Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Tinuvielle : Liste d'argent

retour à l'index de la bibliothèque
Le Retour à la terre, Tome 4 : Le Déluge Le Retour à la terre, Tome 4 : Le Déluge
Jean-Yves Ferri    Manu Larcenet   
Après quatre tomes, on connaît désormais le décor de « Le retour à la terre ». Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet ne manquent pas d'imagination quand il s'agit de nous faire rire, on notera cependant quelques gags prévisibles ou un tantinet répétitifs. Cela reste malgré tout une bande dessinée légère et tendre que l'on a plaisir à lire. Je vous conseille d'avoir lu les albums précédents, car la série est chronologique, avec une thématique, ici c'est « Le Déluge », la petite Capucine est née et Manu déprime ; pas facile le rôle de père. Madame Mortemont est à l'honneur, c'est un personnage au caractère bien trempé, solidement campé dans la caricature, mais qu'est-ce que c'est drôle !

par cab38
Fables, tome 16 : Rose Rouge Fables, tome 16 : Rose Rouge
Bill Willingham   
Rose Rouge est avachie au lit depuis des lustres, elle a une gueule à faire peur et la tête de cochon coupée n'est jamais arrivée à la faire sortir de son plumard où elle déprime sévère grave.

Pourtant, elle va avoir un électrochoc et nous, nous aurons droit à des informations complémentaires sur sa vie en tant que petite soeur de Blanche Neige.

Oubliez les gentils 7 nains, ici, on n'est pas chez Disney et c'est assez glauque, si on lit entre les lignes.

Dans le dessin animé, les 7 nains restent sages avec Blanche, jamais de pensées cochonnes ou lubriques, mais vous m'avouerez que c'était peu plausible, sauf s'ils étaient tous homo ! Mon dieu, on ne parle pas de ça non plus dans les Disney !!

Au retour de Blanche de son exil et de sa tournante avec des nains lubriques, Rose Rouge s'est comportée comme une vraie peste, poussant souvent le bouchon un peu trop loin.

Certes, on peut la comprendre; on ne lui avait pas tout dit, on lui avait caché des choses, mais son comportement était tout de même plus qu'odieux, mesquin et irresponsable !

Tout en nous fournissant des informations sur deux personnages centraux de Fables, le scénariste nous met aussi en appétit avec les préparatifs du grand Méchant Mister Dark.

Là, on ne pourra jamais dire qu'ils ont foiré leur Méchant, eux, car il est réussi et bougrement méchant, sadique, horrible,… Qui que vous soyez, il décèle vos Peurs et vous rend fou, méchant, agressif, meurtrier.

Sous le regard du chat noir Médée, nous découvrirons ses projets pour les Fables et les Communs, c'est-à-dire, nous… C'est pas glorieux ce qu'il veut faire de notre Monde.

J'ai adoré aussi l'entretien que Mister Dark aura avec Mister North… Grandiose !

Le combat entre M. Dark et frau Totenkinder sera épique, donnant encore plus envie de tourner les pages car ici, pas de dessinateurs que je n'aime pas ! Ouf.

Petit bonus à la fin, des dessins pour répondre à des questions posées par de lecteurs célèbres.
Les Chroniques lunaires, Tome 3.5 : Levana Les Chroniques lunaires, Tome 3.5 : Levana
Marissa Meyer   
Quitte à prendre des -1 je vais y aller franco. J'ai aimé cette nouvelle.
Levana est un personnages énigmatique, que le lecteur à du mal à suivre dans ses choix. Moi, je l'ai bien aimé. OK, elle est odieuse et incroyablement superficiel, mais la voir se fragiliser avec[spoiler]Evret, lorsqu'elle découvre son visage. Brisé son regard en face de l'homme qu'elle aimait.[/spoiler] Elle s'endurcit au fil de l'histoire pour obtenir exactement ce qu'elle veut, quitte à en payer le prix.
[spoiler]Savoir que sa propre sœur l'a blessait moralement et physiquement[/spoiler], j'ai eu une peine immense pour elle. C'est peut être dû à son passé chargé, mais je m'accroche à l'idée que même sous ses traits de souveraine intransigeante, elle possède un cœur capable d'être dompté.

par cass9713
Niourk, tome 1 : L'enfant noir Niourk, tome 1 : L'enfant noir
Olivier Vatine   
Cette BD m'a été recommandé par mon oncle, grand amateur de BD et j'ai bien fait de suivre son conseil car elle est toute particulière et intéressante.

[spoiler]Une catastrophe provoquée par les hommes a eu lieu, ils ont largué dans les océans des produits radioactifs, ce qui a entraîné la régression des mers et océans, l’appauvrissement des ressources de la Terre et l'Humanité en est revenue à son état primitif.
Nous sommes donc bien des années plus tard, dans une tribu qui vit comme nos ancêtres d'autrefois (de la Préhistoire). On apprend que la chasse est rude, le climat aussi (très changeant), on en vient à demander la grâce des dieux pour une vie meilleure et une nourriture plus abondante. Un enfant est continuellement rejeté par cette tribu car il a la peau noire, un petit débrouillard qui se forge seul, se débrouille seul, vivant dans l'ombre du clan. Lorsque l'espèce de shaman ne revint pas de son pèlerinage vers la "ville des dieux", le garçon décida d'y aller. Au sommet de la montagne des dieux, la vérité est toute autre: des vestiges d'anciennes civilisations (notre civilisation actuelle). Il retrouve le vieux sorcier mort de froid, qui ne venait pas là pour implorer les dieux mais pour boire ses réserves d'alcool. L'enfant découvre un tout nouveau monde, sans le comprendre réellement, l'adaptant à ses connaissances primitives/brutes. Il va alors comprendre que l'homme est bel et bien mort et que s'il veut pouvoir retourner au village sans être à nouveau rejeté, il doit devenir comme le vieux, prendre sa place et pour cela il devra prendre sa force et son savoir en mangeant son cerveau et en gardant une vertèbre pour le chapelet. Il fut persuadé d'être aimé des dieux, aidé par eux car l'arme qu'il trouva (une espèce de laser) le défendit d'un jaguar affamé. Alors qu'il se remettait en route, un violent incendie ravageait tout sur son passage et le chef du clan, Thôz fit tout pour survivre. Mais lorsqu'il revint chez lui, plus rien ne subsistait. L'enfant arriva quelques jours plus tard pour constater la même chose et il suivit les traces de Thôz (qui avait déjà retrouvé les siens, réfugiés dans les montagnes). Ces derniers se remirent en marche pour trouver un nouvel abri et un nouveau terrain de chasse. Une créature marine a été contaminée par la radioactivité et est capable d'aller sur terre. Un prédateur redoutable, transformé, une erreur de la nature, une modification génétique. Et les chasseurs de la tribu s'en prirent à elle pour s'arroger son territoire de chasse où le gibier abondait. L'enfant noir qui les suivait à la trace fit la rencontre d'un ours qu'il blessa à la patte avec son arme, mais il ne put se résoudre à le tuer, à l'abandonner à son sort. Il s'occupa de lui, le soigna avec ses connaissances. L'animal et lui finirent par devenir amis et inséparables, ils prirent donc la route ensemble alors que la tribu s'était trouvée un nouveau nid et se nourrissait de la chair du monstre abattu. Ils constatèrent alors que leur ventre se mit étrangement à luire, que leurs forces étaient décuplées. Mais ils furent attaqués par d'autres monstres (des espèces de poulpes géants) venus venger l'un des leurs. [/spoiler]

On a les pensées du garçon, ses réflexions quant à ses actions, à ce qu'il voit, à ce qu'il comprend et c'est très particulier. Il est vraiment hors norme en fait. On découvre certaines choses, on les redécouvre, on les aborde d'une autre façon par le biais du garçon.

Le graphisme est vraiment très agréable, bien exécuté avec des couleurs parfaitement adaptées à l'histoire.

C'est vraiment toute une aventure, une épopée pleine de surprises où un garçon différent des autres devient une espèce de héros, un guide. Une BD vraiment toute belle avec plein de messages cachés ou non, qui parlent de sujets qui sont malheureusement toujours d'actualités comme le racisme ou les catastrophes écologiques, avec un mélange détonnant de fantastique, d'histoire et de science-fiction.

C'est une BD qui fait réfléchir et c'est sûr que je lirai la suite, vraiment curieuse de voir ce que me réserve l'auteur.

par MaMt
Kililana Song, tome 1 Kililana Song, tome 1
Benjamin Flao   
Une bd originale tant pas son histoire que par les dessins. Elle fait voyager et notre esprit vagabonde au gré des déambulations du jeune personnage principal, ainsi que par les différents portraits croisés des personnages secondaires, tous plus intrigants les uns que les autres. Un régal.
Fables, tome 6 : Cruelles saisons Fables, tome 6 : Cruelles saisons
Bill Willingham   
Chouette, mon Bigby préféré est mis à l'honneur avec une partie de sa vie durant la Seconde Guerre Mondiale, derrière les lignes ennemies, infiltrant l'ennemi SS dans son château !

Et si nous avions perdu, dans les tomes précédents, les annexes avec des informations sur les personnages des contes, nous aurons juste après la fin de la mission de Bigby, quelques notes explicatives sur cette histoire et les libertés prises par l'auteur.

Ensuite, retour dans le présent avec Blanche qui accouche, les élections qui ont lieu et des morts mystérieuses qui donneront lieu à une révélation coup de poing.

Une fois de plus, le scénario et l'univers des Fables sont maitrisés, soignés, remplis de mystères de suspense et de tous les codes qui régissent la vie des Fables à Fableville ou à la Ferme.

Pas le temps de se faire les ongles durant la lecture, les dialogues s'enchainent, pas ou peu de temps mort, de l'humour, des intrigues, des Fables qui se font tuer, d'autres qui mettent les voiles et un nouveau maire qui a promis un peu trop vite que demain, on balancerait des sorts gratis.

Et puis, que de changements dans cet album avec la prise des nouvelles fonctions de la Belle et la Bête qui se rendent compte que le cadeau était empoisonné et que le boulot de Blanche était plus que laborieux (celui de Bigby aussi), mais elle avait eu le temps d'acquérir de l'expérience, elle.

Au final, c'est un tome assez triste car il y a des changements radicaux dans l'univers des Fables et à Fableville et on se doute que rien ne sera plus comme avant…

Pour résumer cette série, je dirais que ses intrigues sont complexes, bien maitrisées, bien menées, que les rebondissements sont présents, pas à toutes les pages mais qu'ils ont l'art de vous surprendre et de relancer l'affaire de plus belle.

Les personnages sont attachants, terriblement humains même en étant immortels, car nos travers se retrouvent chez eux aussi. de plus, ils ne sont pas figés, ils évoluent, on pourrait en aimer un et le découvrir en beau salaud et en détester un autre et voir que tout compte fait, il est fréquentable.

L'ambiance est sombre, loin des licornes ou des Petits Poneys qui bouffent des arcs-en-ciel pour chier des papillons…

Je poursuis donc ma route avec ces contes revisités pour mon plus grand plaisir !
Merci Merci
Arno Monin    Zidrou   
Merci est une ado rebelle, qui brûle des poubelles et taguent des murs avec ses copines. Pour payer ses écarts, elle doit travailler pour la mairie de son village et monter un projet durable pour les jeunes. Elle ne s'y connaît pas en politique, mais ses remarques font mouches chez les vieux de la vieille. Peu à peu, elle prend essor et ce en partie grâce à la poésie. C'est un bel album sur le passage à l'âge adulte. J'ai beaucoup aimé les répliques bien senties de Merci et du grand-père !

par Sahlielle
La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis
Zidrou   
Même si d’un point de vue personnel, je ne raffole pas des nouvelles, dans cet ouvrage, Zidrou a demandé à plusieurs illustrateurs de donner vie à ces nouvelles qui font du bien comme le titre l’indique. Elles sont intimistes et optimistes et donne le sourire ou nous font ressentir une certaine mélancolie.
Les 3 Fruits Les 3 Fruits
Oriol    Zidrou   
Une belle réussite. Tout d'abord j'ai été déconcertée par ce dessin , très sombre, mystérieux avec des flous délibérément mis en scène. Puis ce dessin m'est apparu comme l'illustration parfaite du scénario . L'histoire reprend tous les codes du conte avec sa part de magie et de fantastique, dans une ambiance d'obscurantisme moyenâgeux, tout en intégrant une réflexion plus moderne ( et intemporelle ) sur la place des femmes et très subtilement sur la religion. Excellent.
Bouffon Bouffon
Zidrou    Francis Porcel   
Une BD one-shot que je classe dans mes coups de coeur. C'est une bien terrible histoire :celle de Bouffon, surnommé le Glaviot, un personnage à l'apparence monstrueuse. Mais il a un pouvoir extraordinaire qui lui permettra d'être adulé de tous. Zidrou nous offre un magnifique scénario philosophique sur les thématiques de l'espoir et du beau.