder. Les agents félins aimaient batifoler dans la neige autant que n’importe quel Therian, mais pas au milieu de la nuit, et certainement pas quand il faisait assez froid pour geler leurs moustaches. Des félins agacés étaient synonymes de colères monumentales.

Il y eut un faible gloussement dans le lointain, et il se tourna avec une attention exacerbée, ses bottes s’enfonçant dans les couches de neige fraîchement tombées. Son oreillette grésilla et la voix tranquille de Dex lui parvint, étouffée, à l’autre extrémité.

— Calvin, des visuels ?

— Négatif, répondit-il en continuant d’avancer.

Il régnait un silence de mort. Comme si la ville elle-même sommeillait et se cachait du froid implacable. Les seuls sons qu’il percevait venaient du vent hurlant et de la neige comprimée par ses bottes. Le vent se remit à souffler et la neige à tomber de bon cœur. Cela rendait encore plus difficile de trouver le gang de hyènes Therians dans les bois de Central Park Nord, en particulier quand leurs propres agents du THIRDS étaient en train de les traquer sous leur forme animale. Peut-être que ses coéquipiers humains avaient plus de chance. Il en doutait, vu que son communicateur restait muet. Ethan avait repéré l’odeur d’un de leurs suspects plusieurs minutes auparavant et avait disparu dans les bois. Calvin ne l’avait plus vu ni entendu depuis lors, ce qui signifiait que son partenaire était toujours en chasse. Quelque part, dans la nuit noire, Sloane et Ash faisaient de même. Cael, ce chanceux, était assis au chaud dans leur BearCat à s’occuper de la surveillance.

Un périmètre avait été mis en place sur la 79ème Rue Est, qui coupait Central Park, jusqu’à Central Park Ouest, en passant par la 110ème Rue et jusqu’à la Cinquième Avenue. Si ces connards tentaient une échappée vers la ville, ils seraient accueillis avec une pluie de tranquillisants et les agents Therians de Theta Destructive sous leur forme animale. C’était à Destructive Delta de s’assurer qu’ils n’iraient pas aussi loin.

Il y eut un autre gloussement distinctif, plus proche cette fois. Calvin accéléra le pas et parla dans son communicateur.

— J’ai entendu quelque chose. Je vais jeter un œil.

— Quelle est ta position ? demanda Dex d’un ton dénué de son humour habituel.

Suite à la pagaille qui avait eu lieu avec Shultzon et le démantèlement du complexe, Sparks leur en faisait baver à l’entraînement depuis des semaines, mais personne n’était soumis à aussi rude épreuve que Dex et Sloane. Tous les deux étaient particulièrement préparés : tout le monde le cachaient quelque part là-dedans, toutes planant complètement. Un mandat avait été lancé et les agents du THIRDS avaient été envoyés pour arrêter le gang après avoir reçu un tuyau sur leur localisation. Avant que l’équipe puisse procéder à l’arrestation, le gang avait réussi à s’échapper en faisant sauter leur labo de meth. Heureusement, il n’y avait pas eu de victimes, mais le groupe avait causé des ravages en ville avant que les équipes de l’Unité Alpha ne les coincent dans Central Park, plus d’une heure auparavant.

Les hyènes tachetées Therians n’étaient ni plus ni moins que les lâches que de nombreux humains les accusaient d’être. Sous leur forme animale, elles étaient mortelles, habiles à chasser la nuit, possédaient des mâchoires puissantes, se déplaçaient en meute, et se défendaient farouchement. Un faible ricanement parvint aux oreilles de Calvin et une ombre bougea derrière le blockhaus. Il arma son fusil tranquillisant avant d’avancer.

— THIRDS ! Sortez lentement !

Calvin tenait son fusil avec fermeté et prit pour cible la hyène qui grondait sur lui dans l’ombre, ses yeux I

IL ÉTAIT traqué.

Les ombres autour de lui tournoyaient et dérivaient comme s’il était sous l’eau. S’il n’était pas prudent, il se noierait sans problème dans son propre sang.

Calvin maintenait une poigne ferme sur son fusil. Il inspirait lentement par le nez et expirait par la bouche. Son souffle était chaud contre sa peau à cause du masque qui le protégeait du froid mordant. Dieu soit loué pour les uniformes thermiques du THIRDS. Sans ça, il aurait le cul gelé à présent. Moins seize degrés. Par tous les diables ! C’était New York, pas le Canada. D’un jour à l’autre, la température allait descendre au-dessous du moins dix-huit ; il le savait. Ces types avaient choisi le mauvais jour pour merder. Les agents félins aimaient batifoler dans la neige autant que n’importe quel Therian, mais pas au milieu de la nuit, et certainement pas quand il faisait assez froid pour geler leurs moustaches. Des félins agacés étaient synonymes de colères monumentales.

Il y eut un faible gloussement dans le lointain, et il se tourna avec une attention exacerbée, ses bottes s’enfonçant dans les couches de neige fraîchement tombées. Son oreillette grésilla et la voix tranquille de Dex lui parvint, étouffée, à l’autre extrémité.

— Calvin, des visuels ?

— Négatif, répondit-il en continuant d’avancer.

Il régnait un silence de mort. Comme si la ville elle-même sommeillait et se cachait du froid implacable. Les seuls sons qu’il percevait venaient du vent hurlant et de la neige comprimée par ses bottes. Le vent se remit à souffler et la neige à tomber de bon cœur. Cela rendait encore plus difficile de trouver le gang de hyènes Therians dans les bois de Central Park Nord, en particulier quand leurs propres agents du THIRDS étaient en train de les traquer sous leur forme animale. Peut-être que ses coéquipiers humains avaient plus de chance. Il en doutait, vu que son communicateur restait muet. Ethan avait repéré l’odeur d’un de leurs suspects plusieurs minutes auparavant et avait disparu dans les bois. Calvin ne l’avait plus vu ni entendu depuis lors, ce qui signifiait que son partenaire était toujours en chasse. Quelque part, dans la nuit noire, Sloane et Ash faisaient de même. Cael, ce chanceux, était assis au chaud dans leur BearCat à s’occuper de la surveillance.

Un périmètre avait été mis en place sur la 79ème Rue Est, qui coupait Central Park, jusqu’à Central Park Ouest, en passant par la 110ème Rue et jusqu’à la Cinquième Avenue. Si ces connards tentaient une échappée vers la ville, ils seraient accueillis avec une pluie de tranquillisants et les agents Therians de Theta Destructive sous leur forme animale. C’était à Destructive Delta de s’assurer qu’ils n’iraient pas aussi loin.

Il y eut un autre gloussement distinctif, plus proche cette fois. Calvin accéléra le pas et parla dans son communicateur.

— J’ai entendu quelque chose. Je vais jeter un œil.

— Quelle est ta position ? demanda Dex d’un ton dénué de son humour habituel.

Suite à la pagaille qui avait eu lieu avec Shultzon et le démantèlement du complexe, Sparks leur en faisait baver à l’entraînement depuis des semaines, mais personne n’était soumis à aussi rude épreuve que Dex et Sloane. Tous les deux étaient particulièrement préparés : tout le monde le savait. Diable, Dex et Sloane eux-mêmes le savaient. Simplement, ils ne savaient pas pourquoi. Pendant ce temps-là, Calvin et ses coéquipiers suivaient le mouvement. Personne n’était contre le fait de se renforcer ou d’élargir son champ de compétences, surtout Dex, qui était toujours en train d’essayer de comprendre quel était le sien. D’après Calvin, Dex appréciait secrètement le régime épuisant auquel ils étaient soumis. Au final, son coéquipier découvrirait ce que Sparks leur réservait. Il le découvrait toujours.

— J’arrive derrière le blockhaus.

Calvin ralentit en s’approchant de l’ancienne fortification militaire. Elle avait été construite dans les années 1800 pour se défendre contre les Britanniques. Maintenant, c’était un piège mortel. Une foule de Therians pouvait se cacher à l’intérieur ou à proximité de ses murs de pierre.

— Surveille tes arrières, dit Dex.

— Affirmatif.

Calvin s’accroupit à côté d’arbustes denses drapés sous des couches de neige d’un blanc pelucheux et scanna les environs. Une demi-douzaine de hyènes Therians se cachaient quelque part là-dedans, toutes planant complètement. Un mandat avait été lancé et les agents du THIRDS avaient été envoyés pour arrêter le gang après avoir reçu un tuyau sur leur localisation. Avant que l’équipe puisse procéder à l’arrestation, le gang avait réussi à s’échapper en faisant sauter leur labo de meth. Heureusement, il n’y avait pas eu de victimes, mais le groupe avait causé des ravages en ville avant que les équipes de l’Unité Alpha ne les coincent dans Central Park, plus d’une heure auparavant.

Les hyènes tachetées Therians n’étaient ni plus ni moins que les lâches que de nombreux humains les accusaient d’être. Sous leur forme animale, elles étaient mortelles, habiles à chasser la nuit, possédaient des mâchoires puissantes, se déplaçaient en meute, et se défendaient farouchement. Un faible ricanement parvint aux oreilles de Calvin et une ombre bougea derrière le blockhaus. Il arma son fusil tranquillisant avant d’avancer.

— THIRDS ! Sortez lentement !

Calvin tenait son fusil avec fermeté et prit pour cible la hyène qui grondait sur lui dans l’ombre, ses yeux luisants traquant chacun de ses mouvements. Lentement, elle rampa en avant, l’obscurité la suivant comme un esprit d’un autre monde. Elle rit, appelant ses congénères. Les poils de la nuque de Calvin se hérissèrent et il se retourna à l’instant où une hyène Therian lui sautait dessus et l’envoyait bouler. Il heurta la neige et les mâchoires du Therian se refermèrent sur son fusil. Merde ! Du mouvement sur sa gauche attira son attention et il attrapa rapidement son arme tranquillisante secondaire dans son gilet pour faire feu sur l’animal en approche. La fléchette le toucha au cou et il hurla avant de détaler.

Calvin lutta avec la hyène Therian qui essayait de croquer son fusil comme un os savoureux. De la salive coulait sur son uniforme et il vit du coin de l’œil une troisième hyène en train de faire des cercles autour de lui, cherchant le bon angle pour bondir. D’accord, ça suffisait toutes ces conneries. Calvin fit feu sur le Therian qui mâchonnait son fusil, et ce connard vacilla sur le côté, la fléchette dépassant de son cou. Il s’ébroua et rit de ce son typique qui foutait les jetons. De multiples paires d’yeux luisants et de formes sombres surgirent dans les bois autour de lui. C’était quoi ça ? Calvin se remit debout et appuya sur son communicateur.

— Dex, il y en a plus de six !

— Quoi ?

— Je ne sais pas d’où elles sortent, mais je suis en train d’en regarder sept ou huit. Peut-être davantage.

— Merde. Tiens bon. Nous venons vers toi.

Calvin tira sur les yeux luisants et battit lentement en retraite. Il entendit un glapissement suivi de plusieurs gloussements, cris d’excitation et rires. Elles bougeaient sacrément vite. Calvin n’avait pas l’habitude de manquer sa cible, mais son exactitude dépendait hautement du fait qu’il soit capable de voir ladite cible. Chaque fois qu’il visait une paire d’yeux qu’il supposait être attachée à la forme sombre qui l’entourait, elle bougeait ou disparaissait. Il devait les attirer dehors. Putain. Il détestait cette partie.

Passant la sangle de son fusil sur son épaule, il piqua un sprint dans la direction opposée, ce qui était loin d’être une partie de plaisir dans la neige épaisse, à cause du poids de son équipement. Il bougea aussi vite qu’il le put, les gloussements et les rires se rapprochant alors que les Therians émergeaient de l’obscurité pour lui donner la chasse. Il y avait un petit pont devant lui qui enjambait un ruisseau gelé. Accélérant l’allure, il se dirigea vers le pont, tentant un rapide coup d’œil par-dessus son épaule. S’il vous plaît, faites que ça marche.

Une meute grondante de hyènes Therians était juste derrière lui, presque assez près pour lui croquer les mollets. Il poussa plus fort sur ses jambes, de la sueur perlant sur son front et ses poumons le brûlant à cause de l’air glacial qu’il respirait tandis qu’il détalait dans les bois. S’il s’arrêtait, elles lui tomberaient toutes dessus comme des bêtes sauvages, et le déchiquetteraient jusqu’à ce qu’il ne reste rien de lui à l’exception de son équipement. Elles ne laisseraient même pas ses os. Pas question ! Il ne serait pas le repas de ces connards.

— Ethan !

Calvin cria, sachant que son partenaire l’entendrait où qu’il soit. Son meilleur ami ne laisserait jamais rien lui arriver s’il pouvait l’empêcher. Ethan serait là pour se battre pour lui, pour veiller sur lui et le protéger. Ils couvraient mutuellement leurs arrières, sur le terrain et en dehors. Les choses avaient toujours été ainsi. Eux deux contre le reste du monde.

Du coin de l’œil, à sa droite, il aperçut l’une des hyènes qui approchait rapidement. Elle s’élança sur lui et Calvin tira avec son fusil, mais cela n’arrêta pas l’animal qui lui fonça dessus et le renversa. La bête referma ses mâchoires sur son épaule, ses dents s’enfonçant à travers le tissu et se heurtant à la plaque en métal intégrée à son gilet par balle, donnant le temps suffisant à Calvin de lui envoyer un crochet du droit et de frapper l’animal à la tempe. Avec un glapissement, il roula sur le côté, mais se redressa rapidement, les crocs dénudés, grondant sur lui.

Le rugissement féroce qui retentit de quelque part dans les bois eut un effet paralysant. Les branches des arbres tremblèrent, faisant tomber la neige au sol. Très vite, les hyènes Therians reprirent leurs esprits et chargèrent Calvin qui se prépara à les recevoir : fusil levé et prêt à tirer. Ethan sortit soudain de l’obscurité et s’arrêta en dérapant devant Calvin. Il rugit à nouveau, dénudant d’énormes crocs acérés. Le son était terrifiant et il figea tout et tout le monde le temps d’un instant. Deux hyènes I

IL ÉTAIT traqué.

Les ombres autour de lui tournoyaient et dérivaient comme s’il était sous l’eau. S’il n’était pas prudent, il se noierait sans problème dans son propre sang.

Calvin maintenait une poigne ferme sur son fusil. Il inspirait lentement par le nez et expirait par la bouche. Son souffle était chaud contre sa peau à cause du masque qui le protégeait du froid mordant. Dieu soit loué pour les uniformes thermiques du THIRDS. Sans ça, il aurait le cul gelé à présent. Moins seize degrés. Par tous les diables ! C’était New York, pas le Canada. D’un jour à l’autre, la température allait descendre au-dessous du moins dix-huit ; il le savait. Ces types avaient choisi le mauvais jour pour merder. Les agents félins aimaient batifoler dans la neige autant que n’importe quel Therian, mais pas au milieu de la nuit, et certainement pas quand il faisait assez froid pour geler leurs moustaches. Des félins agacés étaient synonymes de colères monumentales.

Il y eut un faible gloussement dans le lointain, et il se tourna avec une attention exacerbée, ses bottes s’enfonçant dans les couches de neige fraîchement tombées. Son oreillette grésilla et la voix tranquille de Dex lui parvint, étouffée, à l’autre extrémité.

— Calvin, des visuels ?

— Négatif, répondit-il en continuant d’avancer.

Il régnait un silence de mort. Comme si la ville elle-même sommeillait et se cachait du froid implacable. Les seuls sons qu’il percevait venaient du vent hurlant et de la neige comprimée par ses bottes. Le vent se remit à souffler et la neige à tomber de bon cœur. Cela rendait encore plus difficile de trouver le gang de hyènes Therians dans les bois de Central Park Nord, en particulier quand leurs propres agents du THIRDS étaient en train de les traquer sous leur forme animale. Peut-être que ses coéquipiers humains avaient plus de chance. Il en doutait, vu que son communicateur restait muet. Ethan avait repéré l’odeur d’un de leurs suspects plusieurs minutes auparavant et avait disparu dans les bois. Calvin ne l’avait plus vu ni entendu depuis lors, ce qui signifiait que son partenaire était toujours en chasse. Quelque part, dans la nuit noire, Sloane et Ash faisaient de même. Cael, ce chanceux, était assis au chaud dans leur BearCat à s’occuper de la surveillance.

Un périmètre avait été mis en place sur la 79ème Rue Est, qui coupait Central Park, jusqu’à Central Park Ouest, en passant par la 110ème Rue et jusqu’à la Cinquième Avenue. Si ces connards tentaient une échappée vers la ville, ils seraient accueillis avec une pluie de tranquillisants et les agents Therians de Theta Destructive sous leur forme animale. C’était à Destructive Delta de s’assurer qu’ils n’iraient pas aussi loin.

Il y eut un autre gloussement distinctif, plus proche cette fois. Calvin accéléra le pas et parla dans son communicateur.

— J’ai entendu quelque chose. Je vais jeter un œil.

— Quelle est ta position ? demanda Dex d’un ton dénué de son humour habituel.

Suite à la pagaille qui avait eu lieu avec Shultzon et le démantèlement du complexe, Sparks leur en faisait baver à l’entraînement depuis des semaines, mais personne n’était soumis à aussi rude épreuve que Dex et Sloane. Tous les deux étaient particulièrement préparés : tout le monde le savait. Diable, Dex et Sloane eux-mêmes le savaient. Simplement, ils ne savaient pas pourquoi. Pendant ce temps-là, Calvin et ses coéquipiers suivaient le mouvement. Personne n’était contre le fait de se renforcer ou d’élargir son champ de compétences, surtout Dex, qui était toujours en train d’essayer de comprendre quel était le sien. D’après Calvin, Dex appréciait secrètement le régime épuisant auquel ils étaient soumis. Au final, son coéquipier découvrirait ce que Sparks leur réservait. Il le découvrait toujours.

— J’arrive derrière le blockhaus.

Calvin ralentit en s’approchant de l’ancienne fortification militaire. Elle avait été construite dans les années 1800 pour se défendre contre les Britanniques. Maintenant, c’était un piège mortel. Une foule de Therians pouvait se cacher à l’intérieur ou à proximité de ses murs de pierre.

— Surveille tes arrières, dit Dex.

— Affirmatif.

Calvin s’accroupit à côté d’arbustes denses drapés sous des couches de neige d’un blanc pelucheux et scanna les environs. Une demi-douzaine de hyènes Therians se cachaient quelque part là-dedans, toutes planant complètement. Un mandat avait été lancé et les agents du THIRDS avaient été envoyés pour arrêter le gang après avoir reçu un tuyau sur leur localisation. Avant que l’équipe puisse procéder à l’arrestation, le gang avait réussi à s’échapper en faisant sauter leur labo de meth. Heureusement, il n’y avait pas eu de victimes, mais le groupe avait causé des ravages en ville avant que les équipes de l’Unité Alpha ne les coincent dans Central Park, plus d’une heure auparavant.

Les hyènes tachetées Therians n’étaient ni plus ni moins que les lâches que de nombreux humains les accusaient d’être. Sous leur forme animale, elles étaient mortelles, habiles à chasser la nuit, possédaient des mâchoires puissantes, se déplaçaient en meute, et se défendaient farouchement. Un faible ricanement parvint aux oreilles de Calvin et une ombre bougea derrière le blockhaus. Il arma son fusil tranquillisant avant d’avancer.

— THIRDS ! Sortez lentement !

Calvin tenait son fusil avec fermeté et prit pour cible la hyène qui grondait sur lui dans l’ombre, ses yeux luisants traquant chacun de ses mouvements. Lentement, elle rampa en avant, l’obscurité la suivant comme un esprit d’un autre monde. Elle rit, appelant ses congénères. Les poils de la nuque de Calvin se hérissèrent et il se retourna à l’instant où une hyène Therian lui sautait dessus et l’envoyait bouler. Il heurta la neige et les mâchoires du Therian se refermèrent sur son fusil. Merde ! Du mouvement sur sa gauche attira son attention et il attrapa rapidement son arme tranquillisante secondaire dans son gilet pour faire feu sur l’animal en approche. La fléchette le toucha au cou et il hurla avant de détaler.

Calvin lutta avec la hyène Therian qui essayait de croquer son fusil comme un os savoureux. De la salive coulait sur son uniforme et il vit du coin de l’œil une troisième hyène en train de faire des cercles autour de lui, cherchant le bon angle pour bondir. D’accord, ça suffisait toutes ces conneries. Calvin fit feu sur le Therian qui mâchonnait son fusil, et ce connard vacilla sur le côté, la fléchette dépassant de son cou. Il s’ébroua et rit de ce son typique qui foutait les jetons. De multiples paires d’yeux luisants et de formes sombres surgirent dans les bois autour de lui. C’était quoi ça ?

Calvin se remit debout et appuya sur son communicateur.

— Dex, il y en a plus de six !

— Quoi ?

— Je ne sais pas d’où elles sortent, mais je suis en train d’en regarder sept ou huit. Peut-être davantage.

— Merde. Tiens bon. Nous venons vers toi.

Calvin tira sur les yeux luisants et battit lentement en retraite. Il entendit un glapissement suivi de plusieurs gloussements, cris d’excitation et rires. Elles bougeaient sacrément vite. Calvin n’avait pas l’habitude de manquer sa cible, mais son exactitude dépendait hautement du fait qu’il soit capable de voir ladite cible. Chaque fois qu’il visait une paire d’yeux qu’il supposait être attachée à la forme sombre qui l’entourait, elle bougeait ou disparaissait. Il devait les attirer dehors. Putain. Il détestait cette partie.

Passant la sangle de son fusil sur son épaule, il piqua un sprint dans la direction opposée, ce qui était loin d’être une partie de plaisir dans la neige épaisse, à cause du poids de son équipement. Il bougea aussi vite qu’il le put, les gloussements et les rires se rapprochant alors que les Therians émergeaient de l’obscurité pour lui donner la chasse. Il y avait un petit pont devant lui qui enjambait un ruisseau gelé. Accélérant l’allure, il se dirigea vers le pont, tentant un rapide coup d’œil par-dessus son épaule. S’il vous plaît, faites que ça marche.

Une meute grondante de hyènes Therians était juste derrière lui, presque assez près pour lui croquer les mollets. Il poussa plus fort sur ses jambes, de la sueur perlant sur son front et ses poumons le brûlant à cause de l’air glacial qu’il respirait tandis qu’il détalait dans les bois. S’il s’arrêtait, elles lui tomberaient toutes dessus comme des bêtes sauvages, et le déchiquetteraient jusqu’à ce qu’il ne reste rien de lui à l’exception de son équipement. Elles ne laisseraient même pas ses os. Pas question ! Il ne serait pas le repas de ces connards.

— Ethan !

Calvin cria, sachant que son partenaire l’entendrait où qu’il soit. Son meilleur ami ne laisserait jamais rien lui arriver s’il pouvait l’empêcher. Ethan serait là pour se battre pour lui, pour veiller sur lui et le protéger. Ils couvraient mutuellement leurs arrières, sur le terrain et en dehors. Les choses avaient toujours été ainsi. Eux deux contre le reste du monde.

Du coin de l’œil, à sa droite, il aperçut l’une des hyènes qui approchait rapidement. Elle s’élança sur lui et Calvin tira avec son fusil, mais cela n’arrêta pas l’animal qui lui fonça dessus et le renversa. La bête referma ses mâchoires sur son épaule, ses dents s’enfonçant à travers le tissu et se heurtant à la plaque en métal intégrée à son gilet par balle, donnant le temps suffisant à Calvin de lui envoyer un crochet du droit et de frapper l’animal à la tempe. Avec un glapissement, il roula sur le côté, mais se redressa rapidement, les crocs dénudés, grondant sur lui.

Le rugissement féroce qui retentit de quelque part dans les bois eut un effet paralysant. Les branches des arbres tremblèrent, faisant tomber la neige au sol. Très vite, les hyènes Therians reprirent leurs esprits et chargèrent Calvin qui se prépara à les recevoir : fusil levé et prêt à tirer. Ethan sortit soudain de l’obscurité et s’arrêta en dérapant devant Calvin. Il rugit à nouveau, dénudant d’énormes crocs acérés. Le son était terrifiant et il figea tout et tout le monde le temps d’un instant. Deux hyènes tournèrent les talons et s’enfuirent en poussant des cris plaintifs. Une demi-douzaine ou presque restèrent.

— D’accord, mon pote. Occupons-nous de ça.

Calvin se releva et inclina son fusil. Les Therians s’éparpillèrent et il s’élança derrière eux avec Ethan qui les empêchait de disparaître dans les bois, rugissant et bondissant, les dirigeant dans les zones dégagées du parc. C’était exactement ce dont Calvin avait besoin : la possibilité de placer un tir net et franc.

Calvin anticipa leurs mouvements, tirant là où il pensait les trouver au lieu de réagir à leurs manœuvres de diversion. Il en toucha une en deux endroits. La hyène s’effondra dans la neige. Les membres restants du gang firent tout leur possible pour rester hors du chemin d’Ethan tout en cherchant à se rapprocher de Calvin. La neige volait comme des vagues s’écrasant contre un rivage alors qu’Ethan courait, bondissait et donnait des coups de pattes. Ses griffes les mettraient hors-jeu si son partenaire les touchait ne serait-ce qu’une fois. Réalisant qu’elles n’avaient aucune chance contre un tigre Therian, les hyènes se dispersèrent pour se ruer à nouveau sur Calvin.— Bon Dieu, où êtes-vous, les gars ? cria Calvin dans son communicateur.

À l’instant où il prononçait ces mots, Ash rugit. Il sortit des buissons et se lança sur deux hyènes Therians. Elles l’attaquèrent, refermant leurs mâchoires sur son impressionnante crinière, ne trouvant rien d’autre à mordre que sa fourrure. Letty émergea de derrière les arbres, tirant des fléchettes tranquillisantes tous azimuts. Sloane apparut quelques secondes après elle, Dex sur ses talons. Celui-ci leva son arme et tira ; une autre mordit la poussière. Leurs coéquipiers félins regroupèrent les hyènes restantes pendant que Dex, Calvin et Letty s’approchaient avec leurs fusils prêts à faire feu.

— À terre ! ordonna Dex. Couchez-vous, maintenant !

Les hyènes obtempérèrent, se couchant sur le ventre, leurs oreilles aplaties. Sloane, Ash et Ethan encerclèrent leurs suspects qui sifflaient et grondaient, leurs crocs effilés découverts en guise d’avertissement pour ceux qui penseraient à faire quelque chose de stupide. Un faux mouvement et ils seraient transformés en pâté pour chat.

Dex appuya sur son communicateur. — Sarge, la zone est sécurisée. Nous avons les Therians restants.

— Bien reçu, répondit Maddock. Theta Destructive amène son camion.

— Bien reçu.

Dex s’adressa aux coupables sans cesser de les tenir en joue.

— Vous pouvez monter dans le camion de votre propre chef ou y être transportés après avoir été tranquillisés. À vous de choisir. Tentez quelque chose de stupide et nos agents félins seront heureux de vous rappeler pourquoi il est dans votre intérêt de coopérer.

Le camion arriva et les agents de Theta Destructive en descendirent rapidement. Ils rassemblèrent les hyènes Therians inconscientes et les placèrent dans la cage. Celles qui n’avaient pas été tranquillisées grimpèrent la rampe à contrecœur et se rassemblèrent au fond du camion. Deux hésitèrent devant la cage, mais le rugissement d’Ethan les fit rapidement avancer. Une fois les derniers criminels sous les verrous, les portes se fermèrent, et le camion disparut. — Dieu merci, c’est terminé, grogna Letty en grattant Ash derrière l’oreille.

Il plissa le nez et secoua la tête, de la neige tombant de sa crinière.

Ethan s’assit à côté de son coéquipier et lui poussa la jambe avec son museau. En rigolant, Calvin le gratta derrière l’oreille et sur la tête. N’étant pas satisfait d’une simple grattouille, Ethan geignit et frotta sa tête contre sa jambe.

— Ouais, d’accord, dit Calvin en riant.

Il s’accroupit et gratta Ethan sous le menton et de chaque côté de son visage, ébouriffant sa fourrure épaisse. Ethan ferma les yeux de contentement avant de cogner sa tête gentiment contre la sienne. Il souffla, puis poussa un faible gémissement, un de ceux dont Calvin était familier. Ethan avait été inquiet. C’était évident au vu des sons qu’il émettait et au fait qu’il frottait sa tête contre lui, comme si le toucher était le seul moyen de s’assurer qu’il allait bien.

— Je vais bien, Ethan. Promis.

— Tirons-nous d’ici, dit Letty en se dirigeant vers leur BearCat. Je meurs de faim.

Ash bondit et se précipita derrière elle. Il était clairement affamé lui aussi. Sloane s’élança derrière son ami, lui donnant un coup de patte joueur sur la croupe. Ash gronda et le pourchassa, tous les deux faisant des cabrioles dans la neige, sautant et s’envoyant rouler.

— On pourrait penser qu’ils seraient lassés d’avoir passé des heures dans la neige, dit Dex en secouant la tête, amusé.

Calvin fit un geste vers le bras de Dex, celui qui portait la marque de Sloane.

— Comment ça s’est passé ? Est-ce que ça a fonctionné ?

Bien qu’ils aient repris du service sur le terrain depuis un mois maintenant, cela avait été leur première intervention réellement dangereuse. Ils avaient tous été inquiets au sujet de Dex : il allait se retrouver parmi une bande de Therians sous leur forme animale, avec la marque de son amant Therian sur le bras. Avant qu’ils partent, Sparks l’avait appelé dans son bureau et lui avait donné un genre de manchon à porter sous son uniforme pour masquer son odeur. Elle l’avait averti que les effets ne dureraient que quelques heures et qu’il ferait donc mieux de faire ce qu’il avait à faire avant que ceux-ci ne s’estompent. C’était clairement de facture TIN, parce qu’il n’y avait rien de tel sur le marché qui puisse masquer une odeur Therian comme ça.

— Jusqu’à présent ça marche parfaitement. S’ils ont senti quelque chose sur moi, c’est l’odeur habituelle de Sloane. Dommage que cela n’ait pas une durée de vie plus longue. Quand même, je ne sais pas pourquoi il n’existe rien de ce type sur le marché.

— Je ne suis pas surpris, pour être honnête, admit Calvin. Le marquage est une affaire sérieuse. Même le mariage n’est pas permanent. Alors que ça, si, continua-t-il en pointant le bras de Dex.

Dex devint pensif et Calvin se demanda si Sloane et lui étaient conscients du genre d’engagement qu’ils avaient pris l’un envers l’autre. La majorité des Therians ignorait la portée de ces cicatrices. Les humains en savaient encore moins.

Dans l’ensemble, personne au travail n’avait défié Sloane, mais il fallait avouer que tout le monde le respectait au THIRDS – qu’on l’apprécie à titre personnel ou non – et personne n’était assez stupide pour l’affronter ; les jaguars Therians n’étaient pas de ceux à qui on cherchait des ennuis. Un bon nombre d’entre eux étaient grincheux, au mieux, sans se voir défié pour leur amant par-dessus le marché. Taylor avait un comportement un peu étrange près de Dex et il semblait faire de son mieux pour l’éviter, mais c’était davantage perçu comme une bénédiction déguisée plutôt qu’un sujet d’inquiétude. Avec ce nouveau bidule sur le bras de Dex, les choses reviendraient à la normale. Enfin, elles redeviendraient aussi normales que cela était possible dès que Dex était concerné.

Ce dernier se tourna vers Calvin avec un sourire malicieux. Oh oh. Il aurait dû savoir qu’il ne resterait pas tranquille longtemps.

— Est-ce que tu penses à ce que je pense ?

— Probablement pas, répondit Calvin en riant.

Il doutait que quiconque pense comme Dex.

Dex écarta les bras de chaque côté de son corps et se laissa tomber sur le dos, son corps compressant la neige sous le poids de son équipement. Calvin rit alors que Dex agitait les bras de haut en bas et ouvrait et refermait les jambes, déclarant joyeusement :

— Des anges de neige !

C’était officiel. Son ami était dingue.

— Rappelle-moi quel âge tu as ?

— Je suis assez vieux pour faire des anges de neige super. Viens.

Calvin haussa un sourcil.

— Tu veux que je me roule dans la neige avec trente-cinq kilos de matériel sur le dos ?

— Oui ! Personne ne regarde. Nous avons quelques minutes avant que quelqu’un se demande où nous sommes et vienne nous chercher.

Il n’arrivait pas croire qu’il y pensait sérieusement. Diable. Pourquoi pas ? Il s’approcha de Dex, se tourna, et écarta les bras avant de se laisser tomber en arrière dans les couches de neige épaisses. Tous les deux éclatèrent de rire comme deux écoliers, balayant la neige avec leurs membres. Il n’arrivait pas à se rappeler la dernière fois qu’il avait fait ça. En fait, si. C’était avec Ethan, à l’époque où ils étaient deux adolescents dégingandés et maladroits. Ils avaient fait des anges de neige dans un parking vide près de leurs anciens appartements. Ils s’étaient allongés en riant et avaient regardé les nuages passer. En parlant de son meilleur ami, Ethan sauta à côté de lui, sa queue tressautant avant qu’il se mette à rouler dans la neige.

— Mais qu’est-ce que vous fichez tous les trois ?

Merde. Calvin s’assit, sentant ses joues le brûler. Ethan bondit derrière lui pour se cacher. Comme si Maddock n’était pas capable de repérer son énorme arrière-train de tigre Therian derrière Calvin. Dex, d’un autre côté, ne fut pas dérouté par la mine renfrognée de leur sergent. Il sourit à Maddock.

— Des anges de neige.

— Laisse-moi reformuler ça. Pourquoi diable êtes-vous en train de faire des anges de neige ?

— Parce que c’est marrant. Tu te rappelles quand tu en faisais avec Cael et moi ?

Dex tourna la tête vers Calvin.

— Nous avons perdu mon frère dans la neige une fois. Sans mentir. Papa a dû l’excaver.

Calvin éclata de rire.— Eh bien, quoi ?

— C’est vrai, grommela Maddock. Les garçons ont sauté dans cet énorme tas de neige dans le jardin une bonne centaine de fois, malgré mon interdiction. Dex s’est frayé un chemin sur le côté pour en sortir, mais Cael s’est perdu. Il était si petit et il portait sa grenouillère matelassée.

— Ça n’a pas aidé qu’elle soit blanche, déclara Dex.

Il s’assit en riant et secoua la tête à l’intention de son père.

— Ce n’était pas l’idée la plus brillante que nous ayons eue.

Maddock haussa les épaules.

— Hé, je lui avais dit, mais c’était celle-là qu’il voulait.

Dex éclata de rire.

— Il ressemblait à un marshmallow.

Calvin se leva en riant. Il aida son ami à faire de même et sourit en voyant Dex et Maddock partir en avant, se remémorant les pitreries d’enfance des frères. Calvin les suivit, tenant la queue d’Ethan alors que son partenaire marchait devant lui. Les félins détestaient qu’on s’accroche à leur queue, mais Calvin tenait celle d’Ethan depuis l’enfance. Cela avait été leur moyen de réconfort à l’époque où ils n’étaient que tous les deux.

À l’intérieur du BearCat, ses coéquipiers étaient assis à leur place respective. Sloane était allongé sereinement aux pieds de Dex et Ash était assis à côté de Cael près de la console de surveillance. Le lion Therian avait les yeux fermés et la tête posée sur les genoux de son compagnon pendant que celui-ci parlait d’un nouveau gadget qu’il avait assemblé. Letty et Rosa bavardaient et Maddock était au volant. Il faisait bien trop froid pour que les félins veuillent se transformer et reprendre forme humaine dans le camion. La plupart d’entre eux avaient une faible tolérance au froid. Calvin était sanglé sur son siège à l’extrémité du banc et Ethan était allongé à côté de lui, sa grosse tête poilue posée sur ses genoux.

Bon Dieu, il était éreinté. Une autre rotation de dix jours à travailler pendant douze heures d’affilée chaque journée touchait à sa fin. Il était impatient de rentrer, de prendre une douche chaude et de s’effondrer. Comme s’il sentait ses pensées, Ethan souffla. Il frotta sa tête contre la jambe de Calvin, cherchant de l’affection. Calvin accéda à sa demande implicite, lui caressant la tête d’un air absent ou le grattant derrière les oreilles tout en écoutant son équipe bavarder. À un moment, il s’assoupit et se réveilla seulement lorsqu’Ethan frotta son nez sur son visage. Il n’avait pas dû s’endormir longtemps, puisque le camion était toujours en mouvement.

Le quasi-silence autour de lui en disait beaucoup sur la fatigue de tout le monde. Même Dex était plutôt calme, murmurant à Sloane tout en frottant sa tête contre lui. Les ronronnements de leur chef d’équipe – qui ressemblaient aux bruits d’une tronçonneuse – se réverbéraient dans le camion. Il avait les yeux fermés de contentement et se moquait de savoir qui l’entendait ronronner. Le changement qui s’était opéré chez lui impressionnait Calvin. Un an et demi plus tôt, Sloane avait été prêt et désireux d’en découdre avec Dex pour un rien. La simple mention de l’homme suffisait à lui arracher un grondement féroce.

Cela avait été difficile pour eux tous. Sloane avait été malheureux et, très franchement, un connard. Non que Calvin le blâme. Il savait combien il avait souffert. Aujourd’hui, il était tellement en paix que sa queue ne tressaillait même plus. Calvin ne put s’empêcher de sourire. Son ami était à nouveau heureux. L’équipe avait pleuré la perte de Gabe et, comme Calvin, elle avait commencé à pleurer la perte de leur chef d’équipe et ami.

Dex leva la tête et leurs regards se croisèrent. Un sourire chaleureux étira les lèvres de son ami, comme s’il savait à quoi il avait été en train de penser. Dex lui fit un clin d’œil puis reporta son attention sur Sloane, qui poussa sur sa main jusqu’à ce que son museau se retrouve au-dessous. Dex rigola, laissant sa main où elle se trouvait désormais et grattant le haut de sa tête avec celle qui était libre.

Calvin avait mis du temps pour cerner Dex, pour voir l’homme au-delà du personnage de grand gamin. Il comprenait pourquoi Ethan était capable de lui parler. L’homme était absolument sincère dans tout ce qu’il faisait, d’une loyauté à toute épreuve et prêt à franchir les portes de l’enfer s’il le fallait pour protéger ceux auxquels il tenait. Ouais, parfois Dex faisait des choses stupides, mais il n’était pas stupide pour autant. Il avait ses raisons. Comme sa décision de se lancer seul après Hogan et de le cacher à Sloane. Son habitude de ne pas suivre les règles le précipitait dans les ennuis, mais tout ce qu’il faisait découlait d’un sens de la justice profondément enraciné, d’un besoin de faire ce qui lui semblait juste. Il devait simplement apprendre à avoir un peu plus foi en ceux qui l’entouraient.

Au Quartier Général, Ethan attendait patiemment sous sa forme animale, à l’extérieur de la douche jouxtant la salle de soins post transformation. Ils avaient opté pour cette pièce plutôt que la zone commune de changement où les stalles étaient séparées par des rideaux. De cette façon, Calvin pouvait se doucher et se débarrasser de ses vêtements froids et humides. Cael et Rosa ramenèrent les trousses de toilette de Calvin, Dex et Letty prises dans leurs casiers, ainsi que des uniformes secs et propres. Une fois que Calvin se fut douché et habillé, il administra les soins liés au traumatisme post transformation à Ethan.

Comme tant d’autres choses entre eux, administrer les soins avait changé. Chaque contact, chaque regard, chaque souffle contenaient une signification différente. Cela se transformait en une bataille de maîtrise de soi pour Calvin. Il s’assura qu’Ethan boive deux bouteilles de Gatorade

Afficher en entier

« A lump formed in Ethan’s throat. Unlike most people he’d met in his life, Ethan had managed to talk to Calvin. He’d felt drawn to him, comfortable and safe. When he was a kid, he’d pray every night that Calvin would always be with him. He loved Calvin, always had. Only now it was different. The softness of his skin, the plumpness of his lips, the blue of his eyes, his laugh, and his smile stirred emotions inside him he hadn’t felt before. Tentatively, Ethan ran his fingers down Calvin’s jaw. You’re amazing. Calvin’s lids fluttered open, his gaze landing on Ethan. »

Afficher en entier

« “I was jealous,” Ethan admitted. He put his finger to Calvin’s lips so he could finish. “I don’t want anyone taking you away from me.”

Calvin gently moved Ethan’s hand away, his features softening. “Ethan, no one’s going to take me away from you. I love you. That’s not something I give easily.”

“I know.” Ethan put his hand to Calvin’s cheek, trying to find the right words. There was so much he wanted to say, but his thoughts got all jumbled in his head. Ever since Calvin kissed him at the hospital, Ethan had been trying to make sense of all these new and unsettling emotions. There was only one way he could approach this. The same way he approached everything with his best friend. Head-on. “When we were kids, I’d dream about you. About us. Together.”

Calvin gaped at him. “You did?”

“Yes.” Ethan felt his cheeks heat up. There wasn’t much he kept from Calvin, but this was one of those instances where he’d believed keeping his thoughts to himself would be best for the both of them. “Lots of times.” »

Afficher en entier

« Inside the BearCat, their team was secured in their seats with Sloane lying serenely at Dex’s feet. Ash sat beside Cael at the surveillance console, his eyes closed and his head on Cael’s lap as Cael went on about some new gadget he’d put together. Letty and Rosa chatted, while Maddock took the wheel. It was far too cold for their Therian teammates to want to shift back to Human form in the truck. Most Felids had little tolerance for the cold. Calvin was strapped in his seat at the end of the bench, and Ethan lay beside him on the floor, his large furry head resting on Calvin’s lap.

Man, he was beat. Another twelve-hour, ten-day rotation coming to an end. He couldn’t wait to get in, have a hot shower, and totally crash. As if sensing his thoughts, Ethan huffed. He rubbed his head against Calvin’s leg, seeking affection. Calvin obliged, absently stroking his head or scratching behind his ears as he listened to his team chatting. »

Afficher en entier