Livres
455 277
Membres
404 755

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par bellajessica 2018-01-11T17:23:36+01:00

– Espèce de cochonne, je ne parle pas de ça, gloussa-t-elle. On a juste traîné avec quelques-uns de ses potes, c’est tout.

– Qui me dit que tu n’as pas fait un plan à plusieurs ?

– Calie Jordan, vous êtes une dévergondée… et j’adore ça ! Tu n’es pas ma copine pour rien.

– Je crois que tu as déteint sur moi, j’étais une jeune fille prude avant, une fille bien.

– Oui, bien sûr, et moi je suis la Vierge Marie.

– J’aurais plutôt dit la Verge Marie, mais comme tu veux Marie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Auxy 2018-01-16T21:53:44+01:00

" Il avait une vilaine plaie sur l’avant-bras gauche mais le flot de sang ne venait pas de là. Je me plaçai entre ses jambes et entrepris de le secouer doucement.

– Ezio ? Ezio, réveille-toi !

Il ne bougeait pas. Une peur atroce me tordit soudain les entrailles.

– Tu vas pas me faire ça, hein.

Je mis deux doigts sur son cou et poussai un énorme soupir de soulagement quand je sentis son pouls. Je plaçai mes mains de chaque côté de son visage et le secouai de nouveau. Mais il était toujours inconscient. L’eau tiède continuait de couler sur nous et j’eus alors une idée. Je tournai le robinet vers le mur et l’eau tiède se transforma en eau froide. Je réprimai un frisson. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur moi ? Je ne savais même pas ce qu’il avait, ni ce que je devais ou ne devais pas faire. Spoiler(cliquez pour révéler)J’aurais voulu appeler Justin mais mon portable était dans le salon et j’avais peur de le laisser tout seul. Finalement, je pris mon courage à deux mains et le giflai de toutes mes forces.

– Réveille-toi !

Il grogna. J’attendis, la main en l’air, dans l’espoir qu’il reprenne enfin connaissance, mais en vain. Je le pris par le col de son T-shirt et le secouai comme un prunier.

– Putain, Ezio, allez !

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2019-02-14T13:38:49+01:00

Il posa son doigt sur mon front tout en me faisant un demi-sourire. Mon Dieu, qu’il était craquant et sexy quand son visage et ses yeux n’étaient pas voilés par la colère.

– J’ai couché avec toi parce que j’en avais envie, et parce que… Parce que j’ai des sentiments pour toi que je ne peux pas réprimer, même si j’ai essayé à de nombreuses reprises.

– Pourquoi tu as voulu faire ça ?

– Parce que tu m’as fait du mal, Ezio. Tu m’as fait terriblement mal en t’affichant avec elle alors qu’on venait de coucher ensemble…

– Je sais. J’en suis désolé, mais je ne voulais pas que ça se sache et je ne savais pas quoi faire.

– Et maintenant, tu le sais ?

Il eut un sourire malicieux et se rapprocha de moi autant qu’il le put. J’allais craquer, je le savais. Je ne tiendrais pas beaucoup plus longtemps s’il continuait. Il caressa mon bras du bout des doigts et un frisson me parcourut.

Afficher en entier
Extrait ajouté par loona10 2019-02-14T11:32:30+01:00

Alors qu’Ezio m’aidait à m’allonger sur les oreillers, je parvins à le fixer quelques instants.

– Pourquoi tu es toujours en colère ? lui demandai-je presque malgré moi.

Ma question parut le surprendre. Il fronça d’abord les sourcils pour finalement me sourire. Je devais déjà être en train de rêver. Il plaça une mèche de cheveux derrière mon oreille et posa sa main sur ma joue. Son contact m’électrisa et m’apaisa en même temps. J’appuyai ma joue contre sa paume et je ne tardai pas à sombrer dans un néant vide de rêves.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Milka2B 2019-01-16T22:03:47+01:00

Je me sentais un peu gênée par ma poitrine, qui était loin d’être aussi opulente que celle de mon amie. Chez moi, c’était le strict minimum, seulement un petit 85B. Je ne trouvais pas ça très attirant chez une fille mais ma mère me disait toujours : « Il y en a toujours assez pour amuser un singe ».

Afficher en entier
Extrait ajouté par Milka2B 2019-01-16T22:02:18+01:00

J’avais commencé à avoir peur, et ce sentiment, chez moi, était souvent rapidement remplacé par la colère. C’était la seule façon pour moi de gérer tout ça : la colère était un sentiment plus facile à contrôler que toute la douleur que je pouvais ressentir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode