Livres
371 482
Comms
1 289 258
Membres
251 318

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Elle s'approche soudain de moi, faisant fondre la distance qui nous sépare. Elle me saisit le coude. Le contact de sa peau sur la mienne me fait tressaillir.

- C'est donc si difficile que ça de m'apprécier ? me murmure-t-elle en cherchant mon regard. C'est dur à ce point ?

Je ne répond rien.

- Pourrais-tu au moins faire semblant, mettre un masque ? (et quelque chose dans ses paroles, ou peut-être dans son ton, me force à la regarder droit dans les yeux, plus longtemps que je ne l'ai jamais fait avec quiconque excepté mon père) Car tu es vraiment en train de me briser le coeur.

- Ce n'est pas toi...

- Fais semblant de tenir à moi, me chuchote-t-elle. D'aimer la forme de mes lèvres, la douceur de ma peau, l'odeur de mon souffle, la couleur de mes yeux. (...) Imagine que tu rêves de moi depuis toujours, et que je me tiens juste devant toi. Imagine tout cela, au moins pour une nuit.

source site "dans notre petite bulle"

Afficher en entier

Une ombre floue, filant de gauche à droite. Puis une autre, dans l'autre sens, que j'avise du coin de l’œil. Trois formes émergent des ténèbres, d'abord à peine discernables, puis de plus en plus distinctes.

Abdos.

Lèvres Écarlates.

Sinistre.

Ensuite, se matérialisant à travers le blanc laiteux, deux autres silhouettes viennent les rejoindre ; d'abord fantomatiques, elles finissent par devenir horriblement réelles.

Robe Fleurie.

Le Directeur.

Tous sont nus comme des vers, le corps enduit d'écran total tel un glaçage à la crème au beurre. Là où la pommade s'est dissipée des plaies béantes grêlent leur peau, des sortes de cratères d'un rouge luisant même dans le noir. La conséquence d'une journée entière passée dans une bibliothèque baignée de lumière solaire. Leurs yeux demeurent terrifiants, une colère froide paraît animer leurs globes oculaires, la haine crue qui se mêle au désir irrépressible qu'ils éprouvent pour mon sang.

— Vous faites peine à voir, je leur lance.

Afficher en entier

"Il y a onze ans, on en a découvert une dans mon école. Dans une classe de maternelle, dès le jour de la rentrée. Elle s'est fait presque immédiatement (...) L'institutrice les avait envoyés faire la sieste, et seule la petite était restée clouée au sol à étreindre son ours en peluche tandis que tous ses camarades avaient bondi les pieds en avant vers le plafond. Dès lors, c'en était fini pour elle. Fini. Elle aurait aussi bien fait de retirer ses fausses canines et de s'allonger par terre en attendant l'inévitable festin. Les autres la contemplaient d'en haut, les yeux écarquillés : Tiens, tiens, quelle bonne surprise ! On m'a dit qu'elle s'était mise à pleurer, à brailler de toutes ses forces. Que la maîtresse avait été la première à se ruer sur elle. "

Afficher en entier

– C’en est fini de moi. Tu en es consciente, pas vrai ? Passer toute la soirée avec toi devant tout le monde… je vais forcément te reluquer avec de grands yeux ; j’aurai les mains moites et les martèlements de mon cœur battant la chamade me trahiront. Tu viens de signer mon arrêt de mort, Ashley June.

Elle m’adresse un regard bizarre, un froncement venant fendre son front d’habitude si lisse.

– Pardon, je reprends, j’en ai fait un peu trop, c’est ça ?

– Non, pas du tout. C’était gentil. Mais qui est Ashley June ?

Je la contemple longuement.

– C’est toi.

Afficher en entier

page 111

" - Une chose captive et laisse perplexe tous les chercheurs : la faculté qu'ont les homiférés à gazouiller des mots, le tout avec une uniformité incroyable. Des études effectuées à l'Institut ont permis de découvrir qu'ils sont capables de reproduire ces hululements - ils appellent ça "chanter"- avec une précision étonnante. Par exemple, une "chanson" peut-être répétée des minutes, des jours, des mois, voire des années après sa première occurrence, le tout à une fréquence acoustique identique. Il existe pléthore de théories à ce sujet; aucune n'est réellement satisfaisante, à une exception près: celle que j'ai présentée l'année dernière à la Conférence annuelle des recherches homifères. Pour faire court, les homiférés ont développé cette faculté du "chant" en s'imaginant, à tord, que cela permettrait d'accélérer la pousse des fruits et des légumes. C'est pour cette raison que nous les voyons le plus souvent "chanter" quand ils travaillent aux chants ou récoltent les fruits. Certains de mes confrères émettent également le postulat selon lequel les homiférés pensent que "chanter" aide à alimenter le feu ou à se laver le corps, en se basant sur leur tendance à unir leurs voix quand ils sont réunis autour de la mare.

Du fond de ma chaise, je dissimule mon amusement.

Afficher en entier

"Fais le nécessaire pour survivre, me disait mon père en me caressant les cheveux. Quoi qu'il en coûte."

"Ne fais rien qui sorte de l'odinaire, qui te mette en évidence. Rien qui puisse attirer l'attention."

"N'oublie jamais de te raser. Pense toujours à bien dormir pour ne pas avoir les yeux injectés de sang. Veille à bien blanchir tes dents chaque matin avant de sortir. Et lave-toi tous les jours : ton odeur corporelle est ta pire ennemie..."

Afficher en entier

Nous étions plus nombreux, autrefois. J’en suis certain. Pas assez pour remplir un stade de foot ni même un cinéma, mais sans doute plus qu’aujourd’hui. À dire vrai, je ne pense pas qu’il subsiste un seul d’entre nous. À part moi. Voilà ce qui arrive quand on est un mets délicat. Une drogue dure. L’espèce s’éteint.

Il y a onze ans, on en a découvert une dans mon école. Dans une classe de maternelle, dès le jour de la rentrée. Elle s’est fait dévorer presque immédiatement. Qu’est-ce qui lui était passé par la tête ? Peut-être qu’un accès soudain (ils sont toujours soudains) de solitude l’avait poussée à sortir de chez elle dans l’espoir malencontreux de trouver un peu de compagnie. L’institutrice les avait envoyés faire la sieste, et seule la petite était restée clouée au sol à étreindre son ours en peluche tandis que tous ses camarades avaient bondi les pieds en avant vers le plafond. Dès lors, c’en était fini pour elle. Fini. Elle aurait aussi bien fait de retirer ses fausses canines et de s’allonger par terre en attendant l’inévitable festin. Les autres la contemplaient d’en haut, les yeux écarquillés : Tiens, tiens, quelle bonne surprise ! On m’a dit qu’elle s’était mise à pleurer, à brailler de toutes ses forces. Que la maîtresse avait été la première à se ruer sur elle.

C’est pourquoi il ne faut rejoindre l’école qu’après la maternelle, lorsque les siestes ne sont plus imposées. Même si l’on peut toujours se faire prendre par surprise. Une fois, mon prof de natation était tellement furieux après les performances léthargiques de notre équipe, lors d’une rencontre interscolaire, qu’il nous avait tous envoyés dormir dans les vestiaires. Bien sûr, il avait fait ça pour le principe, mais ce principe avait failli me perdre.

Afficher en entier

Mes chers administrés, vous serez heureux d’apprendre que nous organiserons de nouveau cette année le plus estimé des évènements. (Il s’humecte les lèvres du bout de la langue.) Pour la première fois depuis une décennie, nous allons assister à une Chasse homifère !

Afficher en entier

Elle me contemple avec une expression dépourvue de retenue. Son sourire est partout, dans ses yeux, sur son nez, sa bouche, ses pommettes, son front, à tel point qu'il semble se répandre en moi, autour de moi, tel le soleil sur le monde.

Afficher en entier

Déjà le morceau suivant débute. Ashley June et moi nous séparons. L'heure est venue de faire participer les femmes des Officiels, qui défilent une à une vers moi, les maris étant trop peu intéressés par l'exercice (ou par leurs épouses ?) pour se lever de table. Ces danses incessantes et ces conversations superficielles sont très exigeantes et, après quelques morceaux, les premieres gouttes de sueur menacent de perler sur mon front.

(...)

- Vous ne sentez pas quelque chose? me demande ma partenaire du moment.

- Non, pas vraiment.

- Une forte odeur d'homiféré. J'ignore comment vous arrivez à vous concentrer. Pour ma part, j'en suis incapable.Il paraît qu'on s'y fait au bout d'un moment, mais elle est si prégnante que j'ai l'impression qu'elle prend sa source juste sous mon nez.

(...)

A la fin du morceau, j'annonce à Ashley June ( mais assez fort pour que d'autres puissent entendre ) que j'ai besoin d'aller aux toilettes. Je doute que cela me fasse beaucoup de bien, mais je ne peux pas consacrer davantage d'énergie à la danse. Je dois m'éloigner, offrir à mon corps la possibilité de refroidir.

source site "dans notre petite bulle"

Afficher en entier