Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
La proximité d’Elliott et la force de notre connexion ne m’aident pas et malgré le fait qu’il bloque
ses émotions, je ressens son trouble et ses inquiétudes de plus en plus fortement. Réprimer la magie
sanguine et la magie blanche me fait tellement mal que les sorts et ma concentration ne suffisent pas.
Me contrôler me brûle les veines et la soif de sang me tord le ventre. Un gémissement m’échappe.
J’ai de plus en plus peur que la magie noire, combinaison de mon côté sorcière et de mon côté
vampire, se manifeste.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Ça suffit tous les deux ! Elliott, Jasper ne me veut aucun mal, et toi, Jas’, tu ferais mieux de nous
écouter. Tu as les Anciens aux trousses, je te signale. Alors, garde tes forces contre tes vrais
ennemis ! lancé-je.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
Elliott entreprend consciencieusement de
me réveiller tout à fait, léchant et mordillant tour à tour ma poitrine offerte. Nue contre lui, je suis à
la merci de ses gestes.
Une soumise plus que consentante…
Ma respiration s’accélère et je feins un instant de dormir, ayant de plus en plus de mal à ne pas
devenir moi aussi entreprenante devant son sexe qui se dresse entre nous.
– Je sais que tu ne dors plus… affirme mon amant avec un sourire satisfait. Mais j’aime que tu
prétendes que si. Voyons jusqu’où tu peux résister…
Grisée par sa suggestion, je m’emploie à rester immobile, m’efforçant de laisser mon corps inerte
face à ses mouvements.
Elliott, soudain très inspiré, déplace mes jambes, les écartant légèrement pour dévoiler ma
féminité déjà humide. Je veux protester mais me retiens de justesse quand sa langue descend
inexorablement vers le haut de mes cuisses.
Il n’osera quand même pas… Mais si !
Machiavélique, il relève mes bras et les pose sur l’oreiller, m’embrassant avec douceur, puis il
recommence son petit manège. Un long frisson court sur mon corps mais je tiens bon et joue la Belle
au bois dormant, gardant les yeux clos.
Mon bourreau m’écarte les jambes plus largement et vient goûter alors mon intimité, par petits
coups de langue timides me tourmentant à loisir. La sensation de ses lèvres et de ses doigts qui
malmènent mon sexe avec volupté me propulse vers les berges de la jouissance.
– Tu dors ? me taquine-t-il d’une voix gourmande.
Mon silence l’encourage à pousser le vice plus loin.
Avec la plus exquise et terrible lenteur, il insinue son index dans mon sexe et l’agite en moi. Cette
fois je gémis. Tendrement, Elliott ressort son doigt et agace mon clitoris gonflé. Sa bouche le
remplace ensuite, embrassant le cœur de mon plaisir.
Amusé par ma résistance, il recommence. Il enfonce son doigt plus loin cette fois et le ressort
avant de me pénétrer de nouveau. Je n’y tiens plus et me cambre pour lui faciliter l’accès. J’ouvre les
yeux et le découvre triomphant alors qu’il poursuit son impudente caresse. Cette fois, Elliott enfonce
deux doigts et observe l’effet de son manège sur mon visage.
– Elliott, le réprimandé-je mutine avant de me perdre dans la décharge électrique qui traverse mon
corps.
Pour me punir, mon amant se baisse et joint sa langue à ses doigts. Prisonnière volontaire, je subis
avec grâce le martyre, savourant chaque caresse en criant son nom tandis que la délivrance approche.
Elliott plonge ses doigts dans mon sexe de plus en plus vite, excitant mon clitoris, qu’il agace de ses
lèvres et de sa langue en même temps.
Quand l’orgasme me saisit, j’explose.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Je suis là, je ne pars pas, je t’aime, embrasse-moi encore… plaide-t-il.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
Le soir, des bribes de l’aura d’Elliott me parviennent et une sensation de joie et d’impatience me
gagne. Avant même que trois coups se fassent entendre à ma porte, mon cœur bondit.
Il est là !
J’ai à peine le temps de me précipiter pour ouvrir qu’Elliott surgit, sublime, dans sa veste cintrée
et son jean noir, le col de sa chemise ouverte, laissant apparaître un triangle de peau bronzée. La
douceur de ses lèvres qui emprisonnent ma bouche et le rugueux de son pantalon sur mes jambes
nues provoquent un flot de frissons en moi.
– Tu m’as tellement manqué, Elliott !
– Tu es si belle, Iris, je ne me lasserai jamais de toi, susurre-t-il à mon oreille quand il met fin,
trop vite, à notre baiser.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
ous nous aimons, terminé-je avec hargne.
– Le monstre qui t’a transformée t’aime ? Et tu es amoureuse de ton créateur. Mais oui… Comment
peux-tu être naïve à ce point… Tu t’es laissée séduire par un vampire, voilà la vérité ! Tu as accepté
de mourir pour lui… Je vais lui faire avaler ses canines à ce monstre, je te le promets.
– Tu ne comprends pas, ça ne s’est pas du tout passé comme cela… paniqué-je en entendant ses
menaces.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Merde, Iris, t’es bien un vampire ! Comment tu as pu te laisser transformer par un putain de
suceur de sang ? Qu’est-ce que t’as foutu, merde ! C’est pas vrai… Ma sœur est un vampire. C’est une
blague, c’est une putain de blague de l’univers… me crache-t-il à la figure.
– Une hybride, nuancé-je, tentant de ne pas perdre mon calme alors que des crépitements
commencent à me piquer les doigts.
– Hybri… quoi ? Ton aura est rouge, t’es un vampire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Songe à la douceur
Je patiente
Mais quand on patiente, on ne fait que frôler la réalité,
Ca fait plusieurs semaines que je la frôle sans la toucher
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Songe à la douceur
Il faut tout faire
Il faut tout sacrifier pour.
Il ne faut pas prendre ça à la légère une histoire d'amour.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– J’ai immédiatement regretté chaque parole que j’ai pu te dire ce soir-là en quittant Missoula, je
me suis maudit pour chaque larme que tu versais. J’ai senti mon cœur éclater en sachant que je t’avais
fait souffrir. Et je ne laisserai personne te faire du mal. Je t’aime Iris, et être ensemble ne sera jamais
une malédiction.
– Je t’aime aussi Elliott, avoué-je en l’embrassant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
Elliott est désolé pour moi, je le sens, mais je ne vais pas perdre espoir aussi facilement. Quand il
remarque mon air décidé, son visage s’éclaire d’un sourire diabolique.
– Par contre, je connais ta date de naissance et ton deuxième prénom, malgré tes tentatives pour me
le dissimuler, me taquine-t-il. Et je pourrais ou non avoir eu connaissance d’une arrestation pour
outrage à la pudeur lors d’un bain de minuit
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Merci de ton aide, Sean, mais ne crois pas que tu t’en tireras sans une bonne explication, dis-je en
mettant le plus de menaces possible dans ma voix.
– Des promesses, toujours des promesses, s’amuse Sean.
Mais la plaisanterie n’atteint pas ses yeux et je sais qu’il m’a prise au sérieux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
J’aperçois ses yeux bleus au milieu de la foule, m’y accroche et m’y perds quand la soif de sang
surgit. Impérieuse. Le pouvoir et l’appel du sang me remplissent et je m’y engouffre.
Rien ne peut plus me sauver.
En un instant, j’agrippe un homme et l’attire dans une ruelle. Il est jeune et son attitude m’indique
qu’il se méprend sur mon intention. Puis il voit mes yeux. Rouges. Rouge sang. Je lui souris et il
hésite. Je sens sa peur.
– Iris, lâche-le, entends-je une voix douce mais ferme.
Mais c’est trop tard. La soif de sang réveille une autre part de moi. Ma nature d’hybride. L’air
crépite et la magie m’entoure. Des étincelles blanches jaillissent de mes mains.
Le jeune homme en profite pour tenter de s’échapper et je le poursuis. Mais la voix douce et ferme
aux yeux bleus si pénétrants s’interpose entre nous. J’enrage et le projette de toutes mes forces contre
un mur. Les éclairs qui ont jailli de mes mains l’ont aussi atteint et il s’écroule sans vie sur le sol.
L’homme s’est enfui mais je m’en fiche. Je suis fière d’avoir canalisé ma magie et me détourne un
instant de ma soif. Je suis de nouveau moi.
Quand je réalise ce que j’ai fait.
Elliott, oh, mon Dieu, non !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
Blottie dans ses bras je savoure le calme et l’étrangeté du lieu. J’ai envie de parcourir la maison et
les alentours.
Le palais même, si j’en crois le peu que j’en ai vu hier soir.
Elliott rit et je me rends compte que notre proximité lui ouvre mes pensées. Il semble que la
connexion soit liée à la distance. Quand nous sommes loin je perçois des impressions fugaces, des
visions floues. Mais plus Elliott se rapproche, plus j’arrive à voir des images précises, des
sentiments, à lui transmettre ce que je ressens et inversement. Enfin, quand je le touche, nous pouvons
alors communiquer par la pensée, avoir accès aux souvenirs et à l’esprit de l’autre. Sans barrière.
Comme à l’instant, quand j’ai pensé que cet endroit était plus un palais qu’une maison ou quand nous
avons mélangé notre aura.
– Tu as raison, plus nous sommes proches, plus nous partageons l’un avec l’autre. Et quand ta peau
touche la mienne, j’ai presque l’impression d’être toi, me répond à haute voix Elliott.
– Bizarrement, j’ai l’impression que le lieu où nous nous trouvons joue aussi. Je ressens tout plus
fort ici. C’est très étrange, dis-je à mon tour.
– La chambre ? s’étonne Elliott.
– Non, pas seulement, cela a commencé quand je suis arrivée hier soir. En descendant du taxi, et
même un peu avant… C’est… le bayou. Tout est plus fort ici, hésité-je.
Un instant, je reste surprise, puis au fur et à mesure, mon impression devient une certitude.
L’atmosphère du bayou me semble familière, comme si j’étais la bienvenue, comme si j’en faisais
partie. Je sens Elliott perplexe et curieux à la fois.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Call me Bitch, tome 1
– Regarde, Zofine !
– Oui, oui, super ce que tu fais !
Est-ce que les parents s’extasient vraiment sur les non-exploits de leurs enfants ?
– Regaaaaarde !
Ouiiiii ! C’est nuuuuul !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Tu ne portes vraiment rien dessous, me susurre Elliott avec son sourire qui me promet mille
délices.
Ou tortures, je ne sais pas ce que je préfère…
La flamme dans son regard allume en moi un brasier qui me fait frissonner et trembler des pieds à
la tête. Une vague de chaleur me submerge. Jusque-là je n'avais jamais ressenti un désir si farouche
pour un homme. Au moindre contact de ses doigts sur ma peau je tressaille. Sa voix grave, la
présence si virile de son corps près du mien, tout me trouble. La nuit est complète maintenant et mes
sens décuplés de vampire augmentent la fièvre qui me gagne.
Pressée contre ses muscles, enivrée par la connexion entre nous, je sens chaque partie de son corps
s’embraser à mon contact. Au creux de mes reins, ses mains me brûlent à travers la fine soie de ma
robe. Mon cœur cogne en écho au sien. J’ondule des hanches contre lui et ressens avec délice ce que
mon mouvement lascif provoque.
– Tu es si belle, si désirable iris, que puis-je faire pour te faire plaisir ?
– Vraiment, tu vas vraiment exaucer tous mes désirs ? demandé-je soudain intimidée.
– Tous ! me confirme Elliott, la voix rauque.
Alors lentement, je me détache de lui et le pousse vers le lit. En amazone au-dessus de lui je
l’oblige tendrement à s’allonger et l’embrasse fougueusement.
– Je t’interdis de bouger, ordonné-je malicieusement.
– Tu ne sais pas ce que tu me demandes, souffle-t-il.
Je ne me suis jamais sentie aussi belle que dans ses yeux, si désirable, si femme, en harmonie aussi
parfaite avec quelqu'un. Puis je me penche pour lui offrir mes lèvres qu’il savoure lentement puis
fiévreusement. Sa langue audacieuse vient s’introduire dans ma bouche, jouer avec mes lèvres et me
provoquer. Précautionneusement, je relève la soie de ma robe, dénudant mes cuisses et dévoilant un
instant ma féminité.
Elliott ne me quitte pas des yeux et se redresse, plaçant mon bassin au-dessus du sien, me frôlant
sans vraiment me toucher. Je devine sous le tissu de son pantalon le contour de son sexe déjà dur.
Mon ventre se contracte à cette pensée.
Assis, il vient d’une main faire glisser une courte manche de soie sur mon épaule et dénuder ma
chair avant de poser un doux baiser sur la peau exposée. Le contact de sa bouche dans le creux de
mon cou m’arrache un gémissement et je me cambre. Dans ce mouvement, je plaque sans le vouloir
mon sexe dénudé contre son entrejambe brûlant, me confirmant qu’il est aussi excité que moi.
– Iris, que fais-tu ? gémit-il alors que je me cambre de nouveau pour sentir sa virilité appuyer sur
mon intimité.
– Je veux te voir nu, prononcé-je finalement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
Rapide, Elliott saisit un verre et me le tend avant d’en prendre un pour lui. Je trempe mes lèvres
dans le liquide rouge et en bois une partie. Ce soir, chacun de mes désirs sera exaucé. Ce soir, Elliott
m’offre un second premier rendez-vous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Call me Bitch, tome 1
Apercevoir la petite coupure sur sa pommette me redonne du courage. De loin, ses yeux bleu-gris me
défient. Mais j’ignore si le message qu’il m’envoie est « Tu as intérêt à arrêter cette comédie sur-lechamp
! » ou « Maintenant que tu es là, aie le courage d’aller jusqu’au bout ! ». Je choisis la deuxième
option, plus par fierté mal placée que par vrai courage.
– Jude… Tu es marié à ton boulot. Tu ne fais plus que passer à la maison en coup de vent. Notre enfant
ne t’a pas vu depuis des jours. Je suis obligée de lui montrer des photos de toi pour qu’elle se souvienne
que tu existes. C’est une nourrice sénile avec du poil au menton qui s’occupe d’elle en ce moment.
Comment peux-tu laisser faire une chose pareille ?
Ma tirade gémissante provoque quelques nouveaux gloussements dans la salle. Je crois aussi
percevoir un sourire infime sur les lèvres de Jude. Et comme je ne sais pas m’arrêter, je repars de plus
belle – en me brisant la voix pour plus de crédibilité.
– Quant à moi… Tu ne me regardes plus, tu ne me parles plus, tu ne me touches plus. Est-ce que c’est
parce que j’ai de la purée dans les cheveux ? Parce que j’imite si bien les trois petits cochons ? Dis-moi
ce que je dois faire pour raviver la flamme. Et je le ferai. Ne me laisse pas. Rentre à la maison, Jude.
Reviens-moi.
J’essuie une fausse larme au coin de mes yeux puis lui tends la main à distance. Pour lui laisser une
porte de sortie. Et pour signifier aux autres que c’était le grand final de ma scène d’épouse délaissée. Je
lis de la compassion sur les visages, de la tendresse, certains se disent peut-être même qu’ils auraient
bien épousé une fille comme moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dark Light - À lui pour toujours, Tome 1
– Elliott, que veux-tu dire par « je ne ferai plus jamais rien qui te poussera à m’oublier » ?
– Je sais que tu as songé à effacer une partie de tes souvenirs me concernant, commence-t-il avant
de battre prudemment en retraite.
– Elliott Grant, crache le morceau, comment peux-tu savoir ça ? dis-je en haussant la voix.
– Je te surveillais. Depuis mon départ de Missoula, ou plutôt ton départ. Je t’ai vue te renseigner
sur des sorts d’oubli, je m’en suis voulu de t’infliger cela. J’ai voulu t’en empêcher, mais je me suis
dit que c’était sûrement mieux comme ça.
– QUOI ?
– Je ne pouvais pas Iris, je ne pouvais pas m’éloigner de toi et en même temps je ne pouvais pas
être près de toi, se justifie-t-il avec prudence.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Call me Bitch, tome 1
– Connor, je vous ai déjà dit à quel point la calvitie vous allait bien ?
– De quoi avez-vous besoin, Joséphine Merlin ? me sourit-il, pas dupe.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Méditez zen
date : 22-10 par Murmurelevent voir tout les commentaires de Murmureleventses comms
"Si quelqu'un demande ce qu'est le vrai zen, il n'est pas nécessaire que vous ouvriez la bouche pour l'expliquer. Exposez tous les aspects de votre posture zazen. Alors, le vent du printemps soufflera et fera éclore la merveilleuse fleur du prunier." Daichi Sokei
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Celui qui l'a échappé belle
Trace s’assit près de lui sans répondre à la provocation.
— Allons-y. Premier exercice : tu vas maintenir ton bras, coude tendu à quatre-vingt-dix degrés, et le soulever plusieurs fois en l’écartant de ton corps.
David regarda Trace lui montrer le mouvement prescrit et ne put réprimer un petit rire.
— Quoi ? Trace leva les yeux.
— On dirait un poulet ! s’esclaffa David.
— Oui, eh bien, je suis le coq de la basse-cour. Allez, mon poulet. Bats des ailes, lui ordonna Trace avec un clin d’œil.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Anita Blake, Tome 1 et 2 : Plaisirs Coupables et Le Cadavre rieur
Je sais qui je suis. L’Exécutrice. Je ne suis pas avec
les vampires : je les tue.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Anita Blake, Tome 1 et 2 : Plaisirs Coupables et Le Cadavre rieur
Son autre main effleura sa poitrine, sous son mamelon
gauche. De l’ongle, il ouvrit un sillon écarlate. Du sang
brillant coula.
Je tentai de me dégager, mais il me tenait comme
dans un étau.
— Non, dis-je.
Je le frappai de ma main libre. Il me saisit le
poignet et m’immobilisa, comme un papillon épinglé. Je
pouvais encore me débattre, mais pas me libérer. Je pesai
de tout mon poids, le forçant à me poser sur le sol s’il ne
voulait pas m’étrangler.
Puis je lui flanquai une ruade. Mes deux pieds
atteignirent son genou. Les vampires ne sont pas
immunisés contre la douleur. Il me lâcha si brutalement
que je tombai en arrière. Alors, il me prit par les deux
poignets et me souleva sur les genoux, me coinçant entre
ses jambes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Anita Blake, Tome 1 et 2 : Plaisirs Coupables et Le Cadavre rieur
— Tu vas apprendre l’obéissance, humaine ! sifflat-elle.
Ses lèvres retroussées exhibaient ses crocs.
Je criai comme un animal pris au piège. Mon cœur
battait à tout rompre, et je ne pouvais plus respirer.
— Regarde-moi !
J’obéis et basculai dans la flamme bleue de ses
yeux. Le feu ravagea mon esprit. Ses pensées me
lacérèrent comme des couteaux, puis me découpèrent en
tranches. Sa rage m’ébouillanta jusqu’à ce que j’aie
l’impression que la peau de mon visage tombait en
lambeaux. Des griffes raclèrent l’intérieur de mon crâne,
réduisant mes os en poussière.
Lorsque je recouvrai la vue, j’étais pelotonnée au
pied du mur, et je tremblais si fort que mes dents
s’entrechoquaient. J’avais tellement froid.
Nikolaos ne me touchait plus. Elle n’en avait pas
besoin.
— Un jour, réanimatrice, tu m’appelleras
« maîtresse ». Et tu seras sincère.
Elle s’agenouilla près de moi. Ses mains plaquèrent
mes épaules sur le sol. Impossible de bouger.
La ravissante fillette colla son visage contre le mien
et me chuchota à l’oreille :
— À présent, je vais te planter mes crocs dans le
cou, et tu ne pourras rien faire pour m’en empêcher.
Son oreille délicate effleurait mes lèvres. Je la
mordis jusqu’au sang. Elle cria et se jeta en arrière, du
sang coulant sur sa joue.
Des griffes me déchiquetèrent le cerveau. Sa
douleur et sa rage transformèrent mon esprit en pâte à
modeler.
Je devais hurler, mais je ne m’entendais plus. Je
n’entendais plus rien du tout.
Les ténèbres s’abattirent sur moi. Elles
engloutirent Nikolaos et me laissèrent seule, flottant dans
le noir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Anita Blake, Tome 1 et 2 : Plaisirs Coupables et Le Cadavre rieur
Ses lèvres se pressèrent sur les miennes, douces,
humides et brûlantes. Ses mains me massèrent le dos
jusqu’à ce que je me détende et me laisse aller contre lui.
Il embrassa le lobe de mon oreille, puis je sentis sa
langue suivre le contour de ma mâchoire. Sa bouche se
posa sur la veine de mon cou. Ses dents se refermèrent
dessus.
— Aïe ! criai-je en le repoussant de toutes mes
forces. Tu m’as mordue !
Son regard était flou. Du sang tachait sa lèvre
inférieure. Il le lécha avec une obscure satisfaction.
Furieuse, je portai une main à mon cou.
— Je crois que Harvey nous a crus. À présent, tu es
marquée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0