Livres
458 251
Membres
411 204

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

" C’est dans un état de stress évident que je m’installe sur mon siège. Je n’ai jamais pris l’avion et j’en ai une peur bleue. Quelle idée ? Non mais, je vais devoir rester près de 12 heures dans cet oiseau fait d’acier. Que l’on m’assomme, là tout de suite !

— Vous êtes bien pâle.

Instinctivement, mon regard se porte sur la personne qui vient de me sortir une connerie pareille. Sans blague ! Je bloque quelques secondes, ouvre la bouche, la referme aussitôt. Mes yeux se figent sur les lèvres de l’inconnu. Charnues, dessinées à la perfection, elles sont un appel au baiser. Ses yeux d’un bleu intense me transpercent, je déglutis péniblement. Je dérive mon regard vers sa mâchoire, puis descends dans l’espoir d’en voir davantage, mais je suis interrompue par sa voix, sexy au possible.

— Quoique, vous virez au vert là ! reprend ce dernier avec un sourire amusé.

C’est qui ce type ? S’il essaie de me rassurer, ben, c’est raté ! Et puis de quoi je me mêle ? Est-ce que je lui dis, moi, qu’il est totalement déplacé de se moquer de quelqu’un ?

— Vous savez que l’avion est le moyen de locomotion le plus sûr qui existe ? me demande-t-il ensuite.

Ouais, on me l’a répété maintes et maintes fois, inutile de me le préciser. Et puis, j’ai déjà lu cette remarque dans un magazine. Je n’ai pas besoin de toi Albert Einstein.

— Mais aussi, celui qui ne pardonne pas ? On appelle les survivants à un crash : des miraculés. Ils sont tellement rares ! continue-t-il en plantant ses yeux dans les miens, comme pour me prouver sa théorie.

Il est sérieux là ? Je vais vomir et même certainement mourir et lui ça l’amuse ! Mes mains deviennent de plus en plus moites, tandis que mon cœur, lui, palpite tellement vite qu’il tape contre ma poitrine. Je peux l’entendre à travers ma cage thoracique.

— Oh, je m’appelle Kayden. Et vous ? se présente-t-il en me tendant sa main pour que je la lui serre.

Sauf qu’il peut la ranger sa main, car je n’ai aucunement l’intention de le saluer après ce qu’il vient de me sortir. Et s’il croit que je vais lui répondre, il rêve encore plus. Je lui lance un regard noir, celui qui veut dire « fous-moi la paix, bon sang ! ». Il me scrute de ses yeux d’un bleu océan à damner une sainte et finit par laisser tomber sa main. "

Sources: Page FB Black Ink

Afficher en entier

« J’enfile mes écouteurs, mets en marche mon iPod et me laisse bercer par la musique. « Sign of the times » de Harry Styles emplit mes oreilles et je pense tout bas : c’est pour toi, maman, que je fais ça. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode