Livres
461 543
Membres
417 992

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par AnteikuUta 2016-08-18T11:52:42+02:00

« Dex passa ses doigts sur le chaume de la mâchoire de Sloane quand il l’entendit. Attends, était-ce… Non, c’était impossible. N’est-ce pas ? Il baissa discrètement son regard sur Sloane, croisant les yeux écarquillés de son amant, ce qui lui confirma qu’il n’entendait pas des choses.

— Nom de Dieu, tu ronronnes !

Sloane se redressa d’un coup, se tournant pour regarder Dex.

— Je le faisais, n’est-ce pas ?

— Je vais supposer que c’est une sorte de nouveauté pour toi.

— Je… je n’ai jamais fait ça avant. Pas sous ma forme humaine en tout cas. Je ne savais même pas que je pouvais le faire. Je ne devrais pas être capable de faire ça ! C’est…

Sloane avait l’air d’être à court de mots.

— Un peu bizarre ? offrit Dex avec sympathie.

Sloane hocha la tête.

Dex tendit la main et Sloane recula, le dévisageant.

— Que fais-tu ?

— Je veux voir si tu le fais encore. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Folize 2017-01-08T18:25:41+01:00

- Viens là, dit Sloane en tapotant l’espace à côté de lui.

Dex se mit à ramper dans sa direction quand ils entendirent une voix bourrue familière appeler le nom de Sloane. Ils se figèrent tous les deux.

Dex écarquilla les yeux.

- Est-ce que c’était…

- Hé, Sloane. Tu es là-haut ?

- C’est quoi ça ? siffla Dex. Ash possède une clé de ton appartement ? Pourquoi ne me l’as-tu pas dit ?

Sloane s’extirpa du lit et attrapa son caleçon qui gisait par terre.

- Il ne s’invite pas chez moi d’habitude. Tu dois te cacher.

Il se précipita pour sortir de la chambre et entra presque en collision avec Ash.

- Merde, Ash.

Sloane recula, sa main se portant à sa poitrine.

- Tu m’as foutu la trouille. Qu’est-ce que tu fais ici ?

- Ça fait une heure que je t’appelle et comme je passai par ici en voiture, j’ai pensé faire un crochet pour voir si tu étais chez toi, sauf que tu ne répondais pas à la porte. J’ai cru qu’il t’était peut-être arrivé quelque chose. Tu es généralement debout à cette heure.

Ash lui lança un regard suspicieux avant de jurer et d’entrer en trombe dans sa chambre. Il fit le tour de la pièce des yeux avant de faire face à son ami avec un regard accusateur.

- Putain, je le savais !

Sloane le dévisagea.

- Tu savais quoi ?

- Que vous baisiez tous les deux.

- De quoi diable parles-tu ?

- Oh, nous allons jouer à ce jeu-là, c’est ça ?

Ash hocha la tête, portant ses mains à ses hanches. Cela ne présageait rien de bon.

- D’accord. Premièrement, à moins que tu t’entraînes pour le jour où la branlette deviendra un sport olympique, il n’y a aucune raison que tu sois à ce point hors d’haleine et que tu empestes le sexe. En plus, tu es encore au lit à cette heure de la matinée.

- J’avais mal à la tête, et j’ai pensé traîner un peu, répondit Sloane en haussant les épaules.

Ash haussa un sourcil.

- Il y a un paquet d’oursons en gélatine ouvert sur ta table de nuit.

- Maintenant, je ne peux plus manger de bonbons ?

Ouais, celle-là était un peu tirée par les cheveux, même pour lui, et ils le savaient tous les deux.

- Mm-mm.

Ash alla jusqu’au placard, et Sloane conserva son expression stoïque. Il était impossible que Dex se cache dans le placard. C’était trop évident. Ash ouvrit la porte, l’air blasé.

- Il y a un petit con à poil dans ton placard.

Dex regarda Ash avec des yeux écarquillés.

- Ce n’est pas ce que tu penses. J’ai laissé tomber des vêtements de rechange, ils ont roulé sous la porte fermée, et quand je suis entré pour les ramasser, mes fringues sont tombées. Histoire vraie, juré !

- Tu es un crétin, gronda Ash avant de se tourner à nouveau vers Sloane. Et tu es un connard. Comment as-tu pu garder ça pour toi ?

Il secoua la tête.

- Je le savais. Mon instinct me le disait, mais je l’ai ignoré parce que je me suis dit que mon meilleur ami aurait les couilles de se confier à moi.

Dex se leva lentement, ses mains jointes devant lui, et Ash tourna la tête vers le plafond.

- Enfile un pantalon, pour l’amour du ciel.

- Bonne idée.

Dex fonça vers le fauteuil où se trouvaient ses vêtements quand Sloane l’attrapa par le bras.

- Vraiment ? Tes vêtements sont tombés ? C’est la meilleure excuse qui t’est venue ?

Dex haussa une épaule avec impuissance.

- J’ai paniqué.

Son partenaire semblait sur le point de perdre les pédales. Sloane ne pouvait l’en blâmer. Il était lui-même assez inquiet à propos de tout ce foutoir. Ash interrompit ses pensées.

- Je jure que s’il ne met pas de vêtements sur ce cul maigrichon, je vais le…

- Nous avons baisé dans ta salle de bain pendant ma fête !

Sloane, bouche bée, se tourna vers Dex qui avait les deux mains appuyées sur sa bouche comme si, ce faisant, il pouvait miraculeusement reprendre ce qu’il venait juste de laisser échapper. Les mots d’Ash firent écho aux pensées de Sloane.

- Tu. Te. Fous. De. Moi ! Vous avez baisé dans ma salle de bain ?

Ash passa de sidéré à dégoûté en cinq secondes chrono.

- Oh mon Dieu. S’il te plaît, dis-moi que tu n’as pas giclé sur mes serviettes.

Dex leva une main devant lui.

- Je jure que nous n’avons pas giclé sur tes serviettes.

- Pourquoi devrais-je te croire ?

- Cela apaiserait-il ton esprit si je te disais que je l’avais fait dans la bouche de Sloane ?

Sloane et Ash grognèrent en même temps. Juste quand il pensait que sa journée ne pouvait être plus ridicule. Il aurait dû le savoir, vraiment.

- Non. Non, cela n’apaise pas mon esprit. Je vais faire des putains de cauchemars pour le reste de ma vie ! Je dois acheter des nouvelles serviettes. Passer tout ce putain d’endroit à la javel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Linkward 2016-08-20T17:23:59+02:00

Sloane jeta un œil au nouvel ajout sur le bureau de son partenaire avec des sentiments partagés. C’était une tasse à café. Mais, il s’agissait de Dex, donc ce n’était pas qu’une vieille tasse à café. Elle était ornée de la silhouette d’un homme qui sautait de joie sur fond d’une journée ensoleillée. Il lut à voix haute le texte noir sous l’homme heureux, sans l’excitation que le point d’exclamation suggérait.

— J’ai fait caca aujourd’hui.

Dex sourit sans cesser de pianoter sur l’interface de son bureau.

— Quelle coïncidence. Moi aussi.

— Je lisais ton mug, petit malin.

Il regretta immédiatement d’avoir ouvert la bouche. Cette conversation allait prendre un mauvais tournant. Il le savait.

— Donc tu n’as pas fait caca aujourd’hui ?

— Je ne vais pas discuter des mouvements de mon intestin avec toi.

Ouais. Un mauvais tournant.

Le sourire ne quitta jamais le visage de Dex dont l’attention ne dévia pas de son rapport.

— Tu ne penses pas que nous avons atteint cette étape dans notre relation ?

— Je ne vois pas de quelle étape il peut s’agir, mais je n’ai aucune intention de l’atteindre un jour.

Il y avait juste des fluides corporels avec lesquels il n’était pas à l’aise. Raison pour laquelle il était si inutile à proximité de bébés. Les bébés lui fichaient une trouille bleue. Ils étaient si minuscules et fragiles. C’est comme s’ils savaient qu’il était paniqué par eux parce qu’ils hurlaient toujours et pleurnichaient quand il le voyait ou qu’il était forcé d’en tenir un. Il fronça les sourcils à cette pensée.

Dex lui fit un bref signe de tête.

— Ne pas parler de caca. Compris.

Ils avaient toujours cette conversation ?

— Arrête de dire ce mot.

— Quel mot.

— Caca.

Ce devait être la conversation la plus étrange qu’il avait eue au bureau. Il n’était pas du tout surpris de la tenir avec Dex. Son partenaire ricana et s’adossa dans sa chaise, ses yeux pétillants de malice.

— Crétin.

Sloane se leva et attrapa son mug normal estampillé du logo du THIRDS.

— Je suis loin d’avoir avalé assez de caféine pour m’occuper de toi ce matin.

Afficher en entier

Sloane rit, emportant Dex hors de la chambre.

— Tu es sans espoir.

— Je suis aussi non remboursable.

— Il doit certainement y avoir une politique de retour.

— Oublie ça. Tu as largement dépassé la période requise des trente jours. Tu es coincé avec moi maintenant. Et avant que tu le demandes, je suis également non transférable et non échangeable. Si tu me donnes à un organisme de charité, il n’y a pas de déductions d’impôts parce que, techniquement, ce serait considéré comme du trafic d’êtres humains.

— Waouh. Je vois que tu as étudié toutes les possibilités.

— Un peu, oui ! Tu aurais dû faire plus attention à l’accord de petit ami Dexter J. Daley.

Sloane le lâcha sur le comptoir et avança entre ses jambes pour le prendre dans ses bras.

— Je ne me souviens pas d’un accord de petit ami.

— Tu dormais peut-être à ce moment-là, mais le sommeil durant la lecture de l’APADJD est couvert dans les petits caractères. Tant que tu as un pouls, tu es considéré comme bel et bien présent.

— Dûment noté.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Linkward 2016-08-20T17:23:09+02:00

— C’était tellement bon.

La douche de Dex n’aurait pu être meilleure que s’il avait eu la compagnie d’une certaine personne sexy. Sauf que cette personne était tout à coup devenue un adulte responsable et faisait la lessive. Sérieusement ? Qui choisissait la lessive à la douche coquine ? Ou tout au moins à une fellation. Non qu’ils aient besoin d’une douche pour l’un ou l’autre. Il s’était même accroché au mince espoir que Sloane le rejoindrait, mais il n’avait pas eu une telle chance. Dex enroula une serviette autour de sa taille et passa dans la chambre vide de Sloane. Où étaient ses vêtements ? Il alla jusque dans le couloir et appela depuis le haut de l’escalier.

— Sloane ?

— Ouais ?

— Sais-tu où sont mes vêtements ?

— Dans le sèche-linge. Je les ai lavés. Ils sentaient l’alcool et le sexe.

Et c’était une mauvaise chose ?

— D’accord. Ça t’ennuie si je t’emprunte un tee-shirt et un pantalon ?

— Pas de prob’. La commode. Deuxième tiroir. Le pantalon noir avec des bandes blanches sur les côtés et un cordon. Il devrait t’aller. Je pense qu’il y a un tee-shirt gris délavé du THIRDS quelque part là-dedans. Il est un peu serré pour moi, alors ça devrait convenir.

— Fantastique.

Dex alla jusqu’à la commode, trouva le pantalon, et l’enfila. Il dut le rouler à la taille pour ne pas s’emmêler les pieds dedans. Puis il chercha le tee-shirt que Sloane avait mentionné. Il le trouva, le tint devant lui, et ravala un grognement dégoûté.

— Serré ? C’est une putain de couverture. Connard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2016-08-17T19:10:47+02:00

« En ce moment même, Dex frappait des mains au rythme de quelque chose qui ressemblait étrangement à une chanson des années quatre-vingt, puis il se mit à chanter à propos d’amis qui ne dansaient pas et les laissaient derrière. Dex sourit d’un air entendu.

— Il m’a laissé en mettre une.

— Et c’est celle que tu as choisie ?

— Je pensais qu’elle était appropriée.

— C’est toujours non.

— Très bien, soupira Dex. Je suppose que je vais devoir danser avec Taylor.

Sloane ne put empêcher le grondement sourd qui lui échappa.

— Vraiment ? C’est le plan que tu veux jouer ?

— Je ne peux pas lui dire non tout le temps. En plus, cela me donnera une excuse pour lui mettre une droite s’il me touche encore le cul.

— Il t’a touché le cul ? Ce connard sournois.

Dex sourit malicieusement.

— Est-ce que quelqu’un t’a déjà dit à quel point ton visage de petit ami jaloux est mignon ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moridiin 2018-09-18T00:29:23+02:00

— Tu pensais que j’allais me défiler ?

Dex sentit ses joues s’enflammer.

— Pour être honnête ? Oui.

— Tu es si mignon.

— Je ne sais pas comment réagir quand tu dis des choses comme ça.

— Devrais-je prendre un visage sérieux quand je le dis ?

Sloane fronça les sourcils, prit un visage neutre et une voix bourrue.

— Tu es si mignon.

Dex éclata de rire.

— Et toi, tellement stupide.

— Dixit l’homme qui possède des baguettes Star Wars en forme de sabre laser.

— Les sushis ont meilleur goût quand tu utilises la Force.

— Tu ne fais que renforcer mes dires, renchérit Sloane avec un clin d’oeil.

— Est-ce que ça veut dire que tu ne veux pas de celles que j’ai commandées pour toi ?

Sloane plissa les yeux.

— Tu m’as commandé des baguettes sabre laser ?

— Ouais. Mais si c’est trop stupide pour toi…

Dex essaya très fort de ne pas rire devant l’expression méfiante de Sloane.

— Lesquelles ?

— J’ai celles de Luke, alors je t’ai commandé les Yoda.

Dex retint un sourire, observant Sloane qui réfléchissait avant qu’il hoche brièvement la tête.

— J’approuve.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moridiin 2018-09-18T00:27:59+02:00

— Merci.

— Pour quoi ?

Son partenaire semblait être de bonne humeur, considérant qu’il avait eu ses cheveux coupés, même si la nouvelle coupe sexy qu’il arborait envoyait de la même façon des fourmillements dans son corps. Il était également allé rendre visite à un homme qui ne figurait pas exactement sur sa liste de voeux de Noël.

— Juste parce que.

Sloane l’embrassa, et lorsqu’il s’écarta, le coeur de Dex fit une embardée devant son sourire timide. Il lui tendit un petit sac en papier blanc.

— Je t’ai acheté une surprise. Je sais que je le paierai plus tard, mais je voulais juste t’offrir une petite chose pour te remercier.

Dex prit le sac. Il pouvait à peine contenir son sourire.

— Tu m’as acheté quelque chose ?

Si seulement Sloane savait tout ce que ses petits gestes signifiaient pour lui. Quelle andouille il devenait !

— Je sais que j’aurais pu t’acheter des fleurs ou … je ne sais pas.

Sloane haussa les épaules, l’air gêné.

— Pour dire la vérité, je ne suis pas tout à fait sûr de ce qui fait un cadeau approprié pour un petit ami. Alors à la place, j’ai pensé à ce qui ferait un cadeau approprié pour Dex, et c’est ce que j’ai trouvé.

Dex ouvrit le sac et retint un petit cri.

— Ô doux petit Jésus !

— Est-ce que ça va ?

— Si ça va ?

Dex essuya une larme imaginaire au coin de son oeil avant de plonger sa main dans le sac et d’en retirer une pâtisserie aux couleurs de l’arc-en-ciel avec assez de sucre sur le dessus pour provoquer un coma.

— Tu m’as acheté un beignet Pierrafeu, murmura-t-il avec respect. Sais-tu combien il y a de sucre là-dedans ?

— Suffisamment pour me rendre diabétique rien qu’en le regardant.

— Je sais, répondit Dex avec émerveillement. Tu es si bon pour moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moridiin 2018-09-18T00:19:12+02:00

— Hé, te voilà sexy.

Dex était sérieusement en train de regretter d’avoir invité ce type.

— Mec, tu pues.

— Pourquoi est-ce que tu me rembarres toujours ?

Taylor fit glisser une main le long du bras de Dex.

— Les choses que je te ferais …

— Waouh. Comment puis-je ne pas baisser mon pantalon avec une telle répartie ?

Dex se déplaça pour contourner Taylor, seulement pour se voir à

nouveau bloquer le chemin.

— Sérieusement ? Laisse-moi reformuler mon rejet pour qu’il n’y ait pas de malentendu. Je ne veux pas avoir de relations sexuelles avec toi.

Il fit un geste vers Taylor en général.

— Je ne veux rien de tout … ça, déclarat-il en l’englobant d’un geste, s’approchant de près ou de loin de ceci, continua-t-il avec un geste vers lui-même. Non. Niet. Nein. Nahi. Ni. No.

— Tu es tellement adorable.

Taylor renifla avec condescendance et avança sur Dex, le prenant en coupe à travers son jean. Dex le repoussa avec force, le regardant, ébahi, tituber en arrière. Ce type était-il sérieux ? Pourquoi y avait-il toujours un connard dans chaque bureau qui se croyait irrésistible alors qu’il n’était vraiment qu’un crétin fini ? Taylor en était un et plus encore.

— Qu’est-ce qui te prend, mec ? Quelle partie de « ne t’approche pas de moi » n’as-tu pas comprise ?

— S’il te plaît. Je reconnais un allumeur quand j’en vois un.

— Quoi ?

Depuis quand ne pas être intéressé par quelqu’un faisait de celui-ci un allumeur ?

— Tu penses que je ne vois pas la façon dont tu flirtes au bureau ? se moqua Taylor. La façon dont tu flirtes avec Brodie ? Admets-le. Tu veux cette grosse queue dans ton petit cul serré, mais Brodie ne te la donnera pas. Il est trop occupé à jouer les héros. En plus, il a ce balai enfoncé en permanence dans son propre cul, ce qui doit être un enfer pour sa vie sexuelle.

— Reste loin de moi. Je suis sérieux.

Incroyable putain. Dex se retourna pour partir, mais Taylor lui saisit le bras.

— Je te préviens, Taylor. Je me fous que tu sois un chef d’équipe. Tu dépasses la ligne.

— Comment peux-tu savoir que tu n’aimeras pas si tu n’essaies pas ? Tu sais ce qu’on dit. Une fois que tu goûtes un Therian …

Sa main glissa dans le dos de Dex vers ses fesses.

Le dernier fil de patience de Dex craqua, et il frappa Taylor droit à la mâchoire, le son résonnant dans le couloir. Tous ceux qui attendaient en ligne pour utiliser les toilettes firent silence, leurs regards stupéfaits posés sur Dex et Taylor, qui était maintenant sur le cul.

— Tu l’as cherché, connard, gronda Dex avant de reculer d’un pas quand Taylor se remit debout.

Il vacilla un moment avant de retrouver ses repères. Son expression passa de la confusion à la colère. Pourquoi diable serait-il en colère d’abord ? Dex lui avait donné tout un tas d’avertissements.

— Dex ?

Sloane apparut à côté de lui, sa main posée sur son épaule.

— Que se passe-t-il donc ici ?

— Rien, cracha Taylor.

Sloane n’hésita pas.

— Conneries. Qu’est-ce que tu as fait ?

— Ton partenaire vient juste de frapper un chef d’équipe, et tu me demandes ce que j’ai fait ?

Taylor se frotta la mâchoire à l’endroit où Dex l’avait cogné.

— Je parie qu’il avait une bonne raison pour le faire.

Taylor resta bouche bée devant Sloane. S’était-il attendu à ce que celui-ci prenne son parti ? L’homme eut l’air de peser ses options. Il reconsidérait clairement son choix de s’en prendre à Dex parce qu’il sembla se dégonfler, sa lèvre inférieure avançant pathétiquement.

— Je ne faisais que lui parler.

Cela ne réussit qu’à énerver Dex. Il avait déjà entendu ces conneries avant, et ça n’allait pas se passer comme ça. Pas avec lui.

— Oh, va te faire foutre, Taylor. Je ne sais pas combien d’autres ont gardé leur bouche fermée, mais je ne vais pas laisser passer ça. Je n’aurais pas pu dire « non » plus clairement. Combien de fois t’ai-je dit te garder tes mains pour toi ?

— Sale fils de pute !

Sloane attrapa Taylor et le poussa contre le mur.

— Je t’ai prévenu de garder tes mains loin de mon équipe, non ?

— De ton équipe ou de ton partenaire ?

Taylor ricana et repoussa Sloane.

— C’est bon. Je peux saisir le sous-entendu.

Dex ouvrit la bouche, puis la referma. Dans quel but ? Il n’avait jamais rencontré personne qui l’épuisait comme Taylor.

— Peut-être que je vais me trouver un gentil petit guépard Therian qui sera moins casse-couilles. Du moins, qui ne me cassera pas les couilles. Les siennes en revanche, ce sera une autre histoire.

Le fait que Taylor puisse suggérer qu’il parlait de Cael aurait enragé Dex, mais quand une ombre attira son attention, il grinça des dents à la place. Il se sentit presque désolé pour le type. Presque.

— Maintenant, tu as fini de foutre la merde, doublement.

Ash se matérialisa derrière Taylor comme un spectre éthéré, sa main s’abattant sur la clavicule de l’agent plus petit avant de resserrer sa prise, ce qui eut pour effet de le faire siffler de douleur.

— Joins-toi à moi, dehors, pour une petite discussion, veux-tu ?

Merde. Ash était civilisé. Cela ne pouvait que signifier que Taylor avait de la chance de ne pas être jeté par-dessus le balcon.

Afficher en entier

Dex lui adressa ce grand sourire d’adolescent qui lui était propre, et Sloane ne put résister à l’envie d’embrasser à nouveau ces lèvres. Aussi bête que son partenaire puisse être, Sloane espérait qu’il ne changerait jamais. Ce n’était pas qu’il se sentait vieux, parce que ce n’était pas le cas et qu’il ne l’était pas, mais il était passé par beaucoup de choses dans sa vie. Côtoyer Dex le faisait se sentir plus léger, l’empêchait de se prendre trop au sérieux. Ils s’amusaient ensemble. Il n’avait jamais pensé que son amant puisse également être son ami le plus proche.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode