Livres
399 756
Comms
1 405 683
Membres
299 204

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Town, Tome 1 : Tueurs d'anges



Description ajoutée par Tiphs 2017-10-01T17:57:10+02:00

Résumé

Un jour de janvier, un cataclysme sans précédent décime la quasi-totalité de l'humanité en quelques secondes. Les survivants doivent affronter par la suite toute l'hostilité de la planète ravagée, les fous dangereux sillonnant les routes... et les hordes d'anges descendus du Ciel pour les exterminer. Le tout sous des coups lancinants frappés à la Grande Horloge de l'Apocalypse. Douze coups, six cents jours, à la fin desquels la réalité telle que nous la connaissons disparaîtra.

À travers le chaos, Ana part à la recherche d'un refuge où se terrer quand la fin viendra. Elle rencontre alors Élias, un clairvoyant qui s'est donné une mission : tuer un maximum d'anges, pour sa propre survie et celle de ses compagnons d'infortune.

Afficher en entier

Classement en biblio - 12 lecteurs

Commentaires les plus appréciés

Diamant

Tueurs d'Anges est le premier tome d'une saga en quatre tomes intitulée Town. Ce premier tome s'ouvre sur la fin du monde. Pour cela, le Ciel a envoyé ses Anges afin de décimer l'humanité, en plus des cataclysmes qui détruisent la Terre elle-même. Ana rejoint une communauté menée par Elias, un homme qui en sait beaucoup sur à peu près tout.

Vous l'aurez compris, Tueurs d'anges narre les derniers jours de la Terre avant l'apocalypse. Bien que le scénario soit plutôt classique, l'histoire présente de nombreuses surprises et rebondissements. J'avais anticipé une partie des révélations finales mais la richesse des personnages et des éléments de contexte qui entourent l'intrigue principale permet d'être toujours tenu en haleine. L'histoire se décline en trois parties. La première se focalise sur le point de vue d'Ana. La deuxième se penche sur Elias et ses capacités incroyables et dont on a du mal à cerner l'ampleur. Quant à la dernière, elle se penche sur Chester, un personnage que j'ai adoré mais dont je ne peux pas vous parler pour ne pas vous dire trop sur l'histoire. Ces changements de point de vue permettent de varier les émotions explorées et surtout de changer de registre. Chaque changement permet de donner un souffle nouveau à l'histoire et instille une de nouvelles nuances dans l'ambiance lourde de ce monde apocalyptique. Enfin, les changements permettent d'en apprendre plus sur les capacités spéciales des protagonistes. La fin n'en est que plus intense puisqu'on peut sans aucune difficulté imaginer ce que chacun ressent.

Les personnages sont attachants et ont chacun leur personnalité. Bien sûr, chacun a sa part d'ombre et il y a de nombreux points communs entre eux puisqu'ils sont tous réunis par des circonstances tragiques. Cependant, ils ont tous un quelque chose d'original qui les rend unique. Ils sont divers. Certains sont bisexuels, d'autres présentent un handicap. Cela rend le monde encore plus crédible. Je voudrais aussi aborder un dernier point : bien qu'il existe des liens romantiques entre certains personnages, il n'y a aucune scène de sexe, ce qui me plaît beaucoup dans la mesure où l'ambiance ne s'y prête pas tellement.

Enfin, je voudrais parler de la couverture. C'est elle qui m'a attirée en premier, plus que le titre d'ailleurs. Elle a été réalisée par Xavier Colette, et je la trouve vraiment magnifique, et intéressante. On la comprend vraiment une fois le livre presque terminé, mais elle est absolument parfaite pour rendre l'ambiance générale du roman. J'adore également les formes que l'on distingue et qui font penser à des rouages, un peu comme ceux qui manipulent les destins des différents personnages.

Conclusion : ♥♥♥♥♥ J'ai adoré Tueurs d'Anges. La plume de Rozenn Illiano m'a tenue en haleine du début à la fin. L'histoire et son contexte sont créatifs, les personnages m'ont émue, et la fin de ce tome est parfaite. Mon seul regret est de devoir attendre mars 2018 pour découvrir le tome 2, qui sera un prequel et suivra Elias.

http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/12/roman-saga-town-1-tueurs-d-anges-r.illiano.html

Afficher en entier
Argent

J’ai découvert Rozenn Illiano à travers ses superbes illustrations il y a déjà plusieurs années. Je savais qu’elle publiait ses romans en auto-édition, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de la lire jusqu’à aujourd’hui. Verdict ? Il faut croire qu’elle écrit aussi bien qu’elle dessine, car j’ai passé un excellent moment avec Tueurs d’anges.

Ce premier tome raconte l’histoire de l’apocalypse comme celle que l’on trouve dans les films ou dans beaucoup de livres. D’abord, il y a le cataclysme qui décime la Terre et tue la quasi-totalité de l’humanité. La seule différence, c’est qu’ici, on ne doit pas s’attendre à tomber sur des extraterrestres ou des zombies. Ce sont les anges qui se chargent d’éliminer les derniers survivants avant que le douzième coup de l’horloge sonne la fin du monde. Dans ce chaos indescriptible, Ana a réchappé au cataclysme et fait son possible pour ne pas attirer l’attention des anges, espérant survivre le plus longtemps possible. Le monde tel qu’elle l’a connu n’existe plus. Les rares humains qui croisent sa route ne sont pas tous animés de bonnes intentions. Certains se sont reconvertis en pilleurs, d’autres, au contraire, ont choisi de traquer leurs traqueurs. On les appelle les tueurs d’anges.

Dès la première page, le ton est donné et j’ai su que j’allais accrocher. C’est assez fou de savoir d’un seul coup d’œil que l’histoire est faite pour nous, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti. L’ambiance générale du récit n’est pas pour nous mettre à l’aise – bien au contraire ! –, mais la plume de Rozenn Illiano est là pour nous alpaguer dès les premiers mots posés. J’ai rarement vu une telle singularité dans une écriture. Elle a du cachet, elle peut se faire tour à tour sarcastique et oppressante. Il y a une assurance que l’on ne retrouve pas partout et qui fait qu’on croit sans problème à l’histoire. L’espace de quelques heures, j’ai eu le sentiment que l’Apocalypse avait réellement eu lieu et que je tentais de survivre aux côtés d’Ana, Elias, Chester et des autres…

La première partie de l’histoire est racontée par Ana et c’est ce personnage qui a fait toute la différence, à mon sens. Il y a en elle un mélange de fragilité et de force qui fait qu’on s’attache sans tarder. J’ai aimé qu’elle soit aussi méfiante et brute de décoffrage. Et même si elle est délicieusement caustique, on sent bien qu’elle reste une jeune fille apeurée dans ce monde trop vaste aux multiples dangers.

Sa rencontre avec Elias et les révélations qui en découlent apportent un second souffle à l’intrigue. Outre le fait que celle-ci engendre bon nombre de questionnements, Rozenn Illiano ne nous laisse pas reprendre notre souffle bien longtemps puisque de nouveaux mystères viennent épaissir la trame. Je n’en dirai pas plus, mais la seule chose à retenir, c’est que cette petite touche d’onirisme est comme la cerise sur le gâteau. Ce mélange des genres rend l’histoire encore plus prenante (si tant est que ce soit possible !).

Tout au long du roman s’installe une tension de plus en plus palpable. J’avais clairement l’impression d’entrer dans un univers où il n’y avait aucune issue, quoi qu’il se passe durant cette « période de grâce » entre le cataclysme et le douzième coup de l’horloge. Car on sait bien que le monde va disparaître. D’ici peu de temps, tout sera terminé. Mais certains ont pris la décision de mettre à profit ce temps pour agir. Ça peut sembler vain et inutile, mais c’est ce qui rend le récit si empreint de désespoir. Et je n’ai eu aucun mal à me laisser entraîner par ce désespoir.

En résumé, Tueurs d’anges est un premier tome remarquable qui jette les bases d’une intrigue apocalyptique ou chaos, dangers et mystères s’entrelacent étroitement. En dehors de la tension et de la fébrilité omniprésentes, le récit s’avère finalement très psychologique et finement joué. Rozenn Illiano est parvenue avec brio à transformer ce qui nous semble pur et bienveillant en quelque chose de sombre et maléfique. Un surprenant cocktail qui vous fera vivre mille émotions.

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/science-fiction/town-rozenn-illiano

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Punkys 2017-12-30T22:04:39+01:00
Argent

Critique disponible sur ladychantilly.be !

La chose que j'ai le plus appréciée dans ce premier tome, c'est que l'auteure nous plonge immédiatement dans l'histoire et dans le monde dévasté dans lequel Ana survit seule depuis plusieurs semaines.

Sans qu'on ne sache vraiment pourquoi, les anges sont descendus sur la Terre et ont exterminé une grande partie de l'humanité. Les autres, uniques survivants sont obligés de survivre à un décompte avant la fin du monde. Ce qui ne les aide pas, ce sont les anges qui s'amusent à les mitrailler dès qu'ils les croisent.

C'est dans ce contexte que nous suivons principalement notre héroïne (je dis principalement, car le narrateur change à certain moment). Ana est un personnage badass auquel j'ai vraiment accroché. Elle est forte, mais sait rester humaine dans le capharnaüm qu'est devenue la vie sur Terre. Les autres personnages sont également travaillés et amènent chacun un morceau de leur personnalité dans l'intrigue.

J'ai cependant été déçue des capacités "spéciales" qu'ont les personnages. Le mélange "anges – super pouvoirs – apocalypse" ne m'a pas plu autant que ce que j'aurais imaginé. J'ai aussi trouvé que beaucoup de questions essentielles restent sans réponses à la fin (même s'il s'agit d'un premier tome).

En plus d'être un roman fantastique, Town est avant tout une histoire de survie et je crois que je ne l'ai pas lue à la bonne période. Étant un peu lassée de tout ce côté "survie", j'aurais peut-être davantage apprécié cette partie de l'histoire si je l'avais lue quelques années plutôt. Il en va de même pour les anges qui ne m'ont pas transcendée.

J'ai néanmoins passé un bon moment en compagnie d'Ana, Maria, Elias et les autres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Tiphs 2017-12-23T16:39:38+01:00
Or

Un merveilleux premier tome. On retrouve la plume unique de Rozenn aux commandes d'une dystopie tout aussi unique. Ici, il n'est pas question de manipulations génétiques, de catastrophe naturelle ou de basculement de la société comme on en voit partout, c'est mieux que ça : des anges vengeurs venus faire payer à l'humanité le prix de leurs péchés, sans pour autant verser dans un truc religieux et lourd.

Les personnages sont magnifiquement travaillés, à la fois atypiques et très humains, leur psychologie approfondie sans que ça nuise à la tension qui rythme le roman.

Franchement, moi qui ne suis plus très fan des dystopies et qui n'ai jamais été fan des "trucs d'anges", j'ai a-do-ré. Je recommande au monde entier, au moins.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Manou60 2017-12-20T10:53:26+01:00
Argent

Un grand merci à Rozenn Illiano pour la confiance qu’elle me témoigne en me confiant son livre en service presse.

Le monde est mal en point ! Un Cataclysme a ravagé la planète et il reste peu de temps à l’humanité, 600 jours exactement selon le décompte de la Grande Horloge. Les quelques survivants tentent de passer entre les balles des Anges venus les anéantir mais également de groupuscules d’humains qui ont décidé de se mettre de leur côté. Anaëlle, malgré sa résolution de rester seule, va rejoindre un groupe qui s’est donné pour but de tuer un maximum d’anges sous la direction d’Elias, un clairvoyant.

Il m’était impossible de ne pas lire ce livre : j’adore toutes les histoires d’anges ! Sauf qu’ici on est loin du petit Cupidon joufflu avec son arc et ses flèches.. Ici les anges sont beaux, parfaits mais ils dézinguent les humains à tout va ! Et dès le départ j’ai été très intriguée par cet état de fait, pourquoi ? Qu’ont donc fait ces pauvres pécheurs pour que la Justice Divine soit si peu clémente et arme ses anges ?

J’ai donc découvert avec plaisir ce récit qui se fait en 3 parties avec un changement de narrateur à chaque fois. Anaëlle en est le premier. C’est une jeune femme attachante et qui a un don assez précieux pour qu’il soit nécessaire à ses compagnons. Elle va mettre de côté son besoin de solitude pour rejoindre ce groupe et surtout Elias. Celui-ci est un clairvoyant, c’est à dire qu’il entend des voix, voit des revenants et ce don lui permet d’anticiper le futur. A eux deux, ils vont se donner pour mission de sauver tous ceux qui font parti de leur groupe et se sont placés sous leur protection.

La suite de ma chronique : https://ettulisencoreemma.wordpress.com/2017/12/12/town-tome-1-tueurs-danges-par-rozenn-illiano/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par apriltheseven 2017-12-05T15:06:31+01:00
Argent

J’ai découvert Rozenn Illiano à travers ses superbes illustrations il y a déjà plusieurs années. Je savais qu’elle publiait ses romans en auto-édition, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de la lire jusqu’à aujourd’hui. Verdict ? Il faut croire qu’elle écrit aussi bien qu’elle dessine, car j’ai passé un excellent moment avec Tueurs d’anges.

Ce premier tome raconte l’histoire de l’apocalypse comme celle que l’on trouve dans les films ou dans beaucoup de livres. D’abord, il y a le cataclysme qui décime la Terre et tue la quasi-totalité de l’humanité. La seule différence, c’est qu’ici, on ne doit pas s’attendre à tomber sur des extraterrestres ou des zombies. Ce sont les anges qui se chargent d’éliminer les derniers survivants avant que le douzième coup de l’horloge sonne la fin du monde. Dans ce chaos indescriptible, Ana a réchappé au cataclysme et fait son possible pour ne pas attirer l’attention des anges, espérant survivre le plus longtemps possible. Le monde tel qu’elle l’a connu n’existe plus. Les rares humains qui croisent sa route ne sont pas tous animés de bonnes intentions. Certains se sont reconvertis en pilleurs, d’autres, au contraire, ont choisi de traquer leurs traqueurs. On les appelle les tueurs d’anges.

Dès la première page, le ton est donné et j’ai su que j’allais accrocher. C’est assez fou de savoir d’un seul coup d’œil que l’histoire est faite pour nous, mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti. L’ambiance générale du récit n’est pas pour nous mettre à l’aise – bien au contraire ! –, mais la plume de Rozenn Illiano est là pour nous alpaguer dès les premiers mots posés. J’ai rarement vu une telle singularité dans une écriture. Elle a du cachet, elle peut se faire tour à tour sarcastique et oppressante. Il y a une assurance que l’on ne retrouve pas partout et qui fait qu’on croit sans problème à l’histoire. L’espace de quelques heures, j’ai eu le sentiment que l’Apocalypse avait réellement eu lieu et que je tentais de survivre aux côtés d’Ana, Elias, Chester et des autres…

La première partie de l’histoire est racontée par Ana et c’est ce personnage qui a fait toute la différence, à mon sens. Il y a en elle un mélange de fragilité et de force qui fait qu’on s’attache sans tarder. J’ai aimé qu’elle soit aussi méfiante et brute de décoffrage. Et même si elle est délicieusement caustique, on sent bien qu’elle reste une jeune fille apeurée dans ce monde trop vaste aux multiples dangers.

