Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Ticia87 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Sœurs de la lune, Tome 8 : Harvest Hunting Les Sœurs de la lune, Tome 8 : Harvest Hunting
Yasmine Galenorn   
Il est sorti depuis le 26 octobre 2010 au USA. Mais pas encore de date pour la sortie française.

par Ignis
Georgina Kincaid, Tome 6 : Succubus Revealed Georgina Kincaid, Tome 6 : Succubus Revealed
Richelle Mead   
Comme souvent dans cette série, bien que avare en révélation, la fin du tome 5 avait laissé sous-entendre qu'il existe peut-être un espoir de sauver l'âme de Georgina de l'enfer. Bien que nous ignorons encore de quoi il s'agit, on se doute que pour ce dernier tome, nous aurons les réponses à nos questions mais quand à savoir si la fin sera heureuse et si l'amour triomphera...

Alors que tout semble s'arranger dans la vie de Georgina et qu'elle accepte enfin une relation sans compromis avec celui qu'elle aime, un message de l'enfer va venir tout chambouler. Cette dernière se voit donc transférer de Seattle à Las Vegas. Pas d'inquiétude toutefois, la majeure partie du livre se passe bien à Seattle et nous retrouverons tout les personnages que l'on connait. En faite, ce transfert fait surtout figure d'ultimatum au récit (Seth se retrouve donc entre 2 feux, celle qu'il aime à Las Vegas et sa famille qui a grand besoin de lui à Seattle).
Un transfert qui, lors de sa visite professionnel de 2 jours à Las Vegas prend une vision idyllique : un endroit de rêve pour Succube rattaché à l'archidémon qu'elle préfère et secondée par son ami incube de toujours : Bastien. Elle décroche même le poste de danseuse dont elle a toujours rêvé. Une vision sans doute un peu trop idyllique justement...

Mais la véritable star de l'intrigue dans ce tome, c'est Roman. Ce dernier se décarcasse comme un fou pour découvrir se qui se cache derrière les manoeuvres de l'enfer et j'avoue qu'il est dommage de voir Georgina passif de ce coté la. C'est ce dernier qui va découvrir la vérité qui se cache derrière les dernières paroles d'Erik et tout faire pour sauver l'âme de celle qu'il aime. Le point culminant revenant au "jugement" qui sera stressant au possible et d'une intensité rare.

Les personnages ne seront pas en reste car si Georgina reste un peu en retrait sur l'intrigue, elle a quoi faire avec les relations. La mère de Seth et le jeune frère de ce dernier arrivent en ville pour aider. Une relation Succube/Belle mère, voila qui a de quoi intriguer mais hormis un ou deux passages sympathiques, cela reste trop anecdotique à mon gout. Je prend toutefois toujours autant de plaisir à voir la relation qu'entretien Georgina avec la famille Mortensen. Une famille que j'aime vraiment avec toutes ces petites filles adorables avec une mention pour Kayla.
Les amis immortelles ne sont pas en reste et j'avoue que c'est la première fois que Hugh va enfin m'apparaitre par ses bon cotés et véritablement justifié son amitié avec Georgina. Mais l'immortel que l'on retiendra surtout, c'est Carter une fois de plus. La relation qu'il a avec Georgina est toujours aussi touchante et sérieusement, j'ai adoré la scène ou il joue le Père Noel.

Avec ce tome, nous concluons donc l'histoire de Georgina Kincaid. Un peu dommage que l'épilogue soit un peu court mais je retiendrais surtout de cet oeuvre sa protagoniste. Rarement je n'ai eu d'héroïne aussi touchante et qui m'a mis les larmes aux yeux. Le personnage de Seth n'est d'ailleurs pas en reste et j'ai énormément apprécié son coté humain qui fait tant défaut aux autres "amants" dans ce genre de bouquin. C'est un peu avec peine que je les quittes mais l'auteur finit d'une bien belle façon. Richelle Mead conserve toutefois une corde à son arc pour un éventuel spin of mais qui, si il voit le jour, n'aura certainement rien a voir avec notre Succube.

par Caly
Le Cercle des Immortels, Dream Hunters, Tome 5 : Le Gardien d'Azmodea Le Cercle des Immortels, Dream Hunters, Tome 5 : Le Gardien d'Azmodea
Sherrilyn Kenyon   
Parmi les meilleurs de la série pour moi !

Une histoire qui fait vibrer, et pleurer aussi tant le passé de Seth est horrible, insoutenable parfois…
Seth est un personnage torturé, physiquement et psychologiquement, et qui, avec le temps, a fini par oublier ce qu’étaient les sentiments. Il a si peu connu les bons côtés de l’humanité qu’en réalité, il ne comprend même pas qu’une personne puisse se soucier de quelqu’un d’autre qu’elle-même.
C’est un esclave, et il l’a été toute sa vie. C'est ce qu’il doit faire, il ne l’a pas choisi mais il obéit, il n’a pas le choix. Sa seule rébellion lui a valu des tortures pendant des siècles, tortures auxquelles vient seulement de mettre fin Noir, au début du roman, parce qu’il a besoin de ses « services ».

A travers l’histoire de Seth, on découvre un peu plus les nouveaux méchants de la série, Noir et Azura, qui règnent sur une partie de l’Asmodée en y asservissant ses habitants, entre autres. Et on comprend un peu plus leurs motivations. A côté d’eux, Stryker est un saint…

Le livre n’est pas très volumineux, mais malgré tout, c’est fou le nombre de questions qu’ils soulèvent, et les éléments qu’ils dévoilent sur d’autres personnages (Thorn, Jaden, Jared, etc...). Ainsi, on en apprend un peu plus sur le Malachai, à la fois par rapport à Nick, mais aussi en parlant un peu plus de son père, Adarian, et sur la raison qui poussent Noir et Azura à le retrouver (Nick) pour l’asservir.

Le mystérieux Jaden, a un rôle secondaire que je qualifierais de « majeur » dans cette histoire. On est loin des quelques brèves apparitions auxquelles on avait eut le droit jusqu’ici, puisque Jaden fait partie des nombreux esclaves de Noir et sa sœur Azura. Quelques indices, très petits, sont donnés sur lui, qui tortureront peut être davantage ses fans (comme moi).
Étant depuis quelques temps dans « l’arc Jaden », je m’attendais à avoir enfin quelques petites choses à me mettre sous la dent le concernant.
C’est lui qui va aider Lydia, un petit bout de femme très attachante, une Dream-Huntress (mais pas que)prisonnière de Seth, à s’échapper. Et lui expliquer, de manière très énigmatique, pourquoi il ne peut pas (et ne veut pas) échapper à ses maîtres.

Lydia est un personnage intéressant, car elle cache un secret, et pas des moindre. Elle va permettre de mettre en évidence les véritables intentions de Zeus mais aussi et surtout, révéler une relation entre le destin des Dream-Hunters, et celui des Were-Hunters (Garous). La rencontre, ou plutôt le rapprochement entre elle Seth est improbable tant ils sont différents. Mais ça marche, et la magie opère, on n’imaginerait personne d’autre avec Seth !

J’ajouterais que ceux qui ont apprécié l’histoire d’Acheron, apprécieront sans aucun doute celle de de ce nouveau héros, que j’espère revoir dans d’autres romans.

Dès la lecture des premiers chapitres, j’ai compris pourquoi Sherrilyn Kenyon classait ce livre dans chacune des quatre catégories de personnages : Dark-Hunters, Were-Hunters, Dream-Hunters et Hellchasers. Car il est effectivement très révélateur et important pour l'ensemble de la série, il concerne et influence tout le monde.

