Livres
472 268
Membres
444 224

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Matoline 2019-09-05T20:46:01+02:00

Chapitre 9 :

«…

— Ce n’est pas mon truc. Je préfère être derrière si tu vois ce que je veux dire…

J’ouvre les yeux en grand, estomaquée ! Il ne vient quand même pas de…

— Tobias Miller ! Est-ce que tu viens de faire un sous-entendu sexuel ?

Il sourit jusqu’aux oreilles, l’œil canaille, et répond en me faisant un clin d’œil.

— Y Ma’am !

J’éclate de rire en me cachant le visage des deux mains.

— Ton p est pasteur !

— Et tu c s que j’ai été conçu comment ?

Je pince me èvres en secouant la tête.

— Je ne suis une pro en anatomie, mais certainement pas comme ça…

C’est à son tou ’éclater d’un rire sonore.

— Tu as l’esprit encore plus mal tourné que le mien…

Son rire m’envoie une nuée de papillons dans le ventre et je lui souris, fière de moi.

— Si on m’avait dit qu’un jour je ferai des blagues de cul avec mon ancienne baby-sitter…

Ouch. Douche froide.

— Merci de me rappeler que je suis vieille…

— Je n’ai jamais dit ça.

— Je suis quand même assez vieille pour avoir été ta baby-sitter.

— Et alors ?

Je cille, incertaine.

— J’ai huit ans de plus que toi…

— Mes parents ont onze ans d’écart.

Ce qui restait de mon sourire s’évanouit. Là je ne sais pas où il veut en venir, et je ne sais pas si j’ai envie de savoir non plus.

— C’est ton père qui est plus âgé, je tente, hésitante.

— Je ne te savais pas aussi conformiste…

Son regard chaud me détaille lentement de la tête aux pieds et j’ai l’impression d’être tombée dans la quatrième dimension. Encore. Ça n’arrête plus depuis qu’il est revenu et qu’il a gentiment bousillé toutes mes convictions.

...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Matoline 2019-09-05T20:45:50+02:00

Chapitre 4 :

«…

— Ouch !

— C’est toi qui as commencé !

— Mais moi j’avais une bonne raison !

— Ça va, le délai de prescription est passé maintenant, je pense que ta mère s’en fiche de savoir que Simon Henson a escaladé ta gouttière pour venir te prendre ta virginité en dernière année !

— QUOI ? s’écrie ma mère, livide.

— Je vais te tuer… je la menace en plissant les yeux.

Ni une ni deux, je me jette sur elle et elle détale dans un glapissement entre les rayonnages alors que je la course jusqu’à réussir à la plaquer par terre.

— Arrête Mi, si tu me tues tu n’auras personne pour être plus scandaleuse que toi !

Elle se débat alors que je m’assieds sur son dos en lui coinçant les bras.

— Je survivrai, je lui assure en lui tirant sur une mèche de cheveux.

— AÏE ! Tu es une névrosée, Mia Poppy Anderson !

— Et toi, une balance !

— Dit la fille qui a raconté toutes les bêtises de Sherman Baxter à la maîtresse en dernière année de primaire pour avoir un bon point !

Je m’immobilise sur elle en réfléchissant.

— OK, tu marques un point.

Je lui relâche les bras mais reste assise sur elle alors qu’elle essaie de me faire basculer. Je me plaque sur elle et elle grogne de plus belle alors que je la chatouille.

— Vous êtes toujours aussi insupportables… soupire ma maman en nous observant depuis l’autre bout du rayon...»

Afficher en entier
Extrait ajouté par worldofdramapassion 2019-09-03T22:31:18+02:00

— Je suis certaine que la petite blonde de tout à l'heure se ferait un plaisir de te prouver l'inverse...

Je me gifle mentalement en crachant ça, est-ce que j'ai vraiment besoin de me faire du mal en l'envoyant directement dans les bras d'une fille qui a dix ans de moins que moi ? Vraiment ? Surtout en plein Burning Man quand quatre-vingt-dix pour cent des participantes sont ouvertes à tout type d’expérience...

— Elle n'est pas mon genre...

Sérieusement ? Là il se moque de moi, je fais volte-face, furieuse, pour le regarder droit dans les yeux. Il se tient de l'autre côté de la kitchenette, les poings serrées, la chemise ouverte et j'ai une vue panoramique sur son torse.

— Et c'est quoi ton genre Tobias ? je grince en le fusillant du regard.

Il ne sourit pas et me fixe, et pendant un court instant je me demande ce qu'il m'est passé par la tête pour lui avoir posé la question parce que j'ai peur d'entendre la réponse.

— Toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sanhou 2019-08-29T22:55:56+02:00

– Mia… On en crève d’envie tous les deux… Si tu savais tout ce que je rêve de te faire…

Je pars sur un rire hystérique qui me semble tout à fait inapproprié dans cette situation mais je n’arrive pas à m’en empêcher. Mon corps semble tenter d’évacuer par n’importe quel moyen la tension qui prend possession de toutes mes cellules et me consume de l’intérieur.

– Je t’ai gardé quand tu étais petit Tobias, merde je t’ai même mis en pyjama, tu es un môme !

– Ça ne semblait pas te déranger quand tu t’es mise toute nue devant la fenêtre…

Je sens mon visage devenir cramoisi. Il sait que je l’ai vu. Il sait que ce spectacle était pour lui.

Face à mon coup d’éclat je me recroqueville intérieurement. Je savais bien que ça ressortirait un jour, et je savais également que je le vivrais tout aussi mal. Mais je croise les bras et relève le menton en signe de défi.

– Tu es un gamin Tobias.

J’appuie sur le mot pour tenter de le faire reculer, mais tout ce que j’obtiens c’est un sourire carnassier qui me fait flamber les reins.

– Est-ce que je dois vraiment te prouver que je ne suis plus un gamin ?

Et à peine sa phrase prononcée, il retire sa chemise, déboutonne son short et baisse le tout, en embarquant également ses sous-vêtements, tout en me fixant sous ses cils, avec un léger sourire en coin. J’ai la faiblesse de baisser les yeux et les relève très rapidement vers le plafond, le souffle court.

Afficher en entier
Extrait ajouté par assiatou 2019-09-18T21:53:25+02:00

- Puisses-tu être en paix où que tu sois, puisses-tu continuer à briller aussi fort que tu le faisais. Les étoiles doivent être bien ternes à côté de toi....

Afficher en entier
Extrait ajouté par De_la_Plume_aux_Mots 2019-09-18T09:00:40+02:00

– Vous êtes un débauché, Tobias Miller… je souffle quand il me lâche après un baiser étourdissant et érotique.

– Putain oui… Il vient prendre mon menton en dégageant ma main de son entrejambe.

– J’aurais croqué sans problème dans la pomme et quitté le paradis pour tes beaux yeux.

Son ton sérieux me laisse sans voix, il m’embrasse rapidement puis il descend du lit alors que je suis encore sonnée.

– Habille-toi, je t’attends pour manger.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Vero-32 2019-09-13T13:26:59+02:00

- Arrête de le dévorer du regard...

- Je ne le dévore par su regard ! je chuchote à Calista alors qu'elle me fixe, peu convaincue.

- Mia... tes yeux crient "braguette" quand tu le vois... répond-elle à voix basse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eppupuce 2019-09-12T17:58:43+02:00

Oui ! Oh oui ! Ce n'est plus Creepy Tobie, mais Sexy Tobie maintenant… Mais qu'est-ce qui me prend de penser ça ? Il est plus jeune que moi ! Et je l'ai vu tout nu, je lui ai donné sont bain, je l'ai mis au lit et je… Oh mon Dieu, il se rapproche super vite, fais quelque chose Mia, maintenant !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elouu 2019-09-12T15:12:25+02:00

[...]

- Personne ne nous regarde et tout le monde s’en fout de ce qu’on dit.

- Tu n’en es pas sûr.

- Toi non plus.

- Nom de Dieu, entre toi et Calista c’est impossible d’avoir une discussion sérieuse…

- Aaaah… c’est donc ça que tu veux : une discussion « sérieuse », murmure-t-il en souriant.

Je soupire profondément.

- Je ne sais pas grand-chose de toi si on y réfléchit bien.

- Tu sais à quoi je ressemble quand j’éjacule.

- Tobias putain ! je siffle entre mes dents serrées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par worldofdramapassion 2019-09-03T20:02:28+02:00

Je me racle la gorge et toussote en secouant le billet devant eux.

— Alors ?

— Prends-le, répond-il avant que son petit frère n'ait le temps d'ouvrir la bouche pour protester. De toute façon je vais utiliser l'huile aussi.

Je hausse les sourcils en même temps que Jake mais je ne fais pas plus de commentaires et range le billet avant de lui donner la monnaie.

— Tu vas faire quoi avec ? le questionne l'adolescent en saisissant la bouteille.

Oui, moi aussi ça m'intéresse. Curieusement... Il prend le temps de ranger l'argent dans sa poche avant de me fixer droit dans les yeux, un léger sourire aux lèvres.

— La fenêtre de ma chambre grince.

Mon sourire disparait et je rêve de m'enfouir six pieds sous terre. Tobias continue, sans aucun répit pour ma pauvre personne.

— J'aimerais qu'elle s'ouvre plus facilement la prochaine fois...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode