Livres
541 460
Membres
572 806

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Throne of Glass, Tome 6 : Tower of Dawn



Description ajoutée par Allie1905 2017-04-30T17:32:07+02:00

Résumé

In the next installment of the New York Times bestselling Throne of Glass series, follow Chaol on his sweeping journey to a distant empire.

Chaol Westfall has always defined himself by his unwavering loyalty, his strength, and his position as the Captain of the Guard. But all of that has changed since the glass castle shattered, since his men were slaughtered, since the King of Adarlan spared him from a killing blow, but left his body broken.

His only shot at recovery lies with the legendary healers of the Torre Cesme in Antica—the stronghold of the southern continent's mighty empire. And with war looming over Dorian and Aelin back home, their survival might lie with Chaol and Nesryn convincing its rulers to ally with them.

But what they discover in Antica will change them both—and be more vital to saving Erilea than they could have imagined.

Afficher en entier

Classement en biblio - 219 lecteurs

extrait

Partie 10

CHAPITRE

66

Nesryn était complètement épuisé. Je voulais dormir pendant une semaine. Un mois.

Mais elle s'est retrouvée en quelque sorte à marcher dans les couloirs, visant le minaret de Kadara. Seul.

Sartaq était allé voir son père, Hasar le rejoignant. Et même si ce n'était certainement pas gênant avec Chaol et Yrene… Nesryn leur a donné leur intimité. Il était au seuil de la mort après tout. Elle se faisait peu d'illusions sur ce qui allait probablement se passer dans cette suite.

Et qu'elle devrait trouver son propre logement.

Nesryn supposait qu'elle devrait trouver des logements pour quelques personnes ce soir de toute façon - à commencer par Borte, qui s'émerveillerait d'Antica et de la mer, alors même qu'ils pénétraient aussi vite que les vents pouvaient les porter. Et Falkan, qui viendrait effectivement avec eux, chevauchant comme une souris de champ dans la poche de Borte, Yeran n'en était pas trop content. Ou du moins, il semblait que la dernière fois qu'elle l'avait vu à l'aire Eridun, Sartaq chargeait les différentes mères du foyer et les capitaines de rallier leur rukhin et de voler pour Antica.

Nesryn atteignit la cage d'escalier menant au minaret lorsque le page la trouva. Le garçon était à bout de souffle mais réussit à s'incliner gracieusement en lui tendant une lettre.

C'était daté il y a deux semaines. Dans l'écriture de son oncle.

Ses doigts tremblèrent lorsqu'elle brisa le sceau.

Une minute plus tard, elle montait les escaliers du minaret.

Les gens ont crié de peur et de surprise lorsque le ruk brun rougeâtre a survolé les bâtiments et les maisons d'Antica.

Nesryn murmura à l'oiseau, le guidant vers le quartier Runni pendant qu'ils volaient sur une brise embrassée par le sel aussi vite que ses ailes pouvaient les porter.

Elle l'avait réclamé en quittant l'aire Eridun.

Il était allé droit dans les nids, où il avait toujours attendu un cavalier qui ne reviendrait jamais, et regardait profondément dans ses yeux dorés. Lui avait dit que son nom était Nesryn Faliq, et qu'elle était fille de Sayed et Cybele Faliq, et qu'elle serait son cavalière, s'il l'avait.

Elle se demanda si le ruk, dont le défunt cavalier l’avait appelé Salkhi, savait que la brûlure dans ses yeux ne provenait pas du vent rugissant alors qu’il inclinait la tête vers elle.

Elle l'avait ensuite piloté, Salkhi suivant Kadara à la tête de l'hôte pendant que le rukhin naviguait vers le nord. Couru à Antica.

Et maintenant, alors que Salkhi atterrissait dans la rue devant la maison de son oncle, certains vendeurs abandonnaient leurs charrettes dans la terreur, certains enfants abandonnant leurs jeux à la gueule, puis souriant - Nesryn lui tapota son ruk sur son large cou et mit pied à terre.

Les portes d'entrée de la maison de son oncle se sont ouvertes.

Et quand elle a vu son père se tenir là, tandis que sa sœur passait devant, ses enfants se déversant dans un troupeau hurlant…

Nesryn tomba à genoux et pleura.

Comment Sartaq l'a retrouvée deux heures plus tard, Nesryn ne savait pas. Même si elle supposait qu'un ruk assis dans la rue d'un quartier chic d'Antica allait sûrement faire sensation. Et soyez facile à repérer.

Elle avait pleuré et ri et tenu sa famille pendant des minutes indicibles, en plein milieu de la rue, Salkhi regardant.

Et quand son oncle et sa tante les avaient appelés pour au moins pleurer autour d'une bonne tasse de thé, sa famille lui avait parlé de leurs aventures. Les mers sauvages qu'ils avaient naviguées, les ennemis que leur navire avait esquivés lors de leur voyage ici. Mais ils avaient réussi - et ils resteraient là pendant que la guerre faisait rage, a dit son père, aux hochements de tête de son oncle et de sa tante.

Quand elle sortit enfin des portes de la maison, son père réclamant l'honneur d'escorter Nesryn à Salkhi - après avoir chassé sa sœur pour aller gérer ce cirque d'enfants - Nesryn s'était arrêtée si rapidement que son père l'avait presque claqué en elle.

