Livres
554 080
Membres
598 923

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous debout



Description ajoutée par Aur31 2021-02-06T15:09:42+01:00

Résumé

Quand les élèves d'un lycée lèvent le poing pour défendre leur camarade sans-papiers bientôt explusé...

D'un côté, il y a Anton, un jeune homme banal en apparence. Pourtant, le soir, il se cache derrière le pseudo de Gossip Boy pour jouer les justiciers sur Tumblr (et balancer les pires ragots du bahut). De l'autre, il y a Méloée, une jeune fille passionnée et pleine d'énergie, qui craque sur Rahim, le petit nouveau au lycée.

Sous ses airs de garçon sans histoires, le mystérieux Rahim se retrouve vite au centre de toutes les attentions. Surtout lorsqu'Anton découvre qu'il est sans- papiers... une révélation de choix pour Gossip Boy ! Plus croustillant encore, ce dernier tromperait la pétillante Méloée avec Mathis....

Bientôt, les événements prennent une tournure qui les dépasse. Rahim sur le point d'être expulsé, les élèves doivent mettre leurs différends de côté pour faire cause commune. Avec Méloée en tête de cortège, le lycée devient un territoire de lutte. Barricadés derrière les grilles, tous lèvent le poing pour défendre Rahim. Dans cette cohabitation forcée, les langues se délient, les secrets éclatent au grand jour. Pourtant, pour la première fois, chacun doit affirmer haut et fort ses valeurs. Jusqu'où seront-ils prêts à aller pour défendre leurs idéaux ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 20 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par labibliothequedemarie 2021-04-05T16:23:38+02:00

« Rahim est le prisme par lequel la réalité nous est apparue, c’est vrai. Mais on ne se bat pas seulement pour lui. On se bat pour ce qui est juste. Pour la liberté d’aimer qui on veut. Pour la possibilité d’obtenir des papiers quand on est en danger dans son pays d’origine. »

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Pas apprécié

Un torchon bourré d'islamophobie, de racisme et très gros white saviour complex comme on ne les aime pas. Qui est l'éditeur qui a lu ça et s'est dit que ça passait? Se servir de la vague BLM pour mettre en couverture des poings levés de personnes noires (avec la pomme de main noire... vous avez jamais vu des personnes noires?) pour augmenter les ventes de son livre alors qu'il n'y a AUCUNS personnages noirs dans ce livre?? Ça va on vous dérange pas?

Continuez à essayer de nous museler quand on pointe ce qui ne va pas et les choses que l'on accepte plus.

Afficher en entier
Pas apprécié

Ce livre a été réellement dur à lire, non pas pour les sujets qu’il aborde mais pour au contraire le traitement mauvais, raciste et islamophobe des dits sujets. Les auteurices n’ont clairement pas fait de recherches autour de la thématique des sans papiers et des réfugiés. Ni même des révoltes lycéennes. Le sujet de l’islam et de l’islamophobie n’est pas maîtrisé au point qu’iels en font des amalgames et tombent dans l’islamophobie alors qu’apparemment l’enjeu était de dénoncer. Parlons maintenant des propos racistes tenus dans ce livre: appeler son personnage « l’iranien » c’est raciste, écrire un livre sur un iranien mais ne pas saisir un quart de la situation des iraniens en Iran et de celle des iraniens sans papiers et réfugiés ça donne un livre bourré de préjugés, de racisme et de bêtises enrobés d’une volonté d’être engagé.e. A la question avez vous fait des recherches, la réponse a été nous avons eu des témoignages alors qu’il n’y a aucune mention de ces témoignages dans le livre ou les crédits de fin. Aucune ressource ajoutée pour entraîner les gens à aller se renseigner étant donné que le sujet n’était pas maîtrisé ça aurait été le minimum. 5 ans pour écrire un livre mais rien n’a été poussé, recherché, réfléchi. Maintenant, ça me choque de faire dire à une présidente d’association (et de reprendre du coup le nom d’une association connue et qui fait un travail réel pour les réfugiés) qu’il faut faire « le buzz » pour « sauver » le sans papier. C’est inhumain, indécent et c’est de l’irrespect total pour tous ces gens qui travaillent tous les jours pour aider les sans papiers. Maintenant, la question de l’homophobie en Iran : non maîtrisé + point de vue eurocentrique. Voilà pourquoi se renseigner est important, ça évite d’écrire des bêtises et de heurter des gens qui connaissent et ont connu ces situations. Enfin, le roman tourne autour de Rahim qu’il faut « sauver » mais on ne l’entend pas, ses décisions ne sont jamais respectées, il ne veut pas faire des choses mais on l’y force. Bref, le traitement de ce personnage est une catastrophe. Pour finir, parlons du pire personnage du livre : Anton. Il est raciste, dangereux, c’est un harceleur qui se cache derrière un site pour faire du mal aux gens et il est encensé et mis en perso principal??? C’est lui qui révèle la situation de Rahim et le met en danger et ensuite veut le sauver ??? Non-sens total et à aucun moment dénoncé par l’auteurice qui en fait même le point central de l’histoire. Il y a une scène de relation sexuelle dans les toilettes alors que l’autre personnage est bourré ???? Et ensuite slutshaming envers ce personnage ???? Et ça n’est JAMAIS dénoncé par les auteurices????? Bref, ce livre m’a choquée, m’a heurtée et je le déconseille à 100%.

Si vous voulez en apprendre sur la situation des sans papiers et des iraniens il y a 10 000 fois mieux.

Petit mot sur la couverture : mettre un poing noir (d’ailleurs non réaliste vu que la paume des mains noires est plus claire dans la vie réelle) alors qu’il n’y a pas de personnage noir et que les poings levés représentent la lutte BLM, c’est du marketing, c’est jouer et capitaliser sur la vie et les souffrances des noirs et c’est honteux.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Chika 2021-04-29T00:28:58+02:00
Bronze

Après avoir vu une bonne partie de mon Twitter se déchirer sur le cas de ce livre dès sa sortie, j'ai du coup un peu hésité à faire cet achat... Mais comme j'aime me faire un avis par moi-même, j'ai finalement tenté l'aventure. Par contre, j'ai préféré réaliser une lecture plus tardive qui me laissait du recul par rapport aux autres avis. Et puis, il faut dire que la couverture me plaisait bien, me promettant un engagement sur des valeurs que je partage, pleines d'humanisme, un engagement comme m'y avait habitué Hugo New Way à travers de bons romans. C'est prise dans ce mélange de ressentis que j'ai commencé ma lecture de #TousDebout... et le ciel ne s'est pas totalement dégagé de ces émotions à la fin de celle-ci... Je dois bien avouer ne pas trop savoir où me situer par rapport à ce livre...

Tout d'abord, parlons de l'écriture de #TousDebout: elle a été pensée pour nous entrainer facilement puisque le style est très fluide, avec des discours actuels (presque) pas grandiloquents, et surtout de l'action à chaque chapitre - que ce soit une intervention policière, un blocage, des activités entre amis... On ne nous laisse pas une seconde nous ennuyer! Qui plus est, les chapitres sont courts et prennent différentes formes selon le protagoniste qui a la parole: le journal intime de Rahim est par exemple particulièrement intéressant! Pour autant, j'avoue avoir mis un certain temps à terminer ma lecture... ne trouvant pas vraiment la flamme qui m'entraînerait de chapitre en chapitre sans m'en rendre compte. Et en fait, je ne comprends pas ce manque d'addictivité finalement parce que le scénario proposé par Cindy Van Wilder et Agnès Marot a un énorme potentiel...

Aussi, ce qui est bien et que l'on ne peut aucunement retirer à cette histoire, c'est que les auteures ont sorti leurs plumes pour parler de sujets d'actualité forts. Et on ne pourra jamais douter de leur sincérité dans les messages qu'elles ont voulu insérer ici, pour défendre leurs idéaux et leur notion d'une justice pour tous: ça leur tenait à cœur et ça se voit! Nous sommes de suite les alliés des causes auxquelles prennent part nos quatre lycéens, Anton, Méloée, Mathis et Rahim (du moins, si vous êtes un lecteur qui partage les mêmes valeurs mais... sinon pourquoi avoir choisi ce livre?) mais bizarrement... il y a une sorte de mur qui se crée tout de même entre nous et ces personnages qui empêche l'empathie et de nous immerger totalement dans l'histoire... Mais il y avait peut-être trop de sujets à défendre, entre le traitement offert aux immigrés, la cause des réfugiés, la lutte contre l'islamophobie, le racisme, l'homophobie, la biphobie... Ce sont des combats qui peuvent parfois aller de paire dans un esprit de tolérance, mais ici... rassemblés en une seule histoire... je ne sais pas... j'ai eu une impression de trop en tout cas!