Sa rencontre avec Elias et les révélations qui en découlent apportent un second souffle à l’intrigue. Outre le fait que celle-ci engendre bon nombre de questionnements, Rozenn Illiano ne nous laisse pas reprendre notre souffle bien longtemps puisque de nouveaux mystères viennent épaissir la trame. Je n’en dirai pas plus, mais la seule chose à retenir, c’est que cette petite touche d’onirisme est comme la cerise sur le gâteau. Ce mélange des genres rend l’histoire encore plus prenante (si tant est que ce soit possible !).

Tout au long du roman s’installe une tension de plus en plus palpable. J’avais clairement l’impression d’entrer dans un univers où il n’y avait aucune issue, quoi qu’il se passe durant cette « période de grâce » entre le cataclysme et le douzième coup de l’horloge. Car on sait bien que le monde va disparaître. D’ici peu de temps, tout sera terminé. Mais certains ont pris la décision de mettre à profit ce temps pour agir. Ça peut sembler vain et inutile, mais c’est ce qui rend le récit si empreint de désespoir. Et je n’ai eu aucun mal à me laisser entraîner par ce désespoir.

En résumé, Tueurs d’anges est un premier tome remarquable qui jette les bases d’une intrigue apocalyptique ou chaos, dangers et mystères s’entrelacent étroitement. En dehors de la tension et de la fébrilité omniprésentes, le récit s’avère finalement très psychologique et finement joué. Rozenn Illiano est parvenue avec brio à transformer ce qui nous semble pur et bienveillant en quelque chose de sombre et maléfique. Un surprenant cocktail qui vous fera vivre mille émotions.

Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/science-fiction/town-rozenn-illiano

Afficher en entier
Commentaire ajouté par just2iine 2017-12-05T10:14:08+01:00
Diamant

http://lire-une-passion.weebly.com/science-fictionpost-apocalyptique/town-rozenn-illiano

"En résumé, voilà un premier tome qui m'a surprise par la qualité de la plume, mais aussi par le choix de l'auteure de miser sur la psychologie des personnages, plutôt que sur l'action. Un risque, mais qui se transforme très vite en une qualité non négligeable. Des anges méchants, des personnages atypiques et surprenants, une intrigue qui tient en haleine jusqu'au bout. En somme, un cocktail d'étonnant, qui a parfaitement fonctionné sur moi. Il me tarde de lire la suite !"

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Leane-Belaqua 2017-12-03T22:33:12+01:00
Diamant

Tueurs d'Anges est le premier tome d'une saga en quatre tomes intitulée Town. Ce premier tome s'ouvre sur la fin du monde. Pour cela, le Ciel a envoyé ses Anges afin de décimer l'humanité, en plus des cataclysmes qui détruisent la Terre elle-même. Ana rejoint une communauté menée par Elias, un homme qui en sait beaucoup sur à peu près tout.

Vous l'aurez compris, Tueurs d'anges narre les derniers jours de la Terre avant l'apocalypse. Bien que le scénario soit plutôt classique, l'histoire présente de nombreuses surprises et rebondissements. J'avais anticipé une partie des révélations finales mais la richesse des personnages et des éléments de contexte qui entourent l'intrigue principale permet d'être toujours tenu en haleine. L'histoire se décline en trois parties. La première se focalise sur le point de vue d'Ana. La deuxième se penche sur Elias et ses capacités incroyables et dont on a du mal à cerner l'ampleur. Quant à la dernière, elle se penche sur Chester, un personnage que j'ai adoré mais dont je ne peux pas vous parler pour ne pas vous dire trop sur l'histoire. Ces changements de point de vue permettent de varier les émotions explorées et surtout de changer de registre. Chaque changement permet de donner un souffle nouveau à l'histoire et instille une de nouvelles nuances dans l'ambiance lourde de ce monde apocalyptique. Enfin, les changements permettent d'en apprendre plus sur les capacités spéciales des protagonistes. La fin n'en est que plus intense puisqu'on peut sans aucune difficulté imaginer ce que chacun ressent.

Les personnages sont attachants et ont chacun leur personnalité. Bien sûr, chacun a sa part d'ombre et il y a de nombreux points communs entre eux puisqu'ils sont tous réunis par des circonstances tragiques. Cependant, ils ont tous un quelque chose d'original qui les rend unique. Ils sont divers. Certains sont bisexuels, d'autres présentent un handicap. Cela rend le monde encore plus crédible. Je voudrais aussi aborder un dernier point : bien qu'il existe des liens romantiques entre certains personnages, il n'y a aucune scène de sexe, ce qui me plaît beaucoup dans la mesure où l'ambiance ne s'y prête pas tellement.

Enfin, je voudrais parler de la couverture. C'est elle qui m'a attirée en premier, plus que le titre d'ailleurs. Elle a été réalisée par Xavier Colette, et je la trouve vraiment magnifique, et intéressante. On la comprend vraiment une fois le livre presque terminé, mais elle est absolument parfaite pour rendre l'ambiance générale du roman. J'adore également les formes que l'on distingue et qui font penser à des rouages, un peu comme ceux qui manipulent les destins des différents personnages.

Conclusion : ♥♥♥♥♥ J'ai adoré Tueurs d'Anges. La plume de Rozenn Illiano m'a tenue en haleine du début à la fin. L'histoire et son contexte sont créatifs, les personnages m'ont émue, et la fin de ce tome est parfaite. Mon seul regret est de devoir attendre mars 2018 pour découvrir le tome 2, qui sera un prequel et suivra Elias.

http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/12/roman-saga-town-1-tueurs-d-anges-r.illiano.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ice-Queen 2017-10-23T10:08:43+02:00
Diamant

J’ai découvert la plume de Rozenn Illiano grâce à Wattpad et j’avais hâte de voir ce que cela donnerait sur un roman entier. En tout cas, je n’ai pas été déçue ! J’aime beaucoup sa façon d’écrire, ce style à la fois fluide, sombre et presque poétique parfois dans ses descriptions. J’ai trouvé le rythme du roman plutôt bon, même si (et c’est le seul bémol) l’histoire était peut-être un petit peu longue à démarrer. Après, ça reste un premier tome. Il est donc tout à fait normal de prendre le temps d’introduire les choses. Je sais que ce n’est pas forcément facile de trouver le « bon dosage » pour la mise en place, de définir un cadre sans alourdir l’action. Cela reste un petit détail sans importance pour moi.

J’ai trouvé l’histoire vraiment originale. Alors, bien sûr, les dystopies fleurissent de partout depuis quelque temps, mais il est d’autant plus difficile de se démarquer dans ce genre. Rozenn y est parvenue haut la main !

Si le début m’a un peu fait penser à la 5e vague, la comparaison ne peut se faire bien longtemps. Car ici il n’est pas question d’une quelconque menace extraterrestre, mais ce sont les anges eux-mêmes qui viennent décimer les quelques humains qui ont survécu au cataclysme. Pire encore, le monde est voué a disparaître lorsque sonnera le douzième coup de la grande horloge de l’apocalypse. Quelques survivants ont décidé de tenter le tout pour le tout, traquant les anges au lieu d’attendre que ces derniers les débusquent. Ils deviennent des tueurs d’anges. Comment faire pour survivre lorsque le ciel est contre vous, lorsque les Hommes en perdent leur humanité et se déciment entre eux ? Tout en sachant que ce combat est vain, puisque le monde cessera d’exister à la fin du compte à rebours…

Ces questions m’ont tenue en haleine tout le long du récit. C’est simple, j’avais un mal fou à reposer le livre ! L’univers créé par Rozenn est vaste et en avançant dans ce premier tome, on se rend compte qu’il est bien plus complexe que ce à quoi on pouvait s’attendre au départ. On sent vraiment qu’elle travaille depuis longtemps sur cette saga et que le tout s’inscrit dans un projet encore plus grand. D’ailleurs, je ne parlerai pas plus de l’histoire en elle-même. Je n’ai pas envie d’en dire trop !

J’ai apprécié également la structure de l’histoire. Chaque grande partie est narrée par un personnage différent, ce qui offre au lecteur différents points de vue sur la situation.

Au départ, nous faisons la connaissance d’Ana. J’ai vraiment adoré ce personnage. S’il y a bien une chose qui m’agace d’habitude, c’est le genre d’héroïne nunuche, tête brûlée, mais qui ne sait pas ce qu’elle veut au final. Ana est à l’opposé de cela. Elle est franche, directe et ne cherche pas à plaire aux autres. Solitaire dans l’âme, elle est également paradoxalement effrayée par la solitude. Un changement s’opère tout doucement en elle depuis l’apocalypse et cela l’effraie. D’autant plus qu’elle a conscience d’être dangereuse pour les autres, même si elle ne peut rien faire pour stopper le processus qui semble la consumer petit à petit. Le seul à pouvoir la comprendre et l’aider un peu est Élias, qui possède lui aussi une particularité : il est clairvoyant. La souffrance d’Anna fait écho à celle d’Élias et tous deux deviennent très vite inséparables, presque fusionnels. Élias est d’ailleurs le deuxième personnage à prendre le relais dans la narration de cette histoire. Je l’ai beaucoup apprécié également. Sa souffrance et sa manière d’affronter le monde ont réussi à me toucher. Il est certes bien entouré, mais il est aussi très seul. Cette solitude vient du fait qu’il garde certaines choses enfouies en lui, ce qui fatalement creuse un gouffre entre lui et les autres.

Enfin, Chester est celui qui nous raconte la fin de l’histoire. S’il n’a pas de capacité particulière comme Ana et Élias, il est pourtant le plus mystérieux à mes yeux. Il n’aime pas beaucoup parler de lui. Comme tout le monde, il a vécu des choses difficiles. C’est quelqu’un de très courageux et vraiment gentil. Il ne recule devant rien pour aider les habitants de Town.

Je ne vais pas faire le tour de tous les protagonistes, sinon je vais écrire une chronique de 20 pages… quoi qu’il en soit, les personnages secondaires sont tous intéressants également. Chacun a son utilité et sa propre personnalité.

Vous l’aurez compris, ce livre est un véritable coup de cœur et il me tarde de lire la suite ! Tout un tas de questions demeure à la fin. Et quelle fin d’ailleurs ! Bref… parmi ces questions, l’une peut sembler banale, mais je me demande (tout comme Chester) pourquoi les anges utilisent des armes humaines pour traquer les survivants ? Je suis curieuse de le savoir !

En résumé, si vous avez envie de lire une dystopie qui change de ce qu’on peut lire d’habitude, avec un univers sombre et des héros hauts en couleur, n’hésitez pas à vous plonger dans Tueurs d’anges !

Lien de la chronique: http://les-lectures-de-ice-queen.blogspot.fi/2017/10/town-tome-1-tueurs-danges.html

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Town, Tome 1 : Tueurs d'anges" est sorti 2017-12-18T00:00:00+01:00
background Layer 1 18 Décembre

Date de sortie

Town, Tome 1 : Tueurs d'anges

  • France : 2017-12-18 (Français)

Activité récente

Kamii l'ajoute dans sa biblio or
2017-12-28T20:55:25+01:00

Les chiffres

Lecteurs 12
Commentaires 7
Extraits 0
Evaluations 5
Note globale 9 / 10

Évaluations