Parce que debout à côté de Salkhi était Sartaq, un demi-sourire sur le visage. Et de l'autre côté de Salkhi… Kadara attendit patiemment, les deux ruks une paire fière en effet.

Les yeux de son père s'écarquillèrent, comme s'il reconnaissait le ruk devant le prince.

Mais son père s'est incliné. Profondément.

Nesryn avait raconté à sa famille - avec des détails modérés - ce qui lui était arrivé parmi les rukhin. Sa sœur et sa tante lui avaient lancé un regard noir lorsque les divers enfants ont commencé à déclarer qu'ils seraient eux aussi des cavaliers. Et puis a décollé à travers la maison, hurlant et battant des bras, sautant des meubles avec un abandon sauvage.

Elle s'attendait à ce que Sartaq attende d'être approchée, mais le prince repéra son père et s'avança à grands pas. Puis il tendit la main et lui serra la main. "J'ai entendu dire que la famille du capitaine Faliq était enfin arrivée en toute sécurité", a déclaré Sartaq en guise de salutation. "Je pensais que je viendrais vous accueillir moi-même."

Quelque chose enflait dans sa poitrine au point d'être douloureux alors que Sartaq inclinait la tête vers son père.

Sayed Faliq avait l'air de se sentir bien mort, soit par le geste du respect, soit par la simple présence de Kadara derrière eux. En effet, plusieurs petites têtes sautaient maintenant derrière ses jambes, scrutant le prince, puis les ruks, puis ...

"KADARA!"

Le plus jeune enfant de sa tante et de son oncle - pas plus de quatre - a crié le nom du ruk assez fort pour que quiconque dans la ville qui ne savait pas que l'oiseau se trouvait dans cette rue soit maintenant parfaitement au courant.

Sartaq rit tandis que les enfants passaient devant le père de Nesryn, courant pour l'oiseau d'or.

Sa sœur était sur leurs talons, avertissant jaillissant de ses lèvres -

Jusqu'à ce que Kadara se couche sur le sol, Salkhi lui emboîte le pas. Les enfants s'arrêtèrent, une révérence les survolant alors qu'ils tendaient la main vers les deux ruks et les caressaient doucement.

La sœur de Nesryn soupira de soulagement. Ils ont alors réalisé qui se tenait devant Nesryn et leur père.

Delara est devenue rouge. Elle tapota sa robe, comme sien quelque sorte couvrir les taches de nourriture fraîche avec l'aimable autorisation de son plus jeune. Puis elle a lentement reculé dans la maison, s'inclinant en allant.

Sartaq a ri en disparaissant, mais pas avant que Delara ait lancé à Nesryn un regard vif qui disait: Oh, tu es tellement frappé que ce n'est même pas une question de rire.

Nesryn a donné à sa sœur un geste vulgaire derrière son dos que leur père a choisi de ne pas voir.

Son père disait à Sartaq: «Je m'excuse si mes petits-enfants, nièces et neveux prennent des libertés avec votre ruk, Prince.»

Mais Sartaq sourit largement - un sourire plus brillant que tout ce qu'elle avait vu auparavant. "Kadara prétend être une monture noble, mais elle est plus une mère poule qu'autre chose."

Kadara gonfla ses plumes, gagnant des cris de joie des enfants.

Le père de Nesryn lui a serré l'épaule avant de dire au prince: "Je pense que je vais les empêcher d'essayer de s'envoler."

Et puis ils étaient seuls. Dans la rue. Devant la maison de son oncle. Antica les regarde maintenant.

Sartaq ne semblait pas s'en rendre compte. Certainement pas comme il a dit: "Marcher avec moi?"

Avalant, avec un regard en arrière vers l'endroit où son père surveillait maintenant le troupeau d'enfants tentant de grimper sur Salkhi et Kadara, Nesryn hocha la tête.

Ils se dirigèrent vers la ruelle calme et propre derrière la maison de son oncle, marchant en silence pendant quelques pas. Jusqu'à ce que Sartaq dise: «J'ai parlé à mon père.»

Et elle se demanda alors si cette réunion ne devait pas être bonne. Si l'armée qu'ils avaient amenée devait être renvoyée dans ses rangs. Ou si le prince, la vie qu'elle voyait dans ces belles montagnes… si peut-être la réalité de cela aussi les avait trouvés.

Car c'était un prince. Et pour tout ce qu'elle aimait sa famille, pour tout ce qui la rendait si fière, il n'y avait pas une noble goutte de sang dans leur lignée. Son père, serrant la main de Sartaq, était le plus proche que Faliq était jamais venu à la royauté.

Nesryn a réussi à dire: "Oh?"

"Nous ... avons discuté de choses."

Sa poitrine a coulé aux mots prudents. "Je vois."

Sartaq s'arrêta, l'allée de sable bourdonnant avec les abeilles bourdonnantes dans le jasmin qui grimpait sur les murs des cours adjacentes. Celui derrière eux: l'arrière, cour privée appartenant à sa famille. Elle souhaitait pouvoir glisser par-dessus le mur et se cacher à l'intérieur. Plutôt que d'entendre ça.Mais Nesryn s'est fait rencontrer les yeux du prince. Je l'ai vu balayer son visage.

"Je lui ai dit", a finalement dit Sartaq, "que j'avais l'intention de diriger les rukhin contre Erawan, avec ou sans son consentement."

Pire. C'était de pire en pire. Elle souhaitait que son visage ne soit pas si illisible.

Sartaq prit une inspiration. "Il m'a demandé pourquoi."

«J'espère que vous lui avez dit que le sort du monde pourrait en dépendre.»

Sartaq gloussa. "J'ai fait. Mais je lui ai aussi dit que la femme que j'aime envisage maintenant de partir en guerre. Et j'ai l'intention de la suivre. »

Elle n'a pas laissé les mots pénétrer. Elle ne s'est laissée croire à rien, jusqu'à ce qu'il ait fini.

Le monde qu'il a posé à ses pieds.

Elle en tremblait. Ce qu'il a donné si librement. Pas l'empire et la couronne, mais… la vie. Son cœur.

Nesryn se demanda s'il savait que son cœur était le sien depuis la toute première balade au sommet de Kadara.

Sartaq sourit comme pour dire oui, il l'avait fait.

Elle enroula donc ses bras autour de son cou et l'embrassa.

Ce baiser était timide, doux et plein d'émerveillement. Il avait le goût du vent, comme une source de montagne. Il avait le goût de la maison.

Nesryn serra son visage dans ses mains alors qu'elle recula. «À la guerre, Sartaq», souffla-t-elle, mémorisant chaque ligne de son visage. "Et puis nous verrons ce qui vient après."

Sartaq lui fit un sourire entendu et arrogant. Comme s'il avait entièrement décidé de ce qui allait suivre et rien de ce qu'elle pouvait dire ne le convaincrait jamais du contraire.

Et de la cour à un mur de distance, sa sœur a crié, assez fort pour que tout le quartier entende: «Je te l'ai dit, Père!»

CHAPITRE

67

Deux semaines plus tard, il était à peine aube quand Yrene se retrouva sur le pont d'un navire fin et massif et regarda le soleil se lever sur Antica pour la dernière fois.

Le navire était en effervescence, mais elle se tenait près du rail et comptait les minarets du palais. Jetez un œil sur chaque quartier brillant, la ville remuant sous la nouvelle lumière.

Les vents d'automne fouettaient déjà les mers, le navire se balançant et vacillant sous elle.

Accueil. Ils devaient rentrer chez eux aujourd'hui.

Elle n'avait pas fait beaucoup d'adieux, n'en avait pas eu besoin. Mais Kashin l'avait toujours trouvée, juste au moment où elle montait sur les quais. Chaol avait donné un signe de tête au prince avant de conduire sa jument sur le navire.

Pendant un long moment, Kashin avait regardé le navire - les autres s'étaient rassemblés dans le port. Puis il avait dit doucement: "Je souhaite que je ne vous ai jamais dit un mot dans les steppes cette nuit-là."

Yrene a commencé à secouer la tête, ne sachant pas quoimême dire.

"J'ai manqué de vous avoir - comme mon ami", a poursuivi Kashin. "Je n'en ai pas beaucoup."

«Je sais», réussit-elle à sortir. Et puis a ajouté: "J'ai manqué de vous avoir comme ami aussi."

Car elle l'avait fait. Et ce qu'il était maintenant prêt à faire pour elle, son peuple…

Elle a pris la main de Kashin. Le serra. Il y avait encore de la douleur dans ses yeux, tendant son beau visage, mais… compréhension. Et une lueur claire et intrépide en voyant l'horizon nord.

Le prince lui serra la main en retour. "Merci encore - pour Duva." Un petit sourire vers ce ciel du nord. «Nous nous reverrons, Yrene Towers. J'en suis certain."

Elle lui sourit, au-delà des mots. Mais Kashin fit un clin d'œil, retirant sa main de la sienne. «Mon sulde souffle toujours vers le nord. Qui sait ce que je peux trouver sur la route à venir? Surtout maintenant que Sartaq a le fardeau d'être l'héritier, et je suis libre de faire ce que je veux. "

La ville avait été en ébullition à ce sujet. Célébrer, débattre - ça faisait toujours rage. Ce que les autres frères et sœurs royaux pensaient, Yrene ne le savait pas, mais… il y avait de la paix dans les yeux de Kashin. Et aux yeux des autres, quand Yrene les avait vus. Et une partie d'elle se demandait en effet si Sartaq avait conclu un accord tacite qui allait au-delà de Never Duva. Peut-être même jamais à nous.

Yrene avait de nouveau souri au prince - à son amie. "Merci, pour toute votre gentillesse."

Kashin s'était seulement incliné devant elle et s'était enfui dans la lumière grise.

Et depuis une heure, Yrene était resté sur le pont de ce navire, observant silencieusement la ville qui s'éveillait derrière lui, tandis que les autres préparaient les choses autour et en dessous.

Pendant de longues minutes, elle respirait la mer et les épices et les sons d'Antica sous le soleil levant. Les enfonça profondément dans ses poumons, les laissant s'installer. Que ses yeux boivent leur remplissage des pierres de couleur crème de la Torre Cesme s'élevant au-dessus de tout.

Même au petit matin, la tour était une balise, une lance saillante d'espoir et de calme.

Elle se demanda si elle le reverrait jamais. Pour ce qui les attendait…

Yrene posa ses mains sur le rail tandis qu'une autre rafale de vent secouait le navire. Un vent de l'intérieur, comme si les trente-six dieux d'Antica soufflaient un souffle collectif pour les renvoyer chez eux.

De l'autre côté de la mer étroite - et à la guerre.

Le navire a enfin commencé à bouger, le monde est une véritable émeute l'action et la couleur et le son, mais Yrene est resté au rail. Regarder la ville devenir de plus en plus petite.

Et même lorsque la côte n'était guère plus qu'une ombre, Yrene aurait juré qu'elle voyait toujours la Torre se tenir au-dessus d'elle, brillante de blanc au soleil, comme s'il s'agissait d'un bras levé en guise d'adieu.

CHAPITRE

68

Chaol Westfall n'a pris aucune de ses mesures pour acquis. Même ceux qui l'avaient envoyé se précipiter dans un seau pour jeter le contenu de son estomac pendant les premiers jours en mer.

Mais l'un des avantages de voyager avec un guérisseur était que Yrene apaisait facilement son estomac. Et après deux semaines en mer, esquivant de violentes tempêtes que le capitaine appelait seulement Ship-Wreckers… son estomac lui avait finalement pardonné.

Il trouva Yrene à la balustrade de la proue, regardant vers la terre. Ou où serait la terre, s'ils osaient naviguer assez près. Ils se tenaient loin alors qu'ils longeaient la côte de leur continent, et de sa rencontre avec le capitaine quelques instants auparavant, ils étaient quelque part près du nord d'Eyllwe. Près de la frontière de Fenharrow.

Aucun signe d'Aelin ou de son armada, mais c'était à prévoir, compte tenu du temps qu'ils avaient été retardés à Antica avant de partir.

Mais Chaol a poussé cela de son esprit alors qu'il glissait son les bras autour de la taille de Yrene et déposa un baiser sur le creux de son cou.

Elle n'a même pas gelé au toucher par derrière. Comme si elle avait appris la cadence de ses pas. Comme si elle ne tenait aucun d'eux pour acquis non plus.

Yrene se pencha en arrière contre lui, son corps se desserrant avec un soupir tandis qu'elle posait ses mains sur le sien reposant sur son ventre.

Il avait fallu une journée entière après la guérison de Duva avant qu'il ne soit capable de marcher avec la canne, quoique de manière rigide et inégale. Comme cela avait été le cas lors de ces premiers jours de récupération: son dos était tendu au point de lui faire mal, chaque pas nécessitant toute son attention. Mais il avait serré les dents, Yrene murmurant des encouragements quand il devait comprendre divers mouvements. Un jour après cela, la plupart de la boiterie s'était relâchée, bien qu'il ait gardé la canne; et un jour plus tard, il avait marché avec un minimum d'inconfort.

Mais même maintenant, après ces deux semaines en mer avec peu de choses pour que Yrene guérisse au-delà des estomacs nauséabonds et des coups de soleil, Chaol a gardé la canne dans leur cabine, la chaise stockée sous les ponts, pour quand ils en avaient besoin.

Il regarda par-dessus l'épaule de Yrene, jusqu'à leurs doigts entrelacés. Aux anneaux jumeaux ornant maintenant leurs deux mains.

"Regarder l'horizon ne nous y mènera pas plus vite", murmura-t-il sur son cou.

"Ni taquiner votre femme à ce sujet."

Chaol sourit contre sa peau. "Comment pourrais-je m'amuser pendant les longues heures que de te taquiner, Lady Westfall?"

Yrene renifla, comme elle le faisait toujours au titre. Mais Chaol n'avait jamais rien entendu de plus beau, à part les vœux qu'ils avaient prononcés dans le temple de Silba à la Torre il y a deux semaines et demie. La cérémonie avait été petite, mais Hasar avait insisté pour qu’un festin par la suite fasse honte à tous ceux qu’ils avaient eu au palais. La princesse avait peut-être beaucoup de choses, mais elle savait certainement comment organiser une fête.

Et comment mener une armada.

Les dieux l'aident quand Hasar et Aedion se sont rencontrés.

"Pour quelqu'un qui déteste être appelé Lord Westfall", songea Yrene, "vous semblez certainement aimer utiliser le titre pour moi."

"Vous êtes adapté à cela", a-t-il dit en l'embrassant à nouveau dans le cou.

"Oui, tellement adapté à cela qu'Eretia ne cessera de me moquer de sa révérence et de sa révérence."

"Eretia est quelqu'un que j'aurais pu laisser avec plaisir à Antica."

Yrene gloussa, mais lui pinça le poignet, sortant son étreinte. "Vous serez heureux pour elle quand nous arriverons à terre."

"Je l'espère certainement."

Yrene le pinça à nouveau, mais Chaol attrapa sa main et pressa un baiser sur ses doigts.

Femme - sa femme. Il n'avait jamais vu le chemin à parcourir aussi clairement qu'il l'avait fait cet après-midi il y a trois semaines, quand il l'avait aperçue assise dans le jardin et juste… savait. Il savait ce qu'il voulait, alors il était allé à sa chaise, s'était agenouillé devant elle et avait simplement demandé.

Veux-tu m'épouser, Yrene? Veux-tu être ma femme?

Elle avait passé ses bras autour de son cou, les frappant tous les deux dans la fontaine. Là où ils étaient restés, au grand dam du poisson, ils s'embrassèrent jusqu'à ce qu'un domestique tousse ostensiblement en passant.

Et en la regardant maintenant, l'air de la mer frisait les vrilles de ses cheveux, faisant ressortir ces taches de rousseur sur son nez et ses joues… Chaol sourit.

Le sourire de Yrene était plus brillant que le soleil sur la mer qui les entourait.

Il avait apporté ce foutu canapé en or avec eux, des coussins déchiquetés et tout. Cela ne lui avait pas valu de commentaires de la part de Hasar lors de son transport dans la soute, mais il s'en fichait. S'ils survivaient à cette guerre, il construirait une maison pour Yrene autour de ce fichu truc. Avec une écurie pour Farasha, terrorisant actuellement les pauvres soldats chargés de nettoyer sa stalle à bord du navire.

Un cadeau de mariage d'Hasar, accompagné du propre cheval Muniqi d'Yrene.

Il avait presque dit à la princesse qu'elle pouvait garder Hellas’s Horse, mais il y avait quelque chose à dire à propos de la possibilité de charger des fantassins de Morath au sommet d'un cheval nommé Butterfly.

Toujours appuyé contre lui, Yrene enroula une main autour du médaillon qu'elle n'avait jamais enlevé, sauf pour se baigner. Il se demanda s'il pouvait le faire changer pour refléter ses nouvelles initiales.

Ce ne sont plus des tours Yrene, mais Yrene Westfall.

Elle sourit au médaillon, l'argent presque aveuglant sous le soleil de midi. "Je suppose que je n'ai plus besoin de ma petite note."

"Pourquoi?"

«Parce que je ne suis pas seule», a-t-elle dit en passant ses doigts sur le métal. "Et parce que j'ai trouvé mon courage."

Il l'embrassa sur la joue, mais ne dit rien alors qu'elle ouvrait le médaillon et retirait soigneusement la ferraille dorée. Le vent a essayé de l'arracher de ses doigts, mais Yrene a tenu fermement, dépliant le fragment mince.

Elle a scanné le texte qu'elle avait lu mille fois. "JE me demande si elle reviendra pour cette guerre. Qui qu'elle était. Elle parlait de l'empire comme… »Yrene secoua la tête, plus pour elle-même, et la replia à nouveau. "Peut-être qu'elle rentrera à la maison pour se battre, d'où qu'elle aille." Elle lui a offert le morceau de papier et s'est détournée vers la mer.

Chaol a pris la ferraille de Yrene, le papier doux comme du velours de ses innombrables lectures et pliages et comment elle l'avait tenu dans sa poche, l'a saisi, toutes ces années.

Il déplia la note et lut les mots qu'il savait déjà être à l'intérieur:

Pour partout où vous devez aller - et puis certains. Le monde a besoin de plus de guérisseurs.

Les vagues se sont calmées. Le navire lui-même semblait s'arrêter.

Chaol jeta un œil à Yrene, souriant sereinement à la mer, puis à la note.

Pour l'écriture qu'il connaissait aussi bien que la sienne.

Yrene resta immobile aux larmes qu'il ne pouvait s'empêcher de glisser le long de son visage.

"Qu'est-ce qui ne va pas?"

Elle aurait alors eu seize ans, presque dix-sept ans. Et si elle avait été en Innish…

Il aurait été en route pour le désert rouge, pour s'entraîner avec les assassins silencieux. Les contusions qu'Yrene avait décrites… Les coups reçus par Arobynn Hamel lui avaient infligé une punition pour avoir libéré les esclaves de Rolfe et détruit Skull’s Bay.

"Chaol?"

Pour partout où vous devez aller - et puis certains. Le monde a besoin de plus de guérisseurs.

Là, dans son écriture…

Chaol leva enfin les yeux, clignant des larmes en scannant le visage de sa femme. Chaque belle ligne, ces yeux dorés.

Un cadeau.

Un cadeau d'une reine qui avait vu une autre femme en enfer et avait pensé à lui tendre la main. Sans y penser, jamais retourné. Un moment de gentillesse, un remorqueur sur un fil…

Et même Aelin ne pouvait pas savoir qu'en sauvant une barmaid de ces mercenaires, en lui apprenant à se défendre, en lui donnant cet or et cette note…

Même Aelin ne pouvait pas savoir ou rêver ou deviner comment ce moment de gentillesse serait répondu.

Pas seulement par un guérisseur béni par Silba elle-même, capable d'essuyer le Valg.

Mais par les trois cents guérisseurs qui étaient venus avecsa.

Les trois cents guérisseurs de la Torre, maintenant répartis sur les mille navires du khagan lui-même.

Une faveur, Yrene avait demandé à l'homme en échange d'avoir sauvé sa fille bien-aimée.

N'importe quoi, avait promis le khagan.

Yrene s'était agenouillé devant le khagan. Sauvez mon peuple.

C'est tout ce qu'elle a demandé. Tout ce qu'elle avait supplié.

Sauvez mon peuple.

Le khagan avait donc répondu.

Avec mille navires de l'armada de Hasar, et le sien. Rempli de fantassins de Kashin et de cavalerie Darghan.

Et au-dessus d'eux, enjambant l'horizon loin derrière le vaisseau amiral sur lequel Chaol et Yrene naviguaient maintenant… Au-dessus d'eux volaient mille rukhin dirigés par Sartaq et Nesryn, de chaque aire et foyer.

Une armée pour défier Morath, avec d'autres à venir, se ralliant toujours à Antica sous le commandement de Kashin. Deux semaines, Chaol avait donné le khagan et le kashin, mais avec les tempêtes d'automne, il n'avait pas voulu risquer d'attendre plus longtemps. Donc, cet hôte initial ... Seulement la moitié. Seulement la moitié, et pourtant l'ampleur de ce qui naviguait et volait derrière lui…

Chaol a plié le billet le long de ses lignes bien usées et l'a soigneusement replacé dans le médaillon d'Yrene.

"Gardez-le un peu plus longtemps", dit-il doucement. "Je pense qu'il y a quelqu'un qui voudra voir ça."

Les yeux de Yrene se remplirent de surprise et de curiosité, mais elle ne demanda rien alors que Chaol glissa de nouveau ses bras autour d'elle et la serra fermement.

Chaque étape, tout cela, avait mené ici.

De ce donjon dans les montagnes enneigées où un homme au visage aussi dur que la roche qui les entourait l'avait jeté dans le froid; à cette mine de sel à Endovier, où un assassin aux yeux comme une traînée de poudre lui avait souri, sans interruption malgré une année en enfer.

Un assassin qui avait trouvé sa femme, ou ils s'étaient trouvés, deux femmes bénies par les dieux errant dans les ruines ombragées du monde. Et qui en détenait désormais le sort.

Chaque étape. Chaque courbe dans l'obscurité. Chaque instant de désespoir, de rage et de douleur.

Cela l'avait conduit précisément là où il devait être.

Où il voulait être.

Un moment de gentillesse. D'une jeune femme qui a mis fin à ses jours à une jeune femme qui les a sauvés.

Ce morceau de noirceur ratatiné en lui rétrécitplus loin. Shrank et fracturé en rien, mais la poussière qui a été emportée par le vent marin. Passé les mille navires naviguant fiers et inflexibles derrière lui. Devant les guérisseurs éparpillés parmi les soldats et les chevaux, Hafiza les conduisait, tous venus quand Yrene leur avait également demandé de sauver son peuple. Passé les ruks planant à travers les nuages, recherchant les menaces à venir.

Yrene le regardait avec méfiance. Il l'a embrassée une fois - deux fois.

Il n'a pas regretté. Il n'a pas regardé en arrière.

Pas avec Yrene dans ses bras, à ses côtés. Pas avec la note qu'elle portait, ce morceau de preuve… ce morceau de preuve qu'il était exactement là où il était censé être. Qu'il y avait toujours été dirigé. Ici.

"Vais-je jamais entendre une explication de cette réaction dramatique," dit enfin Yrene, en cliquant sur sa langue, "ou vas-tu juste m'embrasser pour le reste de la journée?"

Chaol éclata de rire. "C'est une longue histoire." Il passa un bras autour de sa taille et regarda vers l'horizon avec elle. "Et vous voudrez peut-être vous asseoir d'abord."

"Ce sont mes types préférés", a-t-elle dit en faisant un clin d'œil.

Chaol rit de nouveau, sentant le son dans chaque partie de lui, le laissant sonner clair et brillant comme une cloche. Un dernier coup joyeux avant que la tempête de la guerre n'éclate.

"Allez," dit-il à Yrene, faisant un signe de tête aux soldats travaillant aux côtés des hommes de Hasar pour que les navires naviguent rapidement vers le nord - pour se battre et faire couler le sang. "Je vous le dirai pendant le déjeuner."

Yrene se leva sur ses orteils pour l'embrasser avant qu'il ne les conduise vers leur cabine spacieuse. "Votre histoire vaut mieux la peine", a-t-elle dit avec un sourire ironique.

Chaol sourit en retour à sa femme, à la lumière qu'il avait inconsciemment marché vers toute sa vie, même quand il n'avait pas pu le voir.

"Ça l'est," dit-il doucement à Yrene. "C'est."

Coeur de feu

Ils l'avaient enterrée dans l'obscurité et le fer.

Elle dormait, car ils l'avaient forcée à - avait ondulé, de la fumée douce à travers les trous d'air astucieusement cachés dans la dalle de fer au-dessus. Environ. Sous.

Un cercueil construit par une ancienne reine pour piéger le soleil à l'intérieur.

Drapée de fer, enfermée dedans, elle dormait. Rêvé.

A dérivé à travers les mers, à travers l'obscurité, à travers le feu. Une princesse de rien. Sans nom.

La princesse a chanté à l'obscurité, à la flamme. Et ils ont chanté.

Il n'y avait ni début, ni fin, ni milieu. Seuls le chant, la mer et le sarcophage de fer qui était devenu son tonnelle.

Jusqu'à ce qu'ils soient partis.

Jusqu'à ce qu'une lumière aveuglante inonde l'obscurité assoupie et chaude. Jusqu'à ce que le vent souffle, frais et parfumé de pluie.

Elle ne pouvait pas le sentir sur son visage. Pas avec le masque mortuaire toujours enchaîné.

Ses yeux se sont ouverts. La lumière a tout brûlé

forme et couleur après si longtemps dans les faibles profondeurs.

Mais un visage apparut devant elle - au-dessus d'elle. Regardant par-dessus le couvercle qui avait été tiré de côté.

Cheveux foncés et fluides. Peau clair de lune. Des lèvres rouges comme du sang.

La bouche de l'ancienne reine se sépara en un sourire.

Des dents aussi blanches que l'os.

"Tu es réveillé. Bien."

Charmante et froide, c'était une voix qui pouvait dévorer les étoiles.

De quelque part, de la lumière aveuglante, des mains rugueuses et mouchetées pénétraient le cercueil. Saisit les chaînes qui la liaient. Le chasseur de la reine; la lame de la reine.

Il hissa la princesse debout, son corps une chose distante et douloureuse. Elle ne voulait pas retomber dans ce corps. Se débattant contre elle, s'accrochant à la flamme et à l'obscurité qui s'éloignait désormais d'elle comme une marée matinale.

Mais le chasseur la rapprocha de ce beau et cruel visage qui l'observait avec le sourire d'une araignée.

Et il la tint immobile alors que cette ancienne reine ronronnait, "Commençons."

Finifinifinifinifinifinifinifinifinifinifinifinifinifinifini

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Pas apprécié

Je n’ai pas réussi à lire ce livre en entier, alors j’ai lu un résumé à la place. Je me suis sentie frustrée de cette coupure après la fin du tome Empire of Storms qui amène beaucoup de questions pour la suite de l’intrigue. On a envie de savoir ce qu’il s’est passé mais on a ce livre qui coupe la suite de l’histoire.

J’ai toujours eu de la peine avec le personnage de Chaol, donc j’ai eu moins envie de me plonger dans ce livre. Toutefois, j’ai l’impression que les personnages décrient et le monde qui est dépeint comme Antica en aurait valu la peine, mais ça tombait au mauvais moment à mon avis.

Elle aurait du intégrer ce pans de l’histoire avec les autres personnages ou en faire un hors série, mais un livre entier me semblait vraiment trop long.

Afficher en entier
Diamant

Reread review

Honestly, I love this book because SJM can never disappoint me at this point. But I have to say that it feels more like a spin off or a bonus book rather than a real sixth book.

That being said, there are important information that is introduced in this book (closer to the end of it) for Kingdom of Ash. But if I remember correctly, the things we learned in Tower of Dawn are actually well explained in KoA.

Overall, this book is really about Chaol and his character development - in my opinion - and for that, I appreciate it a lot. As I said in my previous reviews, this reread made me realize how Chaol was not really the best in terms of the way he thought and how he reacted to things. But Tower of Dawn felt like a redemption arc for him, and he got to face his fears, but also all he has done in the past. And as a reader, this felt necessary for his character and so well done. SJM’s characters are never given things freely, they have to work for it and it makes it feel real in my opinion.

I could the say the same of Nesryn, but I loved her already and I love her story even more in Tower of Dawn.

I also love how SJM manages to often link everything together in a subtle, and satisfying way. I can't wait to reread KoA!

Afficher en entier

Bonjour, ces tomes seront ils traduits en Français? Je vous remercie pour vos réponses car je désespère de les voir un jour en vf

Afficher en entier
Or

Aller voir Mali2020 a traduit tout le livre texter la pour l’avoir

Afficher en entier
Diamant

Salut c’est Mali2020

J’ai traduit les tomes 4-5-6-7 je suis en train de poster le tome 6 si vous le voulez je peux aussi fair la série un palais à partir du 3

Sur se bonne journée

Afficher en entier
Or

Ce livre a été une très bonne surprise ! Je partais avec une montagne d'a prioris que SJM a démolie tout au long du livre. Dans le tome précédent, je détestais ce qu'étais devenu Chaol et troyvait Nesryn fade. Je n'aimais pas Yrene non plus au début du roman car je la trouvait très fermé d'esprut. Tous ont tellement bien évolué que maintenant j'adore suivre leurs péripéties et les voir évoluer. Je redoutais vraiment ce tome et au final il s'est avéré être à la hauteur de ses prédécesseurs !

Ont ne suit absolument pas Aelinet les autres car cette histoire se passe au même moment que le tome d'avant.

Chaol et Yrene se complètent parfaitement. J'adore Sartaq, j'aurais adoré avoir plus de passages avec lui, même si vers la fin il apparît beaucoup plus souvent. J'espère pouvoir plus le suivre lui et Nesryn dans le dernier tome.

L'écriture est toujours aussi bonne, propre à SJM. Je suis impatiente de connaître la suite !

Afficher en entier

Je vais sûrement être détestée pour avoir dit ça mais… je n’ai pas beaucoup aimé.

Objectivement, le scénario était excellent. Vraiment. J’ai adoré les personnages d’Yrene et Hasar mais…

J’ai jamais pu blairer Chaol, en fait. Et Nesryn a une forte tendance à m’énerver. Ce qui a rendu certains chapitres longs… très longs.

J’ai aimé l’histoire en elle-même comme je l´ai dit plus haut, qui est à la hauteur de tous les autres livres de Sarah J. Maas.

Mais il faut se dire que je sortais de Empire of Storms carrément TRAUMATISÉE et que j’étais vraiment sous le choc. Donc passer de la fin de EoS à un personnage que je déteste particulièrement qui fait sa petite route et a une jolie histoire d’amour avec une guérisseuse (même si c’est un résumé très caricatural, bien sûr) ben… ça coince quoi.

En lisant Throne of Glass, je me suis particulièrement attachée à Aelin, Elide, Dorian, Rowan, Lysandra, Aedion ou Manon (même Lorcan, même si c’est pas un gars très très sympa parfois). Et c’est pour ça que je n’ai pas vraiment aimé ToD : déjà où es-tu Aelin ? (Mauvaise question, je sais)

Je sais que beaucoup de gens aiment Chaol, mais la seule raison pour laquelle je n’ai pas abandonné Tower Of Dawn, c’est Yrene.

En fait, je pense que si j’avais lu ce livre avant le tome cinq, il serait mieux passé. C’est juste que tomber sur un truc pareil alors que je voulais connaître le sort d’Aelin et de tous les autres… ben ça m’a un peu refroidie quoi.

Ce qui ne m’a empêchée de terminer la saga.

Voilà, de mon point de vue, je conseille de d’abord lire le Six puis le cinq, puisqu’ils se passent chronologiquement en même temps (par contre, il vaut mieux éviter le dernier chapitre)

Voilà. Faudrait que j’apprenne à faire des commentaires construits, la prochaine fois.

Afficher en entier
Diamant

Certainement mon tome favori de la série (je n'ai encore pas lu le dernier), Chaol ayant pourtant pas mal dégringolé dans mon estime dans les tomes précédents.

Je retire tout ce que j'ai pu penser de ce tome avant de l'avoir ouvert, croyant qu'il allait me décevoir, QUE NENNI.

Ce livre qu'est ce que c'est ? Un condensé de découverte dans un univers que j'adorais déjà. Chaque personnage m'a plu, bon ou mauvais. Chaque petit bout d'histoire et de culture est un plaisir à découvrir. Chaque événement distillé entre chaque personnage a un rythme qui vous empêche de reposer le livre, ou du moins vous empêche de ne pas continuer à y penser lorsque vous le faites.

Yrene est adorable, attachante, fière et forte. Son travail est magnifique, et sa personnalité m'a conquise. La relation qu'elle a avec ce continent, avec ses pairs, l'assurance, la bonté... voilà ce qui la définit, on ne peut donc que l'aimer.

Chaol, Chaol, Chaol... lui et moi on a eu du mal, notamment parce que plus l'histoire avançait, moins j'attendais des passages avec lui. Qui se sont limitées bien souvent à de la méchanceté, des regrets, du ressentiment. Bref adieu la légèreté, la loyauté et l'amitié que j'avais tant aimé chez lui et ses échanges avec Aelin. Mais c'est un homme qui se reconstruit dans ce tome, dans ce nouveau décor. Sa reconstruction passe par la colère, la tristesse, le déni, pour finalement arriver à l'acceptation. C'est littéralement le deuil de Chaol tel qu'il se voit auquel on assiste en fait. Et on retrouve un Chaol différent, mais avec les valeurs qu'on aimait tant chez lui au début de la saga. Enfin bref un vrai bonheur.

Nesryn était déjà un personnage que j'appréciais dans les tomes précédents même si elle était trop souvent en retrait pour ma part. Et heureusement que ce n'est pas le cas dans ce tome, elle s'affirme, elle se découvre, elle rentre chez elle..... et qu'est ce que ça lui fait du bien. Je suis impatiente de voir quelle place elle aura dans le dernier tome.

Les princes/princesses.... on les aime, on les déteste, de nouveaux personnages hauts en couleurs qui vont aussi avoir leur rôle à jouer par la suite et je ne pense pas en avoir un jour assez d'eux.

Beaucoup d'émotions, j'ai versé ma petite larme quelque fois : Spoiler(cliquez pour révéler)

-Les séances entre Yrene et Chaol sont très souvent déchirantes, leurs souvenirs sont tristes et quand Yrene le soigne finalement ... tout ce qu'il pense de lui-même et toute cette haine de soi qu'il renvoyait dans la figure des autres, surtout Aelin. Ses prises de conscience sont vraiment touchantes.

-Les souvenirs d'Yrene et de sa mère, son intervention quand elle partage sa vie avec Chaol (rip mon petit coeur)

-Le fait que Keleana indirectement ait guidé Yrene et Chaol l'un vers l'autre alors que Chaol lui reprochait tellement. (On le devine très vite mais quand lui le comprend....c'est magnifique)

Bref. Toute une ribambelle de révélations concernant la bataille finale, mais aussi le passé de certains personnages, qui sont très habilement amenés et nécessaires pour la suite qu'il me tarde de lire, Tower Of Dawn est vraiment un tome qu'il ne faut pas laisser de côté.

Afficher en entier
Diamant

Je l’ai adorer

Afficher en entier
Diamant

Un tome entier avec mon personnage favoris ? Je dis oui tout de suite !

Ce livre m'a rendue si heureuse. Découvrir de nouveaux personnages fabuleux, un nouveau continent, une nouvelle histoire ! Et les révélations de ce tome sont si importantes.

C'est mon tome favoris de toute la saga, sans aucun doutes.

Afficher en entier

Date de sortie

Throne of Glass, Tome 6 : Tower of Dawn

  • USA : 2017-09-05 (English)

Activité récente

Apo1007 l'ajoute dans sa biblio or
2021-02-23T15:08:19+01:00
HappyV le place en liste or
2021-02-06T18:18:09+01:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 219
Commentaires 32
extraits 54
Evaluations 76
Note globale 8.73 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode