Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Tinetitine : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Tu comprendras quand tu seras plus grande Tu comprendras quand tu seras plus grande
Virginie Grimaldi   
J’ai savouré cette lecture ! Julia, cœur brisé, décide de tout fuir en trouvant un travail de psychologue dans une maison de retraite, alors qu’elle a en horreur les personnes âgées et tout ce qui va avec. Ca commence bien ! Julia est marrante, rigolote et attachante, comme la plupart des personnages de Virginie ^^ Elle va arriver pessimiste mais au fil des jours elle va apprendre. Apprendre à apprécier ‘’ses vieux’’ mais aussi apprendre d’eux. C’est une petite leçon sur la vie, la mort, l’amour, la famille. Après avoir lu ce livre, on a qu’une envie…chouchouter ceux qu’on aime, apprécier chaque instant de la vie qui est trop courte.
Certains passages m’ont fait rire, d’autre, sourire ou encore mouillé les yeux. Voilà ce que j’aime dans la plume de Virginie Grimaldi. Merci pour ce beau moment de lecture.
Je vous le conseille fortement, foncez !

FB : Ju lit des livres

par duduV
L'année de l'île Tome 3 L'année de l'île Tome 3
Antony Ansquer   
Gabriel a révélé sa véritable nature en lançant ses missiles sur le monde. Aylan, accusé d'avoir essayé de le tuer, est exilé de Traeruz. En fuite avec Baraol, il va devoir survivre et lutter pour prouver son innocence et empêcher le Fondateur de nuire à nouveau. Dernier tome de la série.
Krüger, un bourreau ordinaire Krüger, un bourreau ordinaire
Nicolas Patin   
Qui était Friedrich-Wilhelm Krüger ? Un officier allemand idéaliste qui entra à vingt ans dans la Première Guerre mondiale. Un soldat qui vécut le déshonneur de la défaite. Un homme nommé à la tête de la Pologne occupée en 1939, au service d'Heinrich Himmler et d'Adolf Hitler. Un bourreau dont les historiens n'avaient pas expliqué jusqu'ici le rôle majeur joué dans l'extermination de deux millions de juifs polonais. Le chef suprême de la police et de la SS, qui fit construire les camps de Be ec, de Sobibor, de Treblinka ; coordonna la destruction du ghetto de Varsovie ; organisa la destruction de la résistance polonaise....

Comment ce jeune homme enthousiaste a-t-il pu devenir, en deux décennies, l'un des pire bourreaux de la Seconde Guerre mondiale ? Dans cette biographie captivante, Nicolas Patin convoque le Journal intime inédit de Krüger, des archives allemandes, polonaises, américaines, pour restituer le parcours nuancé d'un bourreau ordinaire, sculpté par trente ans de violence, d'une guerre à l'autre.
Derniers jours à Alep Derniers jours à Alep
Guillaume Ramezi   
Un récit captivant.

Mathias a perdu son père, décédé d'un cancer , il y a 25 ans. Aujourd'hui Mathias est cancérologue et mène une vie plutôt tranquille . Mais tout va voler en éclat lorsqu'il va avoir l'impression de reconnaître son père dans un reportage télé sur un réseau terroriste. Il va alors chercher à découvrir la vérité .
Mais certaines histoires ne sont pas faites pour être révélées.

Lorsque j'ai vu pour la première fois la couverture de ce livre elle m'a tout de suite intriguée. L'on peut y voir un savon d'Alep en forme de grenade, une image à la fois percutante et très révélatrice de ce que l'on va découvrir à la lecture de ce livre.
L'on s'imagine tout de suite que l'on va avoir affaire à un polar ou un roman d'espionnage sur le terrorisme et de potentiels attentats.
Certes c'est une partie de l'histoire mais ce roman ce n'est pas que cela , loin de là.

Ce roman c'est surtout l'histoire d'un homme en quête de son père.
Mathias a perdu son père très jeune et l'on ne peut nier à quel point cela a influencé sa vie.
Son père est mort du cancer et Mathias est devenu cancérologue, il y a un lien évident entre ces deux faits.
Mathias porte en lui cette blessure qui ne peut totalement guérir .
Alors , lorsqu'il découvre un homme ressemblant trait pour trait à son père, il ne peut pas rester sans rien faire.
À tort ou à raison ? Ça ce sera à vous de le découvrir.

Mathias se lance alors dans une quête qui va l'entraîner sur des chemins qu'il n'aurait jamais pensé emprunter. Sa quête du père et sa quête de réponses vont trouver un écho chez deux de ses amis , Marie et Ahmed, qui vont tenter de l'aider.
Mais est-on jamais totalement prêt à accepter la vérité ?
Mathias va très vite le découvrir.

Cette histoire m'a captivée de bout en bout. Dès le départ j'ai été très intriguée par l'histoire de Mathias.
Tout comme lui , l'on va chercher à découvrir la vérité, à démêler le vrai de faux et surtout à se défaire des apparences.
Je ne veux pas trop en dévoiler mais l'on comprend assez vite qu'il vaut mieux de se méfier de certaines personnes et de leur prétendue aide.
Certains tiennent trop à cacher certaines choses pour jouer totalement franc jeu.

La quête de Mathias trouvera sans doute écho en chacun de vous tant ce qu'il vit est fort et éveille en nous ce petit quelque chose qui confine à l'intime et à notre relation avec nos parents.
Que l'on est perdu ou non un parent, l'on peut facilement s'identifier à lui et à sa souffrance tant cela parle à chacun d'entre nous. Et l'on ne peut s'empêcher de s'imaginer à sa place.
Quelle serait notre réaction face à un évènement tel que celui ci ?
Oserions-nous déterrer la vérité ?
Ou bien choisirions-nous de faire l'autruche et de s'imaginer que tout ceci n'est qu'une simple illusion ?
Libre à chacun de trouver ses propres réponses.

Comme je vous le disais ce roman est captivant , de par l'histoire de Mathias , mais aussi par l'histoire de ce fameux terroriste que Mathias pense être son père.

Tout au long de ce livre l'on alterne les points de vues de ces deux personnages et cela rajoute encore plus de tension.

Ce que l'on découvre en lisant ces parties fait froid dans le dos. À la lecture de certains passages l'on pense forcément à ce qu'il se passerait si cela se passait vraiment , si une arme telle que celle développée par les terroristes étaient vraiment utilisée. Cela rend ce texte glaçant par moment car l'on se dit que peut être quelque part dans le monde , cela devient réel.

J'ai trouvé particulièrement intéressant de découvrir le point de vue de cet homme , de voir son quotidien . Cela nous donne un aperçu différent de l'histoire et nous pousse à nous interroger constamment et à chercher la moindre petite parcelle de réponse.

Avec "Derniers jours à Alep" , Guillaume Ramezi frappe fort avec un texte à la fois très touchant et glaçant.
Un roman qui se dévore en quelques heures à peine tant l'on est embarqués dans une histoire captivante et étonnante ( jusqu'à sa dernière ligne).

Un auteur à suivre assurément !

La maison abandonnée La maison abandonnée
Joel A. Sutherland   
Les grandes vacances sont là, et quatres amis veulent passer un dernier bon été ensemble avant de se séparer pour suivre des routes différentes ...
C'est là que deux d'entre eux découvrent une île isolée sur laquelle perche une maison ... Les lieux abandonnés ont pourtant presque l'air d'être habités ... C'est une sensation étrange qui les traversent ...
Armés de leur deux acolytes, les voilà lancés dans la quête de l'histoire qui habite ses lieux ... Ou devrais je dire qui hante ces lieux ...

par Pegh
Tombée du nid Tombée du nid
Clotilde Noël    Clothilde Noël   
C'est un très joli témoignage d'amour de cette maman à son enfant. On voit bien que l'adoption est semée d'embuches et on se demande vraiment pourquoi car cette famille ne demande vraiment qu'à aimer cet enfant. J'aurais vraiment aimé savoir un peu plus comment Marie s'intègrerait à la famille et savoir comment elle va aujourd'hui (edit : mais c'est l'objet du tome 2).

par Lola5405
Et tu n'es pas revenu Et tu n'es pas revenu
Marceline Loridan-Ivens   
Il m'a fallut 1 journée pour lire ce magnifique livre.
C'est une magnifique lettre qu'elle écrit à son père, mort à Auschwitz.
Je ne sais quel mots utiliser pour décrire avec quelle force et quels mots sublime elle utilise pour écrire cette lettre.
Tout y est décrit avec pudeur, retenu, et pourtant avec une telle rage aussi.
C'est un livre sublime par les mots, par sa force...
Un livre à lire et à relire.

par vivie10
J'ai été quelqu'un de gai J'ai été quelqu'un de gai
Marceline Loridan-Ivens    Judith Perrignon   
« J’ai été quelqu’un de gai, tu sais. Malgré tout ce qui nous est arrivé. Je pouvais raconter le pire en riant, ou ne plus y penser. » Ainsi commence cette lettre de Marceline Loridan-Ivens à son père. Tous deux ont été déportés, elle à Birkenau, lui à Auschwitz, où il disparaît en 1943. De ces mois, il ne reste rien : si ce n’est les mots, le souvenir, le regard et l’émotion. De la rue des Saints-Pères, où elle vit depuis des années, elle tend la main : la haine est là, à portée, les camps, Mengele, les wagons de fer, l’odeur, la cruauté et la neige. Mais aussi la douceur. Et ce père merveilleux qui réussit à lui faire passer un bout de papier avec quelques mots. Un trésor, un testament pour sa fille de quinze ans. Mais dont elle ne sait plus rien : les mots même se sont effacés...
La vie a passé, Marceline Loridan-Ivens a vécu, voyagé, réalisé des films : pourtant ces mots la cherchent. Parole de paix, de vie. Marceline raconte, on ne parle jamais assez : la petite fille seule, sa poupée à la main, qui marche vers la chambre à gaz ; la jeune femme bousculée par le « trag » de Marceline, abattue sous ses yeux par un nazi ; Mengele, qui hante le camp, comme un démon, sa baguette à la main, et puis le retour, le monde d'après...
« Tes mots s’en sont allés. Ils me parlaient d’un monde qui n’était plus le mien. J’avais tout perdu. Il a fallu que la mémoire se brise, sans cela je n’aurais pas pu vivre ».

par x-Key
L'amour après L'amour après
Marceline Loridan-Ivens    Judith Perrignon   
Marcelline nous livre là, son rapport à l'amour après cette période de deshumanisation totale qu'elle a vécue. Le choix des mots est époustouflant de beauté et de sensibilité, et elle semble ne pouvoir s'exprimer qu'avec cette beauté poétique, comme s'il fallait inclure la beauté en tout. D'une émotion profonde et sincère, on prends conscience de ce que Marcelline nous crie haut et fort : qu'elle ne se sentait pas légitime de vivre, alors encore moins d'aimer...Jusqu'à Joris qui lui offre la plus belle parenthèse de sa vie : celle de l'amour, de l'acceptation de ce qu'elle est, sans jugement et avec une largesse d'esprit qu'il lui accorde de suite car il sait intuitivement que ce sera leur liberté personnelle de pouvoir s'accompagner mutuellement. Un hymne à l'amour vrai malgré tous les tourments endurés avec lesquels il faut composer.

par Lenou68
Ma vie balagan Ma vie balagan
Marceline Loridan-Ivens   
Bonjour les lecteurs ...
"Balagan" mot d'origine russe signifiant " désordre, bordel".
Elle, c'est Marceline Rozenberg.
Elle, elle est juive, gauchère rouquine et minuscule.
Elle, elle se raconte, de façon balagan
Elle, bien entendu, évoque la déportation, les camps, l'horreur. Mais pas seulement ...
Elle, elle parle aussi de l'avant et de l'après, de sa famille meurtrie.
Elle raconte qu'on n'oublie jamais, que pas un instant ne passe sans qu'on y pense .
Elle, elle a eu du mal à se reconstruire .. y est-elle seulement arrivée ?
Elle, elle s'est affichée pour l'avortement, contre la guerre d'Algérie.
Elle c'est l'éternelle rebelle au caractère bien trempé.
Elle, elle raconte ses souffrances, ses regrets, ses ravages de façon " destroy" , de façon balagan.
Elle qui n'a plus voulu s'appeler Rozenberg, trop dur, trop difficile.
Elle, c'est Marceline qui est partie il y a quelques semaines vers d'autres cieux

par Granny-1