Livres
394 881
Comms
1 386 848
Membres
289 398

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tortues à l'infini



Description ajoutée par Caliwou 2017-09-04T18:32:28+02:00

Résumé

Aza Holmes, 16 ans, a tout pour être aimée et avoir un bel avenir, mais elle a grandi avec une pathologie psychique. Qui est-elle, où est-elle, lorsque la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles s’empare d’elle ? Vous aimerez Aza, qui raconte sa propre histoire, vous aimerez sa meilleure amie Daisy la tornade, et son peut-être amoureux Davis, fils d’un milliardaire mystérieusement disparu. Un trio improbable qui va mener l’enquête, et trouver en chemin d’autres mystères et d’autres vérités…

Afficher en entier

Classement en biblio - 133 lecteurs

Or
39 lecteurs
PAL
107 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Meloo26 2017-10-16T13:54:09+02:00

Ce que j'aime profondément dans la science, c'est que même quand on apprend, on n'obtient pas forcément de réponses. Seulement de meilleures questions.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par VampireAddict 2017-12-12T21:46:22+01:00
Bronze

Tortues à l'infini... J'ai des sentiments contradictoires à propos de ma lecture... Très désordonnés, je n'arrive pas à les classer alors je vais exprimer mon ressentis comme il me vient.

John Green est un auteur incroyable. J'attendais beaucoup de ce nouveau livre ayant adoré TFIOS et Où es-tu Alaska qui m'a bouleversé. Peut-être que c'est pour ça que j'ai été "déçue" un peu de ce livre ?

Les personnages sont vrais, on reconnait là l'auteur qui nous les rends incroyablement réels. On est dans la tête d'Aza et comme elle, on est prisonnière de ses pensées incessantes, tout comme elle on voudrait y sortir, les oublier, penser à autre chose hélas on ne peut pas.

On y est plongée dès le début, ça m'a un peu troublée dès le début, c'est différent. C'est la force de John Green : écrire le développement de différents adolescents dans ces livres avec des visions, des problèmes, des questionnements sur la vie différents.

Son écriture. Aaaaah, son écriture tellement poétique, on flotte au dessus de l'histoire. J'ai littéralement bouffé ce livre ce qui m'étais pas arrivé depuis longtemps et m'a permis de faire une pause dans mes révisions de partiels. Un grand merci.

C'est peut-être ce qui m'a manqué, le fait que je l'ai lu si vite, je l'aurais voulu peut-être un peu plus longue, un peu plus d'action aussi...

En résumé, ce n'est peut-être pas mon préféré de John Green, mais son écriture, la façon de raconter des sujets spécifiques à travers les yeux d'adolescents, des adolescents si réels.

La vraie force de ce livre sont les personnages : Davis, la maman d'Aza, le manque de son père, et surtout Daisy.

Petit clin d'oeil à l'amitié imparfaitement vraie et aux fan-fictions sur Star Wars. <3

Une vie difficile s'ouvre pour Aza, mais comme elle le sait, elle la vivra tout de même avec son démon, elle-même. On sent une réelle implication de ce sujet pour l'auteur. Tout ce que je souhaite c'est qu'il continu à s'appliquer autant, et hâte de le retrouver.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Fo0stine 2017-12-08T12:00:15+01:00
Argent

J'ai acheté ce livre un petit peu sur un coup de tête en me baladant dans une librairie. Je connaissais déjà le style de l'auteur et j'aimais l'idée de découvrir cette oeuvre centrée sur Aza, jeune fille souffrant d'obsession phobique.

Au final c'est une lecture que j'ai plutôt apprécié. On se rend vraiment compte de la souffrance causée par des troubles obsessionnels, que ce soit pour le patient mais aussi pour son entourage. Aza pourrait sembler centrée essentiellement sur elle-même mais ce type de psychopathologie entraîne un appauvrissement des ressources cognitives, c'est donc très difficile pour elle de s'intéresser aux problèmes des autres. La notion de soutien social est bien abordée, avec une meilleure amie qui mériterait parfois qu'on la secoue et avec une mère qui met peut être trop de pression sur les épaules de sa fille.

J'ai moins accroché au récit en lui même, l'intrigue était trop peu développée à mon gout et j'ai trouvé les personnages secondaires assez fades.

Ce fut tout de même un bon moment de lecture et j'espère que ce livre pourras sensibiliser les gens à ce type de troubles psychologiques.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JLDragon 2017-12-05T20:08:44+01:00
Lu aussi

http://jldragon.over-blog.com/2017/12/tortues-a-l-infini-de-john-green.html

Pensées tortueuses...

Un roman très spécial, très personnel de la part de l’auteur que je n’avais encore jamais lu jusque là malgré ces innombrables succès.

Je pense notamment à « Nos Etoiles Contraires ».

J’ai eu l’impression d’être en face d’un premier roman. On sent qu’il y a cependant du travail d’écriture. On sent aussi que ce roman a été écrit avec difficulté.

Sûrement en raison du sujet traité. En effet, l’héroïne Aza souffre de troubles compulsifs psychiques. Elle se perd dans des pensées obsessionnelles qui la persuadent que les microbes et les bactéries sont partout (ce qui est vrai en fait) et qu’ils risquent de lui faire contracter à tout moment une infection grave comme la CD (infection à Clostridium difficile).

Et il s’avère que l’auteur souffrirait en réalité de ces mêmes troubles mentaux.

Le style est très plaisant à lire. John Green possède une réelle capacité narrative même si parfois, il raconte plus qu’il ne montre. Dans tous les cas, il arrive à retranscrire et à nous faire comprendre ce mal-être psychique.

Ce roman fut donc agréable à lire. Aza est une adolescente. De ce fait, le roman est classé en catégorie jeunesse. Je n’aime pas trop ce genre de raccourci facile, mais bon… Les adolescents n’auront aucune difficulté à lire ce roman, il est vrai.

Les personnages sont assez banals. Ils n’ont rien d’exceptionnel. Il est assez difficile de s’attacher à Aza puisque, prise dans sa spirale compulsive, elle est très centrée, fermée sur elle-même et donc assez égoïste. Même si ce n’est pas vraiment de sa faute.

Derrière tout ça, John Green s’efforce de poser une intrigue autour d’un milliardaire en fuite. Une histoire qui donne beaucoup d’intérêt au roman. Du moins au début… Après, on se perd un peu dans les pensées d’Aza qui nous attirent dans une spirale négative.

C’est assez déprimant par moment.

J’ai aussi eu du mal à me repérer dans le temps. Des semaines sont passées sans que je m’en rende vraiment compte. Ce qui m’a un peu déboussolé.

La fin n’en est pas vraiment une. C’est juste une porte sur un avenir à définir. C’est une fin neutre, ni bonne, ni mauvaise.

Difficile donc de ressortir de ce roman avec une note hyper positive. Cependant, on ne peut pas dire qu’il est mauvais et surtout qu’il manque d’intérêt.

Loin de là !

Note globale : 14/20

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fatou369 2017-12-04T23:37:36+01:00
Diamant

Une pure merveille, John Green est encore à lire sans modération, son écriture toujours aussi belle que ludique, des personnages aussi réelles que les pensées de notre adolescence, un génie littéraire à dévorer sans modération

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Maev-a8616 2017-12-04T00:15:10+01:00
Diamant

Ce livre est véritablement l'un des meilleurs de John Green avec «Qui est-tu Alaska ?» et «Nos étoiles contraires». Ce livre m'a tellement fait réfléchir et m'a tellement touché, autant par la fragilité des personnages que par les relations qui les unissent. Je trouve ce livre fantastique, et ai rarement vu le temps passer aussi vite qu'en le lisant. Je le recommande vraiment à tout les lecteurs de ce site.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par OceaneDeepa 2017-11-30T17:45:48+01:00
Lu aussi

Chronique : https://worldofvoz.com/2017/11/30/tortues-a-linfini-john-green/

C’est seulement le deuxième livre de John Green que je lis. Le premier avait été Nos étoiles contraires que j’avais vraiment apprécié. Malheureusement, j’avoue avoir eu plus de mal avec cette lecture.

Je ne remets certainement pas en cause le talent de John Green à raconter des histoires qui mettent en scène des adolescents et leurs problèmes. C’est d’ailleurs là son point fort. Dans ce livre, il est très bien arrivé à me faire comprendre ce que peux ressentir une adolescente (Aza) en proie à des pensées obsessionnelles. C’était assez terrifiant de voir à quel point les pensées prenaient le pas sur tout le reste et lui font faire des choses parfois insensées. D’ailleurs, à chaque fois que je finissais un morceau du récit où Aza était jusqu’au cou dans ses pensées, j’en ressortais lessivée. Ces mêmes pensées qui reviennent encore et toujours, si c’est épuisant pour un lecteur, cela doit être invivable pour la personne qui en souffre.

Après, et c’est là où le bât blesse selon moi, tout le reste m’a laissé indifférent. Le résumé sur la 4e de couverture commence en nous exposant la disparition d’un milliardaire et (attention spoiler)

Spoiler(cliquez pour révéler)
ce point sera relégué au tout dernier plan, ça n’a quasiment pas d’importance
. En fait, c’est juste un prétexte pour faire rencontrer les personnages. Je ne sais pas pour vous mais la première chose mentionnée dans une 4e de couverture doit avoir un minimum d’importance, sinon c’est faire la promesse de quelque chose qui en fin de compte n’arrivera pas/peu et c’est très très frustrant.

Ensuite, les personnages ne m’ont pas réellement touché. Comme dit au-dessus, j’ai trouvé intéressant de me plonger dans les pensées d’une personne atteinte de TOC et d’anxiété mais si on enlève cela, je ne garde pas un souvenir impérissable d’Aza. Même chose pour Davis. Il est chou à vouloir entamer une relation avec Aza, même sans aller trop loin car il finit par comprendre ses peurs. Mais à part ça… voila quoi. Daisy est décrite comme la meilleure amie d’Aza. Elle est la touche un peu fofolle du trio. Mais je l’ai trouvé tellement ingrate. Elle est amie avec Aza mais n’hésite pas à la caricaturer dans ses histoires. Elle pense aussi qu’Aza ne lui prête pas assez attention. Daisy est une personne qui parle énormément mais elle ne pense jamais à demander à Aza pourquoi elle ne pose pas de questions pour s’enquérir d’elle ou de sa famille. Elle fait plein de reproches à Aza, sans lui demander de s’expliquer. C’est facile mais l’amitié doit aller dans les deux sens. Le seul personnage qui m’a ému c’est le petit frère de Davis, Noah. Je n’ai pas eu de mal à comprendre sa peine d’avoir été abandonné par un être qu’il aime. Il est tellement touchant et en détresse qu’on a juste envie de l’aider.

Pendant ma lecture, j’ai souvent été distraite par tout et n’importe quoi. Pour moi, c’est une preuve que le livre ne m’a pas accroché plus que ça. Dès que j’avais l’opportunité de lâcher le livre, je la saisissais. Je me suis forcée à finir le livre d’une traite pour être tranquille le plus vite possible. Le seul moment du livre que j’ai trouvé fortement intéressant, c’est la fin. Les deux-trois dernières pages. Car elles peuvent donner de l’espoir aux personnes souffrant des mêmes troubles.

En conclusion, je ne peux pas mettre une mauvaise note à ce livre car il est bien écrit et on ressent toute la douleur et la fatigue de devoir vivre avec des TOC. Mais si je retire le personnage d’Aza et ses troubles, il ne reste pas grand chose. De plus, j’ai l’impression que la 4e de couverture m’a vendue une histoire que je n’ai pas retrouvé…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par New-Fangirl-83 2017-11-27T15:06:21+01:00
Diamant

Turtles All The Way Down (titre anglophone) est, pour moi, le second meilleur roman de John Green (après Nos Etoiles Contraires) à égalité avec Qui es-tu Alaska? J'ai adoré ce livre que j'ai dévoré en moins d'une semaine...

Le style d'écriture est toujours aussi excellent. Je dirais même parfait, selon moi. C'est du pur John Green. Des phrases à en faire pleurer les plus insensibles. Des tournures de phrases, des expressions qui m'ont profondément ému... C'était de la poésie en roman. J'ai eu d'avantage l'impression de l'entendre parler quand je lisais ce livre. Ce dernier m'a définitivement semblé plus personnel que les précédents. On sent l'attachement de l'auteur à traiter ce thème. On sent l'engagement de John Green dans cet ouvrage. Encore plus que pour les autres livres.

Alors, commençons par le scénario et thème de ce livre. Si l'ouvrage est vendu comme une enquête, un mystère à résoudre, le livre ne se focalise pas dessus; ce qui m'a plu. Je me souviens ne pas avoir adoré La face cachée de Margo pour cette raison. Le thème de l'enquête, du suspens, du mystère à résoudre, de la grande quête ne m'est pas particulièrement cher. Je pense que ce livre aurait pu s'en passer, mais il ne m'a pas déranger. Non, clairement, ce livre est portée sur la maladie mentale de Aza et sa façon de gérer sa maladie avec les gens qui l'entourent. Et en cela, cet ouvrage relève du génie.

Je me suis reconnu dans énormément de passages de ce livre. J'ai trouvé que la maladie était très bien traité, non pas comme quelque chose qui est guérissable grâce à l'amour ou l'amitié, mais comme une vraie bataille, qui peut parfois sembler impossible à gagner mais aussi comme un défi à relever au quotidien. Les derniers mots du livre m'ont arraché quelques larmes.

Ensuite les personnages... S'ils ne sont pas nombreux, ils ont l'avantage d'être bien développés à mon goûts. Sans être idéalisés. Aza en est un très bon exemple. L'auteur la dépeint comme une jeune fille sensible, anxieuse, malade... On se prend d'empathie pour elle. Toutefois, John Green n'hésite pas à faire ressortir son côté égocentrique, self-centered, focalisé sur sa maladie, etc. qui existe, et qui peut effectivement être difficile à gérer pour l'entourage de personnes avec des maladies mentales.

J'ai aimé que l'histoire d'amour soit présente mais pas centrale. Le seul reproche que je pouvais faire à TFIOS était qu'Hazel semblait "guérir" de sa depression, un peu magicalement, grâce à l'influence de Gus. Or, ici, on ne tombe pas dans le piège du "l'amour m'a sauvé". La relation entre Aza et Davis est importante, car ce fut le premier amour d'Aza, et car elle met en lumière les luttes du personnage pour agir comme une adolescente normale, ses craintes, ses difficultés à process comme un individu lambda, etc. Donc la présence de cette histoire est pertinente mais elle ne prend pas une trop grosse partie de l'histoire.

L'amitié entre Daisy et Aza, à défaut d'être l'amitiée légendaire, auquel on pourrait s'attendre, est plutôt vraie et réaliste. Les deux amies s'aiment clairement. On sent que Daisy constitue une aide permanente pour Aza. Mais sans que ça tombe dans le cliché de la BFF, histoire d'amitié parfaite. Daisy est un très bon personnage en cela. Elle réagit très bien à certains comportements de Aza : elle lui propose d'aller voir un film chez elle, alors que celle ci fait une crise de panique, etc. Mais parfois, étant humaine, elle a de mauvaises réactions et s'emporte contre son amie. Certains n'apprécieront probablement pas. Moi, j'ai trouvé que ça ajoutait une touche de réalisme aux personnages et à la relation amicale des deux jeunes filles. Car personne n'est parfait, et aucune relation n'est vraiment flawless.

Profond, puissant, touchant sans tomber dans les clichés, je l'ai surtout trouvé très vrai. C'est ce réalisme émouvant qui m'a transporté dans ma lecture, m'a fait vivre toutes les émotions in live, m'a emporté. Véritable voyage dans les pensées directs du personnage principal, ce livre touchera plus particulièrement les personnes qui se reconnaissent en Aza (ce fut mon cas). En écrivant une oeuvre plus sérieuse et "lourde" que ses autres livres, John Green prend un pari risqué auprès de ses fans, qui pour moi, paye à 100%0

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nina_Ance 2017-11-26T23:15:26+01:00
Diamant

Waouh !! Les mots ne me viennent même pas. Ce livre (que j'ai lu en 1 journée) m'a captivé. Je n'avais auparavant lu que 2 livres de John Green et je n'avais que moyennement apprécié ( pour sa défense ce ne sont pas les plus recommandés de sa bibliographie). Mais peu importe ce livre m'a fait réfléchir, ce n'était pas juste l'histoire d'une ado atteinte d'un trouble mental, ce n'était pas juste une histoire déprimante, c'était une vraie psychologie. Il y avait quelques moments de légèreté avec une belle amitié et une histoire d'amour simple, sans trop d'artifices...

Et je ne parle même pas de l'intégration de poème à l'histoire d'amour ou de la maladie abordé avec un aspect extrêmement intéressant !

Bref c'était une histoire très émouvante et une très agréable surprise !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Armenia 2017-11-26T11:05:01+01:00
Bronze

Aza Holmes a bientôt 18 ans, une meilleure amie bien plus bavarde et extravagante qu'elle, et beaucoup de pensées invasives. Bientôt, elle a également une enquête à résoudre sur la disparition d'un milliardaire inculpé pour corruption, et va devoir se confronter à elle-même, à son passé, et à son futur.

[Livre lu en VO]

Comme vous le savez peut-être, John Green est mon auteur préféré depuis maintenant plusieurs années. Alors évidemment, depuis que j'ai appris qu'il allait sortir un nouveau livre 6 ans après Nos étoiles contraires, je suis devenue très impatiente de savoir s'il allait réussir à se maintenir à niveau. Malheureusement, c'est une petite déception pour ma part.

Je referme ce bouquin avec une espèce d'impression d'irréalisme, en partie à cause de l'histoire et aussi des personnages en eux-mêmes. Ils n'étaient pas aussi attachants que ce à quoi je m'attendais (surtout après Nos étoiles contraires et Qui es-tu Alaska). De plus, on m'avait vendu ce livre comme "une histoire d'amitié profonde" et ce genre de chose. Du coup, je m'étais attendu à très peu de romance et une amitié qui prend une grosse place, mais que nenni! C'est ma première déception.

En fait, ce livre est plus un assemblage des pensées continues de l'héroïne, sur un fond de romance et d'amitié mélangées. Pour ce qui est de l'enquête, encore une déception : elle est très vite noyée. Toutes les pensées d'Aza amène le lecteur à réfléchir sur pas mal de choses ; mais trop de réflexion tue la réflexion. Au final, ça paraît forcé, et quand on finit le bouquin, on n'a pas l'impression qu'il s'est passé tant de choses que ça.

Trop de romance, pas assez d'enquête, une amitié pas franchement folichonne : ce n'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais.

En revanche, il y a deux choses que l'on peut accorder dans hésitation à ce livre : l'écriture, d'abord, est toujours aussi bonne et fluide, même en passant à la VO (j'avais jusque là lu tout les livres de John Green en VF). Ensuite, la description des troubles obsessionnels compulsifs de l'héroïne paraissent extrêmement réalistes : on voit que ça a aussi marqué l'auteur, et par moment, ça peut même prendre aux trippes. Je pense que ça peut être une bonne lecture pour les victimes de TOCs et leurs proches, afin de les aider à mieux comprendre.

En conclusion, Tortues à l'infini est une lecture qui m'a un peu laissée sur ma faim. Loin d'être à la hauteur de Qui es-tu Alaska, elle a cependant le mérite de remplir une fonction pédagogique au niveau de la maladie mentale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mdg2810 2017-11-25T17:39:04+01:00
Pas apprécié

Et bien c’était franchement décevant. J’ai tenu à le finir car je n’aime pas abandonner un livre et que j’espérais naïvement que j’aurai un déclic mais non...

Je n’ai pas retrouvé l’auteur de Nos étoiles contraires. Certes, certains passages nous poussent à une certaine analyse de nos pensées mais je ne suis pas parvenue à rentrer dans l’histoire (le sujet ne me plaisant pas/ ne me touchant pas). J’ai même pensé « Tout ça pour ça?! » à la fin... c’est dire.

Dommage, je pense être passée à côté de quelque chose au regard des notes que les autres lui ont attribué...

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Tortues à l'infini" est sorti 2017-10-10T00:00:00+02:00
background Layer 1 10 Octobre

Dates de sortie

Tortues à l'infini

  • France : 2017-10-10 (Français)
  • USA : 2017-10-10 (English)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 133
Commentaires 28
Extraits 9
Evaluations 63
Note globale 8.48 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Turtles All the Way Down - Anglais