Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Extraits

Timide - Sarah Morant

Par Plups le 01-10-2016 Editer
Timide
Expérience : nom dont les hommes baptisent leur erreur.
Oscar Wild (Chp 6)
Par MelissaMacy le 02-12-2016 Editer
Timide
J'avais lu des centaines de livres où la jeune fille croise le regard du garçon rebelle à la veste en cuir, puis ils vivent heureux avec plein de gosses. Dans la vraie vie, pourtant, le beau garçon finit toujours avec la jolie fille en minijupe. La timide du fond de la classe termine plutôt en bibliothécaire célibataire avec dix chats.
Par ocedu12 le 11-12-2016 Editer
Timide
Jason et Eleonore :

- Rouquette ? Tu es avec moi ?
- Salut Parker, souris-je, même si je continuais de penser à mes parents.
- C'est donc ça, mon surnom définitif ? Tu te contente de mon nom de famille ? Tu es tellement prévisible Rouquette, rétorqua-t-il, taquin.
- Sachant que mon surnom est un mélange entre ma couleur de cheveux et le mot croquette, je ne me venterais pas si j'étais à ta place, sifflai-je en rejetant mes cheveux en arrière dans une parfaite imitation de Vanessa.
Par clary-bouquineuse le 09-11-2016 Editer
Timide
Il voulut ajouter quelque chose, mais il se contenta de soupirer. À quoi bon, de toute façon ? Kinae était comme Elie. Elles se berçaient d’illusions et des clichés en tout genre qu’on lisait sur le Net.
Pourquoi les filles étaient-elles attirées par les mauvais garçons ? Nous n’étions pas dans un film, un livre ou une de ces fanfictions mielleuses. Les mauvais garçons ne cachaient aucun cœur fragile sous leurs vestes en cuir. Ils se contentaient de blesser les filles et de les laisser anéanties après leur passage.
Combien de filles s’étaient retrouvées brisées après s’être frottées à ce genre de danger ? Elles creusaient désespérément leur carapace pour découvrir qu’en fait les bad boys ne possédaient qu’un trou béant dans la poitrine.
Et ce Jason comme ce Derek étaient les rois des connards. Ils se déplaçaient sur l’échiquier comme des rois. Et ils parvenaient à vous voler vos pions, les uns après les autres.
Jusqu’à prendre votre reine.
Par MelissaMacy le 02-12-2016 Editer
Timide
Évidemment, j'avais dix-sept ans et des garçons s'étaient déjà intéressés à moi. Certains s'éloignaient lorsque je relevais les yeux. D'autres partaient en entendant mes bégaiements. C'était stupide de voir à quel point le physique et l'apparence guidaient nos vies. J'étais déçue par ces personnes qui ne cherchaient pas à voir au-delà de la surface ni à découvrir qui je pouvais être, si on me laissait le temps d'être moi-même.
Par Ameliemarmo le 28-11-2016 Editer
Timide
Tout compte fait, peut-être bien que les contraires s'attirent.
Par Ameliemarmo le 28-11-2016 Editer
Timide
- Tu sais ce qu'il y a de plus merveilleux avec toi ? Tu ne te rend même pas compte de ton charme. Tu dis merci lorsqu'on te fait un compliment, sans pour autant le croire.
- Parce que beaucoup disent des compliments, mais rares sont les personnes honnêtes qui les pensent vraiment.
Par Ameliemarmo le 28-11-2016 Editer
Timide
Plus on s'attachait à une personne, plus on lui donnait les moyens de nous détruire. C'était fou quand on y pensait : on permettait nous-même notre destruction.
Par miss34 le 12-11-2016 Editer
Timide
-Ce n'est pas une vie, de craindre les pensées des gens qui t'entourent . Si tu montres que leurs paroles te touchent , ça ne fera que les encourager . Alors , même si tu n'es pas à l'aise en public, même si tu préfères rester dans l'ombre , il ne faut jamais jamais t’empêcher de vivre pour les autres . Tu n'as qu'une vie, mon chéri . Sois assez égoïste pour te la réserver tout entière sans laisser quelqu'un t'en dérober des instants .
Par Ameliemarmo le 28-11-2016 Editer
Timide
- Lorsque j'écris, il n'y a aucune barrière, tu comprends ? Tu n'es pas rangé dans une catégorie. Un rôle que tu dois assumer. Tu poses les doigts sur ton clavier et tu te sens... voler. Tu n'es plus vraiment toi, tu n'es pas vraiment tes personnages non plus. Tu es toute l'histoire, son intrigue, ses lecteurs. Ses défauts, aussi. Tu te faufiles entre les lignes pour hurler ton message, m'enflammai-je aussitôt, le cœur battant.
- Tu as déjà pleuré en écrivant quelque chose ? demanda-t-il, intrigué.
- C'est ridicule, n'est-ce pas ? Sauf que je ne peux pas m'en empêcher. Un grand homme a dit un jour que l'écriture, c'était avoir le cœur qui éclate en silence. Je trouvais ça niais, avant d'essayer. Et puis, j'ai compris ce qu'il voulait dire. Tu as ce papier, ce bout de page blanche, et toi. Tu sais que, quoi qu'il se passe, ce papier ne te jugera jamais. Peu importe ce que tu écris, peu importe que tu sois douée ou mauvaise, populaire ou rejetée, intelligente ou bête. Tu laisses toutes tes émotions t'échapper en même temps et c'est merveilleux, ce sentiment de libération et de bonheur qui en découle.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.