Livres
478 259
Membres
459 826

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tortilla Flat



Description ajoutée par Carine-Halbout 2016-10-02T11:58:19+02:00

Résumé

L’histoire se passe à Monterey, en Californie (région natale de l’auteur), dans un quartier pauvre de la ville nommé Tortilla Flat. Dès le début du livre, Steinbeck nous présente ses héros. Ce sont des ouvriers agricoles paisanos (américains au sang mêlé indien, mexicain…) assez portés sur la bouteille et partis faire la guerre contre l’Allemagne (Première Guerre Mondiale).

A son retour, Danny, le personnage principal, retrouve Pilon, son ami de toujours, et apprend qu’il a hérité de deux maisons.

Habitué à dormir « l’été dans les bois et l’hiver dans le foin chaud des granges », Danny se retrouve donc avec deux toits sur la tête. De nature généreuse, il en « prête » une à son ami Pilon. Mais Danny n’est pas très à l’aise avec son nouveau statut de propriétaire. Il craint en effet que celui-ci modifie sa façon de vivre et ses relations amicales. Lui, qui a toujours vécu libre et insouciant, dénué de toute richesse, découvre que posséder implique des responsabilités… qu’il n’est peut-être pas prêt à assumer. Après l’incendie de sa deuxième maison louée à ses amis (Pilon et ensuite d’autres), Danny est quelque peu soulagé : « Si je l’avais encore, l’espoir du loyer me rendrait cupide. Mes amis ont été froids avec moi récemment, parce qu’ils me devaient de l’argent. Maintenant, nous pouvons de nouveau être libres et heureux. »

Sa philanthropie le mène à héberger finalement tous ses amis dans sa dernière maison. S’ensuivent alors de nombreuses aventures, tantôt tristes, tantôt hilarantes, mêlant habitants de Tortilla Flat et amis de Danny, entre beuverie et coups fourrés.

Afficher en entier

Classement en biblio - 106 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Carine-Halbout 2016-10-02T12:02:44+02:00

«- Je vais tout te raconter. J’ai acheté deux gallons de vin et je les ai apportés ici dans le bois, puis je suis allé me promener avec Arabella Gross. J’avais acheté pour elle, à Monterey, une paire de pantalons de soie. Elle les a beaucoup aimés, si roses, si doux. Et puis, je lui ai aussi acheté une petite bouteille de whisky. Un peu plus tard, elle a rencontré des soldats et elle est partie avec eux.- Oh ! la détrousseuse de l’honnête homme !».

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Lily-Ann 2018-01-14T19:50:00+01:00
Lu aussi

Troisième roman de Steinbeck que je lis, et je suis pas vraiment emballé par celui ci. Pourtant, le début est très accrocheur, on suis les rapports entre Danny et Pillon, mais à la moitié du récit, je trouve que le roman traine un peu en longueur. Malgré ce défaut, la fin est surprenante et retentissante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Carine-Halbout 2016-10-02T12:06:56+02:00
Or

Tortilla flat est le quatrième roman que je lis de Steinbeck et cet auteur me plait de plus en plus. Présenté comme le livre le plus gai de l’auteur, il n’en reste pas moins assez émouvant par moment.

Ce livre est découpé en chapitres, et chaque chapitre retrace une aventure, comme autant d’histoires dans l’histoire.

Certaines situations sont vraiment cocasses et m’ont immédiatement fait penser au comique de situation des films muets à la manière de Chaplin ou au duo Laurel et Hardy.

Un petit exemple : Toujours dans l’éventualité d’acheter un gallon de vin et/ou de payer une partie de loyer à Danny, Pilon « emprunte » pendant qu’il dort le pantalon de l’ami qu’il héberge, Big Portagee. C’est un pantalon de l’armée, un pantalon en serge de coton très épais. Après beaucoup d’insistance, le vendeur de vin accepte de lui troquer contre deux gallons de vin. Mais sitôt passée la porte de la boutique, gagné par le remords, Pilon récupère le pantalon… en passant par la fenêtre de la cuisine ! Il le rend ensuite à son ami avant que celui-ci ne crie au voleur.

Outre le fond, c’est aussi le style Steinbeck que j’aime. Sa façon de décrire le quotidien des habitants de cette côte californienne qu’il connaît si bien, ses figures de style : « Tandis que le niveau du vin baissait dans les bouteilles, le patriotisme montait dans chacun des trois hommes. »

Et surtout, Steinbeck réussit toujours à nous faire aimer ses personnages qui ne sont pourtant pas « politiquement corrects ». Il nous les présente tels qu’ils sont, avec leurs défauts mais aussi leurs valeurs, car même les plus petites gens méprisées par les puissants ont, elles aussi, des valeurs.

En définitive, j’aime chez Steinbeck la passion qu’il a pour décrire les travers de ceux qui vivent sous le même soleil que lui, le soleil de Californie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par naomy 2016-06-11T16:59:48+02:00
Lu aussi

J'avais dévoré DES SOURIS ET DES HOMMES et LES RAISINS DE LA COLERE m'avait fascinée.

Pourtant, j'ai eu bien plus de mal à me plonger dans ce récit : l'atmosphère nouvelle m'a beaucoup déstabilisée. En effet, habituée à l'univers sombre et pessimiste de Steinbeck, cet aspect humoristique de son travail m'a vraiment troublée !

D'ailleurs, il m'a fallu du temps avant de vraiment saisir l'esprit du roman, et, malheureusement, je suis restée plutôt imperméable à ce côté anecdotique durant les premiers chapitres.

Mais une fois rentré dans l'histoire, une fois la surprise des premiers moments surmontée; je suis finalement parvenue à véritablement apprécier ma lecture et à me délecter de la plume toujours aussi caractéristique de l'auteur.

Et si, au début, les personnages m'ont déconcerté, je mes suis surprise à m'y attacher : Danny, Pablo, Pilon, Le Pirate... Ils forment ensemble un fabuleux cocktail de caractères pittoresques et décalés qu'il nous est impossible d'oublier.

Et encore une fois, Steinbeck m'a complètement déstabilisé avec une chute vraiment surprenante, une fin qui lui ressemble.

En conclusion, même si j'ai moins aimé ce livre que les précédent, il reste tout de même une belle découverte.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nanoue 2015-04-21T11:59:48+02:00
Bronze

J'ai lu ce livre car mon prof d'histoire de lycée l'avait recommandé, pour mieux comprendre le fonctionnement et les modes de vies des gens de cette époque.

Je me souviens encore quelques années plus tard que ce livre m'avait marqué même si j'avais mis du temps à plonger dedans. Malgré les premières pages, il faut poursuivre la lecture car ce livre en vaut la peine !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LessaMage 2013-10-16T17:22:14+02:00
Bronze

Au début ce livre m'a paru sans intérêts, puis au fur et à mesure de ma lecture j'ai commencé à m'attacher aux personnages. Malheureusement, la mort de Danny n'est pas très épique... et il y a au moins deux gallons de vins par chapitre !

Toutefois, j'ai trouvé les réflexions sur la vie en communauté et en général très intéressantes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fallen 2013-07-07T14:48:29+02:00
Bronze

J'ai bien aimé ce livre plutôt amusant (une première pour un texte de Steinbeck) par contre, je ne m'attendais pas du tout à cette fin là. Même si finalement, c'est probablement assez logique ^^'. Pas mon livre préféré de cet auteur mais il est pas mal quand même.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par rogermue 2013-01-02T12:53:42+01:00
Or

J'ai lu ce livre humoristique et absolument ravissant pendant mes années d'ecole, en anglais.

C'est ce qu'on appelle en littérature un roman picaresque. Steinbeck donne une image d'un groupe de propres-à rien qui se la coulent douce. Super!

Le roman est de 1935, mais il n'est pas démodé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MarieFontaine 2011-03-20T18:14:43+01:00
Argent

Un roman de Steinbeck très drôle ! Une galerie de personnages croustillants, inoubliables, dans la Californie prolétaire des années 30. C'est une excellente études de mœurs, qui nous en apprend, par son côté anecdotique, bien plus sur l'Amérique de cette époque, que nombre de livres d'histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bookemixer 2010-05-14T07:37:39+02:00
Envies

Tortilla Flat est un roman de John Steinbeck publié en 1935 .

C'est à cette histoire humoristique que l'auteur doit son premier prix littéraire, la médaille d'or du meilleur roman écrit par un Californien décernée par le Commonwealth Club of California. Le roman a été publié par Pascal Covici, qui devint l'ami de Steinbeck.

John Steinbeck construit son oeuvre par chapitres indépendants les uns des autres. Chacun illustre une aventure mettant en scène les compagnons du personnage principal, Danny. Ce roman est en accord avec la majorité de l'oeuvre de Steinbeck. En effet nous restons dans le cadre captivant d'une Californie très prolétaire.

Afficher en entier

Date de sortie

Tortilla Flat

  • France : 2011-12-05 - Poche (Français)

Activité récente

JohanaB l'ajoute dans sa biblio or
2019-10-27T17:45:05+01:00
Hansel le place en liste or
2017-06-20T08:06:19+02:00

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 106
Commentaires 9
Extraits 13
Evaluations 13
Note globale 7.92 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode