Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de tilerny : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Regain Regain
Jean Giono   
Tous sont partis.
Panturle se retrouve seul dans ce village de Haute-Provence battu par les vents au milieu d'une nature âpre et sauvage.
Par la grâce d'une simple femme, la vie renaîtra.
jean Giono, un de nos plus grands conteurs, exalte dans Regain avec un lyrisme sensuel les liens profonds qui lient les paysans à la nature.

Aubignane, « collé contre le tranchant du plateau comme un petit nid de guêpe », est un village de l’arrière pays provençal qui se vide peu à peu de ses habitants : ils ne sont plus que trois à se partager les maisons abandonnées.
Un matin, le père Gaubert, vieillissant, décide de partir. Puis au début du printemps, c’est au tour de la Mamèche, qui demeure au village depuis 40 ans, de disparaître...

Panturle, un homme encore jeune qui n’a pas de femme, est le dernier habitant.
Un jour, au retour d’une chasse au renard, il aperçoit une jeune femme qui éveille son désir.
Il la suit à travers bois : s’agit-il de la femme que la Mamèche, avant sa disparition, avait promis de lui ramener ?

L’écriture de Giono est sublime, toute en poésie, en raffinement et en simplicité.
Les métaphores notamment sont superbes, particulièrement bien choisies et travaillées.
Giono adopte des images concrètes, liées au monde de la nature, végétale ou animale.
« L’été, le soleil qui boit comme un âne sèche son bassin en trois coups de museau » : Giono n’hésite pas à comparer une saison à un animal ou des astres au monde végétal : « La nuit entasse ses étoiles comme du grain ». L’auteur livre à son lecteur une apologie de la nature mais aussi de l’homme, à travers ses productions, tels les outils.
Un des premiers outils sur lequel s’attarde Giono, c’est l’enclume du père Gaubert : « l’enclume est toute luisante, toute vivante, claire, prête à chanter ».
Gaubert est véritablement la mémoire artisanale d’Aubignane.
Avec son départ, c’est tout un trésor de gestes qui disparaît.
Giono célèbre le monde paysan, celui qui s’adapte aux conditions climatiques, qui fait sans cesse preuve de créativité, qui lutte pour survivre.
Dans ce monde laborieux, un éclair d’espérance peut toujours briller : ici, c’est la femme qui apporte le regain, la flamme de fécondité, celle de la terre, mais aussi celle de l’enfant.
J’ai apprécié dans cette édition la préface qui nous permet d’entrer dans ce livre avec un regard éclairé et le dossier conclusif qui apporte des repères biographiques sur Giono et des jalons pour mieux comprendre l’œuvre.

Au cours du roman, des notes de bas de page permettent d’éclaircir certains termes de patois.
« Regain » est un roman, dont on savoure avec délectation les superbes métaphores.
J’ai lu ce court roman avec beaucoup de plaisir, goûtant chaque mot, chaque phrase, tournant les pages avec bonheur.
Un grand classique à (re)découvrir.

Merci à:
Christelle Gaté pour son aide précieuse.

G. le 22/09/2010.


par Gambit
Merlin, Tome 1 : Les Années oubliées Merlin, Tome 1 : Les Années oubliées
T.A. Barron   
La toute première partie du livre ne m'avait pas convaincue. J'ai repris la lecture un moment après et j'ai trouvé l'histoire merveilleuse. Bon d'accord, ce n'est pas la première image que je m'étais faite du Merlin que j'imaginais! Mais c'est une jolie histoire qui nous est contée jusque là. Une version de comprendre l'enfance du célèbre magicien que (je suis sûre) beaucoup d'entre nous auraient bien voulu suivre le chemin! :c'est magique:


par Nelyss66
Le Comte de Monte-Cristo, tome 1/2 Le Comte de Monte-Cristo, tome 1/2
Alexandre Dumas   
J'ai adoré ce livre ! Pourtant, même si je lis des classiques, je ne les apprécie pas forcément, mais celui-ci est un pur chef-d'oeuvre qui fait de Dumas un de mes auteurs préférés. L'amour, la trahison, la vengeance, et j'adore quand il est en prison avec l'abbé et qu'il apprend tout plein de choses que l'on retrouve après puisqu'il se fait passer pour un riche seigneur étranger. Je le conseille à tout le monde !
Le Comte de Monte-Cristo, tome 2/2 : La Vengeance Le Comte de Monte-Cristo, tome 2/2 : La Vengeance
Alexandre Dumas   
Critiquer le Comte de Monte-Cristo, c'est se lancer dans une aventure et risquer d'échouer lamentablement. Comment peut-on résumer en quelques lignes un bouquin aussi riche ? Euh... je n'en ai aucune idée ! Alors, comme d'habitude, je vais davantage parler de mon ressenti plutôt que m'essayer à analyser ce livre.

Pfiou, par où commencer ? Le Comte de Monte-Cristo est mon deuxième roman d'Alexandre Dumas. Le premier fut Les Trois Mousquetaires, que j'avais également beaucoup apprécié. Mais je place celui-ci au dessus. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons.

D'abord, cette histoire de vengeance extraordinaire. Il n'existe pas de mot plus fort ? Si certainement. Mais une chose à la fois, car le roman se déroule en plusieurs phases.

La première où Edmond Dantès se fait arrêter et emprisonner. Quatorze ans d'emprisonnement. Quatorze années passées à ruminer sa vengeance envers ceux qui ont comploté contre lui. Durant cet emprisonnement, il va également se lier d'amitié avec un autre détenu que l'ont dit fou car il es persuadé qu'un trésor se cache sur l'île de Monte-Cristo. Fou ? Mmmm peut-être pas.Toujours est-il qu'Edmond Dantès s'y fiera lui. Je m'arrête tout de suite pour ne pas trop spoiler. Juste un dernier mot pour vous dire que toute cette partie, si elle peut paraître passive, ne l'est pas du tout. Et tout ce qui arrivera durant cette période aura son importance par la suite.

La suite donc, Edmond finira par s'échapper et commence alors la deuxième phase de ce roman. La préparation de la vengeance. A partir de ce moment, certains passages peuvent dérouter. Parfois, on se demande si certains chapitres servent à quelque chose. Et bien oui ! Comme dit plus haut, rien n'est laissé au hasard et tout a son importance. (Même s'il y a quand même quelques longueurs (oh, de toutes petites ok ?) et c'est le seul point négatif que je peux trouver.)
Et la construction de ce récit, de cette vengeance est magistrale. Edmond Dantès, transformé en Comte de Monte-Cristo (et pas que) est fabuleux. Nous, lecteurs, suivons son ascension au fil des pages, et grâce au style jamais pompeux de Dumas, nous sommes subjugués et surtout, impatients de savoir comment tout se terminera !

Vient enfin la troisième phase et... diantre, elle m'a achevée. Je ne pouvais plus lâcher le livre. Tout s'accélère, les émotions m'ont submergées. Je pense notamment au chapitre du procès-verbal qui est tout simplement grandiose. Bon, je m'emballe un peu avec tous mes adjectifs mais je n'arrive pas à exprimer mon ressenti autrement.

par Elodia
Louis XIV vérités et légendes Louis XIV vérités et légendes
Jean-François Solnon   
Dans l'imaginaire collectif, Louis XIV est le roi par excellence. Un Roi-Soleil orgueilleux qui a marqué de son empreinte le monde des arts et des lettres et domestiqué sa noblesse en l'asservissant à Versailles. Un monarque absolu, indifférent à son peuple, soumis aux désirs de ses maîtresses, qui aurait trop aimé la guerre et ainsi ruiné la France.
Or, cette vulgate recouvre bien des légendes qui sont surtout des mensonges. Pour les démasquer, Jean-François Solnon propose une nouvelle approche : en quarante chapitres, il pose les principales questions sur l'homme et le règne. Louis XIV a-t-il présidé une jeune cour débauchée ? A-t-il vraiment déclaré : « l'Etat, c'est moi » ? Qui était le Masque de fer ? Les réponses, fournies et incisives, rétablissent une vérité à rebours des idées reçues.

par NathalieL
Requiem pour une cité de verre Requiem pour une cité de verre
Donna Leon   
C'est ma première enquête du commissaire Brunetti. Et c'est une belle découverte, pourtant un peu déconcertante.
Je m'attendais à une enquête dynamique dans laquelle les indices et bouleversements nous emmènent dans des hypothèses toujours nouvelles.
Ce n'est vraiment pas le cas. L'enquête est lente et presque sans suspense.
Pourtant, il y a une vraie richesse dans ce roman : les personnages sont bien travaillés; Venise est à portée de main : on navigue lentement sur la lagune; on devine la vie quotidienne des Vénitiens derrière les balcons suspendus; on déguste un café serré; on admire la place St-Marc au coucher du soleil...
Sans exagérer, je pense que ce roman policier est un roman contemplatif.
Une nouveauté pour moi qui suis plutôt habituée aux enquêtes stressantes et percutantes. Ca me donne envie de découvrir d'autres Brunetti... et de retourner à Venise.
Noblesse oblige Noblesse oblige
Donna Leon   
Toujours dans le plus pur style "Brunetti", cette 7e enquête du Commissaire vénitien. Une famille noble dont le fils a été kidnappé et assassiné, et dont le cadavre est découvert deux ans plus tard. Mais la vérité est bien cachée, et ne sera dévoilée que dans les dernières pages...
Mort à la Fenice Mort à la Fenice
Donna Leon   
BRUNETTI, tome 1

J'avoue que le début m'a un peu inquiété... Un chef d'orchestre meurt empoisonné dans sa loge ; trois personnes ont pu y avoir accès : sa (trop) jeune épouse, la cantatrice (avec laquelle il est en conflit) et le directeur du théâtre (avec qui il a un problème de contrat). Les premiers chapitres donnent la nette impression qu'Agatha Christie est sortie de la naphtaline et que Brunetti n'est qu'un Poirot-bis...
Fausse impression, dieu merci !! La suite du bouquin est remarquable !! Les personnages (principaux et secondaires) sont décrits avec une grande finesse psychologique, le puzzle se reconstitue à toutes petites touches, on s'attache immédiatement Brunetti et à sa famille... Et puis quel style pour un polar !!
Je pense que je deviendrai bien vite accro aux ouvrages de Donna Leon.
Le Prix de la chair Le Prix de la chair
Donna Leon   
Quatrième enquête du Commissaire Brunetti, et c'est toujours aussi bien ! Dans cet épisode encore, l'enquête est moins importante que l'atmosphère, la psychologie des personnages, la description parfois révoltée, parfois désabusée, des dérives de toutes sortes au sein de la société italienne... Et ici, on atteint le sommet de l'horreur dans ce domaine...