Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de triskeliga : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Le Livre de Saskia, Tome 1 : Le Réveil Le Livre de Saskia, Tome 1 : Le Réveil
Marie Pavlenko   
Aaahhh, un vent de fraicheur vient voler par-dessus la littérature ado qui agonise sous les morsures des armées de vampires qui envahissent les étals (et qui, au demeurant, ne mordent même plus, où va le monde?).

Saskia est un livre qui renouvelle la littérature ado en amenant au lecteur un monde tout à fait nouveau. Certes, on ne rentre pas dedans dès le tome 1, mais on entends parler de ses lois, de son système, de ses membres, de ses clans.
Malgré un ou deux points noirs totalement anecdotiques [spoiler](On se doute très très vite que Saskia et une faucheuse et une gardienne.)[/spoiler], le livre se lit très facilement et très agréablement.

Point positif pour le caractère de l'héroïne, à la fois fragile et très têtue.

Les questions des lecteurs sont là, on espère avoir vite des réponses dans le tome 2.

Décidément, Scrineo Jeunesse est une maison d'édition à suivre de près, chacun de leurs livres est un bijou !

par Pitakali
Les Sentiers des astres, Tome 1 : Manesh Les Sentiers des astres, Tome 1 : Manesh
Stefan Platteau   
OUF, enfin terminé !
Je ressors de cette lecture avec divers sentiments, un subtile goût de grande frustration m'a envahit tout le long.
Je suis probablement passé à côté de ma lecture, ce qui ne m'arrive pas souvent, et pourtant.
Après trois mois de lecture de ce premier tome, j'ai eu le temps de lire trois autres livres de plus petits gabarits. En même temps, passer de Waylander ou du Rois des Fauves à Manesh, ben c'est pas du tout la même soupe, et c'est déstabilisant.
Je n'ai pas cessé d’osciller entre "livre magnifique" et "long chemin de croix" et je vais tenter d'expliquer pourquoi.

Les + :
- Stefan Platteau, ce conteur. Un récit raconté avec une telle justesse, une telle poésie et une description si pointue. Par instants, je me serais vraiment cru au milieu de la troupe du comte palatin Rana, je pouvais presque ressentir les odeurs, les sensations qu'ils ressentaient, les émotions qu'ils éprouvaient. C'était très spécial et rare sont les livres si bien décris.
- Les "quelques" passages où la tension est à son paroxysme son très prenants.
- Des personnages forts, bien travaillés, chacun ayant une histoire à raconter. On regrettera de ne pas en connaître certains un peu plus.
- Un monde profondément travaillé, où se mêlent les coutumes inspirée de l'Inde et des pays nordiques.

Les - :
- Bon sang ce que c'était long. Certaines pages je les ai carrément survolées car il fallait que j'avance et je déteste ça. Le récit du bâtard de Marmach, quelle plaie lorsqu'il course son géniteur sur plusieurs chapitres. Certains passages pourraient carrément être raccourcis pour donner plus de pep's à l'intrigue principale.
- Je parlais de Stefan Platteau, ce conteur. Mais voilà, il y a des revers à sa façon de conter. Un vocabulaire richissime mais dont les deux/tiers pouvaient être tournés beaucoup plus simplement, pour encore une fois donner plus de rythme au roman. On a parfois cette impression que l'auteur veut faire étalage de ses connaissances dans tous les domaines pour nous en mettre plein la vue. Ce sentiment m'a pas mal dérangé.
- Trop d'Inde tue l'Inde. J'aurai aimé que l'auteur soit plus léger dans ses dires lorsqu'il fait mention de certains cultes ou quand il utilise certains mots propre à cette culture.
- On regrette vraiment le manque d'action. Peut-être pour plus tard ?

En bref, ce livre était aussi long qu'une gabarre sur un fleuve sans courant ni vent pour gonfler la voile. Je peux tout à fait comprendre l'extase qu'on ressenti certains lecteurs. Mais le livre aurait clairement gagné en rythme avec une centaine de pages en moins. Des idées et des personnages excellents, une intrigue et un suspens certain. Mais la lenteur du récit du bâtard de Marmach m'a trop frustré pour que j'apprécie pleinement l'entièreté de l'oeuvre. Dommage. Avec une telle façon de raconter son histoire, Stefan Platteau a clairement le talent pour nous écrire des récits héroïques d'une grande qualité. Je lirai le tome 2 un jour, mai certainement pas pour tout de suite.
Sénéchal, Tome 1 Sénéchal, Tome 1
Grégory Da Rosa   
Avec une telle couverture et la première phrase de la quatrième de couverture l'on s'attend à une fantasy épique un peu dans le style de Miles Cameron, et là première désillusion : dès le début du récit on est à l'inverse plongé dans une fantasy intimiste rédigée sous forme de journal. On s'attendait en effet à assister d'une part à suivre les préparatifs de défense, d'autre part de ceux de l'adversaire. Mais que nenni, dans les premiers chapitres on assiste à une petite guéguerre de territoire entre deux des protagonistes principaux qui va malheureusement se poursuivre par la suite, c'est affligeant on a la nette impression d'assister à la scène où deux mâles lèvent la patte pour marquer leur territoire.

Quand au postulat de départ s'il prend un peu d'ampleur suites aux tentatives d'assassinats, il s'avère des plus basiques avec une guerre entre deux belligérants, motivée par une Église toute puissante. On a une fois de plus l'impression de revivre les faits et méfaits de l’Église Catholique Romaine qui voulait imposer par la force sa religion, n'en est pour preuve la muraille qui sépare l'un des pays antagonistes d'un territoire où vivent des démons. Une thématique qui n'est pas sans rappeler le mur d'Hadrien, et largement éculée depuis Georges R R Martin.

Il n'est pas difficile avec les titres des chapitres de s'apercevoir très rapidement que l'auteur va nous propulser dans un sempiternel univers médiéviste. Dès le début du récit, en même temps qu'il nous dépeint les différents protagonistes qui entourent le roi, l'auteur nous présente de manière laconique une partie des royaumes composant son monde géographique et leurs dirigeants. Mais là encore l'on n'a même pas daigné nous doter d'une carte pour les visualiser, et de plus on ne dispose pas d'indication par rapport aux points cardinaux pour les situer les uns aux autres. Il serait facile de rétorquer que cela n'est point nécessaire car l'intégralité du récit se déroule intra-muros dans la cité assiégée, alors pourquoi ne pas sans être tenu aux royaumes des belligérants. L'univers s'avère certes prometteur, mais encore faudra-t-il sortir de la cité car pour ce que l'on pu en découvrir il ne présente rien de bien original.

Pour son récit l'auteur a choisi le format Journal. Et qui dit Journal dit implicitement un seul narrateur ce qui donne au lecteur une vision limitée au seul ressenti du protagoniste principal, mais aussi une vision restreinte des faits et événements qui se déroulent puisque l'on n'assiste qu'à de qui se passe dans l'entourage immédiat du roi. Du siège mis devant la cité, l'on ne sait absolument pas ce que ressentent les habitants de la ville, les soldats qui se préparent au combat, les préparatifs,... L'on ne sait rien de ce qui se passe dans le camp adverse, les antagonistes nous ont été brièvement présenté, ceci de manière manichéenne, mais qu'en est-il réellement ?

Le style d'écriture à consonance très médiévale donne certes beaucoup de profondeur à l'univers, le phrasé très imagé, à grands renforts de métaphores, s'avère intéressant notamment dans les inter-actions verbales entre les différents personnages, Mais... dans la première partie ils sont parfois tous deux par trop présents : les notes de bas de pages se succèdent et ne sont peut être pas toutes utiles ; le langage imagé sont à certains moments bien placées, mais elles donnent de la lourdeur - proche du ton ampoulé - au récit quand elles s’insèrent entre des parties descriptives un peu longues, ou mêmes lorsqu'elles sont trop longues.

La deuxième partie du récit s'avère plus dynamique, avec moins de descriptions, des événements qui se précipitent, l'intrigue se développe enfin et l'on assiste à un combat entre magie et nécromancie réglé de très belle manière, très visuel tant sur le plan action que sur le plan émotions. Ce passage donne au récit une petite touche Dark-fantasy qui ne demande qu'à se développer par la suite.

En revanche, la troisième partie se révèle pesante avec les échanges entre le Sénéchal et le Confesseur du Roi. L'on revient sur les introspections du premier qui étaient peut être une petit peu trop nombreuses précédemment et aussi un peu trop répétitives. A cela s'ajoute une très longue diatribe sur le bien fondé d'une guerre de religion. Une dernière partie partie qui donne un air de déjà lu à l'histoire et une approche un peu trop manuel d'histoire  : il y a beaucoup trop d'analogies entre l’Église de Syncrésie et l’Église Catholique Romaine, le don du sacrifice pour sauver les autres du Mal, le bien fondé de cette guerre pour que le Bien puisse dominer dans le monde, les morts que la guerre génère des dommages collatéraux,... Ona l'impression très nette que l'auteur à réadapter à sa manière des faits avérés de l'histoire dune manière un peu trop évidente.

Certains personnages révèlent un beau potentiel pour la suite, même si l'on n'est pas convaincu du personnage principal trop geignard sur sa vie. L'on espère que des personnages dit de second plan seront plus présents par la suite. Que les relations entre les différents personnages seront plus développées avec le final de ce tome qui offre de nouvelles perspectives et que les dialogues seront toujours aussi savoureux.

Un premier tome qui a du potentiel, l'univers doit s'affranchir du huis-clos, le récit doit être centré sur plusieurs personnages et non sur un seul, les descriptions doivent être mieux dosées, par petites touches,... L'on est dans un premier roman et cela s'en ressent un peu trop, les maladresses sont nombreuses, certaines laissées de côté dans cet avis. On est très mitigé et il faudra que les chroniques d'autres bloggeurs soient plus positives pour que l'on opte de lire la suite.

par Goupilpm
Autre-Monde, Tome 1 : L'Alliance des Trois Autre-Monde, Tome 1 : L'Alliance des Trois
Maxime Chattam   
J’ai adoré ce livre, je l’ai dévoré en 2 jours. Tout est prenant, l’histoire, les personnages, l’intrigue. L’auteur par cette histoire, nous invite à prendre conscience du poison que nous sommes pour la planète. Il y a tous se que doit contenir un livre, pour moi : suspens, action, aventure, amitié, amour, morale.
Je connaissais déjà l’auteur et cette trilogie est dans le même genre que son 1er best-seller « Le5ème règne ».

Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 1 : Terre natale Les Royaumes oubliés - La Légende de Drizzt, tome 1 : Terre natale
Robert Anthony Salvatore   
J'ai découvert Drizzt chez Fleuve noir (qui au passage oit se mordre les doigts d'avoir laissé filer la collection des RO)- et depuis je me suis procuré la version originale en anglais. C'est un des meilleurs romans de fantasy que j'aie jamais lu : c'est même celui qui m'a fait basculer dans la marmite de la fantasy.

Au coeur de ce royaume sans lumière qu'est Ombreterre, où ni compassion ni espoir ne semblent fleurir, Salvatore nous fait découvrir la seule flamme d'innocence qui réussit à vivre dans ces ténèbres : Drizzt Do'Urden. Un guerrier d'exception, dans tous les sens du terme, qu'on prend un réel plaisir à accompagner dans ses aventures.

Un livre magnifique, réédité de manière magistrale par Milady. Mais comme tous ceux qui ont découvert la série avec Fleuve noir, je reste attachée au terme Ombreterre, qui avait un peu plus de poésie.

par Mikaua
Que ceux qui ne peuvent pas mourir lèvent la main Que ceux qui ne peuvent pas mourir lèvent la main
Elora Martin   
J'ai lu ce roman et je l'ai adoré. Les personnages sont drôles et intéressants. Rose est une jeune fille au langage très inventif qui ne tient pas en place et qui en fait voir de toutes les couleurs à son protecteur, Gabriel Voltz. Lui aussi est intrigant et attachant de par le mystère qui tourne autour de lui et sa personnalité : il est arrogant, cynique, joueur...
L'univers dans lequel se déroule l'action m'a plu aussi. L'histoire se déroule en France, à la fin du 19e siècle. On y découvre notre pays peuplé de créatures de l'ombre faisant ressurgir des mythes et des légendes. Gabriel est malgré lui membre d'une confrérie cruelle œuvrant dans le plus grand secret. Missionné par celle-ci, il doit tenter de résoudre une affaire de meurtres dont l'auteur est sûrement un Égaré. Il entraîne Rose sur cette affaire pleine de surprises.

Remontez le temps et suivez leurs aventures! Elles en valent la peine.
Les Enfants de la Terre, tome 4 - Première partie : Le grand Voyage Les Enfants de la Terre, tome 4 - Première partie : Le grand Voyage
Jean M. Auel   
Commencement du Grand Voyage avec de nouveau pas mal de descriptifs mais qui se laisse lire tout de même facilement ... Nous découvrons également un nouveau regard des personnages envers leurs environnements auquels ils sont un peu plus méfiants !
Livre qui se lit donc tout aussi bien que les précédents.
Drakons, Tome 1 : Le voleur de diamants Drakons, Tome 1 : Le voleur de diamants
Shana Abé   
Ah le voleur de brume ! Je l'ai attendu tellement longtemps ! Et enfin je le possède ! Et bien, que dire de ce livre tellement intriguant ? Une grosse déception.
Le synopsis m'avait emballé, mais malheureusement, le cas n'est pas réciproque pour l'histoire. Je m'attendais à mieux, à beaucoup mieux. L'histoire en elle-même est bien, le scénario est aussi mais tout se déroule trop vite. Bien sûr, j'aurai dû m'en douter vu l'épaisseur du livre, mais malgré ça, j'aurai aimé que l'évolution de la relation entre Christoff et Tess se fasse progressivement et non soudainement. Je crois au coup de foudre bien entendu, mais vouloir posséder quelqu'un après un bref regard et quelques secondes de discussions, cela me paraît très euh... pervers. De plus, pour ma part, les personnages ne sont pas très attachants. Tess, femme qui pour moi devrait être coriace, forte mentalement, cède totalement au charme de notre prince. Certes, elle résiste ( avec du mal ), mais cette carapace n'a pas du tout duré ! Christoff, pur charmeur et faux poète, devrait être "mignon" et "protecteur envers Tess. Il est protecteur mais de ce qui est mignon, il ne l'est pas du tout. J'appelle cela une "faim" de vouloir dévorer une femme.
Bref. Passons. L'idée du Drakos ainsi que son utilisation et son importance dans l'histoire, est un point positif pour le roman. La chute de la fin l'est tout aussi et sincèrement je ne m'y attendais pas ( enfin si, j'avais quelques doutes...).

En conclusion, malgré que ce bouquin soit une déception à mes yeux, cela ne vous empêche pas de ne pas l'aimer. Alors si vous adorez les romans d'amours où un homme beau comme un dieu veut absolument coucher et posséder une femme qui cédera à son charme très peu de temps après, ce roman est pour vous.

Mémoires, par Lady Trent, Tome 1 : Une histoire naturelle des dragons Mémoires, par Lady Trent, Tome 1 : Une histoire naturelle des dragons
Marie Brennan   
http://delivreenlivres.blogspot.fr/2016/07/memoires-par-lady-trent-tome-1-une.html

Une lecture très plaisante !

Ce livre est plus en fait un livre historique que fantasy, dans son fond et dans sa forme. Après certes on est dans un autre monde et on a des dragons et tout ce qui y est lié, mais c'est traité de la même façon qu'on peut s'imaginer des scientifique du 19ième siècle s'enthousiasmaient sur les grands singes ou les éléphants ou autres créatures qui existent mais ne sont que très peu connu à cette époque. On est donc dans le genre de l'aventure scientifique, ou du récit biographique de voyage, il n'y a que très peu d'action.

Dans la grande majorité du roman nous suivons donc la vie de Lady Trent, sa jeunesse, son éducation sa chasse au mari.... Au final très peu de dragons en dehors des livres que la jeune fille "emprunte" à la bibliothèque de son père. Nous suivons la toute jeune fille qui a déjà un esprit scientifique remarquablement développé. Elle commence par étudier des insectes au fond du jardin, en les conservant dans du vinaigre, puis elle étudie ensuite les oiseaux et leur squelette, en fait elle adore le fait qu'ils volent, d’où son intérêt pour les Dragons qui sont un peu l'ultime créature volante. Malheureusement elle a le malheur d'être née femme, arrivée à un age ou cette particularité devient importante elle se retrouve donc muselée par les conventions de l'époque qui ne supportent pas voir une femme faire une activité autre que celles autorisées pour son genre (dont la science ne fait absolument pas partie).
Je dois avouer que cette partie la m'a presque fait tomber les larmes. De voir cette jeune fille si intelligente devoir faire comme si elle ne l'était pas en se restreignant en permanence, c'était vraiment révoltant pour moi. Ça m'a vraiment beaucoup touché, en fait je crois que ce genre de restrictions qui font qu'on se sent enfermé me touchent vraiment énormément.Je pense que je n'aurais vraiment pas du tout aimé être née à cette époque, je serais devenue folle ou déprimée. Cette partie la était nécessaire pour comprendre le personnage mais j'avoue avoir trouvé le temps un chouilla long quand même, elle prend quand même une partie importante du tome et il ne se passe pas grand chose en dehors du développement du personnage.

La seconde partie porte sur l'expédition elle même. Le récit en lui même est typique du récit d'explorateur du 19ième siècle, le voyage, le choc avec la population locale, l’incompréhension, les croyances différentes .. tout y passe.
Au final malgré le fait qu'ils soient le sujet principal du livre, les dragons ne sont pas très présents non plus dans cette partie. Bon certes on en rencontre quand même certains mais ils n'ont aucun rôle actif en fait. J'ai bien aimé par contre le fait que Lady Trent soit vraiment une scientifique dans l’âme, elle garde son esprit critique et de découverte de l'animal même dans les situations les plus difficile et jamais elle ne tombe dans des revers sentimentaux ou autre. Si il y a un point que j'ai un peu regretté c'est le peu de place que tiens son mari en fait dans l'histoire. Il est présent mais au final je ne pourrais même pas vous le décrire, tellement il apparait peu important, on a très rarement des discutions sur ses goûts ou sur lui, juste pour approfondir le personnage, pour dire on en sait bien plus sur les dragons que sur lui. Il m'a paru donc un peu survolé, plus une figure de mari générique qu'un vrai personnage. Alors qu'en plus il aurait du être particulier vu qu'il a accepté quand même énormément de concession en tout genre pour sa femme, chose très rare pour l'époque (que ça soit dans le livre ou dans la réalité). Les autres personnages aussi ne sont que juste esquissés et je n'ai pas eu d'affection particulière pour eux. C'est vraiment un livre entièrement centré sur Lady Trent, il n'y a pas de doute.
Malgré cela la seconde partie est passé vraiment plus rapidement. C'est vraiment un livre d'aventure scientifique plus que de fantasy mais c'est bien, ça change de ce qu'on a l'habitude de lire. j'ai trouvé que cette lecture a été une espèce de bouffée de fraicheur pour moi.

16/20

par lianne80
Les enfants de la terre, tome 4 : Le grand voyage Les enfants de la terre, tome 4 : Le grand voyage
Jean M. Auel   
J'ai adoré la partie chez les S'Armunaï qui pimente un peu la routine de leur voyage. J'ai beaucoup aimé cette première partie où les deux compagnons et leurs animaux se rapprochent et s'unissent pour trouver un foyer !