Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur
De guerre lasse, le juge avait suspendu ces interrogatoires fastidieux. Après avoir eu connaissance des deux billets interceptés, il les reprit. Et, régulièrement, à midi, Arsène Lupin fut amené de la Santé au Dépôt, dans une voiture pénitentiaire, avec un certain nombre de détenus. Ils en repartaient vers trois ou quatre heures.
Or, un après-midi, ce retour s'effectua des conditions particulières. Les autres détenus de la santé n'ayant pas encore été questionnés, on décida de reconduire d'abord Arsène Lupin. Il monta donc seul dans la voiture.
Ces voitures pénitentiaires, vulgairement appelées "panier à salade", sont divisées dans leur longueur , par un couloir central, sur lequel s'ouvre dix cases : cinq à droite et cinq à gauche. Chacune de ces cases est disposée de telle façon que l'on doit s'y tenir assis, et que les cinq prisonniers, outre qu'ils ne disposent chacun que d'une place fort étroite, sont séparés les uns des autres par des cloisons parallèles. Un garde municipal, placé à l'extrémité, surveille le couloir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Une femme libre
date : 13:08 par Eva-63 voir tout les commentaires de Eva-63ses comms
Ils arrivèrent près de la porte de Jennyfer, Eddie embrassa du bout des lèvres Jennyfer. Jennyfer répondit timidement à son baiser.
- Jennyfer, j’ai envie de vous, je sais qu’il est trop tôt, mais je vous désire depuis le début dit Eddy passionnément.
Jennyfer pensait au moins il me désire, c’est déjà ça, il faut que je profite de l’instant présent.
- Moi aussi Eddie, je vous désire.
- Chérie, je veux prendre mon temps, je veux t’emmener haut, je veux que tout se passe bien, je veux te donner ce que tu veux.
Eddie prononça son baiser avec passion, il enfourcha sa langue dans la bouche de Jennyfer, Jennyfer ouvra la porte de sa chambre. Il l’allongea tendrement, il embrassa son cou, mit ses mains sous son pull,
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le Grimoire au rubis, Tome 1 : Le secret des hiboux
Chapitre 6 page 47

La nuit est porteuse de bruit, de mystère et de sortilèges.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le Grimoire au rubis, Tome 1 : Le secret des hiboux
Chapitre 6 page 47

La nuit est néfaste aux voyageurs, qui risquent de se faire prendre par les esprits, les démons et les fantômes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Demain je pars
date : 12:41 par Yulii voir tout les commentaires de Yuliises comms
[...]
Vous avez déjà rencontré quelqu’un faire de son plein gré une chose qui l’emmerdait profondément sans que cela lui apporte rien du tout ? Je ne dis pas rendre service à un ami ou quelque chose dans ce genre mais effectuer une tâche ou donner de son temps à un inconnu sans que cela nous procure aucune satisfaction ni plaisir. Alors vous en avez déjà rencontré ? Moi non et c’est tout à fait normal car quand je rends service à quelqu’un même à un inconnu et même si ça m’ennuie, j’éprouve toujours une certaine fierté d’avoir fait quelque chose de bien. C’est pour cela que je le fais, d’abord pour moi-même. La conclusion que j’en tire, c’est que tout le monde est égoïste et qu’il en existe deux sortes : ceux qui éprouvent une satisfaction à aider son prochain et ceux qui n’éprouvent absolument rien. Bref, on ne choisit pas et on ne peut pas en vouloir à quelqu’un d’être égoïste. Tout ça pour vous dire que je ne dois pas me sentir fautif si je pense un peu trop souvent à moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Harry Potter et l'Enfant maudit
ALBUS
À quoi tu t’attendais ? À ce que je t’embrasse en te serrant sur mon cœur ? À ce que je te dise que je t’ai toujours aimé ? Quoi ? Quoi ?
HARRY (il finit par perdre patience)
Et moi, tu veux que je te dise quelque chose ? J’en ai assez que tu me rendes responsable de tous tes malheurs. Au moins, toi, tu as un père. Moi, je n’en ai pas eu. D’accord ?
ALBUS
Et tu trouves que c’est de la malchance ? Eh bien, moi pas.
HARRY
Tu aimerais mieux que je sois mort ?
ALBUS
Non ! Simplement, j’aimerais mieux que tu ne sois pas mon père.
HARRY (cette fois il voit rouge)
Eh bien, moi aussi, il y a des moments où j’aimerais mieux que tu ne sois pas mon fils.
Il y a un silence. ALBUS hoche la tête. Un temps. HARRY prend conscience de la portée de ses paroles.
HARRY
Non, ce n’est pas ce que je voulais dire…
ALBUS
Si. C’est ce que tu voulais dire.
HARRY
Albus, tu es très doué pour me faire sortir de mes gonds…
ALBUS
C’est exactement ce que tu voulais dire, papa. Et sincèrement, je ne t’en veux pas.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Your Brother, Me and You, Saison 2
Jane éclate de rire et tape sur la table du plat de ses mains.

– Alors c’est du champagne qu’il faut commander, ma belle ! Bravo, excellente nouvelle !
Elle a crié si fort dans le restaurant que tout le monde s’est retourné. King s’est réfugié sous la banquette et Penelope, à quatre pattes, tente de le rassurer en lui lisant la fin du menu.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Hot Blood
date : 12:07 par violette6989 voir tout les commentaires de violette6989ses comms
- maman a galéré, c’est vrai. J’ai n’ai pas vécu comme toi, dans une belle maison, ou de même comme ci. J’ai pioncé les trois quarts du temps avec elle, dans des canapés dépliables, chez l’in de ses copines ou alors chez se connards de mecs. Je sais qu’elle était avec eux à cause de moi. Pour qu’on ait un tout au-dessus de notre tête ou un truc à bouffer dans notre assiette. Toi, tu penses que c’est naze et que me mère est une pute, comme eux qui ont écrit sur sa bagnole, mais moi, je pense que c’est la meilleure maman du monde, parce qu’elle s’en fout d’elle. Elle me fait toujours passer avant tout le reste. Alors, pour une fois, c’est elle qui passe avant. Tu vas lui filer le blé dont elle a besoin et je serai le fils le plus sage que tu pourrais espérer. Je ferai ce que tu veux, mais tu la laisses pas de démerder toute seule, OK ? Tu veux un test, t’auras un test. Tu veux pas de moi dans ta vie, pas de problème, je demanderai rien. Tu veux, au contraire, que je reste avec toi, ouais, ça me convient, mais tu laisses pas ma mère…

Une larme roule sur sa joue et je le fixe, tétanisé. Je finis pas masser ma nuque tendue, tentant de maitriser la portée de ses révélations.
- T’es bien le fils de ta mère, je lance d’une voix moqueuse, mais la gorge nouée.
- Ouais, ça c’est clair ! répond-il fièrement, en levant le menton vers moi. Mais elle prétend que je te ressemble aussi.
- Ah oui ? elle dit ça ?
Il acquiesce et un sourire vient illuminer son visage. Je me prends un choc dans al poitrine.
- Paraît que je suis aussi rusé que toi et que j’ai une grande gueule aussi. Maman dit que je ferai tomber les filles plus tard, avec mon visage qui te ressemble. Elle dit que je suis aussi beau que toi. J’étais curieux de savoir de quoi t’avais l’air, pourquoi elle t’aime encore alors que t’as jamais été avec nous.
Mon cœur se rétracte à ses paroles.
- Ouais, parce qu’elle parle de toi tout le temps, ajoute-il sans effacer son sourire. Elle me raconte comment tu l’aimais et la traitais bien avant, pour que je te haïssais pas. Elle me dit ce qu’elle ressent pour toi sans arrêt, pour que je sache ce qu’e c’est l’amour. Mais je comprends pas ça.
Je passe la main sur mon visage.
- Elle m’a l’a expliqué dans tous les sens, m’avoue-t-il d’un ton dépité, mais je comprends pas.
- Tu ne comprends pas pourquoi on continue de s’aimer en restant loin l’un de l’autre ?
Il hoche la tête, pendant que je hausse une épaule.
- Parce qu’on ne peut pas réécrire le passé, mais ç a n’empêche pas les sentiments de perdurer.
- - tu l’aimes encore alors ?
Ses petits yeux malins me sondent. Je suis sûr qu’il sait que sa mère nous écoute.
- Jusqu’à ma mort.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Sélection, Tome 1
“La Sélection, je ne la subit plus,j'y joue un rôle actif. Je fais partie partie de l'élite désormais, et c'est débordante d'une énergie nouvelle que je saute hors de mon lit.”
― Kiera Cass
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ivy Wilde, Tome 1 : Quand fainéantise rime avec magie
Winter s'offusqua, littéralement. Je ne savais pas que les gens s'offusquaient encore à notre époque. Sa petite onomatopée de mépris choqué datait du siècle dernier.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Harry Potter et l'Enfant maudit
Lily Potter. GRYFFONDOR .
LILY
Ouais !
ALBUS
Génial.
SCORPIUS
Tu penses vraiment qu’elle aurait pu se retrouver avec nous ? Les Potter ne sont pas chez eux, à Serpentard.
ALBUS
Si. Il y en a un.
Alors qu’il essaye de se fondre à l’arrière de la salle, les autres élèves éclatent de rire. Il les regarde tous.
ALBUS
Je n’ai pas choisi, vous savez ça ? Je n’ai pas choisi d’être son fils.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Erectus
date : 10:42 par silencejelis voir tout les commentaires de silencejelisses comms
Un visage au front court émergea soudain des branchages. Il portait des traînées sanglantes sur tout le corps et le cœur d'Anna se serra, de pitié. Yann les observait, les lèvres retroussées sur un sourire carnassier. Une lueur guerrière flambait dans ses yeux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Harry Potter et l'Enfant maudit
LE CHOIXPEAU MAGIQUE
Au cours de tant de siècles, j’ai scruté les cerveaux,
J’ai lu dans les pensées des élèves nouveaux,
Année après année, j’ai joué ce rôle unique
Qui a fait mon renom, moi, le Choixpeau magique.

Au plus haut, au plus bas, j’ai choisi sans relâche,
Contre vents et marées, j’ai accompli ma tâche,
Posez-moi sur la tête, la voix de la raison
Révélera alors quelle est votre maison.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Alice à travers le miroir
"S'il vous plaît, je voudrais acheter un œuf reprit-elle timidement. Combien les vendez-vous ?
- Dix sous pièce, et quatre sous les deux, répondit le Brebis.
- En ce cas, deux œufs coûtent moins cher qu'un seul ?" demanda Alice d'un ton étonné, en prenant son porte-monnaie.
"Oui, mais si tu en achètes deux, tu es obligée de les manger tous les deux, répondit la Brebis.
- Alors je n'en prendrai qu'un, s'il vous plaît", dit Alice en posant l'argent sur le comptoir. "Après tout, peut-être qu'ils ne sont pas tous très frais."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Hollywood Boy
date : 09:05 par Matoline voir tout les commentaires de Matolineses comms
Chapitre 1 :



« … Sous le choc, j’écarquille les yeux et ouvre une bouche toute ronde. Je songe de prime abord à une tentative de « car-jacking », mais la personne – un homme, me semble-t-il – qui vient littéralement de se jeter dans ma voiture ne me menace de rien.
– Roulez ! m’ordonne-t-on alors.
La voix, grave bien que paniquée, me confirme qu’il s’agit bien d’un homme. Et c’est un type qui ne manque pas d’air, de toute évidence !
– Mais enfin, sortez de ma voiture ! m’exclamé-je, outrée.

– ROULEZ !
Bien décidée à ne pas obéir à ce très grossier personnage – je ne suis pas taxi ! –, je lui lance un regard courroucé par rétroviseur interposé. Mais qui est donc ce… ce CONNARD qui ose débouler ainsi dans MA voiture sans ma permission ??
À cet instant, je me retrouve directement propulsée dans la scène la plus surréaliste qu’il se puisse imaginer. Car ce « grossier personnage », cet inconnu qui s’est invité dans ma Mini n’est en réalité pas si « inconnu » que cela…
Ses cheveux châtains sont complètement trempés, tout comme sa veste de costume et la chemise blanche qu’il porte en dessous, et ses yeux bleus scrutent au-dehors comme s’il avait la mort aux trousses. Pourtant, même ainsi, impossible de ne pas le reconnaître. Cet homme est… Evan Stevens ! LA star américaine du moment, celui qui joue dans la franchise : The Guardians !
Nom… de… Dieu… Pincez-moi, je rêve !!
Interdite, j’en oublie tout le reste et cale au beau milieu de l’avenue de France. Puis, comme pour être sûre qu’il ne s’agit pas d’une blague de mon rétroviseur, je me retourne pour le voir directement de mes yeux. Je croise alors le regard affolé de la star américaine.
– S’il vous plaît, roulez… m’implore-t-il presque, dans un français remarquable.
– Mais… pour aller où ?
À cet instant, une très jeune fille se colle à la vitre de ma voiture. Son cri me parvient aussi distinctement que si la radio n’était pas allumée, aussi fortement que s’il n’était pas couvert par la pluie martelant la carrosserie de la Mini. Sur la banquette arrière, je perçois le mouvement de recul d’Evan Stevens, avant de constater que d’autres personnes commencent à se diriger vers nous.
– Peu importe, où vous voulez ! Just drive !!


... »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Hollywood Boy
date : 09:04 par Matoline voir tout les commentaires de Matolineses comms
Chapitre 4 :

« …  «Chère Sarah Marcelle Agnessa Aristov,
Puisque vous n’avez pas voulu du teinturier, peut-être accepterez-vous que je vous prouve ma reconnaissance avec ces quelques fleurs. Car non, tout le monde n’en aurait pas fait autant.
XO, Juste Evan »
 
Alors là… Je me laisse tomber sur la chaise la plus proche, stupéfaite. C’est Evan qui m’a envoyé ces fleurs. C’est… Evan ! Un sentiment d’euphorie me prend, je me lève et exécute une petite danse de la joie dans mon salon. Frimousse, assis à côté du sac de sushis, me fixe comme si j’avais perdu la boule. Puis, toujours surexcitée, j’attrape mon téléphone et, le cœur battant, rédige un message.
 
 
to : [email protected]
from : [email protected]
Juste Evan,
Vous êtes fou, ça ne valait pas un aussi beau cadeau.
Mais je vous remercie mille fois, les fleurs sont à couper le souffle.
Sarah Marcelle Agnessa Aristov
 
 
Une réponse me parvient presque aussitôt.
 
 
to : [email protected]
from : [email protected]
Chère Sarah,
Je suis heureux qu’elles vous plaisent. Sérieusement, « ça » vaut largement ce modeste présent. Bon, peut-être pas les vêtements, mais votre discrétion, assurément…
Evan
... »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Cité des Ténèbres, Les Origines, Tome 3 : La Princesse Mécanique
Chaque coeur a sa propre mélodie. Tu connais la mienne.

Jem à Tessa
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Cité des Ténèbres, Les Origines, Tome 3 : La Princesse Mécanique
Avez vous deja eu l’impression, en lisant un livre, que vous en connaissiez deja la fin ? Vous sentez les ténèbres approcher, vous voyez le piège se refermer sur les personnages qui vivent et respirent au fil des pages. Mais vous êtes happé par le récit, vous ne pouvez ni le lâcher ni changer son cours.

Tessa à Will
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Kingdom, Tome 1 : King
...
- J'ai le coeur brisé, dit-il de sa voix rauque.
- Pourquoi? Qui t'a brisé le coeur ?
- Toi ! me répond-il en me regardant les yeux emplis de larmes.
...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Going Wild, Tome 2 : Loup y es-tu
Jason, sûrement lassé par l'accueil glacial de la chatte et du Loup, finit par entrer sans y être invité. Apparement, seuls les vampires semblaient connaître les règles de courtoisie.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Going Wild, Tome 2 : Loup y es-tu
- Stephen, reprit son père, tu diras à Jason que la prochaine fois, il peut passer par la porte d'entrée. Non dis-lui plutôt qu'il doit passer par la porte d'entrée et affronter le dragon de la maison. Ta mère et moi préférerions que Roméo ne se casse pas le cou pour voir Juliette.
- C'est moi que tu appelles dragon? intervint Amélie, faussement outrée. Et pourquoi Stephen serait Juliette dans ce scénario?
Auguste se tut un instant.
- Parce que c'est lui, je suppose, qui était au balcon...
- Nous n'avons pas de balcon.
- Certes, mais c'est lui qui était à la fenêtre!
- Je ne vois pas le rapport, insista Amélie.
- Je peux rebaptiser l'oeuvre "Roméo et Jules" si tu préfères.
- Et pour le dragon de service?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mineure
date : 06:29 par PlzAllow voir tout les commentaires de PlzAllowses comms
"-Tu n'es qu'un bébé...
-...d'amour, je sais, ton bébé, ton amour."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A rebrousse poil
date : 06:01 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
Nîmes, 1958. Aux arènes antiques, un jeune homme au visage poupin est assis au centre de la scène, derrière un guide-chant nasillard, un minuscule harmonium électrique comme on en entend le dimanche dans les petites paroisses catholiques ou dans les répétitions des chorales. Il a annoncé, en commençant son tour de chant : «Je voudrais réconcilier le clergé et la classe ouvrière.» On s'est regardé avec des yeux ronds, on a haussé les épaules. Quelques-uns ont éclaté de rire. Quelques-uns.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ashes Falling For The Sky
A-t-on jamais remarqué que le cœur bat plus fort lorsqu’il est brisé ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Ashes Falling For The Sky
– Tu es croyante, n’est-ce pas ?
– Oui. Pourquoi ?
– Moi, je crois à une certaine forme de destin. Je suis Ash, un tapis de cendres sur lequel plus rien ne peut pousser. Toi… Toi, tu es Sky, le ciel, infini, tout comme les possibilités qu’il renferme…
[...]
– J’ai peur que le soleil ne se lève plus jamais sur ma vie. Si je suis le ciel, alors je suis un ciel nocturne…
– Même dans la nuit noire, les étoiles brillent de mille feux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Heureux qui comme Baptiste...
Après une soirée identique a la veille, chacun se retira dans sa chambre, mais Baptiste se dit qu’il n’était pas nécessaire d’attendre minuit pour rejoindre la jeune femme. Il patienta une demi-heure et se leva discrètement, mais au moment de refermer la porte, il entendit Fernand lui dire d’une voix ensommeillée.
Bonne baise !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0