Seth et Lydia sont aux premiers abords, des « petits nouveaux », et pourtant, en cherchant bien, Seth est lié à Menyara, qui est dans la série depuis 2005. Il y a eu des allusions à Lydia dans de précédents livres et elle est liée à Solin donc bien qu’ils semblent nouveaux, ils ne le sont pas.

Le livre met aussi en place d’importants détails sur le futur livre de Solin (que Sherrilyn Kenyon prépare) et celui de Styxx. Je ne peux pas en dire plus sans révéler des spoilers majeurs, autre que l’importance de ce livre pour la globalité des arcs de la série, compte tenu de toutes les choses qu’on y apprend, tous ces petits détails qui semblent anodins au départ et ne le sont sans doute pas tant que ça au final.

Je terminerais en rappelant les propres mots de Sherrilyn Kenyon, qui explique que c’est un livre important pour le livre sur Styxx (STYXX), le frère d’Acheron. En effet, The Guardian - Seth, Set, Maahes et Ma'at sont liés à Bethany (l'héroïne de Styxx), et the Guardian montre la dynamique de leur famille et d'autres choses que je n'ai pas la liberté de divulguer. »

Pour toutes ces raisons, « The Guardian » est incontestablement l’un de mes préférés.

A lire absolument !


Pour en savoir plus : http://dark-hunters.fr/index.php/series-principales/dark-hunters/les-livres-dark-hunters/267-dark-hunter-21-le-gardien-d-azmodea

par Alienora
Chroniques des Arcanes, Tome 2 : Le Chevalier Éternel Chroniques des Arcanes, Tome 2 : Le Chevalier Éternel
Kresley Cole   
Ouuh mon dieu, j'encourage vivement à lire en anglais! Certaines subtilités m'ont sûrement échappées mais dans l'ensemble ce n'est pas très compliqué et hautement addictif. J'avais beaucoup aimé le premier tome mais celui-là est encore plus ...Mmmh comment dire ... heart-breaking ?
Franchement l'auteure m'avait fait succombé pour Jackson et là Death est franchement dans la ligue supérieure *O*
Je conseille ... vraiment!
Les Sœurs de la lune, Tome 9 : Blood Wyne Les Sœurs de la lune, Tome 9 : Blood Wyne
Yasmine Galenorn   
Je pense que je commence à me lasser de la série des soeurs de la lune, j'ai trouvé ce tome très long (pas en nombre de pages, mais l'histoire...). En plus j'ai l'impression que l'auteur a franchement du mal à trouver des intrigues percutantes avec Menolly.
Enfin le tome n'est pas non plus mauvais, juste qu'il manque de peps... J'ai d'ailleurs de voir ce que va donner la liaison avec Roman !

par Gkone
L'héritage des Calhoun, Tome 5 : Le Trésor des tours L'héritage des Calhoun, Tome 5 : Le Trésor des tours
Nora Roberts   
Le seul tome qui ne concerne pas une des sœurs et c'est celui qui est peut être le plus travaillé niveau romance, même si au final c'est une saga qui fait passé le temps (tout les tomes sont rapides) et donc pas très développé. Ce que j'ai apprécié c'est que Nathaniel a des interactions avec le fils de Megan, ce qui pour moi manquait au tome précédent (aucunes interactions entre Holt et les enfants de Suzanna).
Love Mission, Tome 11 Love Mission, Tome 11
Ema Tōyama   
Je me suis remis à lire la série de 1 à 10... (apres 1 ans) je me suis laisser tenter... et j'ai acheter le 11e... J'ai bien apprécier (j'ai directe, après avoir finis les tomes, commander les tome 12 à 15) OUPS !

par Enimia
Rose morte, Tome 1 : La Floraison Rose morte, Tome 1 : La Floraison
Céline Landressie   
http://sanouplaiit.skyrock.com/3142576806-Rose-Morte-1-La-Floraison-Celine-Landressie.html

Rose Morte...
Que dire de ce livre? Je l'ai lu rapidement, en y regardant bien, et pourtant j'ai l'impression d'avoir trainé en longueur. Je sais très bien pourquoi, j'ai dû couper ma lecture et la reprendre pour parfois une centaine de pages, mais réellement, j'aurais aimé le lire plus vite.
Parce que ce livre est une pépite, une vraie.

C'est un petit coup de coeur. J'hésitais à le classer dans mes coups de coeur, mais je dois reconnaître beaucoup trop de qualités à ce livre qui m'a emportée pour ne pas le faire.

Rose Morte est un roman historique fantastique avec la plume qui va avec. Diantre, cette plume, mais... Elle est merveilleuse! J'ai eu la nette impression de lire un classique moderne. C'est déroutant et envoûtant, wouahou! La plume de Céline Landressie est en accord total avec l'époque dans laquelle se déroule l'histoire, avec néanmoins une petite touche propre à notre siècle. Quelque chose en somme, que Dumas et ses confrères n'auraient pas eu et qu'ils auraient été bien en peine d'avoir. Il m'a fallu deux trois paragraphes pour m'habituer, et puis ensuite, je me suis laissée emporter sans aucune protestation, découvrant ce monde ancien dont je connaissais deux trois petites choses de part mes lectures précédentes, découvrant parfois grâce au glossaire qui était loin de se présenter de trop des choses que j'ignorais.
Oui, Rose Morte fait partie de ces livres qui vous emportent et vous instruisent en même temps. Mais quelle merveille, non? Faire d'une pierre deux coups. Fabuleux.
Le vocabulaire, la manière de s'exprimer des personnages... Je ne doute pas que l'auteure a dû faire de nombreuses recherches pour donner de la vraisemblance à ses écrits, et je dois admettre que le travail est loin d'être celui d'un amateur. Tout ce que j'ai à dire, c'est bravo!

Quant à l'histoire en elle-même, elle ne manque pas de charme non plus. Je ne vous révèlerai rien de plus ou presque que ce que la quatrième de couverture ne dévoile, j'aurais trop peur de spoiler quoi que ce fût, et ce livre est bien trop sympathique pour que je m'y risque. Imaginez simplement des thèmes actuels avec cependant beaucoup moins de déraison et de... mmmmh... quel mot trouver... disons beaucoup plus de discrétion sur certaines choses. Les choses évoluent lentement, et comme le voulaient les moeurs de l'époque, non, une jeune femme ne se retrouve pas dans le lit de celui dont elle est amoureuse tout de suite. Loin de là! Le jeu était beaucoup plus intriguant à l'époque, et parfois l'on aboutissait à rien. Mais qu'est-ce que j'aime ces jeux où parfois un seul frôlement équivaut à beaucoup plus qu'autre chose!
Tout est développé à la bonne mesure, parfois en créant des tensions, parfois non... On suit le chemin et on s'émerveille. Ca a été mon cas, oh oui!

En plus de cela, Céline Landressie nous dresse des personnages uniques en leur genre. Forts de caractère, mystérieux parfois... Je les ai tous beaucoup appréciés (enfin, quand il le fallait, parce que pour détester les autres, c'est plus compliqué. Disons que l'antipathie a plutôt bien marché...), les trouvant très vrais, réels. Sans fioritures, non plus. Enfin, parlons surtout pour Rose, ou Eileen, qui a quand même un caractère bien trempé, il faut l'admettre. Cependant, Artus, en face, n'est pas non plus une pâte molle, loin de là, et son charme, son mystère, tout en lui, me donnent juste envie de faire "rrrrrrrr". Snif, pauvre fille que je suis. Les personnages secondaires du roman possèdent aussi des personnalités fort intéressantes, telles que celle de Charlotte, d'Adelphe, de lord Edmund, ou même encore de lady Mary. En quelques mots, parfois, Céline Landressie nous présente des personnages plus vrais que nature, et encore une fois, je ne saurai dire combien j'ai apprécié.
Je remarque juste que j'ai tendance à beaucoup parler, et ceci avec des manières qui ne sont guère de notre époque... Arg, cela me fait le même effet qu'après la lecture d'un classique normal! Mais ce n'est pas plus mal, après tout.

L'univers que Céline Landressie a construit, en dehors de l'époque historique que nous connaissons, est très riche et très intriguant. Il a parfois de quoi nous flanquer les jetons, tant il se mêle bien avec la réalité. C'est d'ailleurs pour ceci que le tome 1 de Rose Morte ne figure point dans mes coups de coeur. Parce que certains points m'ont... flanqué des frissons dans le dos. Moi qui vis dans un monde bisounours tout doux, j'ai été déroutée, sautant même quelques lignes pour soustraire mes yeux à des "vérités" (dans le livre, voyons), que je trouvais bien moins attrayantes que l'insouciance dans laquelle je me trouve. Cela n'est néanmoins apparut qu'une seule fois, puisque, comme Rose, j'ai eu soif de comprendre, et dès lors, je n'ai plus dérogé à la règle normale de lire toutes les lignes avec la plus grande attention.
Sauf lorsque l'horreur cédait le pas. Non, vous ne saurez pas ce qui a pu effrayer la pauvre jouvencelle que je suis. Diantre... Ca va de mal en pis. Bientôt, je vais faire des révérences pour saluer les gens. Il suffit, gredin de cerveau!

J'aurais envie de dire moult choses encore, mais de peur de spoiler, je vais poser ma plume ici, en précisant toutefois que j'attends la suite, non sans quelque impatience, puisqu'il me semble que des mystères doivent encore être levés, et que j'ai envie de retrouver Rose et Artus... (Cha, pauvre jouvencelle écervelée que tu es, amourachée d'un personnage fictif!)
Ce sera donc un 19.5/20, bien que j'avoue avoir eu du mal à poser une note sur un livre d'une telle qualité. Et je fais une révérence à Céline Landressie. J'aimerais un jour pouvoir écrire pareillement.
La Saga des Donovan, Tome 3 : Un château en Irlande La Saga des Donovan, Tome 3 : Un château en Irlande
Nora Roberts   
Cette saga est vraiment bien.
Les Donovan sont avec les Mac Gregor ma famille préférée. L'histoire des cousins et cousines, tous plus extra les uns que les autres (Sorcière et autres...). On croirait presque lire un conte de fées, mais pour adulte quand même.
Essayer et vous rêverez.

par xuxa
Le Cycle d'Ender, Tome 2 : La Voix des morts Le Cycle d'Ender, Tome 2 : La Voix des morts
Orson Scott Card   
Dans la lignée de la fin de la stratégie Ender, Orson Scott Card, dans ce roman beaucoup plus passionnant du point de vue de la xenobiologie, la xenologie, nous brosse le portrait de la plus étrange race d'entités extra-terrestres: les piggies.
Toute la question réside dans le contact et la communication entre humains et extra-terrestres. Il est vrai que le choc des cultures est toujours difficile. Il n'y a qu'à voir le choc culturel que l'on voit tous les jours entre des peuples différents. Sommes nous une race capable de faire tomber les barrières culturelles pour nous intéresser à l'Autre ? En avons nous la volonté ou le pouvoir? La nature humaine est complexe et l'altruisme ne semble pas être un de ses traits de caractères principaux. L'auteur nous montre bien cet aspect dans le dénouement du roman précédent avec d'une part l'extermination des Doryphores et d'autre part le rejet de l'enfant, devenu différent, puisque responsable de xenocide. Orson Scott Card, de manière détournée revient toujours au thème de l'altruisme: la Descolada est une autre parabole de l'appréhension de l'Autre. On défriche la Descolada pour implanter les plantes terrestres.
Enfin, il arrive à dissocier les Autres (extra-terrestres) en 4 classes: utlanning, framling, varelse, djur. Où vont donc se situer les Piggies ? Dans les ET intelligents ou non? Dans les Et hostiles ou pacifistes ?.