Mais finalement, je crois que tous les soucis que j'ai pu rencontrer dans ma lecture peuvent se cristalliser autour d'un seul point du livre selon moi: nos sentiments assez négatifs envers les quatre protagonistes principaux. En fait, chacun a ses défauts - comme tout le monde, vous me direz? Que ça les rend plus réels? Nous pourrions donc pardonner ces défauts... s'ils étaient compensés par des qualités apparentes... Mais malheureusement, tout férocement humains qu'ils soient, il y a chez chacun une bonne part d'égocentrisme qui vient gâcher le combat juste qu'ils mènent! Tous autant qu'ils sont ont également le chic pour créer autour d'eux les situations les plus malsaines possibles - entre Gossip Boy, toilettes crades, etc...

En bref, j'avais déjà pu constater le côté clivant de ce roman bien avant le début de ma lecture mais voulait voir par moi-même comment Agnès Marot et Cindy Van Wilder apportaient leurs mots à des sujets qui demandaient justice, tolérance et engagement. Et c'est vrai que cette lecture a ses qualités comme ses défauts! Pour les premières, nous avons donc un scénario fort, à la thématique qui accroche l'œil et notre cœur, où l'action est mise au service de la cause défendue grâce à une écriture fluide et facile à lire. De l'autre côté, certains détails nuisent à l'addictivité de ce roman, peut-être parce que l'on s'est perdu dans les multiples sujets à aborder... mais, c'est surtout, je pense, la faute à ceux qui portent ces messages tout au long de l'intrigue: finalement, il n'y a pas, entre eux - et surtout entre Anton et Méloée - et moi, la connexion ne s'est absolument pas faite... Et c'est ce point qui a enlevé le plus de plaisir à ma lecture je dois dire... faisant malheureusement pencher la balance du mauvais côté...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lapommequirougit 2021-04-20T00:27:01+02:00
Lu aussi

https://lapommequirougit.com/2021/04/11/tous-debout-agnes-marot-et-cindy-van-wilder/

Je remercie les Éditions Hugo & Cie pour l’envoi de cette lecture. Malheureusement, je n’ai pas plus que ça, accroché à l’histoire. C’est un livre sympa, mais j’ai eu beaucoup de mal avec les personnages principaux.

Nous suivons différents élèves d’un lycée qui veulent défendre leur camarade sans-papiers qui risque d’être bientôt expulsé. Le problème, c’est qu’Anton est Gossip Boy, il s’amuse sur Tumblr à balancer tous les ragots des personnes du bahut. Donc lorsqu’il découvre que Rahim n’a pas de papiers, c’est une aubaine pour lui. Il ne se rend pas compte des conséquences que tout cela aura…

J’ai eu du mal à finir cette histoire. Je n’ai aucun problème avec le récit, je le trouve intéressant et nécessaire. La plume des autrices est quant à elle vraiment prenante. Pour ma part, ce sont plutôt les personnages qui m’ont posé problème.

Effectivement, j’ai eu beaucoup de problèmes avec Anton et son comportement vis-à-vis de Méloée. Ensuite, Anton est à l’origine de tout, mais aucune punition, ni conséquence ne va avoir lieu envers lui suite à ce qu’il a fait (ce que j’ai trouvé très injuste quand on voit les répercutions qu’a eu Rahim en retour). De plus, Rahim est censé être le personnage central de l’histoire, mais je trouvais qu’il n’avait pas une place assez importante par rapport à ce que je m’y attendais.

En bref, j’ai eu du mal avec cette histoire. Mais ça reste subjectif. Je crois que le livre est nécessaire, il porte sur des sentiments et des points importants, nous devons en parler. Pour ma part, je ne me suis pas attachée aux personnages, mais si vous le lisez, j’espère qu’au contraire, vous les apprécierez plus !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par just2iine 2021-04-18T12:22:06+02:00
Argent

http://lire-une-passion.weebly.com/contemporain/tousdebout-agnes-marot-cindy-van-wilder

"En résumé, un roman touchant, porté par des personnages déterminés à faire avancer la France du bon côté. Un pied de nez pour toutes ces inégalités qui parsèment nos vies jour après jour."

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leslecturesdEsmeralda 2021-04-16T16:17:40+02:00
Bronze

Je n’avais pas prévu aujourd’hui de vous livrer mon avis sur ce roman qui fait polémique sur la blogosphère. Des outrés et des conquis se battent la part du steak. J’aime me laisser du temps entre la fin de ma lecture et le moment où j’écris mon avis, mais j’ai eu beau réfléchir, voici une lecture qui m’a complètement laissée coite, voire perdue, voire indécise. Je n’ai pas détesté. Je n’ai pas adoré. Pas assez de développement et trop d’éléments non essentiels développés. J’avais complètement craqué pour la couverture audacieuse et surtout dans l’air du temps, mais l’histoire est loin de m’avoir conquise.

Ceci n’est pas l’histoire de Rahim, immigré Iranien, installé en France depuis deux ans avec son papa. En Iran il a abandonné sa mère et ses sœurs et surtout ses rêves. Une fuite précipitée au lendemain d’un événement qui est considéré comme impur sur ses terres et condamné à mort. Il est devenu le silence, se fondant au plus près des mœurs de sa terre d’accueil. Se cacher, il sait le faire.

Mais ceci n’est pas l’histoire de Rahim. C’est celui de ce jeune homme un peu timide et introverti qui est pris au piège entre révélation et action. Un étau qui se referme davantage quand ses amis décident de bloquer le lycée en son nom, en sa liberté, en ce qu’il est. Rahim devient le symbole d’une communauté et de tous ces immigrés en attente de régularisation. Loin du discours politique il s’infiltre tout de même entre les lignes et c’est une prise de position agaçante que je n’aime pas retrouver dans mes lectures. Même si ils ne sont pas nommés, il est facile de reconnaître les mouvements de l’extrême droite ou les Black bloc où homophobie, racisme sont les vecteurs de leur haine. Est ce que les auteures ont voulu dénoncer cela ? Si c’est le cas, leur mise en avant est totalement incongrue et fragile.

Dans ce roman il y a beaucoup de choses et de personnages auxquels il est difficile d’éprouver de l’empathie. Anton est ce jeune homme mal à l’aise dans sa peau et qui en veut à tout le monde. Un père roumain un peu trop soupe au lait qui aime s’occuper du foyer, une mère peu visible, une sœur qui adule sans restriction une tante à la tête d’une association qui aide les immigrés. Une tante qui aime le paraître et se mettre au devant des faits. Il lui manque un zeste d’humilité pour pouvoir l’aduler. Pourtant si Anton la déteste, il prend le même chemin. Dénonciateur, « GossipBoy » lui sert de vitrine malsaine sur la vie au sein du lycée. Ces posts Tumblr (je ne sais même pas ce que sait !) sont d’une violence malveillante où les humiliations défilent. Est ce un moyen efficace de parler des problèmes de notre société ? Le dialogue est loin d’être installé, car si les fans adorent ces clashs, l’effet de groupe est dévastateur. Où est le respect d’autrui ? Méloée est quant à elle, la jolie fille qui ne fait pas de vague, amoureuse de Rahim. Alors qu’elle n’ose pas émettre ses opinions, il aura suffit d’un post de GossipBoy et d’une vidéo dénonçant la situation de Rahim pour qu’elle se transforme en « déesse vengeresse et justicière ». Méloée a le charisme pour porter à bout de bras tout un groupe et à l’allier à une cause commune. Alors oui elle est superbe, la caricature parfaite d’une jeune femme qui se révèle féministe assumant avec parcimonie ses actions et ses conséquences. Serait-elle le symbole du féminisme dans toute sa splendeur ?

Je regrette beaucoup de scènes dans ce roman. Celle du dépucelage de Méloé dans les toilettes crades du lycée, non merci, sans façon. Une violence inouïe de la part de ces jeunes, c’est aberrant ! L’alcool qui coule à flot, euh c’est alarmant ! Rahim comme objet, non !

Si le fond de l’histoire est intéressant, tout le contexte l’est beaucoup moins. J’ai eu l’impression de me trouver au cœur d’une parodie de mauvais goût de quelque chose qui est sérieux et actuel. Ce lycée a l’allure d’un lycée catholique engoncé dans quatre murs ridicules et étriqués. Il n’y a aucune mixité, seul Rahim apparaît comme l’étranger au milieu de tous ses blancs.

Alors oui l’histoire aurait pu être sensationnel mais tout le contexte la rabaisse à un récit de mauvais goût où l’immigration est mis au cœur d’une histoire tirée par les cheveux et où la violence est bien trop présente. Je me pose cette question cruciale : #TousDebout est-il le reflet de notre jeunesse partagée entre idéaux héréditaires et malfaisants et conviction malmenée ?

A vous, de vous en faire une idée !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par kadeline 2021-04-12T14:16:08+02:00
Bronze

Il y a des livres dont il est compliqué de parler, tous debout en fait parti. Je ne sais pas si je ne suis pas assez déconstruite pour adhérer à l’ensemble des reproches qu’on lui fait ou si j’interprète juste les choses différemment. Un chose est sure en tout cas, ce roman fait polémique et a heurté des personnes ce que je me sens obligée de mentionner.

Je vais tenter de donner mon avis personnel qui est bien moins virulent que beaucoup. J’ai plutôt apprécié ce roman et ait été surprise du tollé qu’il subit. Tout n’est pas parfait mais il est loin d’être inintéressant. Dans ce roman, on donne la parole à Anton et Méloé, deux ados comme on en trouve dans chaque lycée. Anton est le garçon qui cherche à obtenir de l’attention mais s’y prend très mal au point d’être débordé par les conséquences de tous ses mauvais choix. Il est clairement détestable mais suivre son point de vue est un excellent moyen pour s’apercevoir que chacun peut devenir un Anton : être dépassé par les événements, faire les mauvais choix, quitte à être mauvais autant le faire bien et pousser les choses… Méloé est la jeune fille gentille et plutôt transparente qui va prendre consistance à travers une lutte.

Chacun va raconter comment ils se sont retrouvés à bloquer leur lycée pour empêcher leur camarade de classe Rahim d’être expulsé. Alors non, on n’a pas la parole de Rahim hormis quelques dialogues et lettres et oui donner la parole au personnage concerné serait intéressant. Et pourtant j’ai trouvé ce choix judicieux. Il reflète bien l’image de ce qu’est la France encore aujourd’hui, sans faire l’autruche. A aucun moment, le concerné est acteur, il subit ce que chacun décide à sa place, « pour son bien » ou pour « s’en débarrasser » mais en tout cas sans jamais lui laisser le choix ou la parole. On a tout le panel de réactions du racisme assumé, en passant par le racisme intériorisé et sans oublier la personne qui sous couvert d’ouverture d’esprit cherche à se mettre en avant car elle est meilleure que le « blanc de base ». Pour cette dernière catégorie, on a un personnage où c’est évident et un qui le devient plutôt malgré elle. C’est une bonne façon de montrer que même avec les meilleures intentions, on peut être à côté de la plaque et ne pas faire ce qu’il faut pour la bonne raison. Il y a des propos durs mais les mises en garde sont annoncées et rien n’est gratuit. L’aspect LGBT est important aussi dans ce roman ce qui donne une convergence des luttes et malheureusement des haines très réussies. J’ai apprécié le fait de montrer que bien que les lois d’un pays soit homophobes, les habitants cherchent au mieux des solutions. Etre homosexuel est puni de la peine de mort, que peut-on faire ? Fuir ou essayer autre chose ? J’ai commencé en disant que tout n’était pas parfait, il n’est donc pas question d’oublier de parler de ce qui est moins réussi. Rahim a quitté l’Iran avec son père en laissant sa mère et ses soeurs seules sans homme au sein du foyer. Dans un état comme l’Iran, ce n’est pas crédible, elles seraient en danger. Il y a aussi au moins une facilité de scénario avec la connaissance approfondie des droits des sans papiers par Anton. Mais globalement j’ai apprécié lire un texte qui ose dire qu’il reste beaucoup à faire pour qu’on vive tous ensembles et que l’ouverture d’esprit ne fait pas tout.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par labibliothequedemarie 2021-04-05T16:24:16+02:00
Argent

Mon avis :

.

J’ai aimé découvrir les personnages.

Méloée est une jeune femme forte et déterminée dans tout ce qu’elle entreprend. Anton est lui, un jeune homme plus discret, se cachant derrière le pseudo de Gossip Boy, le tumblr qu’il alimente de tous les ragots du lycée. Si j’ai eu un peu de mal à le cerner au début, une fois sa carapace enlevée, je l’ai trouvé attachant. J’ai aimé voir l’évolution de ces deux personnages au fil du récit. Une fois le roman terminé, je les ai trouvé grandi et responsable.

.

Rahim, Anton, Mathis et Méloée s’unissent pour défendre une seule et même cause. Ensemble, ils vont mobilisés d’autres élèves qui rejoindront le mouvement.

Tous autant qu’ils le sont, vont évoluer vers un seul et même objectif.

Ils vont rencontrer des hauts et des bas mais aussi des trahisons et des révélations ou encore des rebondissements et de l’action.

.

L’alternance des points de vue, le journal écrit par Rahim ou encore les lettres de Méloée apportent une certaine dynamique et originalité au récit.

.

Agnès Marot et Cindy Van Wilder sont les auteures de ce roman. Un récit à quatre mains relatant une histoire engagée, prenante, parfois émouvante avec des thématiques fortes et importantes telles que l’homosexualité et l’immigration, qui sont traitées avec beaucoup de sagesse et de finesse.

.

Le dernier point que je souhaiterais aborder et un peu plus personnel et concerne la fin du récit. J’aurais aimé avoir quelques chapitres en plus car la fin n’est à mon goût, pas assez aboutie et développée.

.

Mais outre ça, c’est une bonne lecture Young Adult que je vous invite à découvrir!

•••

Ma note : 3,5/5

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GamesOfBooks 2021-03-31T14:10:24+02:00
Argent

http://www.gamesofbooks.com/2021/03/30/tous-debout-agnes-marot-cindy-van-wilder/

Comme à chaque parution de la collection New Way, je suis curieuse de découvrir les pépites dénichées par la maison d’édition. Cette fois, il s’agit d’un roman écrit à quatre mains. Cela fait plusieurs années que je lis du bien des histoires de Cindy Van Wilder et Agnès Marot mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de les découvrir. C’est maintenant chose faite et j’ai bien aimé ma lecture, je vous en dis plus tout de suite.

Anton est un jeune lycéen assez discret. Mais régulièrement il s’exprime sous le pseudo Gossip Boy sur un Tumblr suivi par un très grand nombre de personnes. Personne ne connaît sa double identité, pas même son meilleur ami Mathis.

D’un autre côté, il y a Méloée, elle a du caractère et sait ce qu’elle veut. Elle est en couple avec Rahim, qui vient d’Iran et qui est élève dans leur lycée depuis un an.

Quand Gossip Boy va révéler que Rahim est un sans-papiers, l’ambiance va changer au lycée puisque chacun va avoir une opinion différente sur le sujet. Deux groupes vont alors se distinguer, ceux qui veulent défendre Rahim et l’aider à régulariser sa situation par tous les moyens, et les autres…

J’avoue que j’aurais aimé avoir le point de vue de Rahim qui finalement est celui qui est le plus touché par les événements et leurs conséquences.

Au final, j’ai apprécié ma lecture de ce roman engagé et je comprends le message qu’ont voulu faire passer Cindy Van Wilder et Agnès Marot ! ♥

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Graziella-7 2021-03-30T20:48:35+02:00
Poubelle

Il est dommage que les auteurices n'aient pas fait le simple effort de se renseigner sur la réalité des personnes dont iels parlent, notamment les migrants. On retrouve de l'islamophobie, beaucoup de stéréotypes et de fétichisme. Le personnage iranien n'a jamais la parole, c'est tout de même un comble, tout passe par le point de vue blanc. Préférez lire des ownvoices à ce sujet.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MayaLys 2021-03-30T10:08:16+02:00
Pas apprécié

Ce livre a été réellement dur à lire, non pas pour les sujets qu’il aborde mais pour au contraire le traitement mauvais, raciste et islamophobe des dits sujets. Les auteurices n’ont clairement pas fait de recherches autour de la thématique des sans papiers et des réfugiés. Ni même des révoltes lycéennes. Le sujet de l’islam et de l’islamophobie n’est pas maîtrisé au point qu’iels en font des amalgames et tombent dans l’islamophobie alors qu’apparemment l’enjeu était de dénoncer. Parlons maintenant des propos racistes tenus dans ce livre: appeler son personnage « l’iranien » c’est raciste, écrire un livre sur un iranien mais ne pas saisir un quart de la situation des iraniens en Iran et de celle des iraniens sans papiers et réfugiés ça donne un livre bourré de préjugés, de racisme et de bêtises enrobés d’une volonté d’être engagé.e. A la question avez vous fait des recherches, la réponse a été nous avons eu des témoignages alors qu’il n’y a aucune mention de ces témoignages dans le livre ou les crédits de fin. Aucune ressource ajoutée pour entraîner les gens à aller se renseigner étant donné que le sujet n’était pas maîtrisé ça aurait été le minimum. 5 ans pour écrire un livre mais rien n’a été poussé, recherché, réfléchi. Maintenant, ça me choque de faire dire à une présidente d’association (et de reprendre du coup le nom d’une association connue et qui fait un travail réel pour les réfugiés) qu’il faut faire « le buzz » pour « sauver » le sans papier. C’est inhumain, indécent et c’est de l’irrespect total pour tous ces gens qui travaillent tous les jours pour aider les sans papiers. Maintenant, la question de l’homophobie en Iran : non maîtrisé + point de vue eurocentrique. Voilà pourquoi se renseigner est important, ça évite d’écrire des bêtises et de heurter des gens qui connaissent et ont connu ces situations. Enfin, le roman tourne autour de Rahim qu’il faut « sauver » mais on ne l’entend pas, ses décisions ne sont jamais respectées, il ne veut pas faire des choses mais on l’y force. Bref, le traitement de ce personnage est une catastrophe. Pour finir, parlons du pire personnage du livre : Anton. Il est raciste, dangereux, c’est un harceleur qui se cache derrière un site pour faire du mal aux gens et il est encensé et mis en perso principal??? C’est lui qui révèle la situation de Rahim et le met en danger et ensuite veut le sauver ??? Non-sens total et à aucun moment dénoncé par l’auteurice qui en fait même le point central de l’histoire. Il y a une scène de relation sexuelle dans les toilettes alors que l’autre personnage est bourré ???? Et ensuite slutshaming envers ce personnage ???? Et ça n’est JAMAIS dénoncé par les auteurices????? Bref, ce livre m’a choquée, m’a heurtée et je le déconseille à 100%.

Si vous voulez en apprendre sur la situation des sans papiers et des iraniens il y a 10 000 fois mieux.

Petit mot sur la couverture : mettre un poing noir (d’ailleurs non réaliste vu que la paume des mains noires est plus claire dans la vie réelle) alors qu’il n’y a pas de personnage noir et que les poings levés représentent la lutte BLM, c’est du marketing, c’est jouer et capitaliser sur la vie et les souffrances des noirs et c’est honteux.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Larepubliquedeslivres 2021-03-29T19:55:15+02:00
Argent

Les autrices proposent un récit avec deux points de vue principalement : Méloée et Anton. Grace à ce procédé, j’ai pu découvrir plusieurs aspects de ce récit et ainsi voir que tout n’est pas tout blanc ou tout noir.

L’histoire que narre les autrices permet de mettre en avant la situation précaire des sans-papiers en France. Rahim est né en Iran, il a fuit son pays avec son père. Majeur, il doit quitter la France. C’est un très bon élève qui a appris le français en quelque mois.

Tout au long de ce roman, j’ai pris plaisir à suivre la mobilisation des lycéens pour défendre Rahim, bien sûr, ce n’est pas du goût de tout le monde. On y voit la solidarité entre eux Ce lycée reflète la France actuelle, entre ceux qui veulent protéger les immigrés et ceux qui veulent protéger la France des immigrés.

Au niveau des personnages, j’ai beaucoup aimé Méloée. C’est une femme qui n’a peur de rien défendre Rahim de l’expulsion, son caractère est fort même si elle laisse entrevoir par moment ses fragilités. Anton est un personnage avec lequel j’ai eu plus de mal, je n’ai pas toujours compris ses choix. Rahim est le personnage placé au centre de la mobilisation, mais j’ai trouvé qu’on n’avait pas assez son point de vue.

L’alternance des points de vue et la succession des événements rendent ce récit dynamique. J’ai beaucoup aimé les éléments ajoutés en plus du récit qui donnent des points de vue différents. Par contre j’ai regretté que la fin soit si rapide et surtout à demi-ouverte.

En bref, c’est un roman qui aborde la solidarité des jeunes et la situation précaire des immigrants en France avec deux personnages forts. La fin est un peu trop rapide à mon goût.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Tous debout" est sorti 2021-03-11T02:16:17+01:00
background Layer 1 11 Mars

Date de sortie

Tous debout

  • France : 2021-03-11 (Français)

Activité récente

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

lecteurs 20
Commentaires 15
extraits 1
Evaluations 18
Note globale 4.94 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode