Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Toui : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
La Trilogie des gemmes, Tome 3 : Vert émeraude La Trilogie des gemmes, Tome 3 : Vert émeraude
Kerstin Gier   
Je ne savais même pas que cela pouvait être possible...

J'ai le cœur qui cogne. Les mains moites et les yeux qui piquent.
Et pourtant, je viens seulement de finir le CHAPITRE 9. Et ces 250 pages m'ont déjà achevé...

J'ai toujours été du genre à finir les livres le plus vite possible. J'ai toujours voulu connaître la fin rapidement. Pourtant, avec Vert Émeraude, c'est différent. Je ne peux pas me résoudre à atteindre la fin.
En faite, j'ai horriblement peur. J'ai cette impression désagréable au fond du cœur, celle qui laisse une marque ineffaçable. Car je sais que, une fois ma lecture fini, ce sera la fin.
Et, je ne peux pas me résoudre à quitter Gideon et Gwendolyn...
Même si, c'est inévitable...

Alors, je prends mon temps, je relis les chapitres précédents. J'éloigne l'inévitable le plus que je peux...

Et pour en revenir aux neuf premiers chapitres Ô combien merveilleux, et surtout au chapitre neuf qui m'a juste ... brisé de l'intérieur.
Je n'en reviens toujours pas.
J'ai eu du mal à m'endormir, mes pensées vagabondées vers Gwendolyn et Gideon et au fond de moi résonnaient encore les dernières phrases.

Mon cœur bat encore à la simple pensée des dernières pages de ce chapitre. Et je dois me faire violence pour ne pas sauter sur mon livre et continuer sa lecture.

Je n'ai même pas encore fini la lecture de Vert Émeraude, mais je sais, au fond de moi, qu'elle sera plus que remarquable.

***

UPDATE (la dernière page a été tournée) :

Et voilà, après avoir repoussé pendant un mois, j'ai achevé ma lecture de ce troisième tome.

Je n'arrive pas vraiment à réfléchir. Mes mains tremblent. Mes yeux sont humides.
Je pleure pour cette magnifique fin. Je pleure parce que c'est fini.
Parce qu'on ne pourra plus jamais connaître de suite aux aventures de Gwendolyn et Gideon.

J'ai toujours appréhendé ces moments-là. Ceux où tu comprends que c'est fini. Ceux où ce terrible poids sur l'estomac apparaît.
Je n'arrive pas à quitter Gwendolyn.

Je ne pensais pas que ce troisième tome aller me bouleverser à ce point. Et je n'arrive toujours pas à croire que c'est fini.
Que Gwendolyn et Gideon sont à présent loin derrière moi...

Ce livre est un vrai bonheur, telle une bouffée d'air frais lord d'une journée d'été étouffante, qui permet le passage à différentes émotions à chaque page.
Parce que, qui n'a pas ri lors d'une fameuse réplique à la Xemerius ?
Qui ne sait pas attendrit en lisant une déclaration de Gideon ?
Qui n'a pas eu les yeux humides et piquants en croyant à la mort de quelqu'un ?
Qui n'a pas le cœur lourd de quitter ces personnages tellement exceptionnels ?

Ce livre ne m'a aucunement fait regretter l'attente de sa sortie. Et, je ne regrette en rien le fait que j'ai attendu aussi longtemps pour le finir.
Car, tout cela en valait la peine.

Toutes les questions en suspense, des deux premiers tomes, sont résolues. Et, on apprend même des choses qu'on ne pouvait même pas imaginer.
Ce troisième tome n'est qu'une explosion de révélations et de rebondissements.

Vert Émeraude est un vrai bijoux qui clore en beauté cette merveilleuse trilogie.

J'ai vécu une merveilleuse aventure avec Gwendolyn et je n'arrive pas à accepter qu'elle prend fin aujourd'hui...
Parce que, rien n'est plus douloureux que les aurevoirs...


PS : HAAAAAA !! Rouge Rubis ( Rubinrot ), Bleu Saphir ( Saphirblau ) & Vert Émeraude ( Smaragdgrün ) adaptés au cinéma ! OUIIII !!

par MissNaais
Sadie Sadie
Courtney Summers   
Je viens tout juste de terminer ma dernière page et de fermer le livre et... wouah je suis sans mot une vraie claque, je ne m'attendais pas à cette tournure en choisissant ce livre.

Courtney Summers à très bien écrit ce livre, on ressent les émotions de Sadie, son chagrin, ses peines, sa colère, son désir le plus profond.

"Sadie" me fait énormément penser aux téléfilms américains avec un mélange d'affaires criminelles, la construction du roman est très bien pensée avec d'un côté les chapitres podcasts vraiment addictifs et de l'autre les chapitres du point de vue de Sadie.

Je ne peux expliquer le contenu du roman sans spoiler les choses, le résumé suffit à vous lancer dans la lecture de ce livre poignant.

"Sadie" mérite tellement d'être dans les mains et dans le coeur de tout le monde car il traite de sujets difficiles.
Le choix de la couverture est très bien pensé car elle est la voix et la force de chaque filles.

Ce fut une lecture addictive et puissante.
La fin m'a laissé dans la frustration, l'énervement, le bouleversement puis après mûre réflexion, cette fin correspond bien à l'histoire et la réalité de ce monde...
Obsolescence programmée Obsolescence programmée
Benjamin Nathé   
Un roman à suspense qui interpelle sur fond de finances et de cours boursiers…

C’est un ouvrage plutôt atypique que je chronique aujourd’hui. L’univers dans lequel l’histoire se déroule n’est pas une œuvre imaginaire telle quelle, mais les situations et événements forment une fiction d’anticipation. C’est grâce à Benjamin Nathé, auteur de ce roman, que j’ai pu découvrir sa plume, ainsi que son travail littéraire. Malgré un genre qui s’avère éloigné de mes habitudes, j’ai tout de même pris beaucoup de plaisir à entrer dans un monde au bord du gouffre, où des vérités demeurent dissimulées et où les chiffres font tourner le monde au détriment des plus infortunés…

https://www.acaniel.fr/obsolescence-programmee-de-benjamin-nathe/

par Acaniel
Le bonheur n'a pas de rides Le bonheur n'a pas de rides
Anne-Gaëlle Huon   
Rides de tristesses
Pauvre Paulette on ne peut pas dire qu’elle a rut une fin de vie heureuse, entre sa belle-fille, son fils l’auberge et sa maladie plus les problèmes de ses nouveaux amis. Ils vivent tous avec une épée de Damoclès sur la tête surtout Paulette, Nour, et monsieur Yvon
A aucun moment j’ai eu envie de rire en lisant cette histoire. Si je devais donner un titre a ce roman sa serai Une bien triste fin de vie. Après chacun est libre de voir le bonheur comme il le souhaite.
Simetierre Simetierre
Stephen King   
Wouah ! Terrifiant à souhait. Quand je l'ai lu, j'avais devant les yeux ces images de morts revenus au pays des vivants, les yeux pleins de terre et auréolés d'une odeur de pourriture. Excellent livre !!

par toukine
The Hate U Give - La haine qu'on donne The Hate U Give - La haine qu'on donne
Angie Thomas   
Ce roman va bien au-delà de la catégorie diamant. Il mérite une place spéciale, une place classée: "je te fais réfléchir, je te fais pleurer, je te donne envie de tout casser, je te donne envie de te battre".
The Hate U Give, ce n'est même pas de l'or en barre. C'est bien plus pur, bien plus poignant. C'est un concentré d'émotions.
Il est grand temps de rallumer les étoiles Il est grand temps de rallumer les étoiles
Virginie Grimaldi   
Un an que j’attendais la sortie de ce livre et voilà qu’en moins de 24h, je l’ai fini. J’ai tenté de faire durer le plaisir, de prolonger ces instants de magie en compagnie d’Anna, Chloé et Lily mais j’ai lamentablement échoué dans mon entreprise. Je n’ai tout simplement pas pu lâcher cette histoire avant la fin. Et même maintenant que je l’ai fini, je pourrais la recommencer au début pour ne pas quitter l’univers de Virginie Grimaldi.

A 37 ans, Anna élève seule ses deux filles, Chloé, 17 ans et Lily, 12 ans. Obligée de cumuler les heures de travail, elle ne les voit que trop rarement. Alors quand la vie devient trop difficile entre les dettes qui s’accumulent, les relances des huissiers, la perte de son job et ses filles qui vont mal, Anna prend une grande décision : emmener ses filles en road trip en camping-car en Scandinavie. Certes, cela ne règlera pas tous ses problèmes mais elle espère que ce long périple sera le moyen de renouer avec ses filles, de rétablir le dialogue avec elles.
Anna, Chloé et Lily s’engagent donc dans ce voyage sur un coup de tête. Mais un road trip mal préparé peut aussi devenir synonyme de cauchemar. Heureusement, elles vont trouver sur leur chemin un convoi de camping caristes qui se rend lui aussi en Scandinavie et vont se joindre à eux. Même si le but est avant tout de se retrouver entre mère et filles, ne pas être complètement isolé ne peut pas être une mauvaise idée. Et qui sait peut-être qu’elles trouveront plus que ce qu’elles sont venues chercher ?!

Comme pour chacun des romans de Virginie Grimaldi, j’ai eu un immense coup de cœur pour cette nouvelle histoire. Je ne me lasse pas de sa plume simple, envoûtante, douce, émouvante, pétillante et drôle. C’est tout simplement magique. Elle réussit à nous faire rire, pleurer, douter, réfléchir, envier, regretter…avec la délicatesse de son style mais aussi le côté très humain de chacun de ses personnages. Qu’ils soient principaux ou secondaires, on se prend d’affection pour chacun d’eux.
J’ai aimé découvrir chacune des trois femmes de la famille Moulineau : Anna est une mère de famille forte et fragile à la fois. Si elle porte son foyer sur ses seules épaules, elle est aussi dévorée par le doute et l’angoisse. Elle a un besoin constant de se sentir en sécurité et pour ça, elle s’est créé une petite bulle de confort de laquelle elle ne sort jamais. Mais quand la réalité la rattrape, elle n’a d’autres choix que de l’affronter. Et c’est en ça qu’elle prouve sa force car même si sa décision de partir en road trip peut sembler être un coup de folie, elle a surtout pour but de sauver sa famille et de prouver à ses filles qu’elle est là pour elles quoi qu’il se passe.
Chloé, la fille ainée, est une adolescente en pleine crise d’identité. Même si elle ne l’avouera jamais, les absences de sa mère lui pèsent. Elle a besoin d’affection permanente. Ne la trouvant pas auprès de sa mère qu’elle ne fait que croiser ni auprès de son père qui habite loin, elle se réfugie dans les bras des garçons. Sauf qu’une fois qu’ils ont obtenu ce qu’ils attendaient d’elle, ils se détournent eux aussi, la laissant seule. Du coup, elle a créé un blog dans lequel elle raconte son quotidien, ses blessures, ses baisses de moral…Ses confidences et les commentaires de ses followers lui permettent de se sentir un peu mieux. Mais sans que cela suffise. Chloé est une jeune fille hypersensible, intelligente et surtout très attachante. Son mal être nous blesse autant qu’il nous émeut. On a envie de le soutenir, de l’aider, de trouver le moyen de lui dire que ça s’arrangera.
J’ai adoré les personnages d’Anna et Chloé mais ma préférée c’est Lily. Elle est drôle et impertinente. Sa façon d’écorcher les expressions françaises et de s’adresser à son journal intime Marcel m’ont beaucoup fait rire. Du haut de ses douze ans, elle est très mature. Elle a du caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds même si au collège, ce n’est pas facile tous les jours. Les autres enfants la trouvent différente et forcément à cet âge-là, la différence c’est dérangeant. Mais cette gamine est juste géniale. J’ai fondu devant son attitude avec Noé, le fils autiste de Julien avec qui elle, sa mère et sa sœur voyagent. Elle m’a touché, attendri, bouleversé.
J’ai aussi beaucoup aimé recroiser la route de Greg et Marine, les personnages secondaires de Tu comprendras quand tu seras plus grande. Je les adore. Le franc parlé de Marine et la réserve de Greg sont rafraichissants. Je ne serai pas contre les retrouver dans une histoire où ils ne seraient plus des personnages secondaires mais les héros…
J’avais peu de doutes avant de commencer cette lecture mais la talent de Virginie Grimaldi se confirme. En tout cas, moi j’adore. Chaque livre me transporte dans un monde de féérie, de magie et de bonheur. Je viens de refermer ce livre il y a une heure à peine et je suis déjà impatiente d’être à l’année prochaine pour découvrir sa prochaine histoire. Vivement 2019 !
James et la grosse pêche James et la grosse pêche
Roald Dahl   
Un roman emprunt de poésie et de magie ! James Henry Trotter va vivre une aventure fabuleuse, le sauvant ainsi de son triste sort d'esclave chez ses tantes, affreuses et méchantes.
Un jour, par enchantement, une grosse pêche pousse et tombe d'un arbre, emmenant James et ses compagnons par delà les océans, dans une aventure insolite !
Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle Les Sept Morts d'Evelyn Hardcastle
Stuart Turton   
Lire la revue complète sur: https://latentationdulivreenanglais.com/the-seven-deaths-of-evelyn-hardcastle-stuart-turton/

Ma notation: 5/5

Au vu du synopsis de ce roman, je n’ai même pas cherché à comprendre, je l’ai direct précommandé. Ah, mais moi, je suis une vraie gangster! Bien sûr, vu le nombre de fois où je suis tombée sur des livres prometteurs qui ne l’étaient plus du tout une fois commencés, j’avais mes réserves… Bah… C’était encore mieux que je ne l’espérais. Stuart Turton a créé un casse-tête de génie qui m’a surprise à chaque tournant! Ce n’est même pas la peine de chercher la solution, toutes vos suppositions seront balayées. Croyez-moi, j’ai déjà essayé!

HOLY SHIT. Quel livre brillant! The Seven Deaths of Evelyn Hardcastle est un whodunnit qui n’a rien à envier aux romans d’Agatha Christie, bien que l’enquête nous rappelle le savoir-faire de cette auteure. Le récit met en avant un lieu à huis-clos où s’entremêlent meurtre, secret, mystère et voyage dans le temps. C’est une atmosphère presque oppressante où l’on se sent aussi prisonnier que le héros. Chaque détail est scrupuleusement implanté de sorte à ce que l’on s’interroge sur l’intention de l’indice et sa signification dans l’enquête. Les personnages se connaissant tous, ils ont leurs propres querelles et leur dose de faux-semblant!

Mais là où l’auteur a su se montrer malin, c’est dans sa manière d’aborder la boucle temporelle. Aiden habite le corps de huit autres protagonistes, ce qui nous permet d’avoir à chaque fois une nouvelle approche de l’histoire. Sérieusement, c’est trop bien! La journée se répète, mais les éléments sont en mouvement constant: le meurtre ne se reproduit jamais exactement de la même manière. Je trouve que les règles de la compétition rajoutent bien du challenge! On a toujours quelque chose à apprendre, il faut être très observateur.

D’ailleurs, je trouve que la question psychologique a été soigneusement abordée. Aiden ne sait rien de son passé, il ne connaît même pas son identité (on ne l’apprend que plus tard), du coup, lorsque son esprit prend possession du corps de son hôte, il en adopte souvent la personnalité. Ainsi, il lui devient difficile de distinguer sa propre personne! Chaque hôte a ses forces et ses faiblesses, et chaque caractère permet de s’approprier l’enquête différemment. C’est limite du dédoublement de personnalité, haha.

Côté intrigue, le travail réalisé par l’auteur est ENORME. Qu’il s’agisse de l’abondance des indices, des voyages dans le temps, des adversaires d’Aiden ou encore des liens avec l’assassinat, le roman s’est avéré étonnant sous toutes les coutures! Quand je croyais enfin avoir mis le grappin sur la résolution de l’enquête, un autre secret ou un autre mystère éclatait. Stuart Turton nous manipule tout le long sans aucun scrupule, et ce n’est que vers la fin que l’on voit combien ce bouquin est réellement complexe! Et bien écrit.

Etant donné la difficulté du récit, on apprend très peu de choses sur les protagonistes, mais dans ce contexte-là, cela ne m’a pas du tout dérangée. J’ai appris à apprécier Aiden pour ses valeurs, on parvient à le séparer aisément de ses hôtes, bien qu’on se demande combien de sa personnalité est vraiment la sienne. En fait, c’est une variable tout à fait justifiée, mais il faut avoir lu le livre pour comprendre que l’approfondissement des héros était quasi impossible! Pourtant, on en vient étrangement à se prendre d’affection pour certains personnages secondaires, notamment la douce servante Lucy et le rusé valet Cunningham, qui dévoilent plusieurs facettes adaptées selon leur interlocuteur.

Oh, puis, il y a un tueur assoiffé de sang prêt à découper notre héros en rondelles – littéralement.

Mais aussi beaucoup de plot twists sur plot twists sur plot twists.

J’ai pratiquement eu un coup de coeur pour ce livre, mais j’ai deux reproches à faire. J’aurais voulu qu’il y ait un minimum d’explication par rapport à cette bulle temporelle. Est-ce de la magie? De la science-fiction? Du paranormal? Et surtout, j’ai trouvé la raison derrière cette compétition peu convaincante… Disons qu’avec toute l’intelligence dont a su faire preuve l’auteur, je pensais que le motif serait plus remarquable que ça!

Néanmoins, ce fut une lecture E-PA-TANTE. C’est Georgette qui le dit. C’est Georgette qui valide!

Note: ça veut dire lisez-le.
L'Irrésistible Histoire du café myrtille L'Irrésistible Histoire du café myrtille
Mary Simses   
Une délicieuse pause lecture lus quasiment d'une traite! Conquise pas ce genre de romans qui me rappelle un peu ceux de Gilles Legardinier que j'adore! Par contre j'aurais aimé que l'histoire de la grand-mère soit plus éclaircie car moi, il me reste des interrogations... Succulent quand même!

par Pampelune
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3