Livres
539 979
Membres
569 924

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je grognai et repartis en trombe dans la cuisine. Dans la réserve, je trouvai un bocal énorme de cerises confites, et rapportai tout le pot au bar. Je dévissai le couvercle et en sortis une par la queue. Je la laissai tomber dans la frozen margarita et rajoutai même une tige de menthe pour faire bonne mesure.

— Satisfait ?

— Et le parasol ?

— Oublie-le.

— Ce n’est pas une margarita sans le parasol.

Une douzaine de clients antipathiques supplémentaires attendaient pour commander. Je commençai à me tourner vers eux.

— Je n’en veux pas s’il n’y a pas de parasol, déclara Aaron. Fais-moi…

Ma vision vira au rouge. Je me retournai vers lui et attrapai la margarita que j’avais passé cinq précieuses minutes à préparer.

— Si tu ne la bois pas, tu peux l’utiliser pour te rafraîchir !

Et je lui balançai le liquide au visage.

Afficher en entier

– Je m'appelle Zora. Lui, c'est Andrew, dit-elle en désignant le chef d'équipe. Cameron.

Le grand connard.

– Darren.

Le connard musclé.

– Et Cearra.

La connasse.

– Enchantée.

Afficher en entier

Chapitre 1

Pour garder un travail, il faut suivre quelques règles simples : arriver à l’heure, travailler dur et ne pas agresser les clients.

J’affichai un sourire poli quand la femme à la table six fit claquer ses gros doigts alors même que je me dirigeais vers elle avec un plateau de boissons porté à bout de bras. Elle pointa ses griffes fuchsia vers son assiette.

— Il n’y a pas de viande dans mes pâtes, déclara-t-elle sur le ton d’une gouvernante victorienne offensée.

Je regardai son plat. Celui-ci révélait effectivement un manque de volaille choquant si on considérait qu’il était arrivé à sa table avec un blanc de poulet grillé entier. Je le savais parce que j’avais vu le serveur le lui apporter. Des traînées de sauce crémeuse tachaient d’ailleurs les bords de l’assiette.

Je regardai le plat de sa voisine. Oh, comme par hasard, d’autres pâtes Alfredo ! Et, waouh ! Il y avait par-dessus, une énorme pile de morceaux de poulet grillé que l’autre femme dévorait à toute allure, comme si elle voulait les faire disparaître avant que mon petit cerveau de serveuse puisse remarquer la supercherie.

— C’est inacceptable.

La cliente agita la main pour détourner mon attention de la montagne de viande.

— J’espère que vous ne vous attendez pas à ce que je paie pour un plat qui ne contient pas l’ingrédient principal !

Je replaçai mon plateau et la contemplai sans dire un mot avant de tourner le même regard vers sa complice. Est-ce qu’elles pensaient vraiment que je n’avais jamais vu ce genre d’arnaques auparavant ? Quand elles commencèrent à s’agiter, mal à l’aise, je me concentrai à nouveau sur la femme « sans poulet » et lui décochai un grand sourire.

— Vous pouvez me rappeler quel est le problème, madame.

— Mon… Mon plat n’a pas de poulet !

J’émis un « tss-tss » amusé, comme si on était en train de partager une bonne blague, et je fis un clin d’œil à l’autre femme.

— Votre amie doit avoir une fourchette plus rapide que son ombre, alors ! Vous ne l’avez même pas vue récupérer le poulet dans votre assiette.

Avec un rire forcé, je reculai, et les trois cocas, les deux bières et le thé glacé vacillèrent sur mon plateau. Les six clients assoiffés, qui se trouvaient à une table de là, m’observaient avec des yeux suppliants, et je pouvais quasiment voir le montant de mon pourboire dégringoler avec leur temps d’attente.

La femme « sans poulet » me regarda bêtement alors que ses méninges se mettaient lentement en branle derrière ses yeux trop rapprochés. J’avais exposé son mensonge stupide et je lui avais offert une porte de sortie. Tout ce qu’elle avait à faire, c’était la fermer et récupérer quelques protéines dans l’autre assiette avant que son amie mange tout. Pas de repas gratuit pour elle aujourd’hui.

Mais au lieu de ça, elle se rengorgea comme une grosse grenouille et pointa une de ses griffes roses vers ma poitrine.

— Qu’est-ce que vous sous-entendez ?

Sa voix s’éleva et perça le brouhaha joyeux qui emplissait le café bondé.

— Je vous ai dit qu’il n’y avait pas de poulet dans mon assiette quand le serveur l’a déposée. Est-ce que vous me traitez de menteuse ?

Eh bien, oui, en effet !

— J’ai dû mal comprendre, dis-je d’une voix apaisante, en parlant doucement, comme si ça pouvait compenser le volume avec lequel elle s’exprimait. J’ai cru que vous plaisantiez puisque votre poulet s’est à l’évidence retrouvé dans l’assiette de votre amie.

— Comment osez-vous ?

Ah bon, je n’aurais probablement pas dû dire ça !

— Je peux demander en cuisine de vous faire griller un autre blanc de poulet gratuitement.

— Je ne compte pas payer pour ce repas. Vu votre impolitesse, nous ne paierons rien du tout !

— Je vois. Dans ce cas, je vais devoir aller chercher mon manager.

De ma main libre, je retirai la débauche de morceaux de poulet de sous la fourchette de l’autre femme.

— Qu’est-ce que vous faites ? demanda-t-elle.

— Elle a dit que vous ne comptiez rien payer, alors je…

— Je n’ai pas fini !

— Vous comptez le payer ?

Sa fourchette toujours brandie, elle jeta un regard à sa compagne, furieuse. Ça cogitait dur. Ces deux femmes n’avaient probablement jamais autant utilisé leur matière grise depuis la maternelle.

— Reposez cette assiette ! aboya la première femme. Et faites venir votre manager immédiatement.

Je reposai le plat, et mon plateau de verres vacilla à nouveau. Le pourboire imaginaire que je voyais flotter au-dessus de la table voisine était désormais un nombre négatif : c’était moi qui allais devoir les payer pour leurs boissons.

— Je vous envoie un manager, marmonnai-je en me détournant. Ne boulottez pas tout pendant ce temps-là.

— Vous venez de dire que j’étais boulotte ?

Le cri offensé fit taire toutes les conversations dans la pièce. Et mince ! Je grimaçai et fis volteface pour me tourner vers la femme.

— Vous devez avoir mal entendu.

— Je n’ai pas mal entendu du tout ! cria-t-elle à pleins poumons. Vous m’avez insultée ! Où est votre manager ?

— Hum…

Autour de moi, les autres convives s’étaient arrêtés pour regarder le spectacle. Il n’y avait pas de manager en vue, mais devant ma mine paniquée, un autre serveur émergea de la cuisine.

— Est-ce que je peux…

— Nous partons. Je ne vais pas payer pour qu’on m’insulte et se moque de moi.

La femme bondit sur ses pieds, écumante de rage. Son amie engouffra une dernière bouchée de poulet avant de suivre son exemple.

— Si vous voulez bien attendre un instant, essayai-je à nouveau. Un manager va…

— Écartez-vous de mon chemin !

Sa main potelée jaillit vers moi et poussa mon plateau. Il se retourna, et les six boissons se renversèrent sur ma poitrine. Le liquide traversa mon chemisier blanc, et les verres se brisèrent au sol, envoyant des éclats sur mes jambes tandis que les glaçons volaient sous les tables.

N’importe qui m’ayant fréquenté un peu plus d’une heure avait une petite idée de ma patience. Et par « petite idée », j’entendais que je pourrais aussi bien me trimballer avec un panneau clignotant qui indiquerait : « Rousse flamboyante, attention ! ». Ou, d’après mon ex : « Rouquine tarée à fuir d’urgence ».

Je faisais de mon mieux, d’accord ? Je gardais le silence, je souriais très poliment et je laissais les managers offrir des repas gratuits à chaque enfoiré qui essayait de nous arnaquer parce que le « client est roi » ou je ne sais quoi.

Mais, parfois, je réagissais avant de pouvoir réfléchir.

Et c’est pour ça qu’avec le liquide glacial qui coulait dans mon décolleté, je balançai le plateau dégoulinant au visage ricanant de la femme. Le plastique heurta le côté de sa tête dans un crac retentissant, et elle partit en arrière avant d’atterrir sur son derrière bien rembourré, la bouche grande ouverte, les yeux écarquillés, la joue maculée de coca, de bière et d’un soupçon de thé glacé.

Si le restaurant avait été silencieux jusque-là, il était maintenant si dépourvu de bruit qu’on aurait pu se croire dans une nouvelle dimension.

— Elle m’a poussée d’abord, annonçai-je, et ma voix résonna dans le silence. Vous l’avez tous vu, n’est-ce pas ?

À la table qui attendait ses boissons, un couple d’âge moyen hocha la tête avec hésitation, et un type sourit et leva son pouce. Je sentais une centaine d’yeux sur moi alors que, toujours dégoulinante dans mon chemisier et mon tablier, je tendais la main par-dessus la femme et ramassais les deux assiettes de pâtes Alfredo pour les empiler sur mon plateau vide.

La femme me regarda d’un air absent, mais je savais que je n’avais pas réussi à lui faire entendre raison à coup de plateau. Une fois que le choc se serait dissipé, elle se mettrait à beugler. Ou à geindre. Une chance sur deux.

— Je n’ai pas dit que vous étiez boulotte, l’informai-je. Mais j’aurais dû vous traiter de menteuse. Vous avez menti à propos de votre repas, et ensuite vous m’avez agressée. Je vais devoir vous demander de partir.

Son visage vira au violet et ses yeux ressortirent encore davantage de leurs orbites.

— Le bon côté des choses, ajoutai-je d’une voix joyeuse, c’est que vous n’allez effectivement pas payer pour votre repas, juste comme vous le vouliez. Bonne journée, et merci de ne jamais revenir !

Source : kobo.com

Afficher en entier

Kai spun through the larger group, his movements swift and decisive. A telekinetic sent a knife flying at him, but the electramage darted aside with eerie, silent grace. He closed in on the telekinetic—and executed a flying double kick straight out of a martial arts movie. Landing neatly, he cast his hand wide. Lightning burst off him, seeking his metal knives. It tore through the psychics again, half of them falling to the ground in convulsions.

Afficher en entier

I flipped the card so the queen was facing him. “Why would I do that?”

As fire exploded on my right and someone screamed, the guy stuck his hand in his pocket and yanked out a new magic toy—another playing card.

“Impello!” he yelled.

“Orepecutio!” I shouted.

A ripple of air—and an invisible force slammed into my chest like a battering ram. I flew backward and hit the ground hard. This time I couldn’t save my elbows, but I stopped my head from smacking the pavement.

“It’s ori repercutio, idiot girl,” he snarled, advancing on me. “What kind of sorcerer are you?”

Who said I was a sorcerer? Nice of him to correct my pronunciation, though.

Afficher en entier

A system built entirely on the guild structure, hidden in plain sight—part of human society while also separate.

Afficher en entier

“Only useless mages train with wands. We train with weapons. If someone is trying to kill me, I’d rather have a sword than try to poke their eyes out with a piddly wand.”

Afficher en entier

I wanted a job where no one could fire me. I wanted a paycheck that couldn’t be docked. I wanted to buy my own place where no one could kick me out. I wanted to work hard and earn a living and support myself, and I didn’t want anyone to have the power to take that away from me.

In other words, stability. Seriously, was that so much to ask for?

Afficher en entier

“What about the umbrella?”

“Forget it.”

“It’s not a margarita without an umbrella.”

A dozen more unfriendly patrons were waiting to order drinks. I started to turn.

“I don’t want it if it doesn’t have an umbrella,” Aaron declared. “Get me—”

My vision went red. Whipping back to him, I grabbed the margarita I’d spent five precious minutes preparing and yelled, “If you won’t drink it, then you can wear it!”

And I flung the drink in his face.

Afficher en entier

The front door flew open and I jumped.

Two guys walked in. I relaxed—they had beards, but not “biker gang” beards. One guy was average—dark hair, a touch of silver in his beard, mid-thirties—and the other was stocky and buff, with the sides of his head shaved and his blond hair combed straight back. Late twenties?

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode