Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de titikeke : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Pandemia Pandemia
Franck Thilliez   
Hasard de l’actualité, c’est au moment où l’on apprend que la grippe saisonnière a entrainé plus de 18000 décès cette année, que le virus Ebola fait rage en Afrique et que le coronavirus fait des ravages au moyen orient que parait « pandemia », 9ème opus des aventures de Sharko et Hennebelle.

Depuis plusieurs années maintenant, chaque nouveau roman de l’auteur est un évènement attendu par les amateurs du genre.
Et « pandemia » avec ses 644 pages ne déroge pas à la règle.

Dès les premières pages, on est happé par les intrigues. Je dis bien les, deux intrigues se déroulant en parallèle. Si à priori, elles n’ont rien à voir entre elles (personnages, lieux, sujet, totalement différents) un habile jeu de labyrinthe les fera se rejoindre. Malgré tout, il n’y a aucun fouillis, l’auteur maintient un ensemble cohérent tout au long du roman, on passe sans problème d’une enquête à l’autre.
Tout au long du roman, la tension ne cesse de grandir, on est captivé par ces intrigues réalistes, qui pourraient s’inscrire dans notre quotidien. Au fil des pages, on se demande « et si c’était vrai », « et si ce virus existait réellement », à tel point qu’on ne peut plus refermer le livre tellement il est vital d’en connaitre la fin.

Franck Thilliez maitrise parfaitement ses personnages. Personnages auxquels on n’a pu que s’attacher au fil des années. C’est toujours un bonheur de retrouver Franck, Lucie mais aussi leurs jumeaux et leur équipe.

On ressent la tension et l’angoisse au travers de l’écriture fluide, agréable de l’auteur mais on rit aussi et on versera des larmes, je ne dévoilerai pas à quel moment pour vous laisser le suspens.

Un conseil malgré tout, même si ce roman peut se lire indépendamment des précédents, je vous recommande de lire « atomka » et « angor » au préalable.

Mais avec « pandemia » Franck Thilliez ne répand pas uniquement le virus de la grippe, il répand aussi le plaisir de lire d’excellents thrillers.

Un thriller à lire absolument, éviter juste de le lire lors d’une épidémie de grippe ou au milieu d’une réserve ornithologique.

Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius
Mark Gatiss   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/20/lucifer-box-t-1-le-club-vesuvius-mark-gatiss/

Le club Vesuvius est le premier tome des aventures de Lucifer Box. Dandy le jour et agent secret au service de la couronne d’Angleterre la nuit, il mène une double vie, dans laquelle il multiplie les investigations et les conquêtes, aussi bien féminines que masculines.

À force de croiser le mot « steampunk » sur différents sites littéraires, j’ai décidé de m’y essayer, et voir le terme associé au nom de Mark Gatiss, le créateur de la série Sherlock, m’a convaincue de sauter le pas. Hélas pour moi...

Cette œuvre, malgré le potentiel qu’elle dégageait de prime abord, n’a pas réussi à me séduire. Le début était pourtant prometteur : un meurtre aussi nonchalamment exécuté qu’inattendu avait de quoi surprendre, dommage que cela n’ait pas continué dans cette voie.

La suite est plus convenue. On y suit une enquête plus ou moins intéressante, qui finit par éloigner Lucifer Box de l’Angleterre pour l’Italie, plus précisément la belle ville de Naples et son célèbre Vésuve. On se retrouve donc avec un roman d’espionnage, mais pour ce qui est du côté steampunk, j’en ressors assez perplexe.

Je ne peux faire aucune comparaison, puisqu’il s’agit de mon premier livre du genre, mais je n’ai guère retrouvé la définition qu’on m’en a fait dans ce roman. Hormis quelques éléments mécaniques dans les derniers chapitres, c’est surtout une histoire d’enquête qui se déroule au XXème siècle, sans plus.

Quant aux personnages, ils sont certainement le point le plus décevant du livre. Ils ne sont pas attachants, et surtout pas Lucifer Box, qui est tout bonnement insupportable avec sa condescendance, sa vanité et sa conviction que rien ne lui résiste (ce qui est le cas, qu’il s’agisse des gens ou des mystères à éclaircir).

Il n’y a que Bella qui lui cause quelques... difficultés qu’il ne voit pas venir, tout aveuglé qu’il est par son désir, mais elle n’apporte en revanche aucune surprise, car son apparition et ses réapparitions sont tellement peu subtiles qu’on se doute rapidement qu’elle a quelque chose en tête (et certainement pas ce que Lucifer espère).

Pour ce qui est du style en lui-même, il ne m’a guère emballé non plus. Quand j’ai vu l’immanquable référence à Sherlock (qui n’a pas entendu la voix d’Irene Adler résonner dans sa tête lorsque le protagoniste évoque ses pommettes ?), j’espérais retrouver un humour aussi fin et cynique que celui de la série, mais le roman est en réalité plutôt cru, ce qui n’est pas pour moi.

Déception donc que ce livre. Je me réessayerai probablement au steampunk un jour prochain, mais pour ce qui est des aventures de Lucifer Box, je préfère m’arrêter ici.

par Cyrlight
From Hell From Hell
Alan Moore   
Une plongée dans l'univers malsain et glauque de Whitechapel. Une intrigue ciselée comme il faut, un dessin aiguisé, une histoire qui ne manque pas de piquant ! Une thèse sur l'identite et les motivations de Jack l'Eventreur peut-être un peu discutable.

par EmmaB
Le Passager Le Passager
Jean-Christophe Grangé   
Que ça fait plaisir... du très bon, de l'excellent Grangé !!
on reconnaît la patte du Maître, une intrigue très bien menée, des thèmes dont celui des fugues psychologiques très bien documentés... et un suspens qui nous mène de bout en bout, jusqu'à la dernière ligne... car il m'a surprise encore avec la chute finale... je ne m'attendais pas à cette fin là... ou j'avais envie d'une autre lol mais l'auteur, c'est bien lui, Grangé, qui mène la danse,... jusqu'au bout. Bref, à lire absolument !!

par Lilou
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Le Poète Le Poète
Michael Connelly   
C'est étonnant en survolant les commentaires je me suis rendue compte que beaucoup de personnes ont découvert Michael Connelly par "Le poète", et bien coïncidences oblige c'est aussi le cas pour moi !
Et à la fin d'une telle lecture je suis persuadée de m'intéresser beaucoup plus à cet auteur.
Le livre est bien écrit les soupçons du lecteur peuvent porter sur plusieurs personnages et même si j'avais plus ou moins une idée de ce que serait le twist final, je suis convaincue qu'il pourrait en surprendre plus d'un.

Verdict pour moi, un très bon roman d'un très bon auteur.

par Skye
Hypothermie Hypothermie
Arnaldur Indriðason   
c'est le premier livre de cet auteur que j'ai lu. Je l'ai beaucoup apprécié même si j'ai un peu mélangé tous les personnages avec leurs noms islandais si compliqués...

par Margaux03
L'Affaire du chien des Baskerville L'Affaire du chien des Baskerville
Pierre Bayard   
Les personnages littéraires ne sont pas, comme on le croit trop souvent, des êtres de papier, mais des créatures vivantes, qui mènent une existence autonome à l'intérieur des textes et vont jusqu'à commettre des meurtres à l'insu de l'auteur. Faute de l'avoir compris, Conan Doyle a laissé Sherlock Holmes se tromper dans sa plus célèbre enquête, Le Chien des Baskerville, et accuser à tort un malheureux animal, permettant au véritable assassin d'échapper à la justice. Ce livre rétablit la vérité.

par Lilinie
Le Cycle de Fondation, tome 4 : Fondation foudroyée Le Cycle de Fondation, tome 4 : Fondation foudroyée
Isaac Asimov   
Il aura fallu plusieurs années, et beaucoup de motivation à Asimov, pour se replonger dans l'univers de la Fondation. Certes, j'ai été déçue de savoir qu'il n'a pas choisir d'y revenir de lui-même, mais suite à la pression de ses fans et de son éditeur. Mais il n'empêche, cela reste encore un chef-d'oeuvre.

Ici, Asimov change de façon d'aborder son récit. Il s'agit d'un "simple" roman, une forme plus basique mais qui n'entache pas le talent d'écriture. Au contraire, Asimov signe un tome toujours aussi complexe et talentueux.
Nous suivons deux duos plutôt fonctionnels. Tout d'abord, Trévize, un membre de la Fondation, et Pelorat, un historien plutôt asocial. Le duo fonctionne à merveille et Trévize, que je n'aimais pas au début du livre, se révèle agréable et très intelligent.
En parallèle, se trouve un Orateur de la Seconde Fondation, Gendibal, et une paysanne de Trantor, Novi. Là encore, ces deux-là se conviennent bien et leur relation atténue le côté arrogant de l'Orateur.

En bref, Asimov s'attache plus aux personnages et on les découvre avec plaisir. Cette suite diffère ainsi des premiers tomes, renouvelant quelque peu la saga. tout en continuant les interrogations sur le Plan Seldon.
La ligne de conduite de Seldon a évolué, il remet grandement en cause le Plan. J'ai hâte de clore une bonne fois la saga, pour obtenir toutes les réponses aux nombreuses questions posées par ce quatrième tome.

par Evalla
Le Cycle de Fondation, tome 5 : Terre et Fondation Le Cycle de Fondation, tome 5 : Terre et Fondation
Isaac Asimov   
Le dernier tome d'un cycle n'est jamais simple à aborder.. allons nous rester sur notre fin, on en aimerait plus, on a rien compris...
Mais dans cet ouvrage I.A. boucle avec habileté un des plus grand cycle du genre.

par Deniador
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3