Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par Tify

Extraits de livres par Tify

Commentaires de livres appréciés par Tify

Extraits de livres appréciés par Tify

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
- N'avancez pas, c'est dangereux !
Mais il était trop tard lorsque j'entendis quelqu'un crier ces mots. Les planches du ponton s'affaissèrent sous mes pieds avant de céder. Elles se brisèrent, le bois pourri se cassa net, et je fis un plongeon de trois mètres dans l'océan glacé du Maine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Elle est en lieu sûr, intervient Blanche. Cela signifie que vous avez perdu, finalement. Vous perdrez toujours. À cause de ce que vous êtes. Le bien l'emportera toujours.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-06-2018
Couchée dans son lit, Bonnie observait sur le plafond les ombres que dessinaient les nuages en passant devant la pleine lune. Ainsi, elle était parvenue à rétablir le contact, à organiser le déjeuner, à s'y rendre et à se conduire comme une personne normale. Elle les avait embrassées, leur avait parlé, avait ri, mangé un repas complet, bu beaucoup de vin, mais tout était terminé. Au début, toutes les trois s'étaient montrées plutôt nerveuses, avançant prudemment, mais au dessert, leur g^ne avait complètement disparu et elles avaient repris là o^elles s'étaient arrêtées. Rien n'est cependant résolu pour autant - quelle stupidité d'avoir imaginé le contraire
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 15-06-2018
Une fois, quand elle était bien plus jeune, Bonnie avait fait l'amour pour de l'argent. En réalité, ce n'était pas seulement une fois, mais elle préférait considérer tout l'épisode comme un acte unique. Il n'y avait rien eu de sordide, pas de racolage sur le trottoir, ou en voiture, pas de souteneur ni de billets froissés sur la table de nuit d'un hôtel de passe. c'était plus une stratégie d'investissement et cela lui avait semblé très raisonnable à l'époque. Elle était une comptable récemment diplômée, célibataire, élevée dans un milieu aisé, mais elle voulait son indépendance financière. Il était banquier, très riche, marié et beaucoup plus vieux qu'elle.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-10-2017
Quand je m'éveillai à nouveau, je m’aperçus que j'avais une tête énorme.
Et un arrière train insensé.
Et six pattes.
Et deux très longues antennes.

Et ce fut le numéro un des pires moments de cette journée !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-10-2017
Parfois, une chose nous fait très peur avant de la commencer. L'important, c'est d'avoir le courage de plonger. Après, les bons gestes viennent tout seuls.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-10-2017
"Je t'aime, chuchota-t-elle, submergée d'un bonheur dévorant et possessif. Je t'aime, et on est ensemble. C'est tout ce qui compte."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-10-2017
Candice, Roxanne et Maggie avaient crânement commandé une tournée de cocktails, suivie d'une autre, et d'une autre encore, si bien qu'à la fin de la soirée elles s'étaient prises d'affection pour le tripot et avaient décidé, entre deux fous rires, d'en faire leur repaire. Les rendez-vous mensuels du Cocktail Club étaient nés.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Tout doucement, comme un papillon effleure une rose, trop fragile pour s'y poser. Le fruit rouge qu'était sa bouche m'accueillit comme si c'était la chose la plus normale du monde.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Je t'aime, je t'aimerai et mourais pour toi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Parce que j'aurais marché sur des moignons de genoux s'il avait fallu pour t'accompagner, parce que chaque instant passé avec toi ou dans le bus est un instant de bonheur, parce que chaque fois que je te quitte ne fut-ce qu'un instant, je suis comme un loup malade. Parce que je t'aime tellement que ça me fait mal. Parce que je n'ai pas le droit de te dire tout ça et que ça me tue.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Elle me contempla un instant tandis que son corps se rapprochait du mien en valsant. Je sentais son souffle sur mes lèvres.
Et c'est là qu'elle fit quelque chose d'insensé.
Elle m'embrassa.
Elle posa ses lèvres si chaudes sur les miennes et darda une petite langue impertinente. C'était tellement inattendu que je restai sans réagir pendant une fraction de seconde. Puis, oubliant que des dizaines de loups nous regardaient, je lui rendis son baiser. Tout doucement d'abord, parce que j'avais peur qu'elle fuie. Puis avec une passion qui nous laissa pantelants.
Elle finit par rompre le contact. Et lorsqu'elle me regarda, il y avait de la surprise dans ses yeux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-05-2017
Melvil me tient la main, il m'arrive à peine à mi-cuisse mais il a l'air si grand. Il s'amuse d'une flaque laissée par la pluie. Ma peur se dilue peu à peu dans l'eau qu'il disperse bruyamment en tapant des pieds. Le jeu est son arme, la prochaine bêtise son horizon, un enfant ne s'encombre pas des choses de grands. Son innocence est notre sursis.
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
date : 17-05-2017
Je pensais que si un jour la lune disparaissait, la mer se retirerait pour qu'on ne la voie pas pleurer. Que les vents cesseraient de danser. Que le soleil ne voudrait plus se lever.

Il n'en est rien. Le monde continue de tourner, les compteurs d'être relevés.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-05-2017
Elle sera avec nous, là, invisible. C'est dans nos yeux qu'on lira sa présence, dans notre joie que brulera sa flamme. dans nos veines que couleront ses larmes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-05-2017
Elle me regarde, pas de pose, pas d'objectif, c'est à moi qu'elle s'adresse. Ses yeux me racontent la joie simple de ces dix-sept mois passés ensemble, tous les trois.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mae acheva de se rhabiller, puis lui adressa un sourire désabusé.
- Tu as déjà réussi à m'amener dans ton lit, dit-elle. PLus besoin de faire le charmeur.
- Je ne sais pas comment m'arrêter.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Porfirio l'interrompit en l'attirant entre ses bras. Il laissa une de ses mains remonter le long de sa nuque et de se perdre dans ses cheveux. Elle sentit ses lèvres prendre possession des siennes avec urgence, en un baiser de victoire qui mit le feu à ses sens. La bouche de Porfirio explorait la sienne, affamée, exigeante, et elle lui rendait la pareille.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Page 245 :

- Laisse tomber, Mel..., lui dit-elle. REgarde-la, elle n'a pas compris un mot de ce que tu lui as dit.
- Je comprends les peaux de vache dans n'importe quelle langue, articula soigneusement Tessa.
Un instant plus tard, elle ajouta :
- As-tu besoin que je te le répète plus lentement ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
- Chacun sait, ici et partout où va la Cour, que vous êtes fausse, déloyale et avide. Que j'ai nourri un serpent dans mon sein, une vipère hypocrite qui m'a mordue dès que le venin est venu à ses crocs...cela, vous ne pouvez pas le cacher !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je ne l'ai pas vu partir : une eau claire brouillait mon regard, et je ne savais, face à l'orage, si c'était le ciel de Paris qui pleurait - ou moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mais Elise n'écoutait plus le babillage de son amie. Elle fixait la main de l'inconnue, qui s'éventait nonchalamment : un serpent formé de plusieurs rubis s'enroulait autour de son index gauche. Un serpent aux yeux d'émeraudes.
La jeune fille plissa les paupières. L'espace d'un battement de coeur, les rires et les chuchotements, atour d'elle, se turent. Elle était entourée de marionnettes qui s'inclinaient, tournoyaient, dans un silence total.
Cette bague... Elle la reconnaissait !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Austérité. Simplicité. Voilà mes mots d'ordre pour une nouvelle vie zen et ordonnée dans laquelle je ne dépense rien. Rien. Quand on y songé, combien d'argent gaspillons-nous chaque jour ? Pas étonnant que je sois un peu endettée. Et vraiment, ce n'est pas ma faute. Je n'ai fait que succomber à la poussée matérialiste occidentale contre laquelle il faut opposer une résistance herculéenne. Du mois, c'est l'explication donnée par mon nouveau livre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je n'y manquerais pas. Et embrasse Pepper pour moi.
Pepper est le cheval de Suze. Elle le monte à peu près trois fois par an, et encore, mais chaque fois que ses parents suggèrent de le vendre, elle devient hystérique. Apparemment son entretien coûte quinze milles livres par an. Quinze milles livres. Et que fait-il pour mériter ça ? Il reste dans une écurie à manger des pommes. Cela ne me dérangerait pas d'être un cheval.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
J'étais faite pour la télévision. C'était indéniable.
Nous sommes de nouveau installés sur le canapé, Rory, Emma et moi. Nous avons en ligne Anne, domiciliée à Leeds, qui reconnaît une voix mal assurée qu'elle n'a jamais renvoyé sa feuille d'impôts.
Je souris à Emma qui m'adresse un clin d'oeil. Je fais partie de l'équipe. Je suis aux anges.
Chose étrange, quand j'étais interviewée, la peur et la nervosité me pétrifiaient; à présent que je suis passée de l'autre côté, je me retrouve dans mon élément. Je pourrais rester sur ce plateau toute la journée. Les lumières aveuglantes ne me gênent plus, elles me semblent normales. Et, en m'exerçant devant la glace, j'ai trouvé la position la plus flatteuse pour mes jambes (genoux rassemblés, jambes croisées aux chevilles).
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 05-02-2017
Il pleuvait des pétales de roses.
Cramponnée au volant de sa Studebaker, Alice fit marcher ses essuie-glaces. Des hélicoptères lâchaient des pétales de toutes les couleurs. Les toits des maisons, les arbres et les rues de Pandore semblaient sortir d'un livre d'images. Un goût de processions d'autrefois, quand les saints sortaient encore de leur niche pour faire croire aux gens que Dieu existe. Une idée du maire qui avait décrété qu'une fois par an, ce serait la fête des rêves.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4