Livres
461 248
Membres
417 345

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Pas apprécié

Je n'ai pas du tout aimé et je pense que ça vient en grande majorité de l'écriture. C'est une écriture de langage parlé, j'ai eu du mal à y entrer et pour tout avoué j'ai très vite abandonné d'attendre quelque chose de bien de ce livre. J'ai trouvé le personnage féminin pale et sans vrai relief, David est clairement autiste asperger mais ce n'est jamais abordé (et ça m'étonnerait qu'il ne le sache pas parce qu'il devrait reconnaître des signes proches de ceux de son frère). L'autisme est abordé sous le thème de la tolérance et c’est positif mais on voit vraiment tout arriver... on voit direct qu'Ivy n'est pas interessée et qu'elle ne fait que faire se qu'on lui demande comme un robot et sa soeur est trop obibulée pour voir les choses en face. Enfin le beau père... on en parle? tout le long du livre il est exécrable mais à la fin il devient adorable? Je veux bien croire que Chloé remarque qu'il y a toujours au moins 2 versions d'une même histoire et commence à s'interesser au boulot de osn beau père mais un revirement de situation comme ça? Bref je n'ai pas aimé car c'est un peu cliché (le couple James et Chloé) mais aussi les relations Chloé et les autres, elle est un peu trop autocentré sur elle et sa soeur. David est maladroit mais s'il savait qu'il est surement autiste asperger (potentiellement de haut niveau) il pourrait faire un effort social pour moins blesser les gens, l'histoire avec le beaux père sur la fin va trop vite. Je dirait un livre avec des personnages immatures qu'on essait de nous faire passer pour mature et une fin manquante.

Afficher en entier
Argent

Si je dois vous avouer un truc, cela fait déjà plusieurs jours que j'ai terminé Tout ce que j'aurais dû savoir qui se lit somme toute très rapidement... Et pourtant , j'ai eu beaucoup de mal à me mettre à l'écriture de cette chronique... La faute à quoi? En fait, à un avis que j'avais du mal à trancher! Je ne pourrais dire vraiment si j'ai apprécié ou non ma lecture...

Si on observe le fond de cette histoire, son sujet central qui est loin d'être la romance, alors oui, cela m'a plu! Parce qu'on a là une histoire de liens fraternels forts et de belles tolérance et lutte contre l'adversité, qui nous touche en plein cœur. Cette relation qui existe d'instinct entre Chloé et Ivy (comme entre David et Ethan) est décrite avec tant de finesse, de réalisme et d'émotions qu'elle nous apparaît d'autant plus belle et forte, une si jolie leçon de vie. D'autant plus que Claire LaZebnik parle d'une vie où tout n'est pas rose, où il faut faire face aux difficultés de l'amour comme de la vie, en traitant aussi du regard des autres comme de son propre comportement (parfois mal avisé) envers l'autisme... Et bien, en gardant toujours une écriture juste, dont les mots parlent avec le cœur (ça se sent!), elle y parvient brillamment!

Pourtant... Je reste convaincue que mon ressenti pour cette histoire aurait été beaucoup plus fort si j'avais éprouvé une véritable empathie pour ces personnages... Alors oui, j'ai trouvé Ethan et Ivy adorables, et pas seulement parce qu'ils sont autistes, mais parce qu'ils ont leur manière de faire passer leurs sentiments et émotions avec cette franchise qui ne répond pas à une norme mais est profondément touchante! Mais c'est plus délicat en ce qui concerne la sœur et le frère (même si c'est d'une moindre mesure pour David). Je dois dire que dès le départ, je n'ai pas accroché avec Chloé... qui mis à part son attachement puissant et sincère pour sa sœur, me semblait avoir une vie et surtout des réactions vides de sens malgré son intelligence. Autre détail également, j'ai trouvé le triangle amoureux quelque peu superflu... James semblait pour moi être là pour amener ses préjugés et basta... tandis que David paraissait apporter la caution asociale qui n'évolue pas vraiment...

En bref, je reste très mi-figue mi-raisin au sortir de ma lecture de Tout ce que j'aurais dû savoir... D'un côté, on a un sujet fort traité avec beaucoup de justesse par Claire LaZebnik autour de l'intégration de l'autisme dans une vie de famille, partie la plus touchante de l'histoire car elle transpire de sincérité. Et de l'autre côté, vous avez des protagonistes principaux, s'ils ont très bon fond et l'intelligence pour eux, sont un poil... horripilants! Une chance, l'écriture est prenante!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode